20 juin 2011

Huit millions de gallons d’eau vidangée, après qu’un homme ait uriné dedans….

En faisant une "promenade" sur la toile j'ai trouvé cet article chez les "moutons enragés"

Publié : le 20/06/2011 par voltigeur dans Humour et actualité
Je ne sais pas trop où classer cette nouvelle, ça donne à réfléchir….Ca fait cher la vidange quand même! alors on rit ou on pleure? c’est de la connerie pure ou une nouvelle tendance extrémiste à la pureté absolue? je ne sais trop quoi penser.. Les yeux des caméras de sécurité à qui rien n’échappe!! Hummm!

Traduction Google arrangement Voltigeur.

Nick Allen, Los Angeles15:26 BST le 19 juin 2011

L’opération a coûtée aux contribuables de l’État 36 000 $ (£ 22.000) et a été ordonné après que Seater Joshua, 21 ans, a été capturé par une caméra de sécurité en train de se soulager dans le magnifique lac.

Les experts en santé ont déclarés que l’incident n’aurait pas causé de dommages aux personnes dans la ville de Portland, qui sont alimentés en eau potable à partir du réservoir.

Ils ont dit que la vessie humaine contient en moyenne seulement six à huit onces, et l’urine a été considérablement dilué.

Mais David Shaff, un administrateur au sein du Bureau de l’Eau de Portland, a défendu la décision de vider le lac.

Suite et Source ICI

7 commentaires:

  1. Peut-être une demande de budget pour pouvoir puiser dedans discretos, à l'américaine

    Autrement, l'administration est droguée

    RépondreSupprimer
  2. Aussi grave :

    En Ecosse, un homme a été arrêté pour attentat à la pudeur parce qu'il s'épongeait le front...

    ...avec son kilt !

    (Coluche)

    Annecy 20 juin 2011 0,13 μSv/h

    RépondreSupprimer
  3. Ridicule, d'autant plus qu'en Inde, il existe une méthode thérapeutique qui consiste à boire son urine (amaroli), mais il est conseillé de boire la sienne, pas celle des autres...

    RépondreSupprimer
  4. l'homme de demain confronté à la réalité de maintenant :
    http://www.romandie.com/news/n/_Les_oceans_presentent_les_symptomes_des_grandes_phases_d_extinction_200620111406.asp

    Soumis à une série de pressions, du réchauffement à la surpêche, les océans présentent des symptomes inquiétants, présents lors des précédentes phases d'extinctions massives qu'a subies la Terre, avertit un panel d'experts dans un rapport rendu public lundi.

    En se penchant sur les effets cumulés de toutes ces pressions, 27 experts de six pays qui s'étaient réunis en avril à l'Université d'Oxford et dont le rapport est la synthèse des travaux, dressent un tableau très inquiétant.

    Les résultats sont choquants, résume Alex Rogers, directeur scientifique du Programme international sur l'Etat des Océans (Ipso) qui a organisé ce séminaire avec l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et la Commission mondiale des aires protégées (CMAP).

    En considérant l'effet cumulatif de ce que l'humanité fait subir aux océans, nous nous sommes aperçus que les conséquences sont bien plus graves que ce dont chacun de nous s'était rendu compte de son côté, poursuit-il.

    Ce panel scientifique conclut que la combinaison des pressions exercées créé des conditions qui se retrouvent lors de chacune des précédentes extinctions de masse d'espèces de la Terre.

    Au cours du demi-milliard d'années écoulées, cinq extinctions de masses sont survenues après des calamités naturelles, au cours desquelles plus de 50% des espèces existantes ont disparu.

    Parmi les signaux qui sont au rouge: le réchauffement des océans et leur acidification qui entraînent l'hypoxie (faibles niveaux d'oxygène).
    Ils constituent trois facteurs que l'on retrouve dans chacune des extinctions de masse de l'histoire de la Terre, écrivent les experts.

    Le panel pointe que les niveaux de carbone absorbé par les océans sont déjà bien plus élevés aujourd'hui qu'à l'époque de la dernière extinction de masse d'espèces marines, il y a environ 55 millions d'années, lorsque près de 50% de certains groupes d'animaux d'eau profonde furent exterminés.

    Les océans du monde entier risquent fortement d'entrer dans une phase d'extinction des espèces marines, écrivent-ils.

    Globalement, le rapport juge que la vitesse et le taux de dégénérescence dans les océans sont bien plus rapides que tout ce qui avait été prévu.

    Ils s'inquiètent de la surpêche, qui a entraîné une réduction de certains stocks halieutiques commerciaux de plus de 90%, ou encore l'écoulement de nutriments agricoles qui ont déjà causé un déclin spectaculaire du bon état des océans.

    De nouvelles recherches suggèrent que des polluants, parmi les retardateurs de flamme chimique et les muscs synthétiques que l'on trouve dans les détergents, peuvent être retrouvés jusque dans les mers polaires, et à terme dans les poissons, mettent-ils encore en avant.

    L'océan est le plus grand écosystème sur Terre, qui maintient notre monde dans des conditions vivables, rappellent les experts, qui demandent instamment l'adoption en urgence d'un meilleur système de gouvernance de la haute mer, encore très peu protégée mais qui représente la majeure partie des océans du monde entier.


    (bises, catherine)

    RépondreSupprimer
  5. Merci Korrigan pour l'histoire de l'écossais!

    RépondreSupprimer
  6. C'est incroyable, vouloir jeter tant d'eau pour un seul petit pipi. Dans ce cas la majeur partie de l'eau que nous buvons au robinet devrais étre jetée aussi! à paris l'eau a un gout de chlore, on devrait la jeter?
    L'homme deviens de plus en plus fou et ne se rend vraiment compte de rien ...

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir,

    C'est n'importe quoi. Et pour le KK des poissons, ils vident aussi?

    Bises, Léa.

    RépondreSupprimer