29 juin 2011

Fukushima et Fort Calhoun 29 juin

Pas mal d'infos par Ex-SKF ce matin.

Radioactivité au Japon : le gouvernement va utiliser SPEEDI pour la surveillance de l'exposition aux radiations des habitants de Fukushima

Le gouvernement japonais, qui a caché maintes fois les données de simulation de SPEEDI qui prédisait correctement la plupart du temps la dispersion des matériaux radioactifs dans les premiers jours cruciaux de l'accident (du 11 au 25 mars, les deux premières semaines), avec pour résultat une exposition à la radioactivité qui aurait pu être évitée, dit aujourd'hui qu'ils veulent utiliser le SPEEDI pour trouver la quantité de radioactivité externe des habitants de la préfecture de Fukushima.

Les habitants de Fukushima sont supposés les remercier pour cela ?

Et pour le reste de Tohoku et de Kanto, où des particules chaudes de haute radioactivité sont apparues partout ?

Plus de trois mois après l'accident et avec une radioactivité qui s'accumule sans cesse pour les gens, de nombreuses institutions publiques et privées du gouvernement national deviennent de fervents adeptes des tests de radioactivité. Oui, collectons maintenant les données au niveau mondial ! (désolé d'être cynique)

Du Yomiuri Shinbun (28 juin) :

Les chefs du gouvernement japonais ont annoncé le 28 juin que le système SPEEDI sera utilisé pour la surveillance des habitants de Fukushima pour déterminer l'exposition aux radiations après l'accident de la centrale. Le système SPEEDI est conçu pour prévoir la dispersion des matériaux radioactifs.

Le gouvernement utilisera SPEEDI pour calculer les niveaux de radioactivité de l'air entre le 12 et le 16 mars pour aider à déterminer l'exposition aux radiations externes des habitants.

De nombreuses stations de surveillance des radiations ne fonctionnaient pas après le séisme du 11 mars et les niveaux de radiations de l'air n'étaient pas connus jusqu'au 17 mars quand les stations de surveillance mobiles furent utilisées pour les mesures.
Le gouvernement utilisera SPEEDI pour calculer le montant des matériaux radioactifs libérés et créera des cartes horaires de contour des radiations, puis calculera le niveau personnel de radiation externe de chaque habitant en trouvant où il/elle était durant cette période.
Le gouvernement pense que cela prendra environ 2 semaines pour créer et publier les cartes, et un mois pour calculer les niveaux de radiation individuel.

Les contribuables japonais ont payé la facture pour ce système coûteux qui pouvait prédire la dispersion des matériaux radioactifs en cas d'accident nucléaire ET les prévenir à l'avance. Ayant misérablement échoué dans cette tâche (merci au gouvernement qui craignait probablement une panique et/ou ne pouvait publier les simulations parce qu'elles étaient de justes et bonnes simulations), le système va être maintenant utilisé pour dire aux gens à combien de radiations ils ont été exposés, après coup.

Sauvegarder l'apparence : le système de circulation de TEPCO pour refroidir les réacteurs

Le système, comme il fonctionne en ce moment, augmente la quantité d'eau hautement contaminée à 72 tonnes par jour, parce que TEPCO la mélange à de l'eau douce.

Voici le diagramme du système provenant de la conférence de presse de TEPCO du 28 juin. Il semble que l'eau contaminée provienne de la sous-canalisation extérieure du bâtiment de la turbine du réacteur 2 et du bâtiment de turbine du réacteur 3. Rien ne provient du réacteur 1. L'eau traitée se combine avec de l'eau douce avant d'aller aux réacteurs. Le débit d'eau est ajusté par de nombreuses valves (plus bas à droite du diagramme) :
Sur un document PDF à part, il y a un diagramme encore plus alambiqué du système de traitement de l'eau contaminée de Toshiba-Kurion-Areva-Hitachi. En permutant la valve, ils peuvent traiter l'eau d'abord dans le système Areva, puis dans le Kurion. En considérant les fréquentes pannes du système Kurion (les cuves ayant besoin d'être changées souvent et souvent congestionnées), c'est peut-être une bonne idée.
Voici comment tout se déroule concrètement, y compris les canalisations en PVC connectées sur 4 km de longueur.
Il existe deux autres diagrammes du système. Vous pouvez visionner les 4 autres dans ce document ici:
(http://www.tepco.co.jp/en/nu/fukushima-np/images/handouts_110627_01-e.pdf)
Des nouvelles pas si mauvaises sont cachées dans l'un des diagrammes (page 3 du document ci-dessous) qui dit « Débit d'eau traitée injecté aux réacteurs : 13 m3/heure. »

La quantité totale actuelle d'eau devant aller aux réacteurs est de 16 m3/h. Ils utilisent de l'eau douce (filtrée) d'un total de 3m3/h.
Donc, au moins pour l'instant, ils AJOUTENT 72 m3 d'eau contaminée, ou 72 tonnes, par jour.
Bon, c'est infiniment mieux que d'ajouter 400 à 500 tonnes chaque jour, comme ils l'ont fait pendant les 3 mois passés.

Centrale nucléaire de Fort Calhoun : de l'eau boratée dans le réacteur et dans la piscine de combustible usé, procédure normale, dit le chef de la direction de la centrale

Petits bouts d'infos sur la centrale de Fort Calhoun au Nebraska :

Ils utilisent de l'acide borique dans le réacteur et la piscine de combustible usé (CNN) ;
- « L'imperméabilité » devient « barrage anti-eau » et levées devant les bâtiments qui abritent les systèmes clé (CNN) ;
- Les cuves de combustible usé sont à l'extérieur des zones protégées « parce qu'elles sont scellées et boulonnées » (Iowa Independant) ;
- 2/3 des barres de combustible actives sont toujours à l'intérieur du réacteur (« rumeur sans fondement » flottant dans le cyberespace).
Dans une interview de CNN, le chef de la direction de la centrale dit que lui et ses gens se battent contre les rumeurs qui « soufflent dans le vent » comme pour le gouvernement japonais à propos de la centrale de Fukushima et les radiations et la contamination. Mais si vous regardez la vidéo ci-jointe, vous vous demandez : pourquoi n'étaient-ils pas mieux préparés, si cette inondation était complètement prévue et que c'est un boulot habituel, comme le chef essaie de nous le dire ?
(Au fait, je ne pense pas que cette vidéo soit ce que CNN avait l'intention de diffuser. La seule partie intentionnelle semble être la brève interview avec le chef. Le reste de la vidéo montre le barrage anti-eau perforé, le pompage de l'eau derrière les sacs de sable, pas vraiment rassurant)
De CNN (28 juin) :

Fort Calhoun, Nebraska – Tim Nellenbach en mission qui montre un petit groupe de journalistes autour de son lieu de travail. Le manager de la centrale nucléaire de Fort Calhoun et ses collègues sont penchés sur les rumeurs dispersées sur la condition de leur installation : rumeurs de fusion, ou de perte de courant. Les rumeurs sont manifestement fausses, disent-ils, et ils est frustrant d'avoir à les gérer alors qu'ils se battent en même temps pour une crise réelle.

Ces officiels sont aussi totalement conscients de la comparaison avec le séisme et le tsunami catastrophiques du Japon, qui a détruit une centrale nucléaire, conduisant au pire accident nucléaire depuis Tchernobyl en 1986.

« Il n'y a aucune probabilité d'un incident de type Fukushima ici », dit Nellenbach.

Gary Gates, patron de la centrale, dit la même choses.

« Ce n'est pas un autre Fukushima. La différence est l'inondation rapide qui s'est passée à Fukushima. C'était un événement prévisible, dans une certaine mesure, par les ingénieurs. La crue à Fort Calhoun est extérieure à la centrale. Il n'y a pas d'eau à l'intérieur de la centrale. Le réacteur est recouvert d'eau boratée. Le combustible usé est recouvert d'eau boratée, ce que nous voulions. C'est intentionnel. C'est où cela doit être. L'eau est à l'extérieur de Fort Calhoun, pas à l'intérieur », explique Gates.

Il y a quand même une vraie crise à la centrale. L'inondation du Missouri en crue a encerclé l'installation. Tous les parkings sont sous l'eau. Le courant rapide du fleuve tourbillonne contre plusieurs bâtiments de l'enceinte. Les bâtiments abritant le coeur du réacteur, les barres de combustible usé et d'autres composants cruciaux sont protégés par de petites levées et des barrages anti-eau. Mais à l'extérieur de ces barrières, l'eau est à moins 60 cm du niveau du sol.



La centrale de Fort Calhoun possède une piscine souterraine de combustible usé de 12 mètres de profondeur, et aussi des cuves de stockage à sec au niveau du sol. (info de wiki)

Comme pour les rumeurs sans fondement que les 2/3 des barres de combustible nucléaire sont toujours à l'intérieur du réacteur, je dirai que c'était vrai après tout, s'ils mettent de l'acide borique dans l'eau de refroidissement.
Le président Jaczko de la commission de régulation nucléaire, en tournée sur le site lundi, a eu ces mots inconfortables, selon l'article de CNN :
« En fin de compte, a dit Jaczko, ce challenge est le vôtre. »
C'est bizarrement une réminiscence des régulateurs japonais qui ont dit quasiment ceci à TEPCO pendant plus de trois mois.

Il semble me souvenir aussi que cela a pris du temps à TEPCO pour finalement admettre que les réacteurs 5 et 6 étaient entièrement chargés de barres de combustible nucléaire quand le séisme et le tsunami ont frappé la centrale de Fukushima, bien qu'ils étaient en maintenance programmée.

Je me souviens aussi de ces  « debunkers » officiels et non officiels allant répandre les rumeurs aux journalistes et aux bloggers les premiers jours suivant l'accident de Fukushima.

Fukushima : une sorte de fission toujours en cours quelque part ?

De l'iode radioactif (I-131) à l'intérieur de la barrière anti-vase à la prise d'eau du réacteur 2 continue à être détecté, quoique la quantité ne soit rien en comparaison de ce que c'était en avril.

Publiée par TEPCO pour la presse, la quantité d'iode-131 à l'intérieur de la barrière anti-vase à la prise d'eau du réacteur 2, en becquerels/litre :
22 juin : 310
23 juin : 1000
24 juin : 180
25 juin : 1300
26 juin : 1600
27 juin : 1200

La NISA démet Hidehiko Nishiyama de ses fonctions de porte-paroles

La NISA a démis Nishiyama de son poste de porte-paroles de l'agence le 29 juin et l'a renvoyé au ministère de l'économie, du commerce et de l'industrie (METI), parce que son histoire d'amour avec une jeune femme (presque de l'âge de sa fille) est devenue une distraction, entravant la fonction correcte de l'agence. La femme travaille aussi au METI.

A la conférence de presse du 23 juin, Nishiyama, bureaucrate avec une carrière d'élite âgé de 54 ans (Ecole de lois de l'université de Tokyo – Ecole de lois de Harvard) marié et père de deux enfants adultes (sa fille travaille pour TEPCO, je ne sais pas pour son fils), a exprimé le regret que sa vie privée soit révélée dans un important magazine hebdomadaire le Shukan Shincho, mais nié qu'il voulait démissionner de son poste à la NISA en tant que porte-paroles.
Il a été un visage familier de l'accident de Fukushima, étant devenu son 3ème porte-paroles depuis le 13 mars. Le premier porte-paroles a été rapidement remplacé après qu'il ait dit pendant la conférence de presse du 12 mars que le combustible à l'intérieur du réacteur 1 devait être en fusion. Le second porte-paroles a été également rapidement remplacé quand il a dit le 13 mars au matin « je ne veux pas faire cela mais on m'a dit de le faire, donc j'y vais ».
Bon, Nishiyama est parti maintenant. Son successeur est Yoshinori Moriyama.
Ah, la fin d'une ère.

9 commentaires:

  1. CENTRALE DU BUGEY (AIN)
    Sept ouvriers légèrement contaminés.

    Les faits ont été constatés hier en fin d'après-midi, à la centrale du Bugey. De légères traces de contamination interne ont été détectées sur six salariés d’entreprises extérieures et un salarié EDF, lors des contrôles systématiques effectués en sortie de zone nucléaire.
    Ils travaillaient dans le bâtiment réacteur de l’unité de production n°5 de la centrale nucléaire du Bugey, à l’arrêt depuis le 11 juin pour effectuer sa 3ème visite décennale. "Les traces de contamination, très légèrement supérieures au seuil de détection des appareils de mesure, ne nécessitent pas de traitement médical particulier pour ces sept intervenants", déclare ce matin la centrale. Afin de rechercher l’origine de ces contaminations, les travaux dans le bâtiment réacteur ont été suspendus.

    (Dauphiné Libéré du 29 juin 2011)

    Cette Centrale fait partie des moins sûres.
    A 80 km d’Annecy, wait and see, parce que ce genre d'info lénifiante est à prendre avec des pincettes.

    RépondreSupprimer
  2. ...et à 35 km de Lyon et Villeurbanne.

    RépondreSupprimer
  3. Hi guys: Here is the deal: The ELE Timeline says we must arrive at our bugout cavern locations during the month of August, because the solar maximum threat for storms is centered on 9/11/2011; when ELE reaches perigee position directly on the ecliptic plane at maximum velocity. We extend the red line warning two weeks on each side of that date and extend caution warnings accordingly. That means the solar storm threat extends back into August and we need safety windows allowing our people to travel before the CME’s become fierce and the electromagnetic pulse threat can possibly knock out the electronics in their vehicles and devices. I continue to feel confident that the solar threat safety windows in green will hold and that our survival members can use the August 1 bugout date and arrive safely at the bugout locations. However, intelligence reports we are seeing around the nation say other threat assessment personnel have extended those safety windows for their people back to July 7, 2011, so that their people are deploying to their bunker positions three weeks ahead of our schedule. Cru4t recently bought five sub-zero sleeping bags from a large survival supply company and they shipped the wrong sleeping bags. Cru4t from our group called the company after hours and happened to get the owner on the phone by coincidence. The owner told crew that a rich party purchased his entire survival warehouse inventory and that he and his family had been offered the opportunity to join their group in an underground bunker starting in the first week of July, but the rich party gave no reason explaining why such measures were required. Cru4t knows full well why we are rushing to the cavern positions to hide from the approaching dwarf star and he informed the survival supply owner of these things, which turned on the lights and allowed him to completely understand the strange events that had been taking place around him for some time now.

    RépondreSupprimer
  4. Here is our problem: The reason we have not included the “Martial Law Threat” into our threat assessment reports is because the Elite want the same freedom of movement we enjoy to make every preparation to meet the ELE threats on a list that are long as your arm; not to mention that society is about to collapse all around us and hungry mobs will gather into large gangs going house to house taking anything they can to survive day to day in a situation that evolves from chaos to mayhem. If the Elite are telling their people to be in their bunkers by the 7/7/2011 Saturn alignment, then they likely realize that Saturn is going to give us a sign that ELE is attempting to wrestle Saturn polarity from the Sun. That means the Elite may very well be looking at staging an ‘event’ that leads the USA into Martial Law. That would allow the Elite and our corrupt Govt to deploy their ‘sleeping contingent’ who know nothing about the ELE dwarf star into harm’s way by orchestrating a staged ‘event’ in the Midwest USA, by blowing up a dam and causing a cascade effect that brings down all the dams along the Missouri River Network, which would become the biggest disaster in US History. That kind of event could close roads and block access from the Northeast USA to the Ozarks requiring our people to make detours north and south in an attempt to race the flood waters. Then Martial Law is declared and we have another set of roadblocks from corrupt authorities again trying to block our access to the Ozarks by every means possible. The eastern and western regions of the USA are NOT SAFE. The Yellowstone Caldera out west is going to blow later in the timeline like the Mississippi River Valley is going to liquify from Michigan all the way to the Gulf Coast once ELE gets here and the salt dome area to the south suffers collapse. The Eastern Seaboard Fault System is going to unlock as the New Madrid Fault Zone erupts with activity to initiate the liquification of t he entire Midwest, which will cause meltdown scenarios of multiple nuclear power plants that turn the area east of the Mississippi River into a literal dead zone. That is why everyone east of the Mississippi must plan to make the trip WEST to be in the central USA before the liqufication of that area ‘and’ before the solar storm threat knocks out the power grid and communication grid much earlier in the timeline. Everyone stuck in the eastern and western USA beyond the power/communication grids going down will be stuck in DEAD ZONES. That is why you must take these warnings seriously and get to the Ozarks before the solar threat in August and perhaps before the staged event that could come around the 7/7/2011 Sun/ELE/Saturn alignment. Terral”

    www.earth-issues.com/

    RépondreSupprimer
  5. http://www.thepressproject.net/external.php?link=http://bit.ly/ixiIZ9&id=5140

    il y aura d'autres formes d'incendies qui feront de gros dégats ...

    RépondreSupprimer
  6. Bon, pour ce qui précède, j'ai lu hier sur meteogerard, qu'il parlait d'activité sismique pour le mois d'août, région Fukushima,...
    Faudrait pas quand même tomber non plus dans la névrose, ça semble à la mode en ce moment :-)
    Je lisais aussi sur wikipédia, concernant le film "2012", que la date de Noël 2012 n'était pas juste, ce serait plutôt, soit le 28 OCTOBRE 2011 ou décembre 2120,...

    RépondreSupprimer
  7. la névrose est dépassée ...la psychose est là ...et elle est amplement justifiée , n'en déplaise aux indécrottables ,peu importe la date exacte ...mais ce ne sera pas en 2160...ou 2020 ...mais beaucoup plus tôt ...les changements sont à portes ...occidentales ...

    RépondreSupprimer
  8. sont à nos portes ...

    RépondreSupprimer