samedi 18 juin 2011

Grande demande de dépistage de radioactivité à Fukushima


Lien transmis par le blog aweb2u

FUKUSHIMA (17 juin 2011)—Faire le dépistage de radioactivité est devenu un exercice de routine pour de nombreux résidents de la préfecture de Fukushima pendant que les travaux continuent pour stabiliser la centrale frappée de désastre.

Un responsable du dépistage des radiations à Fukushima city a dit que ceux qui viennent souvent pour les mesures sont des parents qui ont passé beaucoup de temps dehors avec leurs enfants, des employés de bureau sur le point de retourner dans leurs préfectures après un voyage de travail à Fukushima et des résidents qui font du jardinage.
Le 13 juin une femme au foyer de 38 ans a amené ses deux enfants, âgés de 5 et 7 ans, pour un examen par dosimètres.
« Je veux évacuer, mais je n'ai nulle part où aller. Je veux donc au moins contrôler mes niveaux de radioactivité, » dit-elle.
Un chauffeur de taxi d'Iwaki va voir l'affichage presque tous les jours.
« Je n'ai jamais eu de niveaux dépassant le standard, mais les passagers extérieurs à Fukushima se sentent plus soulagés si je leur montre un certificat », dit le chauffeur.
Jusqu'à maintenant, 200.000 tests ont été faits depuis le 13 mars, incluant ceux de visiteurs répétés comme le chauffeur de taxi. La population de la préfecture est d'environ 2 millions de personnes.
Neuf centres de dépistage ont été installés dans la préfecture et même en juin, certains centres ont reçu entre 300 et 500 personnes par jour pour les tests.
Le 29 mars a été le dernier jour où quelqu'un a été porteur d'un niveau de radiations au-dessus du standard requérant une décontamination.
« Il y a eu un changement entre le fait de confirmer l'exposition aux radiations et celui d'éliminer les inquiétudes à ce sujet et une publicité négative », a déclaré un responsable du gouvernement préfectoral en charge de la gestion de la catastrophe.
Les tests sur le public ont été étendus aussi aux espaces.
En juin, le gouvernement préfectoral de Fukushima a commencé à tester la radioactivité de tous les jardins d'enfant, les écoles primaires, les collèges et lycées de la préfecture ainsi que les autres installations publiques fréquentées par les enfants.
Le gouvernement préfectoral établira un système télémétrique dans environ 500 écoles pour surveiller les niveaux 24 heures sur 24.
Il prévoit de distribuer de petits dosimètres à 34.000 enfants environ fréquentant des garderies, des jardins d'enfant et des écoles primaires et secondaires de la ville, sauf à ceux qui sont faits par le gouvernement central. Les niveaux cumulés de radioactivité seront mesurés pendant 3 mois à partir de septembre.
Le coût total du programme sera d'environ 160 millions de yens (deux millions de dollars US). Date et Kawamata distribueront aussi des dosimètres à tous les enfants du primaire et du secondaire.
La diffusion des tests a également conduit à une certaine confusion.
Le gouvernement du village d'Itate avait afficlé les résultats des mesures de radiations devant le bâtiment du gouvernement, mais a du arrêter provisoirement les annonces parce que les résultats étaient différents de ceux effectués par l'administration préfectorale.
Selon les responsables de la société de Tokyo qui fournit les équipements à Itate, le niveau de radiation au 30 mai était d'environ 8,9 microsieverts/h. Les résultats publiés par le gouvernement préfectoral pour cette zone donnaient 2,8 microsieverts/h.
Les responsables de la société ont réduit le nombre de types de radiations testées et ont élevé le compteur à 1 mètre comme celui utilisé pour les tests du gouvernement préfectoral. Cela a donné un résultat de 3,8 microsieverts/h.
Mais le dépistage le plus détaillé peut ne pas soulager les inquiétudes des habitants de Fukushima sauf si les effets sur la santé sont mis au clair.
Nozomu Asukai, un député à la tête de l'institut des sciences médicales de Tokyo, a déclaré que les habitants avaient deux inquiétudes majeures : les effets de la radioactivité sur la santé de leurs enfants et si le gouvernement et TEPCO publiaient toutes les informations pertinentes.
Du fait que les résultats peuvent varier largement en fonction du type et de la qualité de l'équipement utilisé aussi bien que des lieux testés, les experts ont dit qu'il est plus important de se concentrer sur la quantité cumulée d'exposition que des changements quotidiens de niveaux.
Le gouvernement a fixé un niveau d'exposition annuel de 20 millisieverts comme repère pour décider si les habitants doivent évacuer une zone.
« La mesure des niveaux de radioactivité avec un objectif de standard apportera probablement la paix » a dit Shunichi Yamashita, enseignant de médecine radioactive à l'université de Nagasaki et conseiller sur le contrôle des risques radioactifs pour la santé à la préfecture de Fukushima.
« Mais ce qui est le plus important n'est pas d'être exposé à plus de 20 millisieverts », ajoute-t-il. « Il sera presque impossible de dépasser ce standard dans l'environnement du mode de vie actuel, j'espère donc que les gens ne seront pas facilement influencés par les chiffres des mesures quotidiennes. »
Traduction par Hélios

2 commentaires:

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !