mercredi 25 mai 2011

Tests sur les centrales nucléaires de l'UE

Romandie News

Nucléaire: Bruxelles avalise des tests de sûreté décriés par les écologistes


BRUXELLES - La Commission européenne s'est déclarée mercredi très satisfaite de l'accord obtenu la veille sur les tests à mener pour vérifier la résistance des centrales nucléaires de l'UE, jugés toutefois insuffisants par les écologistes.

Le commissaire européen à l'Energie Gunther Oettinger, qui refusait au départ un traitement différencié, a été contraint d'avaliser le principe d'une procédure de vérification pour les actions terroristes contre les centrales dissociée des autres tests.

Il a également dû préciser les limites de son action. Ces tests seront menés sur une base volontaire dans les 14 Etats utilisant le nucléaire civil dans l'UE et la Commission n'est pas habilitée à demander l'interruption immédiate du fonctionnement d'une centrale jugée trop vulnérable, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse.

Je sais qu'il y a des attentes en ce sens au Parlement européen, en Allemagne et en Autriche, mais ce ne sera pas le cas, car ce n'est pas mon mandat, a-t-il expliqué.

La décision de fermer une centrale doit être prise par les autorités du pays concerné, a-t-il rappelé.

M. Oettinger avait dramatisé le débat à l'origine en annonçant son refus de cautionner des tests de résistance ne tenant pas compte d'actes terroristes, une compétence des Etats.

Or l'accord approuvé par le groupe des régulateurs européens dans le domaine de la sûreté nucléaire (Ensreg) dissocie la sûreté des centrales face aux risques de catastrophe naturelle ou d'accident, et leur sécurité face à des actes terroristes ou sabotages.

Ces tests sont loin d'avoir la rigueur nécessaire pour évaluer correctement la sûreté de nos réacteurs et réduire au maximum le risque d'accidents, ont dénoncé mercredi les eurodéputés Verts.

De toute évidence, le Commissaire européen à l'énergie Günther Oettinger a perdu la lutte face aux autorités britanniques et françaises, et n'a pas réussi à imposer des +stress tests+ totalement transparents et indépendants, qui prennent en compte tous les critères nécessaires, a commenté le Français Yannick Jadot.

L'accord prévoit des tests de sûreté très poussés pour vérifier la résistance des centrales nucléaires à des catastrophes naturelles, comme les séismes et les inondations, et les conséquences de tout type d'accident d'origine humaine ou naturelle, comme un accident d'avion ou l'explosion d'un pétrolier.

Mais les régulateurs ont souligné n'avoir aucune compétence contre le terrorisme et ont préconisé la constitution d'un groupe de travail composé par des experts des Etats et des représentants de la Commission dont le format, le mandat et les méthodes de travail restent à arrêter.

Les dirigeants de l'UE ont demandé aux régulateurs de s'entendre sur les critères des tests à mener pour contrôler la résistance des installations nucléaires de l'UE, dont les 143 réacteurs en activité, pour limiter les risques d'un accident comme celui de Fukushima au Japon.

Ils seront cruciaux pour les vieux réacteurs. Certains sont en activité depuis plus de 30 ans, notamment ceux de la centrale de Fessenheim en France, construite en bordure du grand canal d'Alsace (Est), sur une zone sismique et proche de l'aéroport international de Bâle-Mulhouse.

L'accord va permettre de commencer les tests de sûreté dès le 1er juin et un rapport sera soumis aux dirigeants de l'UE le 9 décembre.

Un contrôle complémentaire sera réalisé par sept éminents experts d'autres Etats, et les conclusions rendues publiques.

Seules les mesures concernant la sécurité resteront confidentielles pour ne pas donner de mauvaises idées à des personnes mal intentionnées.


(©AFP / 25 mai 2011 14h54)

6 commentaires:

  1. juste en avant gout, ce qu'on écrivait avant fukushi-marre :
    http://www.seg.etsmtl.ca/hbelisle/nucleaire/nucleaire.html

    la conclusion de l'époque :
    L’avenir du nucléaire dépendra de notre souci de sécurité lors de son utilisation. (sans déconner, waouh ) La population mondiale devra s’habituer à vivre en sa présence puisqu’il constitue une ressource naturelle inépuisable et durable. La recherche dans l’amélioration de son utilisation et de son renouvellement doit continuer. Les combustibles classiques comme le charbon, le pétrole, le bois (dans l’état actuel de l’environnement) risquent de disparaître d’ici peu. Au risque de déplaire à plusieurs environnementalistes, la population doit se préparer à cohabiter avec le progrès que représente l’industrie nucléaire. Le progrès tient compte toutefois de l’énergie solaire, éolienne, marée-motrice, de l’hydrogène, etc... Le progrès signifie, selon les ingénieurs, une génération de réacteurs plus simples, moins chers à opérer et surtout plus sécuritaires. La conception d’un réacteur sécuritaire ne devrait pas être la seule préoccupation des ingénieurs. L’implantation d’une centrale doit satisfaire des études géologiques, sismologiques, météorologiques, hydrologiques, écologiques, biophysiques, démographiques, sociologiques, territoriales, économiques, etc...

    la mienne : puisqu'ils nous ont dit merde avec la sécurité, on peut leur dire merde aussi !

    Le nucléaire est bel et bien mort à Fukushima !

    RépondreSupprimer
  2. 0.09 microSv/h
    Salon de P-ce
    M.

    RépondreSupprimer
  3. Hello,

    Merci. Des amours vous êtes!


    Bisous, Léa.

    RépondreSupprimer
  4. Helios, excuses moi, je me permet de passer un message par le biais de ton blog.


    Jade, bonjour,

    J'ai du mal a lire et a poster sur ton blog. La page se bloque a chaque fois et je suis obligée de quitter. Pardon .... mais ne change rien, cela vient de mon PC.

    Flûte, nous devons télépathiser alors ... :) Je sors mes antennes ....

    Je t'embrasse fort, Léa.

    RépondreSupprimer
  5. juste aller lire ici :
    http://paul-keirn.over-blog.com/article-fukushima-25-mai-2011-quoi-de-neuf-n-62-dernieres-nouvelles-nature-s-74616939.html

    irlande pas de nucléaire,
    la suisse ne donne pas de suite au nucléaire,
    enquête demandée
    La Criirad a réclamé mercredi au gouvernement une enquête sur l'évaluation de l'impact en France de Fukushima

    et petit rappel :
    L’Article III de l’Accord stipule également: L’Agence Internationale de l’Énergie Atomique et l’Organisation Mondiale de la Santé reconnaissent qu’elles peuvent être appelées à prendre certaines mesures restrictives pour sauvegarder le caractère confidentiel de renseignements qui leur auront été fournis... Comme indiqué précédemment, cette confidentialité a conduit à la non-publication des actes de la Conférence OMS de Genève (1995) et de Kiev (2001) sur “les conséquences de Tchernobyl et d’autres accidents radiologiques sur la santé”

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !