dimanche 15 mai 2011

Michio Kaku très pessimiste quant à l'évolution de la situation

Jean-Pierre Petit:
Michio Kaku
Le professeur Michio Kaku pense que le site de Fukushima resterait extrêmement vulnérable à une autre secousse sismique. Il dit que les techniciens de la centrale continuent d'arroser les réacteurs, mais qu'il y a des fuites et qu'une masse d'eau contaminée envahit les sous-sols, doit être pompée, et que quand les cuves de stockage de cette eau sont pleines les Japonais la relâchent dans l'océan. Les mesures de couverture des réacteurs envisagées par TEPCO ne visent qu'à s'efforcer d'empêcher des poussières radioactives de partir dans l'atmosphère, en contaminant les terres avoisinantes. Les dirigeants de TEPCO sont incompétents et n'ont songé qu'à une chose : sauver leur investissement.
Kaku se montre extrêmement critique et dit que la confiance de la population japonaise envers son gouvernement est en chute libre.Il ajoute que les japonais se font des illusions quand ils demandent "quand ils pourront revenir dans leurs lieux d'habitation". Une "dead zone" subsistera. Il termine en disant qu'il a fallu attendre 14 ans avant d'ouvrir la cuve du réacteur de Three Miles Island, dont une partie du coeur avait fondu, mais où le corium n'avait pas quitté l'enceinte du réacteur, sa cuve, ce qui n'est pas le cas au Japon. Il évalue à un minimum de trente années le temps qu'il faudra aux Japonais pour nettoyer le site de Fukushima.
Les choses n'ont pas l'air de s'améliorer, au pays du Soleil Levant. Le bâtiment d'un des réacteurs, le numéro 1, prend du gîte et semble s'enfoncer dans le sol.
Aucune mesure énergique, à la hauteur de la situation, "à la russe", n'a été prise dans les jours ou semaines qui ont suivi la catastrophe. Il aurait fallu dégager immédiatement les accès (ce que TEPCO ne commence à envisager que maintenant !). Puis dégager les débris, pour pouvoir ... faire quelque chose. Les Japonais ne sont pas en reste en matière de manipulation de charges très lourdes avec des ponts roulants, dans leurs installations portuaires et dans leur industrie sidérurgique. La mise en oeuvre de tels moyens, pour nettoyer le site, enlever les débris recouvrant les réacteurs, n'a pas été entreprise, par pingrerie, incompétence et indécision. Comme le note Kaku dans son interview, au Japon personne ne sait qui "manage" cette situation de crise. Personne, en fait. Les autorités politiques sont incompétentes. Le premier ministre est une marionnette qui "renonce à son salaire", comme cela était la seule chose qu'il ait trouvé à faire. Les spécialistes du nucléaire, requis pour se rendre sur les lieux et prendre les choses en main, se sont défilés.
Le tonneau des Danaïdes
Pour amener à pied d'oeuvre des moyens lourds, ou les construire, il faudrait opérer des réquisitions, mettre des milliards de dollars sur la table, avoir un véritable plan, prendre les choses en main. Mais à TEPCO personne ne semble avoir de plan. On observe et on arrose....
Comme le rappelle Kaku, ce qui se trouve entreposé à Fukushima est une véritable bombe, en particulier à cause des éléments combustibles "usés", ou non encore utilisés, contenus dans les piscines. Si une des piscine s'effondre, ces éléments, jetés les uns contre les autres, peuvent entrer en criticité.
Certaines cuves de réacteurs, pour ne pas dire toutes, se comportent comme des tonneaux des Danaïdes. C'est sans doute l'image la plus pertinente..
Sur le terrain des dizaines de techniciens font un peu n'importe quoi, tandis que des dirigeants du groupe démissionnent ou s'écrasent la face contre terre.
Comme rien n'a été fait, sauf refroidir à la lance d'arrosage, ce qui n'est qu'emplâtre sur jambe de bois, la situation évolue défavorablement dans les différents réacteurs. On commence de plus en plus à penser que l'explosion du réacteur numéro 3 ne fut pas due à une simple explosion d'hydrogène, mais peut être à une "prompt reaction", à un début de réaction en chaîne dans un ensemble de barres combustibles entreposées dans la piscine toute proche du réacteur. On entend dire que des débris de barres combustibles auraient été retrouvés à grande distance de la centrale.
14 mai 2011 :
Dernières informations :

Divulgations de TEPCO : Réacteur n°1, enveloppe inox 304L fissurée et cuve percée suite à l’effondrement et à la fusion des barres de combustibles, très importantes fuites hautement radioactives, refroidissement impossible, eau à moins 5 mètres, le cœur du réacteur est maintenant exposé à l’air (...), le devenir devient problématique et incertains aussi pour les réacteurs n°2,3 et 4.
Le calendrier du plan de stabilisation de TEPCO totalement remise en cause, créations de sarcophages d’encapsulage des bâtiments réacteurs en béton accrochés sur le rocher à moins 50 mètres en étude d’urgence avec de la zéolite pour absorber les matières radioactives.
Toute dernière information sous réserve et qui reste à être confirmée : le bâtiment du réacteur N° 4 se serait incliné ou s'enfonce, des travaux de consolidation d’urgence seraient en cours (cette information US est aussi visuelle, en principe pas d’effet d’optique, si elle est confirmée, pourrait signifier de graves développements). 

Rappel : la confirmation de cette information est en attente.

5 commentaires:

  1. 0.10 microSv/h
    salon de p-ce
    M.

    RépondreSupprimer
  2. http://blog.alexanderhiggins.com/2011/05/15/radiation-experiments-black-people-left-holes-heads-warning-graphic-video-22774/

    RépondreSupprimer
  3. http://www.bibleetnombres.online.fr/enlevement_21_mai_2011.htm

    RépondreSupprimer
  4. Annecy 16 mai 2011 0,12 μSv/h

    Pour la bonne bouche, si je puis dire, on m'a offert ces jours derniers un excellent Bordeaux Château Chante Alouette 2000 (Année exceptionnelle)

    RépondreSupprimer
  5. Et ben, Chantalouette, tu joue la modeste... c'est quand que tu nous invite dans ton chateau?? ;-)

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !