Bistro Bar Blog

mardi 23 octobre 2012

Aucune raison de craindre la mort


Suite aux commentaires sur ma question concernant décembre 2012, certain(e)s ont manifesté de la peur, qui est  LA  peur fondamentale, celle de la mort. Voici un article qui pourra, je l'espère, les réconforter...

Quant à mon ressenti personnel sur la fin de l'année, je dirai que je n'éprouve qu'une consternation devant cette orgie de prédictions catastrophistes.  Je ressens aussi que la Terre a bien besoin d'un coup de  main pour nettoyer et contrecarrer les égrégores malfaisants associés à cette idée de fin du monde, qui circulent depuis bien longtemps et qui sont savamment entretenus par les hiérarchies de l'ombre. Certaines entités se nourrissent des peurs des humains.

Il ne faut pas oublier que l'Âge Noir (le Kali-Yuga des Hindous) doit durer encore 400.000 ans, que cela vous plaise ou non. Alors quand on évoque le dernier trimestre 2012....



Aucune raison de craindre la mort




Waking Times, 18 octobre 2012


Être conscient de la mort ne signifie pas la craindre, mais de se rendre compte que c'est une partie du processus de renouvellement de l'univers. 

 
La mort n'est pas un sujet auquel nous pensons souvent ou avec lequel nous sommes vraiment à l'aise. En fait, un certain nombre de sociologues contemporains estiment que malgré la liberté de pensée généralisée de l'époque actuelle, la mort est l'un des sujets où l'ampleur du tabou a effectivement augmenté. 

 
Il existe deux points de vue principaux pour comprendre la mort . Premièrement, que la mort fait partie intégrante de la vie. Tous les organismes évoluent et se renouvellent en simultané d'une certaine façon, nous sommes morts et vivants au même moment. Comment sommes-nous du fait que malgré notre sentiment d'être en parfaite santé tout en lisant cet article, au même moment des millions de cellules de notre corps sont en train de mourir ? Notre corps est composé de cellules, et les cellules sont faites d'atomes, qui à leur tour sont constitué d'électrons, de protons et de neutrons. Ces particules subatomiques, se déplacent à une vitesse incroyable, font en permanence des allées et venues dans notre vie. 

 
Ces atomes et molécules vibrent, dansent en simultané et se reconfigurent en permanence. Il en va de même pour nos cellules qui se décomposent sans cesse, pour se régénérer: 98% des atomes du corps humain sont remplacés chaque année, les parois de l'estomac en perdent partiellement chaque fois que nous mangeons et se reconstruisent environ tous les cinq jours, des cellules de peau, d'ongles et de cheveux meurent en permanence et sont à nouveau fabriquées chaque mois. Ces cellules individuelles meurent et se renouvellent fréquemment, ce qui fait que l'ensemble (notre corps) peut vivre. De même, nous sommes une petite partie d'un ensemble plus vaste (l'univers), et nous mourons et nous renouvelons pour garder en vie un plus grand ensemble. 
 
Deuxièmement, l'univers est totalement fluide et il n'existe aucune rigidité nulle part – et donc, tout et chaque organisme se transforme constamment. Lorsque nous mangeons une pomme, son essence ne disparaît pas, ses éléments nutritifs ne font que se transformer en énergie à l'intérieur de notre corps. 

 
De même, si elle tombe sur le sol, elle se décompose dans la terre, pour peut-être se transformer un jour en nourriture pour un autre pommier. Les glaciers se transforment en rivières et les océans en nuages – alors que leur composition sous-jacente reste constante, le changement de fréquence vibratoire des molécules d'hydrogène et d'oxygène produit différentes formes physiques de glace et de vapeur.

 
De même, un adulte a été une fois un enfant, et l'enfant a été une fois un ovule fécondé. Au travers de toutes ces formes, œuf, enfant et adulte, la seule constante est une conscience sous-jacente. Toutes les apparences extérieures sont éphémères – la seule chose éternelle est la conscience sans forme qui se manifeste sous différentes formes ici et là.



C'est une autre chose que nous basant sur des croyances conditionnées, nous avons tendance à nous identifier assez fortement à notre forme physique – corps, esprit et sens. Nous n'arrivons pas à reconnaître que la forme physique n'est pas une matière solide, même si elle apparaît telle, mais essentiellement une énergie fluide – la même énergie qui fait fonctionner l'univers. Cette énergie (ou conscience) est non née et impérissable et que nous soyons morts ou vivants sous une forme humaine, nous restons cette conscience. Sinon, comment décririez-vous la transformation des formes dans les exemples ci-dessus?

 
Diriez-vous que la pomme est morte, ou que l'œuf ou l'enfant sont morts, même s'ils ont physiquement cessé de l'être à un moment donné dans le temps? Ainsi, alors qu'on peut mourir dans le plan physique, nous ne mourrons jamais dans le plan spirituel. Une fois compris cela, nous pouvons apprécier, comme il est dit: «Nous ne sommes pas des êtres humains ayant une expérience spirituelle, mais des êtres spirituels vivant une expérience humaine."



En nous familiarisant avec ce processus de réflexion, celui-ci nous donne une perspective du but de notre existence. En voyant le caractère éphémère de toutes les expériences de nos sens, nous commençons à moins nous identifier à notre corps physique. Ensuite, nous réalisons également la futilité de nos nombreuses et vaines poursuites des titres, du pouvoir, de l'argent et des succès extérieurs. Quand nous sommes ne serait-ce qu'un minimum préparés à mourir, nous pouvons mieux apprécier chaque bel instant de la vie. Le but d'une réflexion sur la mort n'est pas de la craindre en permanence, mais de vivre avec une conscience de la fragilité de notre existence. Réfléchir sur la mort nous conduit à nous concentrer sur la façon dont nous voulons consacrer nos vies à des objectifs plus significatifs. Ce n'est que lorsque nous commençons à comprendre la mort, que nous apprenons vraiment à commencer à vivre. Comme le disait David Wolpe, un rabbin accompli : ''Le but de la vie n'est pas de savoir si l'immortalité existe, mais de vivre pour la mériter."


Cette sagesse à propos de la mort, nous ne commençons à n'en prendre conscience qu'en vieillissant et en remarquant les limitations dues à notre existence égoïste. Cela arrive quand les gens commencent à réaliser l'impermanence de leurs activités et acquisitions égoïstes. Alors que la mort se rapproche, l'attachement aux possessions et à la forme commence à s'estomper. Cela arrive quand on tend à devenir plus compatissant et à se centrer sur le service aux autres. 

 
Pendant la plus grande partie de notre vie, nous ignorons de prêter une attention à ces questions. Vous savez quoi, nous sommes un peu comme le père de Bouddha, le roi Çouddhodana, qui espérait qu'aussi longtemps que son fils n'aurait pas été exposé à la mort, à la maladie ou à une quelconque souffrance, il n'abandonnerait jamais ses ambitions mondaines. 

 
D'une certaine manière, nous pensons tous que dès lors que nous ne pensons pas à la mort, la vie est sans problèmes. De même, parfois, les gens craignent que s'ils se concentrent trop sur ces questions, ils pourraient perdre tout intérêt à la vie en général – y compris leur vie professionnelle et familiale. Cette peur fait alors que nous nous accrochons au monde des attachements et à la forme matérielle. Cependant, quand nous réfléchissons profondément à la mort, nous nous rendons compte que ce n'est pas nécessaire. En fait, en nous comportant ainsi avec une attitude de lâcher-prise et d'abandon, notre productivité au travail augmente et nos relations s'épanouissent.


L'important ici est que si cette manière de vivre en évoluant spirituellement devient primordial à un âge plus avancé, comment pouvons-nous apprendre à vivre de cette façon pendant notre vie? ''N'as-tu pas honte", disait Sénèque, le philosophe romain "de ne te réserver que pour ce qui reste de ta vie, et de ne réserver ta sagesse qu'à un moment où tu ne peux plus te consacrer à une entreprise? Combien tard c'est de commencer à vivre juste au moment où nous devons cesser de vivre." Si seulement nous pouvions commencer à vivre de cette façon quand nous sommes plus jeunes, nous pourrions nous créer une vie pleine de sens.



SOURCE



Traduit par Hélios du BBB.

6 commentaires:

  1. Coucou Hélios, ça va?

    Je vais mettre mon grain de sel dans le débat. Pour moi, tout ceci fait parti du vaste plan appelant le Nouvel Ordre Mondial, car le tapage autour du 21 Décembre n'est pas un hasard.

    Bien entendu, je ne sais pas ce qu'il va se passer, mais ce sera de l'ordre militaire ou institutionnel. Pour le reste, car je pense que ce ne sera pas fini, ce sera plus tard...

    Et je pense sincèrement que le Nouvel Ordre Mondial ne pourra s'installer. Certaines "choses" nous promettent que c'est lorsque tout paraîtra perdu que les choses changeront vraiment.

    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour mon ami Ferlinpimpim,

      Merci de ton commentaire, avec lequel je suis globalement d'accord. Il ne faut pas être dans l'illusion.

      Peut-être te verrons-nous demain soir ?

      Supprimer
  2. Bonjour Hélios et Ferlinpimpim,

    Je vous rejoins tout à fait dans vos propos à cela près que les énergies de la planètes s'élèvent, c'est indéniable et c'est sans doute de cette fin de monde-là dont il est question. Je veux dire la fin du grand sommeil dans lequel est plongé l'humanité. Le temps s'accèlère, l'intuition augmente, les sens s'affinent et des tas de symptômes curieux affectent les gens déjà dans ce processus comme si notre ADN recevait un message (l'ADN étant en quelque sorte l'émetteur-recepteur de nos cellules). Il a été prouvé scientifiquement que l'ADN pouvait se modifier par des fréquences reçues. Comme on n'en doute pas tout est fait pour saboter notre ADN (dois-je citer les chemtrails dont on sature le ciel volontairement, les médicaments, les saloperies dans la nourriture, les ondes électro-magnétiques, etc...) mais on dirait bien que d'autre part nous recevons une énergie encore plus puissante qui annhile ceci en nous apportant davantage encore. Cela expliquerait pourquoi de nombreuses personnes se sentent toutes cassées et fatiguées et puis vont bien tout à coup sans avoir subi le moindre traitement. Je ne prétends pas détenir la vérité mais c'est ce que mon intuition, mon ressenti me suggère. Je sais que le troll qui vient régulièrement poster dans les commentaires pour insulter les gens va s'en donner à coeur joie mais s'il savait comme je m'en moque ;) Bref, ce n'est que mon ressenti mais si ça peut vous aider à ne pas sombrer dans le pessimisme alors tant mieux. Si ça en fait ricaner d'autre alors tant mieux aussi (mieux vaut rire que pleurer) et moi je tiens à remercier Hélios pour son blog qui est une soupape d'air frais au quotidien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le troll est dépassé par les événements, semble-t-il...

      Supprimer
    2. Merci Eyael pour ce commentaire que je trouve juste (le troll y compris !)

      Supprimer
    3. oui merci Eyael (et d'autres !) c'est exactement comme cela que je perçois la situation actuelle.
      Ce fond de puissante Énergie qui nous vient du fond de l'univers nous modifie en profondeur , (avec les quelques mal-aises qui vont avec !). Ces fatigues passantes ressenties par ceux qui ne se précipitent pas à l'hôpital au moindre soucis, sont bien là chez tous ceux qui acceptent d'évoluer et de prendre le temps de le faire .
      Même si c'est assez difficile car certaines "factions" ,(qui y ont beaucoup à gagner !), font du forcing dans l'autre sens.
      Pauvre d'eux le jour où ...

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.