Bistro Bar Blog

lundi 3 décembre 2012

Accident de tunnel au Japon + Ultraman sur l'accident



Le tunnel qui s'est effondré dimanche conduisait au Mont Fuji. 

Étant donnée la force du séisme primitif et la fréquence des répliques depuis le 11 mars 2011(dont plusieurs récemment au large de Tokyo), je me demande si le sol japonais n'est pas déséquilibré un peu partout. Des scientifiques disent même que les 110 volcans du pays ont été déstabilisés. Il y a eu un séisme aussi près du mont Fuji il y a quelque temps.



  ********

Accident de tunnel au Japon: inspections dans tout le pays


TOKYO - Le ministère japonais des Transports a ordonné lundi l'inspection de tunnels autoroutiers construits sur le même type que celui qui s'est partiellement effondré dimanche, un accident qui a tué neuf personnes.

Le gouvernement nippon a promis un examen minutieux et indiqué que des investissements significatifs seraient probablement requis sur les infrastructures autoroutières qui, à l'instar du tunnel accidenté, datent en partie de la période de forte croissance économique des années 1950 à 1970.

Nous soupçonnons l'âge d'être une des premières causes possibles, a déclaré un responsable de l'entreprise Nexco qui gère le site où s'est produit l'accident, à environ 80 km à l'ouest de Tokyo.

Des ingénieurs ont commencé lundi d'examiner plusieurs autres tunnels bâtis sur le même modèle dans les environs. Il y en aurait une vingtaine de ce type au Japon.

Des images prises à l'intérieur du tunnel brisé ont montré des dalles de béton fracassées, indiquant une possible faiblesse au niveau de la structure centrale.

Selon Nexco, les inspections, qui ont lieu cinq fois par an, consistent essentiellement en un examen visuel pour détecter les éventuelles fêlures ou autres anomalies. Il y a aussi des vérifications acoustiques des parties en béton et en acier.

Toutefois, lors de la dernière visite régulière réalisée en septembre, ces contrôles acoustiques généralement effectués à l'aide d'un petit marteau n'ont pas été faits sur la structure de métal.

L'accident a eu lieu dimanche vers 08H00 du matin, lorsque la voûte du tunnel s'est affaissée sur une portion de l'autoroute très fréquentée qui relie Tokyo au centre et à l'ouest du pays.

Des images de caméras de sécurité montraient le tunnel encombré de dalles de béton tombées sur la voie, autour desquelles s'activaient des secouristes.

La police a ouvert une enquête pour négligence, a rapporté l'agence de presse Jiji.

Le tunnel de Sasago où s'est produit la catastrophe est l'un des plus longs du Japon (4,7 km).

Je présente mes plus profondes condoléances aux proches des victimes, a déclaré le patron de Nexco, Takekazu Kaneko, assurant que la priorité était aux secours et à la sécurité.

Le Japon, recouvert de montagnes volcaniques et à la merci des séismes, totalise quelque 1.500 tunnels sur le seul réseau autoroutiers, dont un quart ont plus de 30 ans, et des milliers d'autres sur les voies plus étroites ainsi que sur les chemins de fer.

Le Premier ministre, Yoshihiko Noda, a exigé du ministère des Transports qu'il fasse tout son possible pour déterminer rapidement la cause de l'accident et prenne les dispositions qui s'imposent pour éviter d'autres cas, a indiqué lors d'une conférence de presse le porte-parole du gouvernement, Osamu Fujimura.

Et de préciser: Nous devrons investir significativement dans les réseaux routiers et de transport pour en garantir la longévité.



Romandie News

**************************************

Ultraman nous livre son enquête sur les causes de l'accident :


Accident du tunnel Sasago : Des panneaux de béton du plafond sont tombés quand les boulons de métal vieux de 35 ans qui maintiennent les panneaux ont lâché


C'est la conception la plus stupide que j'ai jamais vu. Mais je ne suis pourtant pas ingénieur.


9 personnes ont été tuées quand des panneaux de plafond en béton du tunnel Sasago dans la préfecture de Yamanashi ont cédé et sont tombées sur des automobilistes qui se trouvaient dans le tunnel.

Les reportages des médias tentent d'expliquer que les panneaux du plafond étaient assurés par des crochets de métal, non, ils pendaient du plafond, oh attends, non, ils étaient attachés au mur séparant les deux voies du tunnel au milieu, non, ils étaient attachés par des boulons en métal. Je pense que les journalistes ne sont pas ingénieurs non plus.

J'ai finalement trouvé ce schéma qui semble plus ou moins précis.

D'après le site d'info ''Iza'' :

Depuis l'ouverture du tunnel en 1977, il n'y a eu aucune maintenance, aucun test des boulons qui assurent et supportent les panneaux de plafond en béton (1,2 tonne chaque). Aucune trace d'un quelconque remplacement des boulons. La seule chose faite tous les 5 ans est une inspection visuelle. Pourquoi ? Parce qu'une inspection physique n'est pas exigée par la loi, et comme les boulons sont ancrés à l'endroit le plus haut du tunnel, ils sont inaccessibles.
Après avoir envoyé des tweets pour voir à quoi ressemblait le plan du tunnel, j'ai reçu des schémas qui montrent comment les boulons et les suspensions métalliques étaient attachés sur chaque panneau.

16 boulons de 1,6 cm de diamètre et de 23 cm de long, fixent une plaque métallique au plafond, à l'aide d'un ancrage chimique. La plaque de métal maintient une barre métallique de 5,30 m de long, reliée plus loin à une autre plaque de métal maintenant deux panneaux de béton de 1,2 tonne chacune et mesurant 5 m x 1,20 m x 8 cm. La cloison centrale n'est pas reliée au plafond, mais le but semble être de sécuriser la barre métallique à laquelle sont suspendus les panneaux de plafond. (le dessin est du Tokyo Shinbun).
Maintenant pourquoi ont-ils eu besoin de cette étrange structure qui semble ad hoc ? (en réalité ce n'est pas ad hoc, car cette structure était en place quand le tunnel a ouvert en 1977). Il s'est avéré que l'air dans le tunnel avait tendance à stagner et avec le trafic chargé en motoristes qui devait s'arrêter dans le tunnel pour une longue période de temps le risque d'un empoisonnement au monoxyde de carbone était élevé. Ils ont donc eu besoin d'une structure qui permettrait un passage d'air efficace. Ils décidèrent donc de créer des tuyaux de ventilation en cloisonnant le tunnel avec des panneaux de béton suspendus au plafond par des barres métalliques qui seraient supportées par un mur de béton qui séparerait le passage des tuyaux en deux, et une barre métallique serait boulonnée dans le plafond. (j'espère que vous avez compris)

Qui étaient les entreprises générales qui ont fait ce travail ? J'ai cherché un peu partout et il n'y a que des rumeurs. Aucun article des médias ne mentionne leur nom.

Rumeurs ou non, le prix des actions a grimpé d'un tiers pour les entreprises générales à la bourse du Japon lundi. Kumagai-gumi, l'une des entreprises les plus qualifiées dans les tunnels, a grimpé de plus de 10 %.

Pourquoi ? Parce que la bourse pense qu'il est aujourd'hui absolument certain que le gouvernement japonais va faire un autre emprunt pour les travaux publics, pour répondre à la peur des citoyens et au scandale de leur infrastructure aussi rapidement détériorée. Comme le dit l'un de mes abonnés, ce n'est pas qu'il y ait une entreprise générale plus qualifiée qu'une autre pour la maintenance (ce n'est pas le cas).

Bon, 35 ans de maintenance différée, ça fait des merveilles.


3 commentaires:


  1. """Le tunnel qui s'est effondré dimanche conduisait au Mont Fuji.""""

    L'inconvénient majeur quand n'importe qui annonce des nouvelles !

    Le tunnel ne c'est pas effondré !

    C'est une structure secondaire qui a eu un problème !

    ""C'est la conception la plus stupide que j'ai jamais vu. Mais je ne suis pourtant pas ingénieur."""
    Le summum de l'ânerie ! Il est pas ingénieur !
    Alors il ferait mieux de ce taire !

    RépondreSupprimer
  2. Jacqueline
    Tout celà est bien triste vraiment ils n'avaient pas besoin de cet accident comme on dit dans le midi ils ont "la scoumoune" ce n'est pas normal!!!

    RépondreSupprimer
  3. J'adore ce pays ça à l'air tranquille....

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.