Bistro Bar Blog

mardi 25 décembre 2012

Une petite histoire (7)


LE DAUPHIN


J'étais environ à 15 mètres sous la surface de l'eau, seule . Je savais que je n'aurais pas dû plonger seule, mais j'étais très compétente et j'ai pris un risque. Il n'y avait pas beaucoup de courant et l'eau était si chaude, si claire et si attirante. Quand une crampe m'a prise, j'ai tout de suite compris quelle bêtise j'avais faite. Je ne paniquais pas mais j'étais tordue de douleur par des crampes d'estomac. J'ai tenté d'enlever ma ceinture de plomb, mais j'étais tellement pliée en deux que je n'arrivais pas à saisir la boucle. Je coulais, incapable de bouger, et j'ai commencé à prendre peur. Je pouvais voir ma montre et je savais que dans très peu de temps, ma bouteille serait vide, je ne pourrais plus respirer. J'ai essayé de masser les muscles de mon ventre. Je ne portais pas la tenue de plongée, mais je ne pouvais pas me redresser et mes mains ne pouvaient pas atteindre les muscles contractés.

Je me disais :''Je ne peux pas partir comme ça ! J'ai des choses à faire !'' Je ne pouvais pas me laisser mourir de cette façon, en sachant que personne ne saurait jamais ce qui m'était arrivé. J'ai crié au secours dans ma tête :''Au secours ! N'importe qui, n'importe quoi, aidez-moi !''

Je m'attendais à tout sauf à ce qui s'est passé. Soudain, j'ai senti quelque chose derrière moi qui poussait mon bras. ''Oh non ! pensai-je, des requins !'' J'étais vraiment terrifiée, je me croyais perdue. Mais ce quelque chose soulevait mon bras irrésistiblement. Dans mon champ de vision apparut soudain un œil – l’œil le plus merveilleux que l'on puisse imaginer. Je jure qu'il souriait ! C'était l’œil d'un grand dauphin. En regardant dans cet œil, j'ai su que j'étais sauvée.

Il se glissa sous mon bras et appuya sa nageoire dorsale dans le creux de mon aisselle. Alors j'ai pu relaxer en le serrant contre moi, immensément soulagée. Je sentais que l'animal me communiquait son propre sentiment de sécurité, qu'il me soignait en même temps qu'il me soulevait vers la surface de l'eau. Mes crampes d'estomac ont disparu dans l'ascension au fur et à mesure que je me détendais, mais j'étais convaincue que l'animal y était aussi pour quelque chose.

À la surface de l'eau, il s'est dirigé vers la rive en continuant de me soutenir. Il m'a emmené si près du bord que j'ai commencé à avoir peur qu'il s'échoue. Je l'ai alors repoussé vers les eaux profondes, où il est resté pour s'assurer, je suppose, que tout allait bien.

On aurait dit qu'il m'avait donné une autre vie. En enlevant la bouteille d'air comprimé et la ceinture de plongée, j'ai enlevé tout le reste et je suis allée rejoindre le dauphin dans l'océan. Je me sentais si légère et libre et vivante et je n'avais qu'une envie : me baigner au soleil dans toute cette eau et dans toute cette liberté. Le dauphin m'a ramenée vers le large et s'est amusé dans l'eau avec moi. J'ai remarqué qu'il y avait plusieurs dauphins, un peu plus loin.

Au bout d'un certain temps, il m'a reconduite à la rive. J'étais très fatiguée, presque à bout de souffle, et il s'est assuré que j'étais en sécurité dans l'eau peu profonde. Puis il s'est tourné de côté et de profil, son œil me regardait fixement. Nous sommes restés dans cette position pour un temps qui m'a semblé très long, presque une éternité, comme dans une transe, avec des images de mon passé qui défilaient dans ma tête. Puis il a émis un seul son et il est allé rejoindre les autres. Et tous sont partis.


Élizabeth Gawain


2 commentaires:

  1. Magnifique histoire... Si elle est réelle, elle prouve bien que nous sommes tous reliés... Tous les êtres vivants sur cette planète...

    Joyeux solstice d'hiver et Noël à tou(te)s

    RépondreSupprimer
  2. Oui très belle histoire malgré que j'ai un peu de mal avec le début et les raisons du secours du dauphin

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.