mercredi 30 mars 2011

Pétition de la CRIIRAD

CRIIRAD - NUCLÉAIRE Transparence sur la radioactivité de l’air pour la protection des citoyens

CRIIRAD - NUCLÉAIRE Transparence sur la radioactivité de l’air pour la protection des citoyens

3490 signatures
Auteur :
CRIIRAD : 471 avenue Victor Hugo, 26000 Valence, FRANCE - Site : www.criirad.org
Description :
PETITION POUR URGENCES NUCLEAIRES ET REJETS RADIOACTIFS à la centrale nucléaire de Fukushima
A l'attention de Tous les gouvernements
Plus de 60 laboratoires d’analyse équipés de détecteurs de très haute précision sont répartis sur l’ensemble de notre planète et contrôlent quotidiennement la radioactivité de l’air. Leur mission : rechercher les très faibles quantités de produits radioactifs qui pourraient indiquer qu’un essai nucléaire a été effectué en violation du Traité d’Interdiction Complète des Essais Nucléaires (TICEN).
Les résultats de ces analyses permettraient de suivre, jour après jour, et depuis le 12 mars 2011, l’avancée des masses d’air contaminé par les rejets radioactifs de la centrale nucléaire de FUKUSHIMA DAIICHII.
C’est impossible car les données sont confisquées par les Etats. Les résultats sont transmis à des organismes officiels qu’ils sélectionnent et qui sont tenus de ne rien divulguer. Le réseau international de mesure est financé par de l’argent public. Les populations ont droit à cette information. Tous les chiffres doivent être publiés et non pas quelques chiffres soigneusement choisis par les autorités.
J’exige que les résultats d’analyse de la radioactivité de l’air du réseau soient rendus publics, INTEGRALEMENT ET SANS DELAIS . Payés par les citoyens de l’ensemble des pays, ils doivent leur être accessibles et servir à leur protection.

Télécharger la pétition en PDF :


http://94.23.16.204/criirad_telechargement_pdf/11-03-25_petition.pdf




Consulter le dossier spécial Accidents nucléaires au Japon de la CRIIRAD :


http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/japon/sommaire.html

Lien vers le texte : http://94.23.16.204/criirad_telechargement_pdf/11_03_25_doe_ctbto.pdf


Pour faire un lien vers cette pétition,
cliquez-ici
 
Merci à Syl pour m'avoir rappellé cet impardonnable oubli. 

3 commentaires:

  1. Ben, on n'est pas infaillible, non plus :-)

    RépondreSupprimer
  2. Ce matin sur le site du Monde

    On ne peut garantir qu'il n'y aura jamais d'accident grave en France"
    André-Claude Lacoste, préside l'Autorité française de sûreté nucléaire (ASN), a mis sur pied une cellule de crise pour conseiller les pouvoirs publics et informer la population depuis le début de la catastrophe de Fukushima.

    Quel regard portez-vous sur la crise nucléaire à Fukushima ?

    André-Claude Lacoste : Le Japon vit un drame absolu, effroyable. Le séisme et le tsunami ont fait au moins 25 000 morts, sans compter les sans-abri. L'accident nucléaire n'est qu'un élément de cette tragédie.

    Concernant l'état de la centrale, deux éléments sont positifs : les Japonais ont remplacé l'eau de mer par de l'eau douce pour refroidir les cuves des réacteurs et maintenir le niveau d'eau dans les piscines de combustibles usés ; et nous avons moins d'inquiétudes sur l'état de ces piscines.

    Pour autant, nous sommes toujours face à une crise majeure. L'issue dépend de deux facteurs : le rétablissement d'un refroidissement permanent des installations par de l'eau douce et la disponibilité d'une source froide. Il faudra un nombre considérable de semaines ou de mois, d'autant qu'il y a maintenant des fuites permanentes de radioactivité, sans qu'on sache très bien d'où elles émanent.

    Les conditions d'intervention sont extrêmement difficiles. Il ne s'agit pas d'"opérations suicide": on n'envoie pas les travailleurs à la mort. Mais leur temps d'intervention est très limité: on parle d'une vingtaine de minutes, ce qui est très court.

    Qu'en est-il de la contamination de la région de Fukushima ?

    Sur le site, la radioactivité est très intense. Alentour, il faut attendre de disposer de chiffres pour se prononcer. Tout dépend des concentrations que l'on trouvera, notamment en iode et en césium radioactifs. J'ai le sentiment que la zone d'évacuation de la population [dans un rayon de 20 km] et celle de mise à l'abri [10 km supplémentaires] représentaient des périmètres raisonnables.
    http://www.lemonde.fr/

    Si les français pouvaient oublier, un peu, leurs querelles politiques stériles et agir pour l'avenir de la Terre !!!!
    Cassandre

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !