mardi 22 mars 2011

On croit rêver...

La centrale de Fukushima n'était plus assurée depuis août 2010 !

Par Europe1.fr avec agences
Publié le 21 mars 2011 à 23h14 Mis à jour le 21 mars 2011 à 23h20

Les installations sont seulement restées couvertes pour les dommages causés aux tiers.
Les installations sont seulement restées couvertes pour les dommages causés aux tiers. © REUTERS
 
Le propriétaire du site nucléaire au Japon avait jugé les tarifs prohibitifs en août dernier.
Le site de la centrale Fukushima au Japon et ses six réacteurs nucléaires, ébranlés par le séisme et le tsunami du 11 mars dernier, n'étaient plus assurés depuis août 2010. La couverture était trop chère, avait estimé Tepco, l'opérateur de la centrale.
Quatre des six réacteurs de la centrale de Fukushima Daiichi ont eu leur système de refroidissement endommagé et présentent des risques de rejets radioactifs importants dans l'atmosphère.

Les dommages aux tiers couverts

La compagnie japonaise d'électricité Tokyo Electric Power, Tepco, propriétaire et opérateur du site, avait refusé de renouveler sa police d'assurance car elle jugeait les tarifs trop élevés pour les dommages causés aux installations. En revanche, les installations étaient restées couvertes pour les dommages causés aux tiers.
La loi japonaise n'oblige pas les exploitants de réacteurs à s'assurer pour les dommages qu'un accident nucléaire pourrait occasionner sur leurs propres installations. Elle les contraint en revanche à se couvrir pour les dommages qu'un accident pourrait causer aux tiers. Dans le cas de Fukushima, comme pour toute installation nucléaire, la loi japonaise fixe le plafond d'indemnisation à 120 milliards de yens, soit environ un milliard d'euros.

Les catastrophes naturelles exclues

Toutefois, les assureurs excluent le plus souvent les événements naturels majeurs, comme un séisme ou un tsunami, de la couverture. En outre, la convention de Paris sur la responsabilité des exploitants nucléaires exonèrent les exploitants eux-même d'indemnisation en cas de "cataclysme naturel de caractère exceptionnel". C'est donc l'Etat, qui, dans de telles occasions, prend en charge les indemnisations.


SOURCE


Un autre séisme au large de Sendaï de 6.6
Magnitude: 6.6
Mercalli scale: 8
Date-Time [UTC]: 22 March, 2011 at 07:18:45 UTC
Local Date/Time: Tuesday, March 22, 2011 at 07:18 in the moorning at epicenter
Location: 37° 18.600, 144° 1.800
Depth: 10 km (6.21 miles)
Region: Asia
Country: Japan
Distances: 246.1 km (152.92 miles) of Futawatashihama,
Source: EMSC

http://hisz.rsoe.hu/alertmap/read/index.php?pageid=seism_read&rid=192826

5 commentaires:

  1. La question qu'on peut se poser est: Pourquoi ont ils augmenter prohibitivement le cout de l'assurance de la centrale? Etait t'ils au courant d'un risque à venir?!?

    RépondreSupprimer
  2. Bien, ce qui est étrange, c'est que, selon un intervenant (Dendel)sur ce fil de discussion:
    http://www.forum-eco.fr/tremblement-de-terre-tsunami-au-japon-t4049.html


    "on ne connait pas la teneur du Mox japonais qui pourrait être bien plus élevé.
    Récemment, en 2010, le Japon avait publié sur ce sujet en annonçant "utiliser bientôt" un combustible à forte teneur en déchets recyclés."
    page2, post du 14 Mars 2011, 11:38


    "Il pourrait donc s'agir, "au minimum", d'un Mox ...matériau hautement radioactif, hautement toxique et fortement cancérigène ! ... ce qui expliquerait également la présence d'Uranium appauvri !
    En espérant, si tel est le cas, qu'il ne s'agisse "que" d'un Mox "ordinaire""
    page4 16 Mars 2011, 09:46


    "Je peux ajouter que ce réacteur contient 94 tonnes de Mox tout neuf (changé en septembre 2010)
    A noter que normalement les procédures prévoient de ne changer que 33% de combustible à la fois ...mais que là, "comme par hasard", la totalité a été remplacé.
    Si on "cauchemarde" un peu et qu'on essaye de faire un parallèle et quelques suppositions avec le fait qu'en janvier 2010, le Japon avait annoncer "à être prêt" depuis 2008 à utiliser un "Mox maison""
    page5,17 Mars 2011, 13:09


    "Tout d'abord, la radioactivité issue du plutonium est essentiellement d'ordre alpha de petite énergie. Ce sont donc des rayonnements avec une très faible pénétration et donc assez peu dangereux.
    Les rayonnement alpha sont arrêtés par quelques mètres d'air ou quelques millimètres de matière (papier, par exemple).
    Il émet également des particules alpha avec des noyaux plus gros et donc plus énergétiques mais en quantité faible. Ces rayonnement restent néanmoins faciles a arrêter par une combinaison NBC, par exemple.

    Le plutonium est dangereux à 2 niveaux :
    Par sa toxicité extrême sur l'organisme (comme je le disais, de l'ordre du microgramme pour être mortel), donc en tant que "poison" si il rentre dans l'organisme par inhalation, absorption, blessure....

    Il est donc inutile de chercher à relever des taux de radiation issus spécifiquement du plutonium puisque le danger n'est pas là !
    D'autre part, les particules alpha sont noyées dans un flux général puisque pratiquement toutes les émissions radioactive sont au moins partiellement composées de particules alpha.

    L'autre niveau est un peu plus "embêtant" :

    Il y a plusieurs isotopes du plutonium (du PU238 au PU243)
    Un seul est vraiment "emmerdant" : le PU239 (dit de qualité militaire) car il a la propriété, à la différence des autres isotopes d'être fissile sous une action neutronique à faible énergie (neutrons thermiques...).
    Les autres isotopes nécessitent des flux de neutrons rapides pour éclater.

    Cet isotope (239) est un "stade" de la capture neutronique qui apparaît après quelques jours ou 1/2 semaines après le début de la réaction. Si on veut obtenir un maximum de PU239, il faut donc retirer les barres quelques jours après leur chargement.
    La production de PU239 est absolument interdite par les traités de non prolifération !"
    page8,19 Mars 2011, 16:04

    RépondreSupprimer
  3. (suite)

    " Le combustible se change tous les 4/5 ans à raison de 33% à chaque fois (maxi 50% autorisé par l'AIEA. "
    page11,20 Mars 2011, 15:35


    " Bien sûr qu'il ne vont pas aller dire qu'il y a 130 tonnes de Mox made in Japan dans le réacteur 6 ... le Mox made in Japan, n'est même pas sensé exister !
    Le Japon est le premier producteur d'électricité nucléaire à partir du Mox et tu ne devineras jamais depuis quand .... depuis début mars 2011 ! Le réacteur 6 était la fierté des japonais. Il était le plus important au monde avec ce type de combustible dans un REB (ce qui est un aberration !!!)
    Ce réacteur allait être démarré à la fin du mois après avoir démarré le réacteur 3 au Mox, mi-février (d'où mon insistance sur l' U239 produit justement dans cette tranche d'âge du combustible : qq jours à qq semaines) ! "
    page11, 20 Mars 2011, 16:07


    Je ne sais pas si cet intervenant est fiable et ça mérite bien sûr vérifications.

    Mais, s'il dit vrai, la thèse de l'"accident" devient peut crédible.

    RépondreSupprimer
  4. Désolée, mais la première partie de mon post, qui est pourtant apparue sur le blog, a maintenant disparu; je le reposte:

    Bien, ce qui est étrange, c'est que, selon un intervenant (Dendel)sur ce fil de discussion:
    http://www.forum-eco.fr/tremblement-de-terre-tsunami-au-japon-t4049.html


    "on ne connait pas la teneur du Mox japonais qui pourrait être bien plus élevé.
    Récemment, en 2010, le Japon avait publié sur ce sujet en annonçant "utiliser bientôt" un combustible à forte teneur en déchets recyclés."
    page2, post du 14 Mars 2011, 11:38


    "Il pourrait donc s'agir, "au minimum", d'un Mox ...matériau hautement radioactif, hautement toxique et fortement cancérigène ! ... ce qui expliquerait également la présence d'Uranium appauvri !
    En espérant, si tel est le cas, qu'il ne s'agisse "que" d'un Mox "ordinaire""
    page4 16 Mars 2011, 09:46


    "Je peux ajouter que ce réacteur contient 94 tonnes de Mox tout neuf (changé en septembre 2010)
    A noter que normalement les procédures prévoient de ne changer que 33% de combustible à la fois ...mais que là, "comme par hasard", la totalité a été remplacé.
    Si on "cauchemarde" un peu et qu'on essaye de faire un parallèle et quelques suppositions avec le fait qu'en janvier 2010, le Japon avait annoncer "à être prêt" depuis 2008 à utiliser un "Mox maison""
    page5,17 Mars 2011, 13:09


    " Tout d'abord, la radioactivité issue du plutonium est essentiellement d'ordre alpha de petite énergie. Ce sont donc des rayonnements avec une très faible pénétration et donc assez peu dangereux.
    Les rayonnement alpha sont arrêtés par quelques mètres d'air ou quelques millimètres de matière (papier, par exemple).
    Il émet également des particules alpha avec des noyaux plus gros et donc plus énergétiques mais en quantité faible. Ces rayonnement restent néanmoins faciles a arrêter par une combinaison NBC, par exemple.

    Le plutonium est dangereux à 2 niveaux :
    Par sa toxicité extrême sur l'organisme (comme je le disais, de l'ordre du microgramme pour être mortel), donc en tant que "poison" si il rentre dans l'organisme par inhalation, absorption, blessure....

    Il est donc inutile de chercher à relever des taux de radiation issus spécifiquement du plutonium puisque le danger n'est pas là !
    D'autre part, les particules alpha sont noyées dans un flux général puisque pratiquement toutes les émissions radioactive sont au moins partiellement composées de particules alpha.

    L'autre niveau est un peu plus "embêtant" :

    Il y a plusieurs isotopes du plutonium (du PU238 au PU243)
    Un seul est vraiment "emmerdant" : le PU239 (dit de qualité militaire) car il a la propriété, à la différence des autres isotopes d'être fissile sous une action neutronique à faible énergie (neutrons thermiques...).
    Les autres isotopes nécessitent des flux de neutrons rapides pour éclater.

    Cet isotope (239) est un "stade" de la capture neutronique qui apparaît après quelques jours ou 1/2 semaines après le début de la réaction. Si on veut obtenir un maximum de PU239, il faut donc retirer les barres quelques jours après leur chargement.
    La production de PU239 est absolument interdite par les traités de non prolifération !"
    page8,19 Mars 2011, 16:04

    RépondreSupprimer
  5. Bon, je ne comprends pas pourquoi, mais la première partie de mon post disparait à chaque fois ???

    Ce qui fait que la suite n'a plus aucun sens.

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !