04 mars 2011

La communication avec les animaux

A la suite d'un dossier publié dans la dernière revue Nexus, j'ai fait quelques recherches sur la communication avec les animaux, sujet qui me tient à coeur, comme tout ce qui touche à nos petits frères.
 

Le premier livre que j'ai dévoré il y a des années à ce sujet, écrit par un producteur de film américain, J. Allen Boone, intitulé "Des bêtes et des hommes", nous fait prendre conscience que les animaux, sauvages ou apprivoisés, ne sont pas des êtres mus par l'instinct ou des machines comme l'affirmait Descartes. 
Le livre est constitué par plusieurs petites histoires concernant les contacts que l'auteur a établi, et le plus magnifique a été celui avec un chien vedette de cinéma, Strongheart (Coeur Vaillant), qui lui avait été confié temporairement. Fort émouvant et fort drôle aussi.
Une autre histoire dont j'ai un souvenir également très émouvant, c'est son partage avec une grosse mouche noire, vous savez celle que l'on chasse dès qu'elle entre dans la maison. Il l'a nommée Freddy et l'a côtoyée pendant ses deux semaines de vie. Il y a aussi les hérissons, les fourmis, les serpents du désert...
Pour un aperçu du chien et quelques passages du livre (en anglais, désolée) :
http://www.youtube.com/watch?v=vU_1mtf42_0


 La revue cite Laïla Del Monte qui est une communicatrice reconnue. Je vous propose une interview d'elle par Lilou Macé (il y avait bien une vidéo plus récente, mais elle y parle anglais)

Pourquoi communiquer avec les animaux? Leurs problèmes?
envoyé par editions-tredaniel. - Découvrez plus de vidéos d'animaux.



Nexus nous parle également d'Anna Evans, voici une vidéo où elle explique son parcours 


Anna Evans
envoyé par Debowska_Productions. - Films courts et animations.



En 2008 a été diffusée sur M6 une enquête sur le 6ème sens des animaux. Voici le film diffusé d'un seul morceau :




Si vous voulez le voir par petits bouts, voici le lien :
http://www.dailymotion.com/playlist/x1bwi9_animalia2008_6eme-sens-animaux-m6#videoId=xdh0b1
Chatte et chaton Galerie photo
J'ai découvert un blog où sont présentés des livres qui traitent du sujet et bien d'autres choses encore (cliquer sur "animaux" dans la colonne de droite)
http://vegane.blogspot.com/


Comment se préparer à leur départ...

Se préparer à la mort d'un animal

Accompagner l’animal et son gardien
communication animale La perte d’un être cher est toujours une épreuve difficile et délicate à passer pour nous les hommes.
communication animale
Notre attachement est trop fort et nos croyances et limites mentales font de la mort une porte qui fait peur. Solitude à la clé pour celui qui reste. Abandon. Perte de repères émotionnels voire physiques. L’amour que nous portons à nos êtres chers, animaux comme humains, n’est souvent pas dénué d’intérêts, même si cela est délicat de se l’avouer. Cet amour, la présence de l’autre, nous porte en quelque sorte. Si l’autre disparaît, nous pleurons notre amour perdu, sa présence disparue et la partie de nous-même que l’autre comblait.

L'animal n'a pas d'attaches émotionnelles


L’animal ne semble pas avoir la même vision. Il n’a pas d’attaches émotionnelles. Il aime. Il aime naturellement et c’est un amour dénué d’intérêt personnel. Bien sûr, l’animal "domestique" attend de nous que nous lui apportions sécurité en assurant sa survivance, et une attention quotidienne. Mais son amour n’est pas entaché d’attachement et de dépendance spirituelle. C’est l’Amour absolu et universel qui n’est pas cause de souffrance.

Oui, nous voyons des éléphants honorer le corps d’un des membres de leur famille. L’homme y voit l’expression de la tristesse et du désespoir. Peut-être y a-t-il simplement accompagnement de son âme et rite sacré pour faciliter le Grand Passage. Le manque ne semble pas palpable, comme pour l’homme. Il y a une conscience supérieure du retour de l’âme de l’animal mourant au Grand Tout.

Vous me direz, nombreux sont les cas de dépression d’un chien ayant perdu son maître. Oui, c’est possible. Peut-être a-t-il tellement emmagasiné le substrat émotionnel de son gardien que son comportement intérieur s’en est imprégné. Peut-être encore que cette dépression n’est qu’une impression que les hommes ont de leur point de vue. Et si ce n’était que le point final de la vie du chien, le début de sa préparation à la mort car il a fini d’accomplir cette mission ? Il aura joué particulièrement à merveille son rôle d’aide, d’absorption, de régulation des énergies et des émotions de son compagnon humain, si bien que lorsque le maître effectue son passage, le corps du chien se rend car l’animal a fini sa mission.

N’avez-vous jamais remarqué que l’animal, qui sait sa mort approcher, est calme et détendu ? Beaucoup savent que les chats se cachent et se replient en eux-mêmes pour mourir. Ils meurent seuls car ils portent la paix en eux face à la mort. Et si certains animaux, dits de compagnie, préfèrent se rapprocher de leurs maîtres pour mourir ou attendre leur retour, on remarquera que souvent ils savaient que c’était nécessaire, non pour eux-mêmes, mais pour leur gardien. C’est à cette condition que le gardien pourra entamer un processus de deuil, c’est-à-dire de détachement : apprendre à vivre seul sans son ami et allié. Les animaux savent aussi que l’homme aura tendance à culpabiliser de n’avoir pas pu participer et être présent au moment de la mort de leur animal.

 La suite de ce texte ICI
 
Pour finir, je vous transcris un passage du livre de Dawn Baumann Brunke « Perles de sagesse du peuple animal », aux éditions Ariane. Plusieurs communicatrices (les hommes semblent peu représentés dans cette approche) nous livrent leurs expériences avec des animaux très divers, aussi bien sauvages que compagnons de tous les jours.
Ce passage permet de corriger quelques croyances bien humaines...

« Lors d'un long et sombre hiver en Alaska, je décidai que nous avions besoin d'un aquarium. Ne serait-il pas magnifique de voir dans un coin de la maison un aquarium brillamment éclairé, grouillant de poissons aux couleurs vives et égayé d'un tourbillon de bulles ? J'avais lu des choses sur le Feng Shui, l'ancien art chinois du bon emplacement des objets. Des poissons et de l'eau en mouvement étaient censés être de bons éléments à avoir dans notre espace vital.

J'avais donc acheté un aquarium et tout l'attirail nécessaire, une pompe, du gravillon, des filets, quelques galets, des cristaux et des billes, et je m'étais rendue dans une boutique d'animaux pour me procurer des poissons. J'achetai ce que la propriétaire me recommandait, soit quatre cichlidés. Ils ne survécurent que trois jours. Quand je me plaignis de cela, la femme me suggéra de lui apporter un échantillon de mon eau. « ah ! Voilà le problème » lança-t-elle lorsqu'elle testa l'eau. Elle me donna pour instructions de me procurer des poissons moins coûteux tandis que je corrigerais le pH de l'eau. Je pourrai ensuite lui rapporter ces poissons, qui me seraient crédités à l'achat de mes « vrais » poissons.
Ce problème perdura, l'eau du réservoir ne parvenant jamais au point d'équilibre recommandé, ce qui entraîna la mort de toujours plus de poissons. J'étais frustrée, lorsque finalement un samedi où il neigeait, tandis que je racontais mes malheurs à la soeur de la propriétaire de la boutique, elle me mena jusqu'à l'aquarium où étaient conservés les poissons rouges. C'était un très grand aquarium plein de poissons rouges de taille moyenne vendus comme nourriture pour de plus gros animaux domestiques. Attrapant prestement trois d'entre eux dans son filet, la femme les fit tomber dans un sac de plastique rempli d'eau, m'expliquant qu'ils étaient très résistants et qu'ils corrigeraient le niveau de pH en un rien de temps. Elle me dit au revoir sans demander à être payée, ajoutant qu'il me suffirait de me débarasser d'eux une fois le problème réglé.

Je revins donc à la maison avec ces trois poissons. Ils étaient jolis à voir dans l'aquarium, avec leur couleur beaucoup plus vive que celle des cichlidés, leur queue orange transparente s'agitant et dansant dans l'eau. Je pris l'habitude de les nourrir chaque soir, et longtemps avant d'avoir même entendu parler de communication avec les animaux, je m'étais mise à leur parler à haute voix, leur disant combien ils étaient beaux et à quel point j'aimais observer leurs gracieux mouvements. De leur côté, les poissons prirent l'habitude de monter à la surface dans un frisson d'agitation aussitôt qu'ils me voyaient prendre leur nourriture. Je développai une grande affection pour ces poissons rouges et bientôt je cessai complètement de tester l'eau.

Ce n'est que plus tard, après avoir parlé avec des animaux, que je commençai à éprouver un sentiment de culpabilité. Si les autres animaux étaient capables de penser et avaient une âme, n'en était-il pas de même pour des poissons ? Tous mes chiens m'avaient indiqué qu'ils étaient avec moi pour une raison bien précise. Mais qu'en était-il avec les poissons ?
Mon aquarium n'était-il pas au fond rien de plus qu'une élégante prison ?
Tandis que je réfléchissais à cette question de la captivité, je me souvins de l'idée d'Ilizabeth Fortune selon laquelle il est plus facile de ressentir de l'outrage à propos de la privation de liberté imposée à une autre espèce qu'au sujet de notre propre captivité intérieure.

J'entrepris chez moi ma propre exploration du sujet en mettant à profit le sage conseil de Mojave Dan à J. Allen Boone : si tu veux obtenir les faits, demande-les aux animaux.

Alors que je me centrais et établissais le contact avec le trio de poissons rouges, leur beauté me frappa immédiatement. De manière tout aussi gracieuse et charmante que leur forme physique, leurs paroles et leurs pensées montèrent telles des bulles dans mon esprit comme si elles étaient remplies de lumière et d'air. Plus nous parlions ensemble, plus j'avais le sentiment qu'il s'agissait de créatures très douces et gentilles d'où émanait une beauté intrinsèque.
Ma principale préoccupation concernait bien sûr leurs conditions de vie et je les interrogeai donc à propos de leur aquarium. Se sentaient-ils captifs ? Peut-être aimeraient-ils mieux se trouver dans un étang avec d'autres poissons rouges ?

Etonnement, le sentiment initial que je perçus à la suite de cette question en fut un de stupéfaction, car ils étaient consternés.

« Nous sommes très heureux dans cet aquarium. Pourquoi voudrions-nous aller ailleurs ? La vie dans un étang serait très différente, difficile même. Il nous faudrait avoir une tout autre conscience pour vivre dans la nature puisque nous devrions alors être constamment aux aguets à cause des prédateurs. »

Ce fut à mon tour d'être stupéfaite !

« Nous sommes tout particulièrement heureux que notre aquarium soit dans la salle de séjour principale, car nous pouvons ainsi observer les humains, les chiens et la télévision. »

La télé ! Vous regardez la télévision ?

« Oh oui, nous adorons cela, surtout les émissions sur la nature. Nous apprenons ainsi beaucoup de choses sur les autres espèces, et c'est là une des raisons pour lesquelles nous sommes tout à fait ravis de nous trouver dans cette situation.
Rappelle-toi où nous étions lorsque tu nous as vu pour la première fois, gardés dans un réservoir en attendant d'être donnés comme nourriture. La conscience d'une bonne part des poissons dans cet aquarium était dominé par la peur et la résignation. La plupart d'entre eux savaient qu'ils étaient destinés à servir de repas à une créature plus grosse qu'eux, ce qui aurait certainement été aussi notre sort. »

Est-ce à cause du destin ou du karma que vous n'êtes pas devenus le repas de quelque autre animal ?

« Nous l'ignorons. Nous sommes simplement heureux de vivre dans cet aquarium et nous apprécions mutuellement notre compagnie. Cette vie est pour nous très spéciale non seulement parce que nous n'avons pas à nous soucier de possibles prédateurs, mais aussi parce qu'il nous est ainsi possible d'apprendre quantité de choses sur les humains et les autres formes de vie. Nous aimons également communiquer avec les chiens . »

Bien que tout cela puisse sembler logique, une partie de moi se demandait si toute cette discussion avec les poissons rouges n'était finalement rien de plus qu'un moyen détourné et compliqué de calmer mon propre sentiment de culpabilité lié au fait que je les gardais dans l'aquarium. Comment pourrais-je obtenir confirmation de ce qu'ils disaient ?

Quelques jours plus tard, mon mari et moi étions demeurés debout tard en soirée à regarder le film Abyss dans lequel l'action se déroule principalement sous la surface des eaux. Durant le film je tournai la tête et mon regard se posa par hasard sur les poissons rouges. Je fus étonnée et amusée de sentir monter en moi un frisson intuitif me confirmant que tout ce qu'ils m'avaient dit était vrai, car ils étaient tous là à flotter doucement au milieu de l'aquarium, leurs yeux rivés droit devant sur l'écran de télévision. J'établis alors le contact, tout excitée de leur demander : '' regardez-vous ce film avec nous ?'' lorsque j'entendis un long et fort ''sssshhhhhhhhh !'' dans ma tête. Leurs queues remuaient à petits coups vifs, comme s'ils étaient irrités.

J'éclatais de rire, pensant que jamais de toute ma vie je n'avais été aussi heureuse que trois poissons rouges me fassent ainsi taire. »

Cohabitation pacifique entre toutes les variétés de poissons rouge









7 commentaires:

  1. Sujet qui me tient à cœur également.

    « Les bouleversements écologiques et climatologiques provoqués par l’activité humaine sont préoccupants. Selon une prophétie de la tribu Hopi, il fallait, pour éviter une destruction plus grande et plus globale, que les gens changent leur niveau de conscience et se relient de nouveau aux animaux, à la nature et à l’esprit ».

    « Pour que les humains continuent à vivre et à prospérer sur cette planète, nous devons réapprendre à fonctionner en partenariat avec toutes les autres formes vivantes. Nos croyances concernant les animaux et la nature doivent se rapprocher davantage de celles de nos ancêtres et des peuplades indigènes contemporaines. En apprenant la communication intuitive, nous pouvons contribuer à ce processus ».

    Extraits de « La connexion perdue »
    (Retrouver la communication intuitive avec les animaux et la nature)
    Marta Williams et Chantal de Folleville


    Korrigan

    RépondreSupprimer
  2. Hello,

    http://belleshistoires.zeblog.com/212929-tendresse-animale/


    Léa.

    RépondreSupprimer
  3. Le changement climatique est du à " Haarp " (faire recherche Google).
    Ne vous en préoccupez pas.

    N'oubliez jamais unanimal,
    mort il faut bien plus penser à eux, les aimer.

    Les chats, chauve-souris, écureuils... comprennent trés bien.

    ->

    2 Jolies histoires :

    - je revennais de promenade avec mes chats,
    l'on crois une chauve-souris,
    je la siffle, lui faisant comprendre de nous suivre (mais de faire attention aux chats).

    Je voulais qu'elle vienne manger la myriade d'insectes dans la maison, en ce mois d'été.

    1a nuit arivée, elle est entrée,
    a passé 3/4h à virvolter,
    puis s'en est allée le ventre plein.

    Ca a un coeur énorme une cs....



    - J'vais perdu un bille en cier dun mm de diamétr.
    Je svais que je ne la retrouverais jamais.
    J'ai dit à un chaton de 4 mois :
    'vous avez du jouer avec, tu dois savoir ou elle est, peux-tu me la retrouver ?".

    1/2h aprés la bille était devant la porte,
    en plein milieu du passage.

    On a quasiement perdu le 6éme sens, l'intelligence cognitive ou instinctive,
    eux non.

    j'invite de nouveau à étudier Grabovoï,
    pour comprendre l'importance, et les possibilités, de cela.
    http://www.sante-info-russie.com

    RépondreSupprimer
  4. http://happytoutou.com/sauvetage-lemon/

    RépondreSupprimer
  5. https://www.facebook.com/PeaceAngels/photos/a.152507458116261.27912.148326861867654/1077576675609330/?type=3&theater

    RépondreSupprimer
  6. https://www.facebook.com/cest.assez.collectif/videos/905915302854857/

    Une très belle histoire humain/baleine...

    RépondreSupprimer
  7. R.I.P

    http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/2016/03/gary-braasch-le-photographe-du-climat-a-ete-retrouve-mort.html

    RépondreSupprimer