Bistro Bar Blog

lundi 6 août 2012

Titre : 20.000 articles scientifiques frauduleux publiés par an !


Pas surprenant quand on lit les ''stupidités'' écrites par exemple sur le réchauffement climatique mondial causé par les gaz à effet de serre. Savoir aussi à qui profitent les fraudes, comme pour Monsanto.

Le temps est venu d'affronter les fraudes

Après une génération de refus, des directeurs de recherche traitent enfin la fraude scientifique avec le sérieux qu'elle mérite, dit Colin Macilwain.



Le problème pour un journaliste qui travaille depuis très longtemps est que toutes les histoires arrivent avec le sentiment de déjà vu. On n'arrête pas de penser : j'ai déjà vu ça quelque part. Il est donc rafraîchissant de publier un article dans lequel quelque chose a vraiment changé : l'éternel et controversé problème de la fraude dans le secteur de la recherche, avec des directeurs scientifiques qui la prennent enfin au sérieux. En parlant à plusieurs directeurs ces dernières semaines, j'ai découvert que leur état d'esprit s'était endurci – et il était plus que temps.

Pendant trop longtemps, la réaction de défense instinctive des scientifiques a conduit à un refus du sérieux problème des fraudes.

Je suis arrivé à Washington DC en 1993 pour travailler pour la revue Nature, dans les suites d'auditions au congrès pour des allégations de fraude impliquant un article des biologistes David Baltimore et Thereza Imanishi-Kari du M.I.T. de Cambridge. Les chercheurs ont été disculpés. Mais le cas a amené la commission indépendante présidée par le biologiste Kenneth Ryan à demander une approche plus rigoureuse pour enquêter sur les fraudes.

Ryan fut descendu en flammes par les responsables scientifiques et ses recommandations ont été ignorées. Elles étaient délivrées au département américain de la santé et des services humains, qui les balançaient vers la Maison Blanche. L'administration du président d'alors, Bill Clinton, les garda sous le coude jusqu'en 2000, époque où elle fit publier un insipide décret fédéral sur les fraudes.

Les moyens de lutter contre ailleurs se sont révélées encore plus pauvres. En Allemagne, par exemple, aucune université n'a eu de responsable de l'intégrité avant 2011 et il est toujours difficiles pour des institutions de sanctionner des fraudeurs avérés. Certains jugent considèrent la liberté d'expression universitaire comme primordiale – et disent que ce serait un viol si une université devait demander à un scientifique de retirer un article.

Pourtant une intégrité dans la recherche est aujourd'hui dans le monde très mise en lumière. Des cas célèbres au Royaume-Uni, en Corée du sud, aux Pays-Bas et au Canada ces récentes années ont tous eu un impact dérangeant et fort dans leurs lieux respectifs.

Un grand nombre de données sévères sont apparues sur l'échelle des fraudes. Une étude globale de 2009 et une sélection détaillée de toutes les illustrations dans les articles acceptés par The Journal of Cell Biology suggèrent toutes qu'en gros 1 % des articles publiés sont frauduleux. Cela ferait environ 20.000 articles par an à l'échelle du monde.

À l'époque du cas de Baltimore, il était largement argumenté que la fraude dans la recherche était franchement rare – n'avait aucun rapport avec les progrès de la science, et se corrigerait d'elle-même. Quelques scientifiques de premier plan le pensent aujourd'hui. Ils savent que la fraude existe et que, sans contrôle, cela peut ébranler le regard du public sur la science et les scientifiques.

Deux études majeures qui seront publiées l'année prochaine reflètent ce changement d'attitude. Elles ont été manifestement faites sur l'instigation de scientifiques de premier plan. Une étude, du conseil interacadémique, s'occupe des aspects internationaux de la fraude. De sévères disparités dans les procédures d'enquête – et le manque de ce genre de procédures, ou de responsables officiels, dans de nombreuses institutions hors des États-Unis – posent problème, étant donné qu'une partie en augmentation des recherches implique des collaborateurs provenant de plus d'un pays.


''Les actuels leaders scientifiques ont l'opportunité de prendre des initiatives en sanctionnant les fraudes.''

Robert Dijkgraaf, co-président du conseil interacadémique, est l'un des dirigeant de l'étude. Il espère que lorsque ses découvertes seront publiées cette année, les gouvernements et les agences de recherche mondiales les utiliseront comme un modèle pour améliorer et appliquer un code de bonne conduite pour la recherche.

La deuxième étude, par l'académie nationale américaine des sciences sortira en 2013. Il est probable qu'elle appelle à des changements d'une portée considérable dans la manière dont les agences américaines vont définir et contrôler la fraude. Depuis le décret de 2000, les agences n'ont pris en compte que la 'falsification, l'affabulation et le plagiat' en tant que fraude : l'académie peut demander que cette définition soit élargie en ligne par un consensus mondial nouveau qui inclurait presque tous les autres genres de comportement non-éthiques, comme une paternité faussement attribuée.

En décembre dernier, par exemple, le Canada a mis en place une structure de trois agences pour une conduite responsable de la recherche dans ses principaux organismes de financement. La structure supervise la recherche subventionnée publique et privée et comprend un secrétariat de soutien aux enquêtes sur les fraudes dans les universités.

La Grande-Bretagne prend aussi des mesures hésitantes pour résoudre le problème. En juillet, des universités ont adopté un concordat volontaire qui les oblige à enquêter sur des suspicions de fraude. Certains chefs de recherche veulent partir à cause de cela mais d'autres, emmenés par Michael Rawlins, président de l'institut national britannique pour la santé demandent une action supplémentaire pour s'assurer que les cas sont correctement étudiés.

Les dirigeants scientifiques actuels ont l'opportunité de prendre une initiative et de sanctionner durement une fraude. L'étude de l'académie nationale de l'année prochaine n'utilisera pas un langage qui sème autant la discorde que celui de Ryan, mais elle pourrait mener vers un système américain plus cohérent de gestion des fraudes, qui pourrait se répandre autour du globe. Un rapport international aidera les gouvernements et les agences à poursuivre les coupables au-delà des frontières. Ensemble, les études représentent une opportunité historique de s'occuper de ce qui est, peut-être, la seule et unique menace au prestige de la science.



SOURCE

Traduit par Hélios

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.