Bistro Bar Blog

mercredi 22 août 2012

La vie secrète des plantes


Le livre qui raconte les découvertes de Cleve Backster se nomme ''La vie secrète des plantes'' écrit par Christopher Bird et Peter Tompkins en 1975. C'est un livre passionnant qui fait comprendre une foule de choses sur les plantes. Vous ne pourrez plus regarder les vôtres de la même manière. On peut le trouver d'occasion, je vous conseille vivement sa lecture.




Cleve Backster était un expert américain des détecteurs de mensonges. En 1966, alors qu'il travaillait avec, il découvrit accidentellement que les plantes possèdent une intense activité émotionnelle semblable à celle des êtres humains. Il a ensuite mené une série d’études qui ont étonné le monde.

Les plantes ont des sentiments!

Un jour, Backster relia un détecteur de mensonges aux feuilles d’un dracaena, connu aussi sous le nom de dragonnier. Il voulait voir le temps qu’il faudrait pour que les feuilles réagissent en versant de l’eau sur les racines de la plante. En théorie, une plante va augmenter sa conductivité et diminuer sa résistance après avoir absorbé de l’eau, et la courbe enregistrée sur un graphique aurait dû se diriger vers le haut.

Dracaena (ou dragonnier)
Mais en réalité, la courbe tracée se dirigea vers le bas. Quand un détecteur de mensonges est relié à un corps humain, le marqueur enregistre différentes courbes en fonction des changements d’humeur de la personne. La réaction du dragonnier ressemblait exactement à l’ondulation des oscillations dans le changement d’humeur chez les humains. Il semblait être heureux de boire l’eau.


Les plantes sont capables de perception extra sensorielle

Backster voulait savoir si la plante aurait d’autres réactions. D’après des expériences passées, Backster savait qu’une bonne manière de provoquer une forte réaction chez une personne est de la menacer. Alors Backster plongea les feuilles de la plante dans du café chaud. Aucune réaction. Alors il pensa à quelque chose de plus terrifiant : brûler les feuilles reliées au détecteur de mensonge. Le simple fait d'y penser, avant même d'avoir saisi une allumette, fit apparaître aussitôt une courbe montante sur le graphique.

En revenant avec une allumette, il vit qu’un autre pic était apparu sur la courbe. C’était probablement parce que la plante ayant compris qu’il était déterminé à la brûler, a manifesté à nouveau sa peur. S’il montrait une hésitation ou une réticence à brûler la plante, les réactions enregistrées par le détecteur de mensonge n’étaient pas aussi vives. Et quand il faisait seulement semblant de vouloir brûler les feuilles, la plante n’avait presque pas de réactions. La plante était même capable de distinguer les vraies intentions des fausses. Backster faillit courir dans la rue pour crier: ”Les plantes peuvent penser! Les plantes peuvent penser !'' Après cette fascinante découverte, sa vie changea pour toujours.

Plus tard, quand Backster et ses collègues firent des expériences dans le pays avec différents instruments et différentes plantes, ils observèrent des résultats similaires. Ils découvrirent que même avec des feuilles cueillies sur une plante et coupées en morceaux, les mêmes réactions étaient enregistrées quand les morceaux étaient placés près des électrodes du détecteur de mensonges. Quand un chien ou une personne inamicale entrait soudainement, la plante réagissait aussi.

Les plantes sont expertes pour découvrir les mensonges.

Généralement pour les expériences avec un détecteur de mensonges, on relie les électrodes à une personne suspecte et on lui pose ensuite des questions méticuleusement choisies. Tout le monde possède un coté lucide, qu'on nomme habituellement ''conscience''. De ce fait, peu importe le nombre de raisons ou d’excuses données, quand la personne ment ou commet une mauvaise action elle sait clairement que c’est un mensonge ou une mauvaise action. Le champ électrique du corps va donc changer, et ce changement est ce qu'enregistre l’appareil.

Backster fit une expérience pendant laquelle il relia le détecteur de mensonges à une plante et il posa ensuite des questions à une personne. En résultat, Backster découvrit que la plante pouvait dire si une personne mentait ou pas. Il demanda à la personne son année de naissance, lui donnant 7 choix et lui demanda de dire non à tous, même à la bonne réponse. Quand la personne répondit ''non'' à l'année correcte, la plante réagit et un pic s'inscrivit sur le graphique.

Le Dr. Aristide Esser, directeur de recherches médicales l'hôpital de l'état de Rockland à New York, répéta l’expérience en demandant à un homme de donner des mauvaises réponses à des questions devant une plante que l’homme avait fait pousser et s’était occupé depuis le semis. La plante ne tricha pas pour autant vis à vis de son propriétaire. Les réponses incorrectes se virent inscrites sur le graphique. Esser qui ne croyait pas Backster vit par lui même que ses théories étaient réelles.

Les plantes peuvent reconnaître les gens

Afin de tester jusqu'à quel point une plante peut reconnaître les choses, Backster fit venir six étudiants, et leur banda les yeux, et leur demanda de faire un tirage au sort dans un chapeau. L’un d’eux avait pour instruction de déraciner une des deux plantes de la pièce et de la détruire en la piétinant. Le ''meurtrier'' devait agir seul, et personne d’autre ne devait connaître l’identité du coupable, même Backster. De cette manière, la plante ne pouvait savoir qui était le '' tueur'' d’après les réactions des autres. L’expérience fut menée de telle manière que la plante serait le seul témoin.

Quand l'autre plante encore en vie fut reliée au détecteur de mensonge, on demanda à chaque étudiant de passer devant. La plante n'eut aucune réaction pour les cinq premiers étudiants. Mais quand l’étudiant qui avait commis le crime passa devant elle, le marqueur électronique commença à dessiner frénétiquement. Cette réaction indiqua à Backster que les plantes peuvent se souvenir et identifier la personne ou la chose qui ont fait du mal.

Sensibilité à distance

Les plantes ont des liens très étroits avec leurs propriétaires. Par exemple, quand Backster revint à New York du New Jersey, il vit dans les enregistrements que toutes ses plantes avaient des réactions. Il se demanda si les plantes indiquaient qu’elles se sentaient ''rassurées'' ou si elles lui souhaitaient la bienvenue. Il s’aperçut que le moment où les plantes avaient réagi était celui où il avait décidé de revenir à New York.

Sensibilité à la vie sur une échelle microscopique

Backster découvrit que des courbes fixes identiques s'inscrivaient sur le graphique quand les plantes semblaient ressentir la mort d'un tissu vivant, même au niveau cellulaire. Il remarqua cela par accident en mélangeant de la confiture à un yaourt qu’il allait manger. Apparemment les conservateurs de la confiture avaient tué les lactobacilles du yaourt, et les plantes l’avaient senti. Backster découvrit aussi que les plantes réagissaient quand il faisait couler de l’eau chaude dans l’évier. Il semble qu’elles réagissaient à la mort des bactéries dans les canalisations. Pour tester sa théorie, Backster fit une expérience et découvrit que lorsqu'on jetait des crevettes dans de l’eau bouillante via un mécanisme automatisé qui ne nécessitait pas d’intervention humaine, les plantes avaient de très fortes réactions.

Le battement cardiaque d’un oeuf.

Encore par accident, Backster remarqua la réaction d'une plante le jour où il cassa un œuf. Il décida de poursuivre l’expérience et raccorda un oeuf à son équipement. Neuf heures après, les enregistrements sur le graphique montrèrent l'enregistrement cardiaque d’un embryon de poussin – 160 à 170 battements par minute – le même que celui d’un embryon de poussin resté dans un incubateur pendant 3 ou 4 jours. Cependant, l’œuf n’avait pas été fécondé, car acheté dans un magasin . Il n’y avait pas de système circulatoire dedans non plus. Comment Backster pouvait-il expliquer la pulsation de l’oeuf?

Grâce à des expériences réalisées à l'université de médecine de Yale pendant les années 1930 et 1940, le professeur Harold Saxton Burr avait découvert qu’il y avait des champs énergétiques autour des plantes, des arbres, des être humains et des cellules. Backster pensa que les expériences de Burr offraient la seule explication pour son expérience de l’œuf. Il décida de laisser de coté ses expériences sur les plantes pendant un certain temps et d’explorer les implications des expériences avec les œufs et comment ses découvertes pourraient avoir un lien avec les premiers moments de la vie.

Traduit par Chantalouette et Hélios

18 commentaires:

  1. Ouais !!!
    Mais le problème c'est que après être descendu de notre arbre, on en ai toujours a son pied, et on se demande quoi faire !!!!! Remonter dedans ? ? ? ?
    Ou est la solution ! to be or not to be !!!
    AL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que voulez-vous dire par "après être descendu de notre arbre" ?

      Supprimer
    2. Al, je ne comprends rien à ton commentaire, tu t'es trompé de blog ?

      Supprimer
    3. Mais le problème c'est que nous ne descendons pas de l'arbre !! ha ha !!

      Supprimer
  2. Coucou,

    Merci Hélios, merci Chantalouette.

    Bien sûr que tout est vivant.
    Même la feraille et les boulons.
    La preuve!

    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/08/22/japan-affeto-le-robot-qui-ressemble-a-un-bebe-humain/

    Grosses sages papouilles, ;) Léa.

    RépondreSupprimer
  3. Quand les plantes vont elles se venger de l'humain qui detruit pour detruire?!!

    "Phénomene"

    RépondreSupprimer
  4. Jadis la souffrance des animaux, des femmes et des enfants n'était pas reconnue, aujourd'hui celle des enfants ainsi que celle des femmes le sont (parfois). Trop de gens encore dépourvus de sensibilité... Quant à la douleur des plantes, à leur façon de s'exprimer, et de communiquer, à leurs émotions, heureusement notre Bistrot Bar Blog permet d'éclairer les esprits.

    Grand Merci Hélios et à toute l'équipe.

    Fêh.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ce merveilleux article. Il ne fait que confirmer ce que je savais déjà intuitivement. Avez-vous essayé de pauser vos paumes sur le tronc d'un arbre vivant? Je vous laisse tenter l'expérience.
    Quelqu'un plus haut a mis ce commentaire : "Quand les plantes vont-elles se venger de l'humain qui détruit pour détruire?!!" Je ne pourrais pas lui répondre mais je lui dirai que Tolkien y avait penser dans le Seigneur des Anneaux en créant les Ents qui se vengent de Saroumane qui détruisait les forêts pour bâtir son armée. Si seulement cela pouvait arriver !

    RépondreSupprimer
  6. Merci de votre travail qui permets de soulever des débats et des prise de conscience. Toutes les personnes qui s'occupent de plantes (jardin, potager ou plantes en pot) ont la possibilité de communiquer avec celles-ci. Soit on tente réellement l'expérience soit on pense avec la tête. Si on tente l'expérience , on se rends rapidement compte que c'est possible. Les plantes à qui l'on parle sont plus généreuses, plus épanouies, plus productives, etc.
    Pour finir je crois que le fantasme des plantes qui se vengent n'est dû qu'à un manque de communication avec celles-ci justement. Elles sont la tolérance même, pas comme nous. Elles nous aiment, pas comme nous. Elles s'offrent sans rien demander en retour, pas comme nous. Elles nous montrent une voie possible vers notre évolution, puissions nous la suivre.
    Encore merci à vous deux de votre implication à la vérité.
    François

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci François pour la précision sur la tolérance des plantes, c'est vrai que si elle voulaient se venger, elle l'auraient fait depuis très très longtemps (c'est moi qui a écrit le premiers message qui fantasme)..
      Je pense qu'en fait, c'est moi qui voudrai me venger à leur place a force de voir tellement d'horreurs commise autour de moi...
      Aujourd'hui, grâce à toi et a Helios, j'ai encore appris deux nouvelles chose importantes dans mon passage sur terre... Merci :-)

      Supprimer
  7. La "TOLÉRANCE" du monde végétal est 10, 100 ,1000 fois supérieure à notre "règne" ... et heureusement ... pour nous !
    Le monde végétal n'est pas à notre service, je le crois présent parallèle à nous ... qui sommes dépendant de lui pour assurer notre alimentation... et nous assurer un décor verdoyant.

    RépondreSupprimer
  8. Allo,

    J’ai voulu parler à une fleur
    Elle ne m’a pas répondu
    Je l’ai crue morte…

    Mais sa vie était un parfum.

    J’ai voulu parler à un arbre
    Il ne m’a pas répondu
    Je l’ai cru mort…

    Mais sa vie était une sève.

    J’ai parlé à bien des humains
    Certains m’ont répondu
    Je les ai cru vivants…

    Mais ils étaient…

    Gaëtan Pelletier
    28 mai, 2000

    Bises, Léa.

    RépondreSupprimer
  9. Petit rectificatif : je n'avais pas réalisé que mon poste véhiculait une idée qui n'était pas mienne : la vengeance. Par conséquent, je me dois de rectifier. Je voulais juste faire référence à Tolkien qui avait voulu rendre la nature vivante. La vengeance est un truc de l'égo, ce faux moi qui fait que chacun s'identifie à son nombril alors qu'en réalité, il fait partie d'un tout cosmique. Cela semblera évident à la plupart des gens qui lisent ce genre de blog mais qu'en est-il de la vaste majorité encore endormie? Petit Moi ne s'en remettra jamais mais qu'en est-il de Infini Nous (ça sonne mieux dit en anglais mais j'espère que vous me comprenez quand même). Ceci dit si les plantes avaient autant de moyens de communiquer que nous, resteraient-elles les branches croisées à se taire par tolérance? Je pense que le fait que ce merveilleux blog existe veut dire que non.

    RépondreSupprimer
  10. J'aimerais bien pouvoir faire comprendre tout ça à la grosse marmotte qui se promène dans mon jardin et qui bouffe toutes mes plantes, même les tomates.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceci n'est pas une réponse !
      Mais une question !
      Marmotte à deux pattes ou à quatre pattes ?

      Supprimer
  11. http://lefirago.overblog.com/doc-du-soir-bhoutan-le-royaume-secret-des-plantes-medicinales

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.