Bistro Bar Blog

vendredi 17 août 2012

Ces espaces vides


Une histoire très touchante, qui m'a mis les larmes aux yeux en la traduisant.

Ces espaces vides

Par Lisa Daley

Note de Lisa:
L'histoire ci-dessous a été écrite en 2001, deux ans après le départ d'un membre très spécial de la famille et racontée lors d'une réunion.

Dans le sens des aiguilles d'une montre, Jimmy, Cassy, Shiashi, les chiens de Lisa

Jimmy est mort subitement d'un cancer. Le dimanche il courait à la tête de mon équipe la plus rapide de chiens de traîneaux, et le vendredi suivant il était parti.

Rien n'a pu être fait. La tumeur était énorme et Jimmy refusait de manger et de boire. Nous avons donc rapporté son corps à la maison et l'avons tristement enterré dans le sol de la forêt derrière chez nous, auprès de ceux qui étaient partis avant lui.

Ce n'était pas juste un chien aimant, drôle, intelligent et mon meilleur conducteur depuis toujours. Ce n'était pas parce que je ne lui avais jamais fait faire de petits comme prévu au printemps pour avoir plein de petits Jimmy. Ou même parce qu'il n'avait que 9 ans quand il est mort. Non, ce qui me chagrine toujours le plus en perdant un chien, ce sont ces espaces vides. Vous savez, la niche vide, l'assiette vide, la couche vide. Chaque espace vide est un rappel constant du chien qui était là, qui n'y est plus et n'y sera plus jamais.

Ces espaces vides provoquent chez moi une souffrance aiguë dans la poitrine et une boule dans la gorge pendant plusieurs semaines. Je hais ces espaces vides de tout mon cœur et redoute de les avoir sous les yeux constamment – jour après jour – jusqu'à ce qu'enfin la souffrance s'apaise et que je puisse les regarder sans pleurer.

Après avoir enterré Jimmy cette nuit-là, mon mari et moi étions à préparer la nourriture du dîner de nos autres onze chiens. Les larmes troublaient ma vue et je traînais les pieds le long du chenil en préparant les plats de nourriture et en lavant et remplissant les seaux d'eau. Je travaillais lentement et mécaniquement, comme un zombie, sachant que quand tout serait prêt, ce serait le moment d'appeler les chiens et de voir le premier espace vide.

Tous les soirs de sa vie avec nous, c'était l'habitude de Jimmy de se tenir à la porte arrière du chenil, attendant que j'ouvre et que je crie ''C'est le dîner !'' Après quoi il faisait des bonds en l'air, tournait trois fois sur lui-même et se dirigeait tout droit vers sa niche pour attendre. J'ai aimé toutes ces années voir son enthousiasme et sa joie en anticipant son dîner et cela allait beaucoup me manquer.

Ce soir-là, j'ouvris doucement la porte arrière, et dit pathétiquement d'une voix enrouée, ''C'est le dîner,'' quand à ma grande surprise, au lieu de l'espace vide redouté, je vis Shiashi se tenant à la place de Jimmy. Elle agitait la queue et semblait rigoler comme pour dire, ''Regarde, je suis là ! Il est parti, mais tu peux compter sur moi maintenant !'' Et se tenant derrière elle il y avait la sœur de Jimmy, Cassy, qui esquissa deux tours sur elle-même, maladroits mais complets avant de se diriger tout droit vers sa niche.

C'est peut-être une petite chose, mais les mots ne peuvent décrire combien je fus touchée par ces deux chiens qui n'avaient jamais jusque-là participé au rituel du dîner et qui le firent ce soir-là. De qui venait l'idée ? Shiashi et Cassy avaient-elles discuté au préalable puis conçu ce plan ? Shiashi avait-elle dit, ''J'ai du mal à tournoyer, c'est donc toi qui le fera et je m'occuperai de la porte ?'' J'étais particulièrement étonnée parce qu'après la mort d'un membre de la meute, il faut généralement des semaines avant que les autres chiens se sentent à l'aise dans leurs nouveaux rôles individuels et leur position. Encore moins deux chiens travaillant de concert pour remplir le rôle du chien alpha qui est mort juste quelques heures avant.

Je rigolais pour la première fois depuis 5 jours et me sentais très reconnaissante pour la belle surprise que Shiasha et Cassy m'avaient faite. Leurs actes étaient si distrayants que les obstacles suivants de la niche vide et de la gamelle vide pendant le repas furent arrosés de moins de larmes et de nez qui coule que d'habitude.

Le matin suivant, après avoir donné leur petit déjeuner aux chiens, j'entrepris d'aspirer le sol du chenil, sachant que je me retrouverai devant un espace vide. En allant à la porte arrière, il était courant que Jimmy soit là à attendre dehors sur le perron et que de mon côté je le caresse. Pendant la séance de caresses, je laissais toujours la porte ouverte et l'aspirateur fonctionner ce qui dérangeait les chiens. Mais Jimmy s'en est toujours fichu. Mon fidèle Jimmy m'aimait tellement qu'il supportait le bruit de l'aspirateur pour obtenir quelques caresses.

En allant à la porte arrière, je regardais par la fenêtre avec dans la tête l'ami absent, mais je réussis à contrôler les pleurs qui s'annonçaient et remis mon mouchoir dans la poche en apercevant une tête blanche.

J'ai ouvert la porte en grand en pensant de manière irrationnelle, ''Il est revenu !'' juste pour découvrir une nouvelle fois Shiashi qui agitait la queue en me regardant avec ses beaux yeux bruns. Son expression disait, ''Oui, c'est encore moi. Ne reste pas là la bouche ouverte ; tu es censée me caresser maintenant, tu te souviens ?''

Je caressais donc Shiashi, qui avait une fois de plus rempli l'espace vide à la porte arrière malgré le vacarme de l'aspirateur derrière moi. Je caressais et félicitais cette chienne, la remerciant encore et encore jusqu'à ce qu'elle se fatigue de ma gratitude et parte en trottant se coucher vers un endroit ensoleillé près de la porte, me fixant d'un regard entendu et satisfait. Je finis d'aspirer le chenil en souriant et en hochant la tête d'émerveillement pour la gentillesse et la compassion de mes chiens dans leur effort de me réconforter.

Chaque soir ensuite, Shiashi et Cassy m'attendaient à la porte arrière quand je l'ouvrais et criais ''C'est le dîner !'' Au début, je craignais qu'elles oublient leur nouveau rôle, ce qui est arrivé quelques fois. Mais c'était normal, authentique même, parce que même Jimmy à l'occasion, dans sa hâte à manger, oubliait aussi. Shiashi se tenait près de la porte arrière et Cassy se postait plus loin en arrière et tournait sur elle-même. Cassy ne pouvait faire que deux tours et non trois. Mais c'était très bien ; j'étais heureuse avec ces deux-là. Deux ans plus tard, Jasmine vint les soutenir, se tenant entre Cassy et Shiashi. Sa présence me fait prendre conscience qu'un jour, quand Cassy et Shiashi seront parties, Jasmine sera là pour prendre la suite.

Et quand je passe chaque matin l'aspirateur sur le sol du chenil et arrive à la porte arrière, il y a ma fidèle Shiashi, qui m'aime tellement qu'elle ignore le rugissement de l'aspirateur tant détesté pour obtenir quelques caresses.

Des espaces vides subsistent quand un être aimé meurt, impossibles à combler. Mais d'autres le peuvent ; parfois de manière tout à fait inattendue, on se souvient que malgré la nécessité normale de déplorer ce qu'on a aimé et perdu, il est également important d'apprécier ce qu'on possède toujours. Et comme pour toutes choses, quand l'une d'entre elles s'en est allée, l'espace vide restant donne l'opportunité de quelque chose de nouveau et peut-être d'aussi merveilleux.


SOURCE


Traduction par Hélios (dédiée à un ami lecteur du blog)

4 commentaires:

  1. mourir sois même normalement en laissant les petits chats et les petits chiens ,c'est à se marrer..
    Comme si cela existe encore une X mort ?

    RépondreSupprimer
  2. pour anonyme

    faut que tu réfléchisses un minimum quand même ...
    Myrza et 3 petits (pas encore castrés )et la relation du matin sur mon lit avec 3 petits (sont déjà grands quand même)05.00H ,des X un peut tard aussi ,mais 06.00H et c'est vraiment la MERE qui vient me chercher et accepte mes caresses ,(pas toujours, mais je suis habitué)
    avec tout cela j'ai oublier un tas de truc sans importances sûrement..
    bonne nuit ou autre satisfaction

    RépondreSupprimer
  3. lasorciererouge18 août 2012 à 00:15

    ...bonté divine, quelle belle histoire !!!

    J'ai rien compris aux coms...sûrement la chaleur, tape dur le roi soleil !!

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.