vendredi 28 janvier 2011

L'ortie

Il me trottait dans la tête depuis quelque temps de vous faire découvrir les écrits de Maria Trében, qui a écrit "la santé à la pharmacie du Bon Dieu".La Santé à la Pharmacie du Bon Dieu

C'était une autrichienne (elle est décédée en 1991) qui a découvert les bienfaits des "simples" au cours de sa vie et qui a choisi de les populariser par des conférences et des livres.
Je prend le temps de transcrire des extraits concernant quelques plantes très courantes en tout lieu et aujourd'hui je démarre, à tout seigneur, tout honneur, avec l'ortie. J'ai rajouté quelques notes personnelles (en bleu dans le texte) et des recettes culinaires en fin d'article.



L'ORTIE (urtica dioïca)

"Un médecin a exposé un jour au cours d'une émission radiophonique, que l'ortie était une de nos meilleures plantes médicinales. Si les hommes savaient combien elle est efficace, ils ne planteraient que des orties (note d'Hélios : d'autant plus qu'elle est excellente à manger, en soupe, gratin, ou crue en tartare sur du pain. Voir recettes en fin d'article).

L'ortie est utilisable de la racine aux fleurs, en passant par la tige et les feuilles.
J'ai conseillé à une femme de boire du thé d'ortie. Celle-ci, mère de sept enfants, avait continuellement depuis ses dernières couches, un eczéma rebelle. Celui-ci régressa et disparut en peu de temps ainsi d'ailleurs que les migraines qui l'accompagnaient. Je lui avais conseillé ce traitement, car l'ortie est efficace contre les calculs urinaires et rénaux et je pensais que cette femme avait une affection rénale depuis la naissance de son dernier enfant.
L'ortie est notre meilleure plante pour nettoyer le sang, mais aussi, en même temps, pour en activer la formation. De plus, elle a un bon effet sur le pancréas, ce qui provoque une baisse de sucre dans le sang. Elle a une action facilitant les selles, sa tisane est recommandée pour une cure dépurative de printemps.
Depuis que je sais combien l'ortie est efficace, j'ai pris l'habitude au printemps avec les jeunes pousses, à l'automne après le regain ( il suffit de raccourcir les tiges après la première récolte et la plante refera de jeunes pousses) quand les pousses repartent, de faire une cure de tisane de 4 semaines. Je prend le matin à jeun une tasse, et aussi au cours de la journée 1 à 2 tasses que je bois à petites gorgées. Je me sens indescriptiblement bien après une telle cure et j'ai toujours la sensation de pouvoir en faire trois fois plus qu'e d'habitude. Depuis des années, ni ma famille, ni moi ne prenons de médicaments et je me sens en pleine forme. La tisane d'ortie n'a pas mauvais goût. On la prend sans sucre. Dans la médecine populaire, la tisane d'ortie est bue en cure, durant des semaines, contre les calculs biliaires et hépatiques, contre les maladies de la rate, voire les cancers de celle-ci, contre les glaires d'estomac et des voies respiratoires, contre les crampes et les ulcères d'estomac, contre les irritations intestinales et les maladies pulmonaires.
Pour garder ses hautes vertus curatives, la tisane ne doit pas bouillire. A titre préventif, une seule tasse par jour peut être bue toute l'année. C'est une aide efficace contre les affections virales, ainsi que pour l'élimination des bactéries.
A partir d'un certain âge, la teneur en fer du corps diminue, c'est pour cela que l'on se sent fatigué, à bout de forces, on se sent vieux et la capacité d'effort est diminué. Dans ce cas, l'ortie fraîche peut être utilisée avec les meilleurs résultats. Elle nous aide à sortir du creux de la vague. Après une cure avec de la tisane d'ortie, on ressent relativement vite un mieux physique.
L'hydropisie (oedème) est combattue par la vertu diurétique de l'ortie. Par ses éléments actifs, elle reconstitue le sang et combat ainsi la pâleur, l'appauvrissement du sang, l'anémie et d'autres graves maladies du sang. En association avec d'autres simples, on l'utilise contre la leucémie.Si on a une allergie quelconque (le rhume des foins par exemple), une longue cure de tisane d'ortie est indiquée.

L'ortie diminue les dispositions aux refroidissements et aide dans tous les cas de goutte et de rhumatisme.

Il y a quelque temps, je connus une femme d'environ 50 ans, qui à cause de l'état effrayant de sa chevelure, devait porter une perruque, ce qui lui fit perdre ses derniers cheveux. Je lui conseillai de se laver la tête avec de la décoction d'orties fraîches et, en outre, de rincer à la décoction de racines d'ortie. Elle suivit mon conseil et l'on peut voir, semaine après semaine, comment ses cheveux guérissaient et repoussaient drus. La teinture d'ortie est bienfaisante pour tous les cheveux. On peut en préparer soi-même en déterrant, au printemps ou à l'automne, des racines d'ortie. Moi-même, je me masse quotidiennement le cuir chevelu avec cette teinture, même en voyage et pendant les congrès je l'emporte avec moi. Le résultat est visible, le cuir chevelu est sans pellicules, le cheveu souple et brillant.(Perso, j'ajoute un peu de teinture d'ortie diluée dans de l'eau, après avoir rincé mes cheveux)
Même dans les cas de vaso-constriction, l'ortie apporte une aide efficace. Bien des gens, qui souffrent de ce mal (l'artérite), peuvent éviter une amputation de la jambe s'ils prennent à temps des bains de pied, à la racine d'ortie.

Chaque crampe, où qu'elle soit, indique un trouble circulatoire. Des tamponnages et des bains à la décoction d'ortie sont à conseiller dans ces cas-là. Cela est aussi valable dans le cas de troubles circulatoires coronariens : en se penchant au-dessus d'une baignoire, on badigeonne la région du coeur, tout en massant légèrement.
Une femme de 51 ans, originaire de Bavière, souffrait d'une fistule et avait, cette année-là, des douleurs insupportables. Le professeur consulté doutait des résultats d'une opération, car la fistule était sur l'arcade zygomatique. En 1978, la malheureuse s'adressa à un guérisseur qui montra beaucoup de compréhension et qui lui prescrivit un régime de crudités, des exercices respiratoires et de la psychocybernétique (?). Son mal devint plus supportable, mais aucune guérison n'intervint. En mars 1979, elle commença à récolter ses premières orties et but chaque jour trois tasses de tisane avec chaque fois une cuiller de « liqueur du Suédois ». Elle m'écrivit : « Après deux semaines de traitement, ma fistule s'était refermée et j'étais libérée de mes souffrances. Ma guérison semble acquise aujourd'hui. »
J'ai toujours plaisir à savoir combien de gens ont pu éprouver les bienfaits de l'ortie sur leur propre corps. Une femme m'écrivit récemment qu'elle avait bu de la tisane d'ortie pendant des mois. Grâce à cela et malgré un dur labeur quotidien, elle avait oublié ce qu'était l'épuisement et la fatigue, mais aussi elle avait obtenu la guérison d'un oeil-de-perdrix infecté faute de soins et qui la faisait souffrir jusqu'à la cuisse, de plus une onychomycose (infection par des champignons de la matrice de l'ongle) qu'elle ne pouvait se décider à opérer, avait disparu.
Un jour, un homme âgé vint me trouver en pleurant. Trois ans auparavant, il avait eu une grippe. Depuis son urine était marron foncé et il souffrait de constants et insupportables maux de tête. Rien ne le soulageait, ni les nombreux médicaments, ni même les piqûres, dont les dernières dans la région de la tête. Au contraire les maux de tête devenaient si aigus qu'il pensait au suicide. Je l'encourageai et lui conseillai les orties fraîches : deux litres et demi de tisane répartis sur la journée. 4 jours après il me téléphona pour me dire que ses maux de tête avaient entièrement disparu.

Quelques temps après, une de ses amies qu'il m'envoyait, m'apprit qu'il se sentait mieux qu'avant la grippe. Utilisez vous aussi les jeunes pousses d'ortie de printemps et faites-en une cure de désintoxication, vous serez stupéfait du résultat.
Tous les faits cités montrent bien avec quelle rapidité un soulagement peut être apporté par les simples. En tout cas, dans les cas graves, une tasse par jour ne suffit pas, il convient d'en boire par petites gorgées, au moins deux litres par jour.
Une femme d'affaires me disait qu'elle emportait toujours avec elle en promenade, en voyage ou en voyage d'affaires, une bouteille thermos de tisane d'ortie. Elle est enthousiasmée par son bon effet. Cette tisane apaise parfaitement la soif mais en plus elle revigore et dissipe la fatigue.
Encore une indication spéciale : en cas de sciatique, lumbago, névrite aux bras ou aux jambes, frotter très doucement les endroits douloureux avec une ortie fraîche et poudrer ensuite.
Ne devons-nous pas remercier Dieu de nous avoir offert une plante effectuant de tels miracles. A notre époque de grande vitesse, les hommes passent distraitement devant elle et préfèrent prendre des analgésiques et souvent en quantité abusive. Mais une guérison véritable nous est seulement approtée par nos bons simples bien souvent méprisés.

Un lecteur de Westphalie écrit : « Mon voisin utilise aussi les orties pour combattre les parasites et les insectes nuisibles dans son jardin. Il met une grande quantité d'orties dans un grand bassin de 300 litres (on peut évidemment se servir d'un plus petit récipient) et les laisse macérer dedans. Avec cette solution d'orties, il arrose souvent ses plantes, qui, ainsi sans agents chimiques, restent exemptes de vermine. Même ses carottes n'ont plus de vers. » (sert aussi d'engrais ou d'activateur de compost)
Les orties qui poussent le long des bois non pollués ou au bord des vertes prairies, loin des routes et autres pollutions, sont souvent pulvérisées à l'herbicide par les cultivateurs. Ainsi ces poisons de l'humanité peuvent pénétrer dans des forêts non polluées. Que ces poisons détruisent aussi les insectes et les oiseaux leur importe peu. Il est malheureux que les cultivateurs ne prennent plus le temps de couper les orties à la faux. Comme les hommes sont devenus aveugles !"

UTILISATION

Tisane : une cuiller à thé bien remplie dans un quart de litre d'eau. Seulement ébouillanter, infuser rapidement. (note d'Hélios : la tisane change vite de couleur, c'est normal)

Teinture d'ortie : déterrer les racines au printemps ou à l'automne. Les laver et les brosser, les hâcher menu, remplir un flacon jusqu'au col et couvrir d'alcool à 38 ou 40°. Laisser macérer deux semaines dans un endroit tempéré. (20°)

Bain de pieds : prendre avec les 2 mains réunies le maximum de racines fraîches, bien râpées et brossées. Autant de plantes fraîches coupées (tiges et feuilles). Laisser macérer une nuit dans 5 litres d'eau. Le lendemain matin amener à ébullition. Prendre le bain de pieds aussi chaud que possible. Durée : 20 minutes. Réchauffé, ce bain peut être utilisé deux ou trois fois.

Note d'Hélios : pour consommer facilement de l'ortie toute l'année sans m'embêter, je récolte les 4 premières feuilles de chaque tige en bonne quantité et je les fais sécher deux ou trois jours dans un local chaud mais obscur. Ensuite elles sont faciles à réduire en poudre à la main (elles ne piquent plus). Mises dans un bocal à la cuisine, il est facile d'en ajouter dans l'assaisonnement de salade, sur des céréales, légumes, etc.

Soupe d'ortie : faire revenir des oignons dans de l'huile d'olive, ajouter quelques pommes de terre, les pousses d'ortie et de l'eau. Faire cuire, assaisonner, mixer (belle couleur verte qui a du succès auprès des invités !).

Gratin d'ortie : alterner des couches soit de céréales ou de rondelles de pommes de terre avec des couches d'ortie. Mouiller avec du lait (de vache pour les inconditionnels, végétal pour d'autres), salé et poivré, additionné d'huile d'olive. En fin de cuisson ajouter du fromage râpé.

Tartare d'ortie pour canapés : hacher très fin les pousses terminales d'ortie et mélanger à un peu d'huile d'olive, de l'ail haché, du beurre, sel et poivre. En faire un « beurre ». Tartiner en entrée ou pour l'apéritif. Perso, je décore mes canapés avec des fleurs comestibles, comme la fleur de bourrache, de primevère ou de violette. Cette recette est inspirée par François Couplan.

Pour ceux qui sont équipés d'un extracteur de jus, en ajouter à du jus de légumes ou le boire seul avec un peu de sel et de jus de citron (il faut en ramasser beaucoup, mais c'est du super concentré)

CONCLUSION : garder dans un coin de son jardin un endroit où elles vont se plaire !

Pour le prochain article, je donnerai les conseils de Maria Trében pour la récolte, la conservation et la préparation des simples.

7 commentaires:

  1. Merci Hélios,
    Pour les explications et les recettes, je connaissais la soupe et la quiche aux orties, mais pas tout çà.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, merci Hélios,

    Un livre de plus a acheter, avec grand plaisir.

    Un hectare d'orties .... en prévision!


    :)))

    RépondreSupprimer
  3. J'utilise de la poudre d'ortie séchée dans beaucoup de plats (même dans les pâtes ! et le riz) mais il est indispensable d'avoir tamisé les feuilles séchées et écrasées, sinon il y a des petits morceaux de tiges dures assez désagréables. Quand au goût on s'y fait vite. Démarrez avec des petite doses ( une 1/2 cuiller à café c'est assez) .

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    Je cherchais la recette des canapés d'orties et j'ai eu l'agréable surprise de découvrir votre blog très intéressant. Merci pour l'info sur le livre de Maria Treben, que je vais m'empresser de chercher. Ayant eu l'occasion de faire un atelier sur les plantes dites sauvages, je ne peux qu'approuver les bienfaits qu'elles nous procurent. Encore merci pour toutes vos infos !

    RépondreSupprimer
  5. bonjour
    j'ai une ortillère de plus de 30 ares depuis plus de 4 années; Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez consulter mon site www.natureeternelle.be
    à bientôt

    RépondreSupprimer
  6. http://aeschne.wordpress.com/2013/04/20/recette-aphrodisiaque-pour-le-printemps/

    RépondreSupprimer
  7. http://www.dailymotion.com/video/x3z7jrl_le-retour-du-printemps_tv

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !