mardi 15 novembre 2011

Sur la piste du coupable

Mystérieux rejets d'iode radioactif dans l'air: en quête d'un coupable


PARIS - De mystérieux rejets d'iode radioactif, trop faibles pour constituer un danger, ont été détectés dans l'air en France en provenance d'un pays étranger inconnu, a annoncé mardi l'IRSN, appelant le coupable à se dénoncer et les pays européens à coopérer pour le démasquer.

L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a été alerté la semaine dernière par son réseau scientifique sur des traces d'iode 131 dans l'air de plusieurs pays d'Europe centrale. Il a à son tour lancé une vague d'analyses, dont les premiers résultats montrent de très faibles niveaux de concentration d'iode radioactif dans la moitié nord de la France.

Une présence tout à fait inhabituelle mais sans aucun risque pour la santé des populations car ne dépassant pas quelques microBécquerels par mètre cube, assure l'Institut qui s'est malgré tout immédiatement lancé sur la piste de ces rejets anormaux pour remonter à leur source.

Une seule chose était sûre mardi : les installations de Fukushima, victimes d'un grave accident en mars dernier, sont hors de cause.

L'iode 131 a une durée de vie très courte - sa radioactivité diminue de moitié tous les huit jours - et l'événement est trop ancien et trop lointain, a expliqué à l'AFP Didier Champion, directeur de l'environnement et de l'intervention à l'IRSN.

Par ailleurs, on a regardé les trajectoires de l'air et ça aurait dû être détecté en Amérique du Nord si ça s'était produit au Japon, donc cette piste est exclue aujourd'hui, ajoute-t-il.

Europe centrale ou un peu plus loin

Point de départ des investigations, l'alerte lancée le 11 novembre par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur la présence d'iode 131 dans l'atmosphère en République tchèque, puis l'annonce de pays voisins (Pologne, Autriche et Slovaquie notamment) ayant constaté la même contamination au-dessus de leur territoire.

Tout ceci laisse penser que le rejet viendrait plutôt d'Europe centrale ou d'un peu plus loin, analyse Didier Champion.

Hongrie, Slovénie ou même République tchèque ? Toutes disposent d'installations nucléaires mais il est aujourd'hui impossible de cibler tel ou tel pays, insiste l'expert.

L'idéal c'est que le pays où s'est produit le rejet déclare l'événement, notamment à l'AIEA, ce qui, à ma connaissance, n'a pas été fait, dit-il.

Si le coupable ne se dénonce pas, il faudrait alors que tous les pays ayant observé cet épisode de contamination publient leurs résultats pour les mettre en commun et retracer ainsi le parcours des masses d'air polluées.

Car en remontant dans le temps, les scientifiques peuvent déterminer les territoires traversés par cet air radioactif et voir si des activités nucléaires se situent sous ces trajectoires, explique M. Champion.

Les experts français aimeraient aussi connaître la nature de l'incident ayant entraîné une telle contamination, qui ne constitue certes pas une menace à l'échelle de l'Europe mais peut être un problème au niveau local pour l'environnement et la santé si la dose de radioactivité émise est importante.

Une centrale nucléaire ou un réacteur de recherches pourraient être à l'origine de ces rejets mais ils produisent différents types de substances radioactives (césium, xénon, etc). Or, pour l'instant, seules des traces d'iode 131 ont été détectées.

Autre piste : une installation produisant des isotopes radioactifs à usages médicaux, comme ce fut le cas à Fleurus en Belgique en 2008, indique M. Champion.

Enfin, on ne peut pas non plus exclure un rejet de type malveillant même si ce n'est pas la voie la plus probable, assure-t-il.


(©AFP / 15 novembre 2011 14h10)

7 commentaires:

  1. fukenedy@hotmail.fr15 novembre 2011 à 18:12

    et bien en faisant des recherches j ia trouve qu une centrale d'europe de l est (un pays frontalier avec la hongrie et deux autres pays dont la bosnie ou la serbie) avait eu des problemes de refroidissement et des fuites....je ne me souviens plus ou exactement ,mais c'est recent...j ai lu un article l y a 2 jours....si cela peut vous aider a orienter vos recherches...dsl,j etais stone et je ne me souviens que du fait qu une fuite radioactive a eu lieu a cause d'un probleme de refroidissenment d un reacteur...l element le plus important a retenir...evidemment...

    RépondreSupprimer
  2. on ressort les liens mis de coté:

    http://bien-etre-au-naturel.over-blog.com/article-comment-se-proteger-des-emissions-radioactives-69396678.html

    RépondreSupprimer
  3. c'est n'importe quoi ce site http://bien-etre-au-naturel.over-blog.com/article-comment-se-proteger-des-emissions-radioactives-69396678.html

    il n'existe pas d'aliments qui protègent contre les effets des rayonnements ionisants !

    RépondreSupprimer
  4. En saturant sa thyroïde en iode naturel, on peut limiter son exposition aux rayonnements; elle ne fixera pas tant d'iode radioactif.
    http://webiorganic.blogspot.com/2011_03_01_archive.html

    RépondreSupprimer
  5. CRIIRAD
    Commission de Recherche et d'Information
    Indépendantes sur la Radioactivité
    Détection d'iode 131 dans l'air ambiant en Europe
    http://www.criirad.org/

    RépondreSupprimer
  6. à deedoff,
    ou à votre convenance relire ce que le bistrobar a publié lui-même aussi,
    un autre article issu d'ici,
    http://bistrobarblog.blogspot.com/2011/03/se-proteger-des-dangers-des-emissions.html

    en attendant le vrai scandale consiste à ne pas divulguer d'où vient cette présence de cesium dans notre air et plutôt agiter les méRdias avec la crainte de cette perte des emplois si la gauche repassait au pouvoir en raison de ses accords avec les Verts !

    quand je lis ceci ce matin dans le figaro :
    http://www.lefigaro.fr/politique/2011/11/16/01002-20111116ARTFIG00313-nucleaire-on-va-jeter-des-mds-d-euros-par-les-fenetres.php

    il me semble dommageable d'agir auprès du grand public avec les mêmes procédés médiévaux qui consiste à faire peur,
    la peur tient les gens dans l'incapacité de raisonner par eux-mêmes,
    la peur maintient les gens dans l'obscurantisme le plus abject,
    et ce que dit le figaro est tout simplement idiot pour la bonne raison que necessairement passer d'une énergie devenue obsolète à une énergie nouvelle créera necessairement de l'emploi, jusqu'à redevelopper les autres énergies jusqu'ici étouffées dans l'oeuf par les groupes de lobbys alimentés par l'activité nucléaire mondiale !

    La France n'a pas simplement trahi ses propres déclarations du passé, lors du basculement au nucléaire, dont la durée de vie des centrales avaient été énoncées de maximum 30 ans,
    elle a aussi trahi les générations futures, en niant et biaisant les analyses des réalités de ses constructions devenues obsolètes au regard des normes de construction de sécurité bien plus drastiques en matière de semelles de béton par exemple sous les piscines,
    retrouver Corrine Lepage dont l'interview passé sur la chaine parlementaire , comparait ce qui se fait au japon, sur fukushima , 8 mètres de semelle, alors que celle par exemple de Fessenheim n'est que de 1 mètre 30 ! Le nucléaire a bel et bien une odeur : celle du pognon ! http://cric04.unblog.fr/2011/04/29/pourquoi-le-gouvernement-fait-le-choix-dune-electricite-chere-et-dangereuse/
    http://cric04.unblog.fr/2011/06/06/elements-dun-debat-sur-notre-futur-energetique/

    RépondreSupprimer
  7. une piste pour le coupable
    http://jordan-minary.blogspot.com/2011/11/du-14-au-16-novembre-2011-accident.html#comment-form

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !