mercredi 30 novembre 2011

Japon, 30 novembre


Une nouvelle vidéo, dont les sous-titres ont été traduits par Kna60 et moi-même et incrustés par Kna60, sur l'émouvant discours de Mme Muto prononcé le 19 septembre lors du rassemblement anti-nucléaire de Tokyo.

EX-SKF

Tokyo va ''supporter'' la rencontre d'athlétisme national d'hiver de 2013

Comment ? En organisant les évènements de patinage de vitesse à la patinoire de plein air de Koriyama City dans la préfecture de Fukushima.

Du Yomiuri Shinbun (30 novembre) :

Le gouvernement métropolitain de Tokyo a décidé de disposer de Koriyama City comme lieu des évènements du patinage de vitesse lors de la 68ème rencontre athlétique annuelle d'hiver programmée en 2013.



D'autres évènements comme le hockey sur glace se passeront à Tokyo. Le but est de supporter la préfecture de Fukushima qui a pâti de l'énorme accident de la centrale nucléaire de Fukushima. C'est la première fois depuis le début des rencontres en 1947 qu'une localité en dehors de la préfecture servira de lieu derencontre.
En septembre, le gouvernement métropolitain de Tokyo reçut une demande de l'association d'athlétisme japonais et du ministère de l'éducation et de la science pour accueillir les rencontres de patinage et de hockey sur glace. Tokyo a accueilli les rencontres de hockey sur glace en 2005, mais n'a pas de patinoire pouvant recevoir le patinage de vitesse car il faut une piste de 400 mètres de long. Le gouvernement de Tokyo a fait des pourparlers avec le gouvernement préfectoral de Fukushima et ils sont convenus d'utiliser la patinoire de Koriyama qui a une piste en plein air de 400 mètres. Le coût de l'opération pour la piste sera payé par les sponsors de l'évènement y compris le gouvernement métropolitain de Tokyo.

Cela pourrait être du ''donnant-donnant'', une autre merveilleuse tradition japonaise, comme le ''dango''. Le gouvernement métropolitain de Tokyo va payer Koriyama pour le dérangement d'un accueil des rencontres de patinage de vitesse et peut-être qu'un jour prochain Tokyo et Fukushima signeront un accord pour envoyer et incinérer les débris ''faiblement contaminés'' de la catastrophe de Fukushima à Tokyo, exactement comme celui entre Tokyo et Iwate/Miyagi. Le gouvernement préfectoral de Fukushima peut payer ensuite des ''honoraires spéciaux'' au gouvernement de Tokyo pour faciliter l'opération, comme le font Miyagi et Iwate.
Ils doivent espérer que le peuple mouton oubliera totalement l'accident nucléaire et la contamination d'ici l'hiver 2013.
Koriyama est la cité qui nourrit les écoliers avec le riz cultivé et moissonné cette année et où 500.000 becquerels/kg de césium radioactif ont été découverts dans le foin de riz.

Un responsable de Date City, Fukushima : ''Les habitants d'ici pensent qu'ils sont victimes de l'accident causé par TEPCO''

Je pense bien qu'ils ont été. Apparemment pas pour cet officiel d'une cité où on vient de trouver du césium radioactif dépassant la limite provisionnelle nationale dans le riz et où on asperge d'eau les arbres fruitiers et récupère l'écorce en pensant que cela empêchera la contamination des prochains fruits.
L'article suivant est apparu dans la version locale de Fukushima du plus grand journal national le Yomiuri Shinbun (27 novembre) :


Des commissaires de la Commission Internationale de Protection Radiologique (CIPR) ont rendu visite au gouvernement de Fukushima le 26 novembre pour échanger des idées avec les officiels municipaux de Fukushima.
Le but était que les commissaires du CIPR apprennent en direct la situation actuelle de la préfecture de Fukushima et donnent des conseils pour la décontamination et les soins de santé et une aide pour la restauration et la reconstruction [de Fukushima].

Étaient présents Jacques Lochard, 4 représentants du CIPR, Otsura Niwa, professeur émérite à l'université de Tokyo et des chercheurs du Bélarus, de France et de Norvège. Des officiels de municipalités locales et de l'université de médecine de la préfecture ont fait un exposé sur la situation actuelle à Fukushima. Un officiel de Date a expliqué la situation de la ville, en disant ''Même en expliquant aux habitants comment décontaminer, ils gardent cette mentalité de victimes du style ''TEPCO'' devrait le faire'', et ils ne coopèrent pas facilement.''
La rencontre se poursuivra le 27 novembre. Les commissaires du CIPR partageront leur expérience de l'accident de Tchernobyl pour remédier aux problèmes de sol et pour les soins de santé des habitants et des conseils sur la protection contre la radioactivité de la centrale nucléaire.

L'officiel de Date se plaint que les habitants pensent être victimes du pire accident nucléaire du Japon et qu'ils ne font pas ce que les officiels aimeraient qu'ils fassent, le nettoyage eux-mêmes du bourbier de matériaux radioactifs.
Incroyable.
Au fait il me semble avoir déjà vu quelque part le nom du Dr Niwa. Il était l'un de ces experts qui ridiculisaient et dénigraient en août les gens de Tokyo qui étaient contre l'incinération de bois radioactif (1130 Bq/kg de césium).

Le Dr Niwa est aujourd'hui le président de sa propre société, Biomedics, qui est spécialisée dans les produits pharmaceutiques pour le cancer et les maladies auto-immunes.

Intéressant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !