lundi 8 août 2011

Trois 'Plutonium Brothers' japonais

Ex-SKF a mis la vidéo ci-dessous sur son blog, sous-titrée en anglais. J'ai donc traduit les assertions de ces messieurs. 
Puis une courte animation diffusée par les agences nucléaires.




Les Trois ''plutonium brothers'' japonais : ''il est si sûr que vous pouvez le boire''

Les dernières captures de Tokyo Brown Tabby, une collection de vidéos clips sur trois chercheurs japonais en nucléaire, affirmant la sécurité du plutonium à la TV nationale. Les deux premiers sont apparus à la TV après l'accident du 11 mars pour rassurer le public qu'il n'y avait rien à craindre du plutonium, parce qu'il était si sûr.

1er interlocuteur : Tayashi Narabayashi de l'université d'Hokkaido, 3 avril 2011


T.N. :''Bon, la moitié des adultes mâles mourraient s'ils ingéraient 200 grammes de sel. Juste 200 grammes. Pourtant, la dose orale mortelle de plutonium-239 est de 32 grammes. Donc si vous comparez la toxicité, le plutonium par ingestion n'est pas très différent du sel. Si vous l'inhalez dans vos poumons, la dose léthale sera d'environ 10 mg. C'est environ la même que le cyanure de potassium. Cela semble effrayant mais le fait est que le plutonium n'est pas différent du cyanure de potassium. Certaines toxines comme le bacille du botulisme qui cause un empoisonnement par la nourriture est beaucoup plus dangereux. Même la dioxine est beaucoup plus dangereuse. Donc à moins de transformer le plutonium en poudre et de l'avaler dans vos poumons...''
Journaliste : ''personne ne ferait cela.''
T.N. : ''En plus, le plutonium peut être arrêté par une simple feuille de papier. Le plutonium est fait à partir de combustible nucléaire dans des installations avec de bonnes mesures de protection, donc vous n'avez pas besoin de vous faire de souci.

2ème interlocuteur : Keiichi Nakagawa, professeur en radiologie de l'hôpital de l'université de Tokyo, 29 mars 2011
K .N. : ''Par exemple, le plutonium ne sera pas absorbé par la peau. Parfois en l'ingérant dans la nourriture, mais dans ce cas, la plus grande partie sera éliminée dans les urines. Le problème survient quand vous l'inhalez. On dit qu'inhaler du plutonium accroît le risque de cancer des poumons.''
Journaliste : ''Cela va-t-il affecter notre vie quotidienne ?''
K.N. : ''En rien.''
Journaliste : ''En rien ?''
K.N. : ''En rien. Pour commencer, ce matériau est très lourd. Donc, à la différence de l'iode, il ne va pas se disperser dans l'air. Les ouvriers de la centrale POURRAIENT en être affectés. Aussi je voudrai leur recommander de faire attention. Mais je ne pense pas que le public doive s'inquiéter. Par exemple il y a 50 ans quand je suis né, la quantité de plutonium était 1000 fois plus importante que maintenant.''
Journaliste : ''Oh, pourquoi ?''
K.N. : ''En raison des essais nucléaires. Donc, même si la quantité s'est accrue quelque peu, en fait c'est toujours beaucoup moins qu'avant. Donc, au fond, vous n'avez pas à vous en faire. Cependant, s'il est libéré dans l'océan par une fuite d'eau, là il y a un problème. Une fois sorti, le plutonium décroît à peine.''
Journaliste : ''Cela prend 24.000 ans qu'il décroisse de moitié, n'est-ce pas ?''
K.N. : ''C'est exact, donc en ce sens, le plutonium est problématique. Mais encore une fois, il n'y aura pas d'effet sur le public. Vous pouvez vous reposer tranquilles.''
Journaliste : ''Résumons. Le plutonium ne sera pas absorbé par les poumons. Sil est ingéré avec la nourriture, il sera éliminé dans l'urine. S'il est inhalé, il peut accroître le risque de cancer du poumon. Mais comme il est plus lourd, on n'a pas à s'en faire.''

3ème interlocuteur : Hirotada Ohashi, Pr dans les systèmes innovants, université de Tokyo, groupe de discussion dans la préfecture de Saga le 25 décembre 2005, concernant l'usage du combustible MOX à la centrale nucléaire de Genkai.
H.O. : 'Dr Ohashi, s'il vous plaît. J'aimerai mettre l'accent sur deux choses. Ce qui arrive dans un accident [nucléaire] est basé entièrement sur vos hypothèses. En supposant que tout soit détruit et que tous les matériaux à l'intérieur du réacteur soient tous libérés dans l'environnement, alors on aurait toute sortes de résultats. Mais c'est comme de dire, qu'arrive-t-il avec la chute d'une météorite géante. On parle de la probabilité d'un événement improbable. On peut penser que c'est un gros problème si un accident arrive au réacteur, les experts nucléaires ne pensent pas que l'enceinte de confinement sera détruite. Mais les anti-nucléaires vont dire ''comment le savez-vous ?'', des explosions d'hydrogène ne se produiront pas, je suis d'accord, mais leur argument est ''comment le savez-vous ?'' Maintenant pour le rapport sur la sécurité nous supposons toutes les situations techniques possibles. Par exemple, que telle ou telle partie serait brisée et que du plutonium serait libéré puis qu'il serait arrêté ici, quelque chose comme ça. En mettant la barre très haut et en supposant toujours que même une radioactivité de haut niveau soit libérée, nous faisons des calculs. Il est peut-être très difficile pour vous de comprendre ce processus, mais il est à faire. Pour imaginer la distance à laquelle la contamination pourrait se répandre, nous analysons en nous basant sur ce que nous supposons possible d'arriver. Pourtant le public l'interprète comme quelque chose qui arrivera. Ou bien les anti-nucléaires se trompent et pensent qu'on fait une telle supposition parce que cela va arriver. Nous ne pouvons pas avoir d'argument avec eux.
Une autre chose est la toxicité du plutonium. La toxicité du plutonium est très exagérée. Les experts qui s'occupent des troubles de santé dus au plutonium nomment cette situation ''toxicité sociale''. En réalité il n'y a rien d'effrayant dans le plutonium. Si des terroristes, dans un cas extrême, prenaient du plutonium et le jetaient dans une réserve d'eau du robinet, plusieurs dizaines de milliers de personnes pourraient mourir ? Non, pas un seul mort probable. Le plutonium est insoluble dans l'eau et serait évacué rapidement du corps même si on en boit. Donc ce que dit le Dr Koide est que si nous prenons des particules de plutonium une par une, qu'on ouvre les poumons et qu'on enterre les particules de plutonium profondément dans les poumons, alors là beaucoup en mourront. Un pur fantasme qui n'arrivera jamais. Il dit au fond qu'on peut conduire une voiture, prendre un train, parce que nous ne savons pas ce qui peut se passer...''
Animateur de séance : ''Merci beaucoup.''
______________________________
Animation : Pluto-kun, le petit gars plutonium, personnage mascotte de la corporation de développement énergétique par réacteur et combustible nucléaire (aujourd'hui l'agence pour l'énergie atomique japonaise)
''Imaginons de méchants gars qui viennent de me jeter dans un réservoir. Je suis non seulement difficile à me dissoudre dans l'eau, mais également difficile à être absorbé dans l'estomac ou les intestins, et finalement je sortirai du corps. Donc je ne peux vraiment pas tuer de gens. Mais c'est si souvent que des méchants gars prennent une petite chose et la transforment en un grand mensonge pour menacer les gens.
Vous voyez, nous avons été dupés. Le plutonium n'est pas dangereux !''

1 commentaire:

  1. La vidéo ST français d'après votre blog :

    http://www.dailymotion.com/video/xkgcjm_japon-propagande-sur-le-plutonium_news

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !