Bistro Bar Blog

dimanche 23 septembre 2012

Le travail du ver dans le fruit

Un excellent texte de notre ami Vieux Jade.
Dimanche 23 septembre 2012
Pour moi, malgré ses approximations et ses exagérations, seule la thèse dite "conspirationniste" est capable de rendre compte de la situation du monde dans lequel nos âmes se sont incarnées.
 
Elle seule accumule les données, les faits, au mépris de tous les dangers, qui vont depuis des siècles de l'ostracisme à la mort physique, en passant par tout le registre des souffrances morales, psychiques, affectives, ruine, panique, abandon, désespoir. Sa route est pavée de détresse et de cadavres mais le relai se transmet de bouche à oreille, et puisse-t-il en être ainsi jusqu'à ce que le rideau se lève sur ce cauchemar.
 
Le mépris des "intelligents" n'est qu'une reptation servile. Car la conspiration est un travail incessant de soumission et de corruption. Aussi rutilant et superbe soit-il, un esclave n'est rien que la voix de son maître, attendant sa récompense.
 
Le monde fourmille d'esclaves, prêts à vendre n'importe qui, n'importe quoi.
 
Car ce monde est tombé sous la domination du commerce, et l'on fait commerce de tout. Tout est à vendre, les corps, d'un bloc comme celui des prostitués, ou en morceaux, comme on vend des organes sains pour une poignée de riz ou un snif de poison. A vendre, les âmes,  les voix, les consciences, contre une poignée de cendres.  
 
Mammon, dont le nom rappelle la succion frénétique et aveugle de l'enfant au sein, a marqué ce monde de sa griffe.
 
Tout le monde ou presque le sait, ou devrait le savoir, tant c'est évident.
 
Mais tout ceci est la norme, tant on est devenus sourds et aveugles à l'évidence : tout ici nous est donné, ou plutôt prêté, puisque nous sommes simplement passants.
 
Il s'est installé ici, dans la conscience humaine un parasite parfaitement rôdé, qui étend de plus en plus loin et de plus en plus profond ses sondes, pour se nourrir, et subsister.
 
Le nommer ou chercher à décrire ses stratégies n'est pas mon propos. Je renvoie à la récapitulation la plus aboutie que je connaisse (merci à l'anonyme qui me l'a indiquée).
 
Presque toutes nos pensées, ou ce que nous croyons être nos pensées, nous sont implantées, marquées au fer par un mécanisme si puissant qu'il a pour nous le visage du réel.
 
Par glissements successifs, tout ce que nous croyions nous appartenir nous est enlevé. J'ai lu, parmi cent propositions émises par de prétendus jeunes socialistes, que les propriétaires de leur logement pourraient supporter une taxe nouvelle, du fait qu'ils n'ont pas de loyer ou plus de mensualités à payer.
 
La terre échappe aux paysans, puis aux propriétaires classiques pour appartenir, à coup de taxes, aux états. Les officines se multiplient pour racketter, à l'occasion de cette fameuse prétendue crise, l'or et l'argent. Il faut que tout disparaisse. Que toute richesse matérielle soit enlevée aux hommes. Tout doit appartenir aux banques ou aux états, dont les propriétaires sont les mêmes. Quand la Terre entière sera leur bien, les hommes n'auront alors plus de recours. Pur bétail, qui aura sa pitance en fonction des objectifs princiers.


 
 
Il y a longtemps que les rouages de la spoliation sont en place. Alors que la planète a de quoi nous rendre tous riches, libres et heureux, elle n'est plus qu'un camp de concentration où rôdent milices et kapos, plus ou moins déguisés sous le miel toxique de l'omniprésente bande-son.
 
La faucille moissonne, le marteau écrase. Le show continue. 
 
Encore un peu de temps, et l'émergence des robots enverra ce qui restera de la race humaine défigurée, dépossédée, désenchantée, au musée des figurants.
 
J'entends d'ici les commentaires désabusés sur ma propension au pessimisme. Je ne crois pas qu'un tel résumé soit pessimiste. Il suffit d'observer le bocal, puis de lever les yeux, pour voir les marionnettistes à l'oeuvre.
 
Ivres de leurs innombrables succès, ivres de meurtres et de jouissance, ivres d'or et de leur propre importance, ils n'ont aucune conscience de ce qu'ils font.
 
Je veux ici citer Henry Makow, juif lui-même, ce qui ne suffit plus à désamorcer la haine bien-pensante des rouages :
 
"Le Christ représentait un Dieu universel et une morale universelle. Son enseignement représentait le prochain stade naturel, que les juifs auraient dû embrasser, tout en conservant leur intégrité raciale.
 
En rejetant l'enseignement du Christ, les Pharisiens ont placé le peuple juif dans l'opposition perpétuelle aux meilleurs intérêts de l'humanité, en travers du chemin ultime et inévitable de l'évolution spirituelle de l'homme.
 
Ils ont placé les juifs dans un état de révolte métaphysique permanente qui, à un niveau personnel conduit à l'aliénation et au dysfonctionnement.
 
Le Christ a enseigné que Dieu est Amour. L'amour est le plan directeur. L'amour est la lumière. Aime ton prochain. Fais aux autres comme tu voudrais qu'ils te fassent. Quelle faute les Pharisiens purent-ils trouver à un évangile qui prêche la fraternité humaine et le fait de mettre les autres avant nous-même ?
 
Il les privait de leur revendication spéciale à être le "peuple élu" de Dieu, et d'administrer la volonté de Dieu, qui est vraiment la leur."
 
Makow, comme de nombreux juifs anti-sionistes, est lucide sur le rôle que tiennent les juifs, ou une partie d'entre eux dans ce processus de négation de l'homme, de liquidation progressive de l'humanité.
 
Comme le troupeau de goyim qui leur prêtent main-forte, ils ne sont que des rouages dévoués à leur propre intérêt immédiat, avidité et ruse sordide qu'ils nomment intelligence, aveugles qu'ils sont à l'autre monde dont celui-ci n'est qu'une ombre crasseuse.
 
Leur travail d'appropriation est celui d'un ver dans un fruit. Quand ils l'auront dévoré, ils mourront de faim et de désespoir, sur les ossements de leurs victimes.
 
C'est cela, la pyramide réelle. Des cadavres de vers sur le cadavre d'un monde.
 
Pessimiste ?
 
Non. Car ce travail de consomption, qui ronge nos corps et nos âmes comme de l'acide est peut-être le moyen de nous détacher de la pesanteur qui nous lie ici. Tant qu'il y a de l'espoir, quelque os à ronger, tant qu'il reste en nous un gramme d'avidité, un soupçon de mensonge, un relent de profit, nous restons volontiers dans ce monde dont ne nous sommes que les hôtes oublieux.
 
Pour certains, ce désir va au delà d'une existence humaine. Après la dissolution de notre corps, le désir nous ramènerait encore et encore, selon le cycle des renaissances. 
 
Et comment échapper à cette roue infernale, si ce n'est poussés, contraints, chassés ?
 
Et comment renaître sur Terre dans l'avenir, si nos avides maîtres du monde trouvent préférable de régner, c'est-à-dire d'exercer leurs passions dévorantes sur des cours de robots serviles, dans un enfer éternel ?
 
Une fois cette porte fermée, et soyez sûr qu'elle se ferme, à moins qu'elles ne choisissent la voie du bétail, et donc de la mort véritable, les âmes gravitant dans l'orbite terrestre devront enfin prendre la voie du Retour, ou de la Vie, par delà la mort apparente, qui est renonciation.

9 commentaires:

  1. J'ignore si l'auteur se revendique "apocaloptimiste" mais toute personne sensée devrait en arriver à de telles conclusions...
    Maintenant on fait quoi ???

    RépondreSupprimer
  2. Je vois autre chose que le pessimisme et c'est d'emblée ce que l'on attend de nous dans cette matrice.. Je regarde plutôt ce qui m'est donné de voir derrière le voile et c'est d'une beauté! Qui m'incite à voir le beau dans la vie humaine plutôt que faire le jeu attendu de la population.. dénigrer..
    Paix dans nos coeurs!
    Tonino

    RépondreSupprimer
  3. Emouvantes helios, etre qui porte a traver ton site toute la Lumiere que est en toi. Chaque parole est un son lumineus...car tu semble avoir la vision de ce qui echappe a presque tout le monde.
    namastè a toi
    loriana

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, Loriana, je n'ai fait que transmettre ce beau texte de Vieux Jade qui me parlait bien.
      Namasté.

      Supprimer
  4. Merci Hélios ! Heureusement que tu es là pour faire, par B.B.B. réveiller (trop peu) les consciences...! J'apprécie aussi Vieux Jade ! Pas le temps de tout visiter, je reste scotchée à B.B.B. Mais comment fais tu pour être au courant de tout ? En faisant beaucoup, tu fais notre Napoléon, qui ne dormait que 3 heures sur 24 ? Qu'elle est ta pilule ? Pas la rouge, ni la bleue.... mais encore ? ;-) ♥♥

    RépondreSupprimer
  5. https://www.youtube.com/watch?v=cuFqiZNg4Lw&list=WL092D42799D45819A

    Les 10 plaies de l'âme: vidéo

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.