samedi 24 septembre 2011

Le mystère de la combustion spontanée

C'est un mystère qui me fascinait quand j'étais adolescente quand je dévorais les livres parlant de fantastique.
Alors, même avec les connaissances acquises depuis, je n'ai pas vraiment d'explications. 
Un faisceau d'énergie extérieure, comme un laser, qui serait une "bavure" dans une guerre extra-terrestre ?

J'avais lu il y a longtemps le cas de trois combustions totales, avec juste un petit tas de cendres en résultat et sans que rien d'autre ne soit brûlé, de 3 personnes différentes dans leur véhicule en Grande-Bretagne, si ma mémoire est bonne. Le fait intéressant était qu'en regardant sur une carte, les 3 véhicules formaient un triangle équilatéral parfait.

Phénomène analogue au feu de la Pentecôte ? Cas un peu similaire, une personne que j'ai connue me racontait que chaque année au moment de la Pentecôte, elle se réveillait le matin dans son lit avec des brûlures de type 3ème degré, mais sans risque pour sa santé. En quelques semaines, tout disparaissait.
"Il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre, Horatio, que n'en rêve votre philosophie."
There are more things in heaven and earth, Horatio,

Than are dreamt of in your philosophy.
                                                                                           Shakespeare

Voici un article traduit du  Daily Mail en date du 23 septembre qui présente un cas de combustion spontanée et ce qu'en pensent les ''experts''.




UN RETRAITÉ MEURT DE ''COMBUSTION SPONTANÉE'' DANS SON SALON
  • Le médecin légiste enregistre le tout premier cas en Irlande.
  • Il n'y a que des marques de brûlures sur le plafond et sur le sol à l'endroit où il se tenait.
  • La mort reste mystérieuse.

Un médecin légiste perplexe a déclaré qu’un homme qui est mort brûlé chez lui l'a été des suites d’une combustion humaine spontanée.
Le Dr Ciaran Mc Loughlin, médecin légiste à West Galway en Irlande, a dit que malgré la proximité d'une flambée dans la cheminée, Michael Faherty, 76 ans,qui a été trouvé couché sur le dos, n'est PAS mort de cette flambée.
Il a dit qu’une investigation détaillée explorant toutes les possibilités n’avait offert aucune autre explication, et qu'il délivrait donc un tel verdict pour la première fois en 25 ans de médecin-légiste.
Il semble que cela soit le premier cas de ce genre en Irlande, bien qu’un certain nombre de cas inexpliqués soient signalés tous les ans dans le monde entier
Le terme de Combustion Humaine Spontanée décrit des cas présumés de combustion d'un corps humain sans source extérieure apparente de mise à feu.
Mr Faherty de Ballybane, Galway est décédé le 22 décembre 2010. L’enquête a révélé que les experts de la police scientifique étaient certains que le feu dans la cheminée du salon où le corps gravement brûlé a été retrouvé, n’était pas la cause de l’incendie qui l’a tué.

Il n’y a aucune trace d’accélérateur de feu, tel que du pétrole ou de l’alcool, et il n’y avait rien qui puisse suggérer des quelque chose de suspect.

Alors que son corps était totalement détruit par le feu,ce dernier ne s’était pas étendu et seuls le plafond et le sol au-dessus et en-dessous de lui ont subi des dégâts mineurs.
Le Dr Mc Loughin a dit qu’il avait consulté des livres de médecine et effectué d’autres recherches dans une tentative d’autres explications.
« Cet incendie a été étudié de fond en comble et il ne reste que la conclusion de le mettre dans la catégorie de combustion humaine spontanée, pour laquelle il n’y a pas d’explication adéquate » a-t-il dit.
La fille de Mr Faherty, Mairin a dit que sa famille était d'accord avec l’enquête et qu’ils en acceptaient les conclusions. Cependant , a-t-elle ajouté, ''Malheureusement, cela ne nous apporte pas de véritable explication.''
Des descriptions de combustion humaine spontanée sont faites depuis des siècles. On dit que le personnage de Krook, buveur de gin dans le roman de Charles Dickens 'Bleak House'' (la maison d'âpre-vent) est mort de combustion spontanée.
Les parents d’une femme britannique décédée en 1982 ont dit qu’ils l’ont vu prendre feu dans son domicile du nord de Londres mais le légiste, le Dr John Burton a dit qu'une telle chose n'existait pas et a enregistré un « verdict indéterminé ».
Le corps humain est essentiellement composé d’eau et il n’y a que les tissus gras et le méthane qui peuvent brûler facilement.
Des températures proches de 1093 ° C sont nécessaires pour réduire un corps en cendres.
Beaucoup d’experts pensent qu’une telle chose n'existe pas. Le professeur d’anatomie pathologique Mike Green disait qu’il y a toujours une source de mise en combustion, telle qu’une allumette ou une cigarette.
Il y a une source d’ignition quelque part mais c’est parce que le corps est si fortement détruit que la source ne peut être trouvée, a-t-il dit.
Il a dit que les circonstances du cas de Galway étaient très semblables à d’autres cas possibles.

''C’est toujours la même description qui en est faite''.

Mr Green a dit qu’il doutait d'explications centrées sur une intervention divine.

''Je pense que si les cieux frappaient dans les cas de combustion spontanée, il y aurait alors bien plus de cas. Je penche pour une explication pratique et matérielle.''

COMMENT LE CORPS HUMAIN PEUT DEVENIR UNE « CHANDELLE INVERSÉE »

Il y a plusieurs cas documentés où la police a trouvé des corps brûlés presque jusqu’aux cendres, mais sans meubles brûlés à côté. Des températures de 1600°C seraient nécessaires pour brûler un corps humain à ce point, cependant dans ces cas, seuls des dégâts liés à la fumée ont été signalés.
Des scientifiques intrigués ont trouvé comme explication “la théorie de la mèche". La théorie voudrait que le corps humain puisse devenir une chandelle inversée. Les vêtements de la personne constituent la mèche, alors que la graisse du corps est la cire ou la substance inflammable, qui nourrit le feu. Les membres peuvent rester intacts à cause du gradient de température, la partie inférieure du corps étant moins chaude que le haut.

Un des aspects macabre c’est que les taches de graisse laissées après un tel évènement pourraient être un résidu des graisses de la personne.
La combustion ne serait pas spontanée cependant, parce qu’elle nécessiterait une source externe pour démarrer, telle qu’une cigarette. Certains ont postulé que de l’électricité statique pourrait amener l’étincelle nécessaire.
Le Professeur D’Anatomie Pathologique du Ministère de l’Intérieur a dit à la BBC en 2005: ''La façon dont brûle le corps- le soit-disant effet de mèche-me semble a mes collègues et à moi l’hypothèse scientifique la plus crédible''.

Un corps mettrait environ 5 heures à brûler de cette façon avant d’être réduit en cendres. Les victimes sont souvent âgées, malades ou sous l’influence de l’alcool, ce qui pourrait expliquer pourquoi elles n’ont pu en réchapper.

UNE VIDEO intéressante en plusieurs parties :

Un lien:


16 commentaires:

  1. Bonsoir Hélios

    Est-il nécessaire d'essayer d'expliquer ce fait par des extravagances du style :
    Un faisceau d'énergie extérieure, comme un laser, qui serait une "bavure" dans une guerre extra-terrestre ?
    Tout simplement ces combustion se produisent suite à la réunion des conditions nécessaires pour que cela ce produise.
    Cette combustion semble ne pas produire de flammes, et pis ctout.

    RépondreSupprimer
  2. Et alors, si cette explication extravagante me convient ?

    Je veux bien ton explication sur "les conditions nécessaires pour que cela se produise"...

    RépondreSupprimer
  3. Et alors, si cette explication extravagante me convient ?

    ok !
    pas de problème !

    seulement je le déplore de ta part . barre !

    RépondreSupprimer
  4. Hélios

    D'après les multiples fotos que nous pouvons observer sur ce fénomène il faut reconnaître que le doute n'est plus permis ! Maintenant qu'un coup de rayon laser perdu de la part de nos amis ET pendant leur guerre contre le grand méchant loup produise ce phénomène ! ok !moi ! je suis pas ce raisonnement ! peut être parce que ...........................!!!

    RépondreSupprimer
  5. lire 'au coeur du vivant' et 'nature cause maladie ' sur arsitra.fr avec jaqueline bousquet tout s'explique .

    RépondreSupprimer
  6. non faut arreter vous connaissez les irlandais et les anglais il PICOLE DUR meme moi breton j ai du mal a suivre ,je me suis deja dit oh mon gars faut t arrete tu va nous faire une autocombustion! donc pays anglosaxons je suis pas surpris (tu boss et tu picole pour oublier ta vie desclave) !!! morrison a dit BABY BABY LIGHT MY FIRE!

    RépondreSupprimer
  7. Merde, David Vincent avait raison, mais ça doit être les derniers, vu que le feuilleton date des années 60

    RépondreSupprimer
  8. Anonyme de 00.07,
    je ne crois pas que la proportion de gens qui picolent soit plus élevée en Irlande et en Grande Bretagne soit plus élevée que dans d'autres pays.
    Bien sur avec des racines Irlandaises et Britanniques , ayant passer 2 mois par an en Angleterre jusqu’à l'âge de 20 ans,le reste de l'année soit 10 mois en France, je dois être TRES MAL PLACEE pour savoir ce qu'il en est!

    Enfin vaut mieux lire çà que d'être aveugle!!

    RépondreSupprimer
  9. IL me semble que les Irlandais de souches sont des Celtes comme les Écossais, les Galois ,les Bretons et d'autres... Auvergnat etc....

    J'aimerais bien savoir ,
    Anonyme de 00.07 le 25 septembre
    depuis quand les Celtes sont devenus Anglosaxons? Pour ma part, je ne mélange pas du tout mes origines Celtes et mes origines Anglosaxonnes.

    RépondreSupprimer
  10. Aux Webmasters du site. J’ai essayé de vous envoyer mais en vain un très long commentaire sur cette affaire. Malheureusement il ne passe pas. Que dois je faire ? Peut être vous l’envoyer personnellement afin que vous puissiez le repasser dans le cadre de ces mêmes commentaires ?

    RépondreSupprimer
  11. @ anonyme de 20h26 :
    si le commentaire est trop long, il est possible qu'il ne passe pas.
    Dans ce cas, il suffit de le poster en plusieurs morceaux et là pas de problèmes.

    Amitiés

    RépondreSupprimer
  12. Partie 1
    A Helios
    Je n’ai pu que faire un rapprochement de ces inexplicables combustions dénommées peut être à tort auto combustion humaine d’avec cette non moins mystérieuse flamme appelée lumière sainte, qui naîtrait chaque année à la semaine sainte dans une église orthodoxe de Jérusalem et que les pèlerins ramèneraient dans toutes les églises de Russie et d’ailleurs. Quelques églises catholiques en auraient même bénéficiées cette année. Je vous livre cet extrait tiré du site :
    http://www.holyfire.org/file/French_LaLumiereSainte.htm

    RépondreSupprimer
  13. Partie 2
    Les pélerins voyageant à Jérusalem, depuis les temps anciens et jusqu'à maintenant, affirment unanimement que le jour du Samedi Saint, le Feu sacré apparaît sur le Tombeau de Notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus-Christ. Des milliers de pélerins pieux, affluant chaque année des pays du monde entier, de tous peuples et confessions chrétiennes, et de beaucoup d'autres, même non chrétiennes, s'empressent, depuis des temps reculés et jusqu'à maintenant, vers Jérusalem, pour y vénérer le Tombeau du Seigneur,tout particulièrement le jour du Samedi Saint. Ce jour-là, selon le témoignage de tous les voyageurs, depuis des temps anciens, chaque année et jusqu'à maintenant, le feu incréé apparaît sur le Tombeau de notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus Christ, à 8 heures ou, selon notre heure, à deux heures de l'après-midi.
    Dès le vendredi, les Turcs, sous la domination desquels se trouvent Jérusalem et l'Eglise du Tombeau du Christ, éteignent les lumières dans toute l'Eglise (et dans les temps anciens, aussi dans Jérusalem et même chez les Turcs) ; Ils bouclent les portes du Tombeau du Seigneur et y apposent le sceau turc; quant au patriarche, le jour même où le feu s'allume, il est soumis publiquement à une fouille devant tout le peuple par les officiels turcs, en présence d'une garde turque importante, et ensuite seulement, accompagné de cette même garde et des officiels, en présence des chrétiens de toutes confessions et des infidèles, ayant été publiquement revêtu de ses vêtements sacerdotaux et publiquement fouillé, il pénêtre dans la grotte du Tombeau du Seigneur (kouvouklia), d'où les Turcs retirent alors le sceau.
    Les plus anciennes informations sur le feu sacré, selon l'affirmation de l'Archimandrite Léonide, proviennent de l'antiquité la plus profonde (1).
    Les écrivains grecs, rappelant cet événement, se reportent, en témoignage de cette ancienneté, aux écrits des Pères de l'Eglise : Grégoire de Nysse et Jean Damascène qui, comme on le sait, sont allés eux-mêmes à Jérusalem; le premier, dans sa seconde homélie sur la Résurrection, écrit : " Pierre, ayant vu de ses propres yeux, mais aussi par hauteur d'esprit apostolique que le Tombeau était illuminé, alors que c'était la nuit, le vit par les sens et spirituellement." Le second, dans ses chants liturgiques, fait souvent mémoire de la lumière brillant miraculeusement sur le Saint Tombeau. Ainsi par exemple: "Pierre, s'étant rapidement approché du Tombeau, et ayant vu la lumière dans le sépulchre, s'effraya." (2)

    RépondreSupprimer
  14. Partie 3
    . Certains le décrivent précédé de l'apparition d'un nuage, d'autres, ne parlant pas de cela, le disent provenant directement du Tombeau du Seigneur; certains pélerins le voient bleu, devenant ensuite très clair et brillant et d'autres, le figuraient comme étant rouge. Parmi les derniers pélerins, André Nicolaïevitch Mouraviev, de bienheureuse mémoire, écrit : " Sur le Tombeau du Seigneur, on dépose auparavant du coton, avec lequel on ramasse le feu sacré, qui apparait, dit-on, par petites étincelles sur la plaque de marbre sur le Tombeau du Seigneur."
    A.S. Norov le décrit ainsi : "J'ai vu comment le Métropolite, âgé, s'étant penché pour pénétrer par l'entrée basse, arrivé dans la grotte, se jeta à genoux devant le Saint Tombeau, sur lequel rien n'était déposé, qui était complètement nu. Une minute ne s'était pas écoulée, que l'obscurité s'inonda de lumière, et le Métropolite sortit vers nous avec un bouquet de bougies flamboyantes."
    Le Hiéromoine Mélétios, pieux staretz de Sarov affirme que l'apparition de feu sacré ne provient pas, semble-t-il, d'ailleurs que précisément du Tombeau lui-même, qui aurait été sanctifié par le Corps du Christ, qui le fait sourdre chaque année en signe de vérité et de rectitude de foi. N'ayant pu être personnellement témoin de l'apparition du feu, le Hiéromoine Mélétios rapporte les paroles de l'Archevêque Missaïl, dont c'était alors le service : " Etant entré, lui dit l'Arvhevêque Missaïl, à l'intérieur du Saint Tombeau, nous voyons sur tout le couvercle de la tombe une lumière scintillante, comme si y étaient répandues de minuscules perles de verre, d'apparence blanche, bleue, écarlate, et d'autres couleurs, qui ensuite, se fondant les unes avec les autres, rougeoyaient et se transformaient en feu; mais ce feu, durant le temps nécessaire à lire sans hâte quarante Kyrie Eleison, ne produit pas de brûlure et ne consume pas, et les candélabres et bougies préparés s'y allument : mais par ailleurs, ajoute l'Archevêque, comment et d'où cela provient, je ne saurais le dire".
    Une telle diversité dans les récits sur la couleur de la Lumière Sainte et la façon dont elle apparaît, démontre la véracité et la sincérité de ceux qui les ont écrits. Et tous les récits des témoins oculaires se rejoignent dans la même constatation : le feu incréé apparaît chaque année le Samedi Saint, et ce jusqu'à présent.

    RépondreSupprimer
  15. Partie 4
    Contre les fausses allégations des vieux-croyants, prétendant que, dès le temps du Patriarche Nikon, il n'y eut plus d'apparition du feu sacré, il suffit de dire que dans le "Livre sur la Foi", imprimé à Moscou en 1648 et respecté par eux, au temps du Patriarche Joseph, il est indiqué, au chapitre premier, sur l'Eglise de Sion, que chaque année, le Samedi Saint, on peut voir sur le Tombeau Du Seigneur la Lumière Sainte, et un peu plus bas, il y est démontré que cette Lumière apparaîtra sur le Tombeau du Christ jusqu'à la fin des temps.
    "C'est une joie de voir, écrit le moine Parféni, qu'à présent, bien qu'à contre-cœur, les autres chrétiens respectent la foi orthodoxe, et jettent leurs regards sur les orthodoxes comme sur un soleil très clair, car ils espèrent tous recevoir par eux, la grâce de la Lumière Sainte."(2)
    Concernant les infidèles, ou ceux qui auraient été contaminés par les faux enseignements actuels, nous demandons, ainsi qu'à tous les lecteurs de lire les récits qui suivent, de les comparer et vérifier, et qu'ils ne soient pas incrédules, mais qu'ils croient.
    Philippe M. Abdoulovsky.

    RépondreSupprimer
  16. Merci de ces témoignages, il y a longtemps aussi que je me suis intéressée à ces combustions, sans explications apparentes, mais pour le Feu Sacré sur le tombeau du Christ, c'est la première fois, Merci Anonymus :-) ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd LOOL
    Encore Merci :):):)

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !