samedi 10 septembre 2011

Échangerait sondes contre débris de satellite...


En même temps que la NASA envoie deux sondes pour faire des études sur la lune, les débris du satellite UARS sont prévus de retomber sur terre à partir de fin septembre, début octobre. 
 
Voici ce que dit Wikipédia sur UARS:

Upper Atmosphere Research Satellite (UARS) (satellite de recherche sur la couche atmosphérique supérieure) est un satellite d'observation de la Terre de l'agence spatiale américaine de la NASA développé pour étudier l'atmosphère terrestre en particulier la couche d'ozone. Ce satellite lourd pesant 5,9 tonnes et long de 11 mètres a été lancé en 1991 par la navette spatiale américaine au cours de la mission STS-48. Il a été placé sur une orbite basse à une altitude de 700 km et avec une inclinaison de 57 degrés. La durée de vie prévue était initialement de 3 ans : six de ses 10 instruments fonctionnaient encore lorsqu'il a été désactivé en décembre 2005 soit 14 ans après son lancement. En fin de vie il a été placé sur une orbite plus basse qui devrait aboutir à une rentrée atmosphérique au début des années 2010.

Sauf qu'il ne fait sa ''rentrée atmosphérique'' que seulement maintenant.

Voilà le bestiau qui va retomber sur terre

Même si les dangers pour les populations sont très "minimes", les autorités de la Nasa ont avoué être inquiets des bouts du satellite qui seront incontrôlés, puisque plus d'une demi-tonne de l'appareil devrait parvenir à survivre à la traversée de l'atmosphère. Le satellite, qui est à court de carburant depuis 2005, devrait étaler ses débris sur une surface de 800 kilomètres de long avec 1 chance sur 3 200 qu'un des morceaux touche une personne.

L'UARS, en rotation autour de la Terre, survole la bande centrale de notre planète, évitant ainsi les pôles Nord et Sud. Il est activement surveillé par les scientifiques du Centre spatial Johnson d'Houston au Texas, et le Commandement des Forces Spatiales de la base militaire de l'US Air Force à Vanderberg en Californie. "Même si le vaisseau se désintégrera lors de son retour, il ne brûlera pas entièrement dans l'atmosphère. Le danger pour le public et le matériel est extrêmement petit, et la sécurité est la première priorité de la Nasa", explique un porte-parole de l'agence spatiale."Il est encore trop tôt pour dire exactement  quand l'UARS rentrera, et quelle zone géographique sera affectée, mais la Nasa surveille le satellite de près", a t-il ajouté.

"Si vous trouvez un objet qui paraît être un débris du satellite UARS, ne le touchez pas. Contactez la police locale pour une assistance", a insisté le porte-parole. Les calculs de la date d'impact s'affinant chaque jour, l'UARS devrait arriver entre fin septembre et début octobre.
Les débris de satellites et autres vaisseaux sont un vrai fléau pour la Nasa, l'ISS devant parfois manœuvrer pour les éviter. En moyenne, un débris par jour tombe sur Terre sans conséquence, mais la NASA suit près de 22 000 objets en orbite mesurant plus de 10 cm, dont 1000 proviennent des satellites opérationnels. Le nombre des débris de 1 à 10 cm est estimé à 500 000, tandis que ceux de -1 cm se chiffre à 10 millions.

6 commentaires:

  1. On peut choisir là où ça va tomber??! :D :D

    RépondreSupprimer
  2. Aidez-moi s'il vous plait

    La publicité me paye donc s'il vous plait voulez-vous cliquer sur ce lien:

    http://www.beepremium4free.com/?f=221671

    et suivez la marche à suivre ça prend pas longtemps et vous m'aiderez je vous en supplie!

    Je vous aime

    RépondreSupprimer
  3. A anonyme de 19h07 :

    Le blog n'est pas un lieu pour faire de la publicité pour quoi que ce soit, encore moins quand c'est présenté en anglais...
    Merci de ne pas remettre ce genre de commentaire, sinon il sera supprimé.

    RépondreSupprimer
  4. "Le Guardian s'est procuré les e-mails internes échangés qui montrent comment les industriels des multinationales de l'énergie nucléaire, comme EDF Energy, AREVA, Westinghouse, etc... ont oeuvrés en coulisses en étroite collaboration avec le département de l'énergie pour tenter de s'assurer que la catastrophe de Fukushima n'impacte pas leurs plans pour la construction de la nouvelle génération de centrales nucléaires prévue au Royaume-Uni."
    http://www.onnouscachetout.com/le-gouvernement-britannique-avait-mis-en-place-une-action-pour-minimiser-limpact-de-fukushima-sur-lopinion-publique

    RépondreSupprimer
  5. Est-ce que les débris sont radioactifs?

    RépondreSupprimer
  6. http://www.nasa.gov/multimedia/imagegallery/iotd.html

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !