vendredi 16 septembre 2011

Message de la CRIIRAD relatif à l'accident de Marcoule

Reçu par mail.

Chers adhérents,


En complément au message qui vous a été adressé le 12 septembre 2011 à propos de l’accident intervenu sur le site de CENTRACO à Marcoule, vous trouverez ci-dessous le résumé du dossier
  que vous pourrez consulter dans son intégralité sur notre site :


Note d’information de la CRIIRAD

16 septembre 2011 – 15h00


Relevés radiamétriques effectués par le CAN 84 

suite à l’accident survenu sur le site CENTRACO

à Marcoule, le 12 septembre 2011.

LES COMMENTAIRES DU LABORATOIRE DE LA CRIIRAD

 Synthèse

La CRIIRAD a reçu de très nombreux appels à propos de l’interprétation des résultats des mesures radiamétriques effectuées par l’association CAN 84, le
12 septembre 2011 avec un radiamétre Quartex. Ces relevés indiquaient en effet des valeurs de rayonnement ambiant 3 à 8 fois supérieures au bruit de fond naturel, entre 14H et 17H40, au sud du site de Marcoule, avec une extension est-ouest d’environ 140 km. Ces informations posaient la question
d’un lien avec l’accident dramatique survenu en fin de matinée du 12 septembre sur l’installation CENTRACO qu’exploite la société SOCODEI sur le
site nucléaire de Marcoule. CENTRACO est une installation de traitement de déchets faiblement radioactifs par fusion et incinération.

Sur la base de l’étude du dossier, de ses propres analyses radiologiques et des vérifications de l’ensemble des mesures à sa disposition, la CRIIRAD
tient à rassurer les citoyens concernés et à confirmer ce qu’elle a indiqué dès lundi 12 septembre après-midi : il n’y a certainement pas eu de rejets
massifs de radioactivité lors de l’accident sur le site CENTRACO, en revanche on ne peut toujours pas conclure qu’il n’y a eu aucun rejet radioactif. En effet les communiqués de presse officiels relèvent plus
d’actions de communication que d’information dans la mesure, par exemple, où 4 jours après l’accident, il ne précisent toujours pas la quantité et la nature des radionucléides présents dans l’installation et dans le métal qui était dans le four au moment de l’explosion, ni les résultats du contrôle des rejets en cheminée de l’installation, ni l’activité volumique de l’air
dans et au voisinage immédiat de l’installation.

En ce qui concerne l’interprétation des résultats de contrôles radiamétriques « citoyens », la CRIIRAD tient à rappeler qu’il convient d’être très prudent : utiliser ce type de résultats pour conclure à un
problème radiologique sérieux , comme d’ailleurs à l’absence de problème radiologique est toujours délicat. C’est pour cette raison d’ailleurs que la
CRIIRAD a mis en place, avec le soutien de collectivités locales, un réseau de balises indépendant qui permet de réaliser des contrôles en direct et en
différé, permettant de statuer sur la qualité radiologique de l’air ambiant.


Cordialement

L’équipe de la CRIIRAD

4 commentaires:

  1. Conclusions

    des valeurs de rayonnement ambiant 3 à 8 fois supérieures au bruit de fond naturel !

    mais il n'y a rien !!!!!

    les pressions sont très fortes à première vue de nez !!!!
    respirez à pleins poumons !!!

    Zébul

    RépondreSupprimer
  2. Bon, la CRIIRAD, des fois on se demande pour qui elle roule...



    http://enenews.com/french-report-radioactivity-10-times-normal-avignon-anomalous-increase-radioactivity-could-be-directly-linked-explosion-marcoule-chart

    RépondreSupprimer
  3. je ne comprend pas comment interpreter ce message de la criirad !!!!

    RépondreSupprimer
  4. Les "trois secrets" de l'accident de Marcoule : un cercueil blindé, des déchets mystérieux, un blessé soigné par l'armée

    http://brujitafr.over-blog.com/article-les-trois-secrets-de-l-accident-de-marcoule-un-cercueil-blinde-des-dechets-mysterieux-un-bless-84732179.html

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !