06 juillet 2011

Les droits des animaux à la liberté


Les animaux captifs des zoos complotent pour trouver des moyens de s'échapper et de recouvrer la liberté, raconte un nouveau livre

(NaturalNews) « La vengeance est mienne », dit la bête captive. « Un tigre de Sibérie du zoo de San Francisco a sauté d'un bond un mur haut de 3,60 m et malmené trois visiteurs qui l'avaient tourmenté, tuant l'un d'eux. L'éléphant d'un cirque piétine et éventre son dresseur sadique, qui l'a à plusieurs reprises obligé à manger des cigarettes allumées. Deux d'orang-outangs du zoo de San Diego volent une pince et un tournevis et sortent de leur enclos. Un orque de la marina de Sea World attrape son dresseur dans la piscine et le maintient sous l'eau jusqu'à ce qu'il se noie. Que se passe-t-il ici ? Est-ce que ce sont de simples accidents ou simplement des cas d'animaux agissant par instinct ? »

Extraits du livre de Jason Hribal, La peur des animaux de la planète : l'histoire cachée de la résistance animale.

Un acte indépendant, voilà ce qui s'est passé en fin de compte chez ces animaux frustrés qui ne supportaient plus la suprématie des humains qui s'occupaient d'eux. S'il est une question sur l'existence d'une conscience, de mémoire, de désirs ou même d'une âme chez les animaux, ces actes répondraient oui à tout.

La conscience est définie comme le sens de sa propre identité personnelle ou collective incluant les attitudes, les croyances et les sentiments. La différence entre les humains et les animaux est notre capacité de concentration et la manière de percevoir le monde. Nous avons à la fois la capacité d'exprimer et de ressentir des émotions telles que l'amour et la colère, et nous avons aussi la volonté de vivre.
Le 7 septembre 2007, la vache Maxine, destinée à être abattue, s'est échappée d'un abattoir de New York en prenant littéralement les jambes à son cou. On l'a retrouvée sur une route du Queens et envoyé finalement vivre dans un refuge pour animaux de ferme pour le reste de ses jours. Son histoire a captivé autant les végétariens que les mangeurs de viande.
Un autre veau a aussi pris ses jambes à son cou dans les rues de Brooklyn après avoir échappé à son propriétaire qui allait l'emmener à l'abattoir, occasionnant une poursuite policière. La fourrière l'a rattrapé et a donné le veau au refuge pour animaux de ferme de Woodstock, où on lui a donné le nom de « Herbie ».
Ces deux-là sont vraiment d' ''heureuses vaches'' maintenant.
La réaction d'une personne vis à vis d'un animal tend à changer quand elle voit que l'animal agit pour lui-même en se séparant du reste du troupeau, signalant qu'il existe en lui un esprit de libre arbitre le poussant à expérimenter sa propre liberté et à vivre légitimement en paix sur une planète à laquelle il a droit. A leur manière, les animaux sont aussi intelligents et émotifs que n'importe quel humain.
Je recommande vraiment le livre de Jason Hribal, c'est aujourd'hui l'un des livres qui fait le plus réfléchir sur les droits des animaux.

« Hribal argumente avec persuasion que ces échappées et attaques sont délibérées, que les animaux agissent intentionnellement, qu'ils affirment leurs propres désirs de liberté. »
Traduit par Hélios

4 commentaires:

  1. cela me fait penser à une chienne que nous avons eu et qui avait mis son collier dans les pantoufles de mon père, l'air de dire si il te plait tant ce collier tu n'as qu'a le mettre..!

    RépondreSupprimer
  2. Merci.

    Amitiés, Léa.

    RépondreSupprimer
  3. Les animaux se rebellent ?
    Un randonneur a été tué par un grizzly dans le parc de Yellowstone.
    Celui-ci avait eu la bonne idée de s’approcher de la maman ourse et de ses petits.

    Annecy 7 juillet 2011 0,16

    RépondreSupprimer