jeudi 1 décembre 2011

Japon, 1er décembre

Aujourd'hui, nous n'allons parler que du CORIUM...grâce à EX-SKF.


Dans la série ''On en apprend tous les jours'' : TEPCO admet que le corium du réacteur 1 peut se trouver à 65 cm dans le socle de béton de l'enceinte de confinement

(Mise à jour : regardez le diagramme de TEPCO pour le réacteur 1 dans l'article suivant)

Nous y voici ! Il a fallu 8 mois et demis à TEPCO pour dire ce que disent plein de gens depuis au moins 8 mois.
Le corium s'est échappé depuis longtemps du RPV(reactor pressure vessel) ET de l'enceinte de confinement du réacteur 1 (ce que TEPCO a quand même admis, mais...) et a fait un trou dans le socle de béton sur environ 65 cm de profondeur.
Pour les réacteurs 2 et 3, TEPCO pense (espère...) qu'une bonne partie du corium est descendue du RPV vers l'enceinte de confinement. Aucune mention de la possibilité ou non d'un trou dans le béton.

De NHK News (30 novembre ; traduction rapide, sujette à révision) :

Une quantité significative de combustible fondue dans l'enceinte de confinement
Une analyse de TEPCO a fait découvrir qu'une quantité importante de combustible fondu du réacteur 1 a transpercé le RPV en acier et est tombée au fond de l'enceinte de confinement, puis a fondu le béton au fond de l'enceinte. On estime que le combustible fondu a pu faire un trou dans le béton d'une profondeur maximum de 65 cm.
Concernant les réacteurs 2 et 3, TEPCO estime qu'une partie du combustible est tombé dans l'enceinte de confinement, démontrant la sévérité de l'accident.
Des fusions du coeur se sont produites aux réacteurs 1, 2 et 3 et on considère qu'une partie du combustible fondu est tombée des RPV vers les enceintes. Les détails, même après plus de 8 mois suivant l'accident ne sont pourtant pas toujours connus.
À l'aide de différentes méthodes, TEPCO et d'autres instituts ont analysé l'état du combustible fondu en se basant sur la température du réacteur et la quantité d'eau déversée dans les réacteurs, et les résultats ont été annoncés le 30 novembre dans un atelier organisé par le gouvernement national.
Les résultats de TEPCO montrent que, dans le cas le plus sévère, tout le combustible aurait fondu, duquel une partie importante aurait percé le fond du RPV et serait tombé dans l'enceinte de confinement.
Il existe une plate-forme (socle) de béton au fond de l'enceinte de confinement, qui est ensuite recouverte de plaques d'acier.
Quand du combustible fondu tombe au fond de l'enceinte, une réaction coeur-béton se produit à forte température, fondant le béton. Dans le pire cas, dans le réacteur 1, le combustible fondu pourrait avoir atteint la profondeur de 65 cm dans le béton.
La partie la moins épaisse du béton n'est qu'à 37 cm de la plaque extérieure d'acier des enceintes de confinement. C'est un accident très sévère.
TEPCO estime aussi que dans le pire des cas pour les réacteurs 2 et 3, respectivement 57% et 63% du combustible a fondu, et qu'une partie du combustible est tombé dans les enceintes de confinement.

Selon TEPCO, la température des RPV et des enceintes étaient toutes le 21 novembre en-dessous de 100°C, le combustible fondu est refroidi par l'eau et l'érosion du béton s'est arrêtée.

Au cours de l'atelier, les résultats venant des autres instituts de recherche ont été annoncés et les experts ont discuté des conditions des réacteurs et du combustible en se basant sur ces résultats. TEPCO et le gouvernement national prévoient plus tard d'analyser le résultat de l'étude et de déterminer comment enlever le combustible pour démanteler les réacteurs.
Seiji Abe, conseiller technique pour l'organisation japonaise de sécurité nucléaire dit de l'analyse de TEPCO, ''Je ne pense pas que ce soit mauvais, mais ce n'est que la première étape. On ne peut donner de réponses à partir d'une seule analyse. Nous aurons besoin de comprendre la situation à partir d'autres diverses analyses.''

TEPCO dit que le corium se serait arrêté à 70 cm dans le socle de l'enceinte de confinement, donc pas de problème

Mise à jour de mon article précédent sur le trou fait par le corium dans le socle de l'enceinte du réacteur 1 de Fuku I :

TEPCO dit qu'ils sont quasiment sûrs que le corium se serait arrêté à 70 cm de profondeur, et que la réaction coeur-béton est stoppée.
La compagnie est certaine que le corium s'est échappé du RPV des réacteurs 2 et 3, et stationne sûrement sur les socles des enceintes sans faire de trou dans le béton.
De leur exposé du 30 novembre, réacteur 1 :



Institut d'énergie appliquée : le corium pourrait se trouver à 2 mètres dans le béton
Le scénario du pire des cas de TEPCO pâlit en comparaison de l'analyse faite par l'Institut d'énergie appliquée, présentée également le 30 novembre lors de l'atelier de l'agence de sécurité nucléaire industrielle.

Reportage du 1er décembre du Yomiuri Shinbun :


Selon l'analyse faite par l'institut d'énergie appliquée demandée par le gouvernement national, 85% du combustible serait tombé dans l'enceinte de confinement du réacteur 1 et 70% du combustible pour les réacteurs 2 et 3. Les chercheurs de l'institut ont envisagé la possibilité de dégâts pour l'enveloppe en acier inoxydable qui entoure le coeur du combustible et que le corium a fait un trou dans le sol de béton de l'enceinte de confinement d'une profondeur d'au moins deux mètres. Ils ont dit aussi que de ce fait, il était possible que le RPV se soit incliné.


Le Yomiuri ne spécifie pas de quel réacteur parle l'institut, mais je pense que c'est du réacteur 1.
Certains experts en nucléaire ont suggéré que si le corium s'était échappé du RPV, il se serait répandu à plat et uniformément sur le socle et serait facilement refroidi par l'eau. Bien, même TEPCO admet que d'après eux cela n'est peut-être pas le cas concernant la forme et l'emplacement du corium (ils disent que le corium est refroidi), et l'institut dit que le corium pourrait se trouver à 2 mètres de profondeur dans le béton.
Mon complet amateurisme à deux sous me fait dire que la fondation de béton a pu se fissurer dans le séisme et qu'il est possible que la fissure ou les fissures soient situées dans le socle. Donc, même si le corium voulait se répandre finement et à plat, il trouverait ces fissures et irait dedans. Une fois que la réaction coeur-béton démarre, cela ferait un cercle vicieux; la température n'augmente pas seulement au contact du corium mais par la réaction coeur-béton, le trou dans le béton s'agrandit et davantage de corium s'infiltrerait dans le trou agrandi. 
 

Réacteur 1 : TEPCO et NHK ne sont pas clairs à propos du corium dans le béton

Dans le premier article sur le sujet, j'ai traduit ce que NKH a rapporté, à savoir que le combustible fondu aurait traversé le RPV et serait tombé dans l'enceinte de confinement en fondant le béton. Le trou dans le béton ferait au maximum 65 cm de profondeur.
Un maximum de 65 cm de profondeur du fond du sol en béton, d'accord ?
Et bien non. C'est 65 cm à partir du fond d'une rainure du sol en béton.
Et ni NHK ni TEPCO ne s'est embêté à préciser la profondeur de cette rainure.
NHK Kabun a tweeté et donné le lien vers son blog, qui montre l'analyse de NHK pour le corium qui fait un trou dans le béton avec des captures d'écran du programme :
Le texte sous l'écran dit : ''dans le pire des cas, le corium peut être rendu à 65 cm de la surface du béton. À l'endroit où le béton est le plus mince, il pourrait se trouver à 37 cm de la plaque d'acier de l'enceinte de confinement.
La ''surface du béton'' s'avère être la surface du fond de la rainure qui a x cm de profondeur.
C'est une chose que Matsumoto de chez TEPCO dise ''surface du béton'' (car nous avons pris l'habitude d'entendre de lui des explications techniquement correctes), mais s'en est une autre que dit NHK tout en montrant des graphiques indiquant que c'est la surface du fond de la rainure et c'est à la fois trompeur et prudent de sa part. NHK peut dire maintenant ''Nous l'avons bien montré sur le graphique que c'était à 65 cm du fond de la rainure et les gens auraient dû faire attention.''

(Je vais demander à NHK Kabun s'il connaît la profondeur de la rainure)

Bon, il semble que l'institut d'énergie appliquée soit plus exact que TEPCO en disant que le corium a fait un trou de 2 mètres dans le béton. Et peut-être que des gens comme Hiroaki Koide de l'université de Tokyo et les ingénieurs qui ont conçu les réacteurs de Fukushima peuvent être plus exacts que l'institut et que le corium s'est vraiment échappé de l'enceinte de confinement depuis longtemps.
Comme le dit Wiki sur le ''corium'', le corium peut faire un trou dans le béton d'un mètre la première heure et de plusieurs centimètres par heure ensuite :
La phase d'érosion rapide d'un soubassement de béton dure environ une heure et progresse d'environ 1 mètre, puis progresse ensuite plus lentement de quelques centimètres par heure, et s'arrête complètement quand la masse fondue refroidit en dessous de la température de décomposition du béton (environ 1100°C). une fusion traversante peut survenir en quelques jours en traversant même plusieurs mètres de béton ; le corium pénètre alors de plusieurs mètres dans le sol sous-jacent, se répand, se refroidit et se solidifie. Durant l'interaction entre le corium et le béton, de très fortes températures peuvent être atteintes.

5 commentaires:

  1. Merci pour les traductions :)

    Il y a bien longtemps que les sites internet parlent de melt-out, donc du syndrome chinois.

    mais au Japon, la vérité n'avance qu'à la vitesse de l'escargot ! Pardon pour l'escargot, il avance plus vite que TEPCO.

    RépondreSupprimer
  2. Grand Merci Hélios;

    Alors que les médias nous berc(n)ent de douces
    chansonnettes, la réalité subsiste. Merci de nous la révéler et de suivre toutes ses évolutions si importantes pour l'humanité et pour notre planète bien-aimée. Seules les consciences responsables s'intéressent au mieux être de leur prochain, de l'environnement et des animaux. C'est votre cas... Merci d'exister !

    Fêh.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    A noter que la première couche de béton est un béton "réfractaire", qui n'obéit pas à la vitesse classique de destruction du béton.

    Merci de cette recherche de synthèse.

    Delphin

    RépondreSupprimer
  4. Tout le monde a l'air de croire TEPCO !!!

    Attendez vous à savoir, dans 10 ans peut être que les Américains découvrent l'arrivée du corium chez eux !!!
    Tepco dira alors, la dernière fois que nous en avons parlé, il était à 65 cms ..............

    RépondreSupprimer
  5. Il est évident que le corium ne se trouve plus dans le réacteur ni le radier du reacteur n° 1. Pour preuve, la mise sous sarcophage léger (ne servant qu'a maintenir la radioactivité résiduelle) donc, il n'y a plus aucune émission d'élément hautement radioactif important dedans. Il est logique ainsi de dire que le corium est parti en ballade dans la nature, ils sont très très mal, pauvre japonais...

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !