Bistro Bar Blog

lundi 17 juin 2013

Le sureau aux multiples vertus


Un arbre très utile, le sureau noir (à ne pas confondre avec les autres variétés, voir photos). En ce moment, ils sont en fleurs et ceux qui peuvent s'en procurer pendant leur promenade auront un excellent médicament naturel. Plus tard en saison (août, septembre) vous pourrez récupérer les baies quand elles sont bien noires. En fin d'article, je donnerai les recettes de santé, son usage au jardin et une délicieuse recette de boisson (le pétillant de sureau).

Le sureau fait ressembler les vaccins anti-grippaux à de ridicules cocktails empoisonnés.


Sureau noir (Sambucus Nigra)

Baies mûres

13 juin 2013

(NaturalNews) La saison de la grippe est derrière nous, mais ce n’est pas pour autant le moment de rester inactif et de négliger notre système immunitaire. C’est actuellement le moment idéal pour penser à cultiver, récolter et utiliser des plantes-clés contre la grippe qui protègent des virus et des bactéries.
Ce n'est pas l'injection d'un cocktail dans le bras qui va combattre vraiment la grippe, un réel anti-grippe consiste à se construire une énergie immunitaire antivirale et antibactérienne. Un merveilleux alicament qui fleurit dans notre environnement est le sureau. Il a été utilisé au cours de l'histoire pour combattre le virus de la grippe. En fait, une épidémie de grippe a été entièrement contrecarrée au Panama en 1995 grâce à un traitement à base de sureau.



Pourquoi alors un vaccin contre la grippe ?


Avec des publicités qui incitent à se faire vacciner à chaque coin de rue, il est facile de laisser penser pour nous ceux "qui savent mieux" et qui sont accrédités. Il semble beaucoup plus facile à certains de s'arrêter au distributeur, de remonter leur manche et de se faire injecter un cocktail dans le bras pour repartir tranquillisés.


Tout ceci semble bien bon et bénéfique, mais quand on approfondit, on découvre de sérieuses conséquences imprévues à utiliser ces vaccins à base de métaux lourds et pratiquer une philosophie de santé du type "solution miracle" :

La conséquence numéro un est le taux croissant
d’autisme.

Étude après étude, on découvre des taux croissants de thimérosal chez les enfants autistes. Le thimérosal, l'agent de conservation utilisé dans les vaccins, est connu pour inhiber de 50 % in vitro la synthétase (enzyme, NdT) de la méthionine (l'un des 8 acides aminés essentiels, NdT). Un fonctionnement normal de la synthétase de la méthionine est absolument nécessaire pour le développement biochimique du cerveau, la capacité d’attention, et la production d’un agent détoxifiant important nommé glutathion.

Avec des taux de thimérosal en augmentation dans les tissus humains, le fonctionnement du cerveau se détériore généralement. En 2000, le taux d’autisme était de 1 sur 150. Aujourd’hui on trouve un effarant taux d'autisme de 1 sur 50 (aux US) ! C'est une épidémie sérieuse qui a besoin d’être étudiée plus à fond. Une prise de conscience de l’autisme ne suffit pas. Il est temps d’en admettre les causes profondes et d’être honnête sur son origine. Les OGM, les pesticides, les plastiques, le bisphénol A, tous détruisent le fonctionnement naturel du cerveau, et le thimérosal des vaccins est en tête de ce sombre hit parade.

Le sureau rend ridicules les vaccins antigrippe


Le sureau rend simplement odieux, ridicules et insensés les vaccins actuels. Qui a besoin de se faire injecter du formaldéhyde, du mercure, des souches de virus grippaux fabriquées, tout cela dans l’espoir de ne pas tomber malade ?

Il est bien plus raisonnable et sain d’incorporer du sureau et autres herbes antivirales dans son régime, en encourageant une prévention plutôt qu’une injection démente de métaux lourds de vaccins conduisant à l’autisme.

Pourquoi ne faisons-nous pas pousser des champs de cette plante merveilleuse?

Le sureau pousse à l’état sauvage en Amérique du Nord, en Europe, en Afrique du Nord, et à l'ouest de l'Asie. En 2005, des chercheurs londoniens ont étudié le sureau noir et trouvé qu'il était efficace à 99% pour combattre le virus de la grippe aviaire (H5N1). En Allemagne, des scientifiques ont fait des études qui reliaient les anthocyanines (pigments naturels, NdT) du sureau à l’augmentation de la fonction immunitaire. Le sureau fonctionne essentiellement en augmentant la production de cytokines (substances solubles de signalisation cellulaire synthétisées par les cellules du système immunitaire, NdT), qui sont des protéines uniques qui agissent comme messagers aidant à réguler la réponse immunitaire. Leurs études ont révélé que les pouvoirs antioxydants du sureau sont plus importants que des doses équivalentes de vitamine E et de vitamine C. De plus, il a été démontré que cette activité atténuait l’œdème des membranes des muqueuses et des sinus.

Le sureau attend la grippe au tournant, il reste sur le pied de guerre

Comme les virus grippaux ne peuvent se répliquer eux-mêmes, ils utilisent l’ADN des cellules vivantes pour survivre. Pour achever leur œuvre destructrice, ils perforent les parois des cellules avec des éléments hérissées de pointes appelés hémagglutinines (glycoprotéine antigénique présente à la surface du virus de la grippe, NdT). On peut totalement empêcher cette invasion des virus de la grippe avec le sureau car il désarme les pointes des hémagglutinines et stoppe l’action de leurs enzymes.


Pour l'essentiel, c'est la production de cytokine qui empêche l'invasion des virus de la grippe avant qu’elle ne s’installe – stratégie beaucoup plus efficace que les injections à base de métaux lourds.

Source

Traduit par le BBB.

Voici la photo du sureau yièble, qu'on pourrait confondre avec le sureau noir. Ses fruits sont dressés vers le ciel, alors que ceux du sureau noir sont tournés vers le sol :

Sureau yièble (baies toxiques)

Les fleurs et les baies du sureau sont efficaces contre la grippe bien sûr et les problèmes respiratoires en général. Le sureau est également anti-inflammatoire, diurétique et sudorifique (fait transpirer).

Il est possible de récolter les fleurs quand elles sont en plein épanouissement et de les faire sécher (à l'ombre si possible) jusqu'à utilisation. Ne pas conserver plus d'un an, comme pour toute plante à tisane.

Pour la tisane, il est préconisé de faire infuser 2 cuillères à thé de fleurs sèches (ou 1 cuillère à soupe de fleurs fraîches) par tasse pendant 5 minutes et d'en boire 1 à 3 tasses par jour. En cas d'infection aigue, répartir le dosage et boire jusqu'à 8 demi-tasses réparties sur la journée.

Pour les baies, ne cueillez que celles qui sont bien noires. Les mettre à sécher. On en fait une décoction:

Faire bouillir 1 cuillère à thé de baies séchées par tasse pendant 10 minutes. Boire 1 à 3 tasses par jour. Comme pour les fleurs, en cas d'urgence, répartir le dosage et boire jusqu'à 8 demi-tasses étalées sur la journée.

Une autre façon de consommer les baies est d'en faire un sirop. Voici une recette (vous en trouverez d'autres sur internet)

Pour environ 1 litre de sirop :


1kg de baies
100g de sucre pour 100ml de jus
5 clous de girofle pour 100ml de jus (facultatif)

Ramassez les baies et les séparer de leur tiges. Laver les baies pour éliminer les petites bêtes et les restes de tiges. Les mettre dans une casserole et recouvrir d’eau. Faire cuire à feu doux pendant 25 minutes à partir de l’ébullition, remuer souvent et écraser les baies le plus possible. Passer le jus au chinois en écrasant bien et mesurer le jus ainsi obtenu. Mettre le jus dans une casserole propre, ajouter 100 g de sucre pour 100 ml, ajouter les clous de girofles dans une boule à thé et laisser cuire 10 minutes en surveillant bien. Stériliser à l’eau bouillante 2 bouteilles et l’entonnoir. Remplir les bouteilles avec le sirop bien chaud. Refermer et conserver à l’abri de la lumière. Si vous souhaitez garder le sirop très longtemps, ajouter un peu d’acide citrique et de benzoate de sodium ou une pastille de vitamine C neutre.

(On peut diminuer la quantité de sucre et ajouter à la place un alcool)

Posologie : boire 15 ml 4 fois par jour dans de l'eau.



Il est possible de faire aussi un sirop à partir des fleurs :
4 à 5 ombelles de fleurs
1 litre d'eau bouillante
1 kg de sucre
20 grammes d'acide citrique (en pharmacie)
Placer les fleurs dans un plat, verser l'eau bouillante et ajouter sucre et acide citrique. Mélanger. Laisser infuser le mélange en remuant deux fois par jour. Filtrer, réchauffer pour bien finir de dissoudre le sucre et l'acide citrique et mettre en bouteilles ébouillantées.

Même posologie que pour le sirop de baies.
***************************



Le pétillant de sureau (ou limonade aux fleurs de sureau). Recette expérimentée personnellement.

Dose pour 2 litres d'eau :
4 ombelles de sureau
250 g de sucre
2 citrons


Lavez rapidement les fleurs. Faire bouillir l'eau et la verser dans un bocal sur le sucre. Ajouter les fleurs et les citrons découpés en lamelles. Recouvrir le bocal. Laisser fermenter pendant 5 à 6 jours, au soleil si possible. Remuer régulièrement. Des bulles vont se former. Filtrer et mettre en bouteilles (avec capsule type bouteille à limonade, voir photo ci-contre).

Attendre au moins 15 jours et boire bien frais (attention à l'ouverture, le liquide sera devenu très pétillant).
Cette boisson est d'un goût particulier très agréable et excellente pour la santé.



Un autre usage en jardinage :


Le purin de feuilles de sureau (1 kg pour 10 litres d'eau, comme pour tous les purins de plantes, laissé à macérer plusieurs jours) est un répulsif contre les pucerons, chenilles et mammifères (taupes, par exemple).
C'est aussi un antifongique (champignons), grâce à la sambucine.
Les fleurs sont mellifères et attirent quantité de pollinisateurs. Ses baies nourrissent de nombreuses variétés d'oiseaux de nos jardins.

8 commentaires:

  1. Merci Hélios de cette excellente documentation. Que chaque lecteur regarde bien les images, parce que dans certaines publications, il y a confusion!
    Je l'apprécie d'autant plus que je me suis bêtement intoxiquée dans mes jeunes années en consommant quelques baies de sureau yèble dont j'ignorais l'existence en dehors du vrai sureau bien connu. Par chance, j'avais été rapidement écœurée par son goût, avant de me mettre à vomir. Par malchance, et même après m'avoir dûment documentée, je n'arrive toujours pas à me débarrasser de la suspicion et du dégoût face à tout ce qui est sureau...

    RépondreSupprimer

  2. Merci pour ces recettes, y'a pleins de sureau par chez moi, je m'etait même dit que j'allais en planter sur mon terrain car ça pousse tres vite et facilement...

    Par contre, quand ils disent: "Passer le jus au chinois en écrasant bien et mesurer le jus ainsi obtenu."
    Faut il écraser le chinois avec? Ça risque de faire beaucoup de jus!
    Peut on aussi faire ça avec un francais? Ça serait plus facile à trouver, mais le goût ne serai certainement pas aussi exotique! Non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas dit si on écrase le chinois avec, lol.

      Prière de regarder ta messagerie, merci.
      Bises

      Supprimer
  3. http://lefirago.overblog.com/s%C3%A9lection-de-livres-sur-l-agro-biologie-les-ogm-les-semis-le-jardinage.-par-nature-to-share-pdf

    RépondreSupprimer
  4. Suis de retour et presque complètement "normale" ;-) !

    Penser à la confiture de sureau (baies) elle se garde indéfiniment, surtout si elle est bien faite. Pour éviter trop de sucre, penser à le diminuer et a ajouter à vos confitures l'AGAR - AGAR en poudre (Définition : l’agar-agar est une algue rouge d’origine japonaise. Une fois déshydratée et réduite en poudre, elle peut être utilisée en cuisine. On l’utilise comme gélifiant, tout comme la gélatine (qui est, elle, d’origine animale : porc et boeuf…). L’agar-agar a également des propriétés nutritionnelles : il favorise la digestion et l’élimination des toxines. Il est un allié des régimes minceur)
    http://www.cleacuisine.fr/autres/tout-sur-agar-agar/
    ...............
    Les propriétés du sureau sont innombrables. La confiture remplace le "médecin" ! ci après lien des propriétés :

    http://www.phytomania.com/sureau.htm

    RépondreSupprimer
  5. Salut est-il possible d'avoir les références des informations scientifiques communiquées? Sont-elles dans l'article original?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a le lien vers l'article d'origine en fin d'article. Cliquez sur "source".

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.