vendredi 23 octobre 2020

Un article du CDC admet que le 'virus' a été créé par ordinateur et qu'il n'a pu infecter des cellules humaines

Cette fois, c'est le Dr Thomas Cowan, auteur du récent livre "Le mythe de la contagion", qui révèle un nouveau scandale sur le virus.  

Seules des cellules rénales empoisonnées de singe ont réussi à 'cultiver' le 'virus'

Par Tom Cowan

Traduit par Apolline

Cette semaine, ma collègue et amie Sally Fallon Morell a attiré mon attention sur un article surprenant publié par le CDC en juin 2020. Le lien vers cet article est ici. Le but de cet article rapporte qu'un groupe d'une vingtaine de virologues voulait décrire l'état de la science dans l'isolation, la purification et les caractéristiques biologiques du nouveau virus SARS-CoV-2 et de partager cette information avec d'autres scientifiques pour leurs recherches personnelles. Une lecture intégrale et soigneuse de ce papier important révèle de choquantes découvertes.

Tout d'abord, dans la section intitulée "Séquençage complet du génome', nous voyons qu'au lieu d'isoler le virus et de séquencer le génome d'un bout à l'autre, ils ont trouvé 37 paires de base provenant d'échantillons non purifiés à l'aide du test PCR. Ce qui veut dire qu'ils ont examiné 37 des approximativement 30.000 paires de base prétendument appartenir au génome du virus intact. Ils ont ensuite pris ces 37 segments et les ont mis dans un programme informatique, qui a complété le reste des paires de base.

À mon avis, cette étape de création assistée par ordinateur constitue une fraude scientifique. Voici une équivalence : un groupe de chercheurs prétend avoir découvert une licorne parce qu'ils ont trouvé un morceau de sabot, un crin de la queue et un petit bout de corne. Ils ajoutent ensuite cette information dans un ordinateur et le programment pour recréer une licorne et ils disent ensuite que cette recréation informatique est une vraie licorne. Ils n'ont bien sûr jamais vu la licorne et n'ont donc pu examiner son identité génétique pour comparer leurs échantillons avec les vrais éléments de crin, sabot et corne de la licorne.

Les chercheurs ont déclaré qu'ils ont décidé quel était le vrai génome du SARS-CoV-2 par un "consensus", en quelque sorte par un vote. Encore une fois, différents programmes informatiques sortiront avec différentes versions de la "licorne" imaginaire, ils se mettent donc d'accord dans le groupe et décident que c'est la véritable licorne imaginaire.

La découverte majeure vient plus loin dans l'étude, découverte si choquante que j'ai dû la lire plusieurs fois pour croire ce que je lisais. Laissez-moi citer le passage dans son intégralité :

"Pour cela, nous avons examiné la capacité du SARS-CoV-2 à infecter et se répliquer chez plusieurs primates communs et dans des lignées cellulaires humaines, comme les cellules d'adénocarcinome humain (A549), les cellules de foie humain (HUH 7.0) et les cellules embryonnaires de rein humain (HEK-293T). Et aussi les cellules Vero E6 et Vero CCL81… [la lignée cellulaire vero est issue de cellules de rein venant d'un singe vert africain] Chaque lignée cellulaire a été inoculée à forte dose et examinée sur 24 heures. Aucun effet cytopathique [changements pathologiques de la cellule] n'a été observé dans une quelconque lignée cellulaire à l'exception des cellules Vero, qui ont fait une "pousse" de 10 puissance 7 en 24 heures. En revanche, les cellules HUH 7.0 [foie humain] et 293T [rein humain] n'ont montré qu'une modeste réplication virale et les cellules A549 [adénocarcinome humain] se sont avérées incompatibles avec une infection à SARS-CoV-2."

Que signifie en fait ce jargon et pourquoi est-ce la déclaration la plus choquante de toute la communauté virologiste ? Quand des virologues tentent de prouver l'infection, ils ont trois "hôtes" ou modèles possibles sur lesquels tester. Le premier, ce sont les êtres humains. Exposer des humains n'est généralement pas fait pour des raisons éthiques et n'a jamais été pratiqué avec le SARS-CoV-2 ou un autre coronavirus. Le deuxième hôte possible, ce sont des animaux. En oubliant quelque peu qu'ils n'ont jamais utilisé de virus purifié quand ils exposent des animaux, ils se servent de solutions qui selon eux contiendraient le virus. Une exposition à des animaux a été réalisée une fois avec le SARS-CoV-2, lors d'une expérience sur des souris. Dans un groupe de souris génétiquement modifiées, un nombre statistiquement insignifiant a perdu des poils. Elles n'ont rien montré s'apparentant à une maladie nommée Covid 19.

La troisième méthode qu'utilisent les virologues pour prouver une infection et une pathogénie – méthode la plus courante – est l'inoculation de solutions contenant le soi-disant virus sur diverses cultures de tissus. Comme je l'ai souligné plusieurs fois, une telle inoculation n'a jamais été démontrée comme tuant le tissu, à moins qu'on n'ait affamé et empoisonné ce tissu.

Ce qui est choquant dans la citation ci-dessus, c'est qu'en utilisant leurs propres méthodes, les virologues ont découvert que les solutions contenant le SARS-CoV-2 – même en grande quantité – N'ONT PAS, je répète, N'ONT PAS infecté les trois cultures de tissu humain testées. En bon français, cela signifie qu'ils ont prouvé, selon leurs modalités, que ce "nouveau coronavirus" n'infecte pas les êtres humains. Il n'infecte que les cellules rénales de singe et seulement quand on ajoute au mélange deux puissants médicaments (la gentamicine et l'amphotéricine), réputés toxiques pour les reins.

Mes amis, relisez ceci encore et encore. Ces virologues, publiés par le CDC, ont produit une preuve claire de l'innocuité du SARS-CoV-2 pour les humains. C'est la seule conclusion possible, mais, malheureusement, ce résultat n'est même pas mentionné dans leur conclusion. Ils disent simplement qu'ils peuvent fournir des stocks de virus cultivés sur des cellules de singe Vero, nous leur en sommes gré.

Si les gens ont vraiment compris comment cette "expérience" a été faite, j'espère qu'ils vont prendre les portes d'assaut et exiger l'honnêteté, la transparence et la vérité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !