mardi 16 mars 2010

Un secret bien gardé par les grands médias

Cuba : la marche vers le développement durable

Le Grand Soir : "le Bio c’est bon, mais pas assez de rendement pour nourrir un pays" ... "le développement durable, c’est juste une théorie, non ?". Vous avez déjà entendu ces phrases ? Eh bien voilà un pays qui s’est vu contraint et forcé de passer au bio et au développement durable ; qui a vu ses rendements augmenter par rapport à l’agriculture industrielle ; qui a connu le fameux "pic pétrolier" qui nous guette... Qui a pris des mesures il y a 3 ans que la presse occidentale a raillées mais que l’on voit aujourd’hui adoptées en France... Bref, encore un secret bien gardé par nos médias. Même lorsque l’avenir est en jeu et qu’on aurait des leçons à apprendre d’une expérience menée sous notre nez et à l’échelle d’un pays, ils préfèrent se taire et nous parler de Cohn-Bendit. Par anticommunisme viscéral ? Par détermination à cacher encore une réussite de la Révolution Cubaine ? Par simple stupidité généralisée ? Quelqu’un aurait-il une autre explication ?

Les modèles à succès du développement durable à Cuba – alimentation, logement et santé – sont désormais copiés à travers toute l’Amérique latine

Cuba a célebré la 50eme anniversaire de sa révolution en 2009. Le peuple cubain a résisté à 5 décennies d’hostilité de la part des Etats-Unis et de leurs alliés internationaux. Cuba a résisté notamment par la réaffirmation de sa souveraineté nationale mais aussi par la création d’un modèle de développement alternatif centré sur l’environnement et l’humain.

En appliquant à la société cubaine les indices de développement économique classiques, par exemple en focalisant sur le niveau de revenu par habitant, le PNB ou le niveau de consommation, les commentateurs concluent souvent que la révolution a échoué à sortir le peuple cubain de la pauvreté. Mais ils oublient que l’état cubain garantit à chaque citoyen une « ration » alimentaire de base ; que la plupart des revenus ne sont pas imposables ; que la plupart des gens sont propriétaires de leur logement ou paient un loyer minime ; que le coût des charges, du transport et de la médecine sont symboliques ; que l’opéra, le cinéma et la ballet sont accessibles à tous. Une éducation et une santé de qualité sont gratuites. Tous ces éléments font partie des richesses matérielles de Cuba et ne peuvent être ignorés - comme si le seule indice de croissance économique était la consommation de DVD ou de caméras digitales.

Le défi pour nous consiste à comprendre la distinction entre développement etcroissance économique. Face à d’énormes obstacles, Cuba a réussi malgré tout à passer d’une « néo-colonie » sous-développée à un état indépendant qui affiche les indicateurs de développement humain parmi les plus élevés au monde, une éducation, des programmes de santé et un développement durable solidaires au niveau international.

Ce n’est pas un hasard si Cuba est le seul pays au monde, selon le rapport annuel Living Planet de 2006 de la WWF, à pratiquer un développement durable, c’est-à-dire connaître une amélioration de la qualité de vie tout en préservant les capacités de son écosystème.

Suite et source


7 commentaires:

  1. Chantal, hou hou ! Reçois-tu ce commentaire en e-mail ?

    RépondreSupprimer
  2. d'où l'embargots qui "pèse" sur Cuba depuis 50 ans... Il n'est pas la cause de ce modele de societé, il est la sanction pour avoir adopter cette derniere...
    Mais en fait, il est probablement sa "bouée de sauvetage" qui aide les gens à ne pas se tourner vers la facilité qui donne le resultat que l'on voit dans nos societées "develloppé": gaspillage,ect...!

    RépondreSupprimer
  3. Chantal, je ne peux plus t'envoyer de mail, ça m'affiche "inconnu" ! Fais quelque chose, envoie-m'en un pour tester.
    As-tu vu le commentaire de Chantal, Ngiu ?

    RépondreSupprimer
  4. à Hélios
    Je viens d'arriver sur le blog et je n'ai rien reçu dans mes mails , je vais t'envoyer un mail pour voir

    RépondreSupprimer
  5. Je viens de t'envoyer un mail Hélios

    RépondreSupprimer
  6. Je ne reçois toujours pas les commentaires en mail

    RépondreSupprimer
  7. Au fait merci pour ce texte sur Cuba , c'est sur qu'en France on pourrait en prendre de la graine !

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !