dimanche 8 décembre 2019

Minimum Solaire : mise à jour du 3 décembre 2019


Miles nous apporte de bonnes nouvelles avec cette mise à jour. J'ai déjà publié un article de lui concernant le minimum solaire en début d'année, allez le lire ICI.

Mise à jour sur le minimum solaire

par Miles Mathis (3 décembre 2019)
Traduit par Apolline


Je n'ai pas fait le point depuis un moment mais les choses sont finalement en cours de changement. Les six derniers mois ont été la pire période d'activité solaire depuis des siècles. Vous avez en effet expérimenté le soleil le plus anémique depuis le minimum de Dalton aux environs de 1810, voire depuis le minimum de Maunder à la fin des années 1600. Et vous l'avez vécu sans avertissement ni aide des médias officiels. La plupart des gens ne savent même pas qu'ils ont traversé deux ans d'enfer et ils ne savent donc pas pourquoi les choses ont été aussi pénibles – encore plus que d'habitude. Des millions de gens sont morts ces deux dernières années sans même savoir pourquoi. Alors, félicitations. Vous avez survécu jusque-là et les choses sont en train de s'améliorer.

Si vous suivez comme moi le site Solen.info, vous savez que je ne parle ici ni d'astrologie ni de trucs new-age. Je parle de données authentiques sur le soleil, rassemblées par des centaines de scientifiques et autres spécialistes, et postées quotidiennement. Nous n'avons vu que deux ou trois taches solaires par mois depuis juin dernier, ce qui donne un chiffre mensuel autour de 0,1. Solen gonfle ces chiffres en incluant les taches solaires "magnétiques" non reconnues par la NOAA [National Oceanic and Atmospheric Administration, agence américaine d'observation océanique et atmosphérique] et le SWPC [Space Weather Prediction Center, météorologie spatiale], ce qui donne un chiffre plus proche de 0,5, mais le nombre réel de taches est six fois plus faible que celui rapporté. Pour comprendre de toutes façons à quoi correspondent ces chiffres, vous devez savoir ce qu'il en est dans un mois "correct". Il faut remonter à février 2014 pour trouver le dernier maximum, avec un chiffre mensuel de 146,1. C'est environ 300 fois plus que ce qu'il y a eu depuis les six derniers mois.

Certains ont suivi le flux solaire, qui représente une bien meilleure manière de mesurer l'activité solaire. Il est également anémique depuis la mi-2018, tournant en dessous de 70. Il a atteint son minimum avec 65,9 plusieurs fois depuis 6 mois, ce qui est le plus bas dont je me souvienne. Si on devait comparer encore une fois avec un mois "correct", on aurait 200 ou plus.

Quel est l'impact sur notre corps ? Comparez-le à une batterie presque entièrement déchargée. Vous voyez les 4 barres qui s'affichent sur votre téléphone quand il est chargé ? Eh bien, vous n'êtes même pas à une barre de charge, juste à une demie environ, et vous êtes à ce niveau depuis deux ans. Vous manquez de punch depuis presque cinq ans. Et pour cette raison tous vos organes tournent au ralenti. Votre foie, vos reins, votre thyroïde et les autres organes majeurs tournent à vide en mode survie. Vos cellules font tout ce qu'elles peuvent pour absorber l'énergie de l'environnement par tous les moyens possibles – moyens qui sont au-delà de notre compréhension pour la plupart. En bref, elles sont sur un mode de survie d'urgence, essayant de patienter quelques mois de plus.

Vos symptômes peuvent inclure, sans s'y limiter, de l'hyper ou de l'hypothyroïdie, des problèmes rénaux, de la tachycardie, des palpitations, des fourmillements ou des engourdissements dans les mains ou aux pieds ou n'importe où ailleurs, des douleurs articulaires, des crises de peur, de panique, de l'anxiété, de la dépression, des maux de tête, des nausées, de l'insomnie, de la fatigue, un mal-être et une faiblesse générale. Ce qui ne veut pas dire que l'un ou l'autre de ces symptômes doit être attribué de manière certaine au Mal du Minimum Solaire (MMS), mais c'est possible. Ils sont plus probablement dus au MMS si vous ne les aviez pas avant 2018 et si vous êtes par ailleurs en bonne santé. Si vous étiez en bonne forme en début d'année 2018, ces symptômes ont alors été mineurs et ils disparaitront dès que le flux augmentera. S'ils étaient plus importants, le MMS a pu exacerber des conditions pré-existantes.

Comme je l'ai dit, les jeunes et les gens en bonne santé ont pu passer à côté de cette urgence car leurs cellules sont neuves et fonctionnent à 100 %. Ce qui aide. Mais nous avons quand même constaté des signes du Minimum. Nous n'avons pas vu de records sportifs ces deux dernières années et voilà pourquoi. Mais nous avons vu davantage de blessures sportives et voilà pourquoi. Nous avons vu plus de crashs et autres accidents et voilà pourquoi.

Maintenant les bonnes nouvelles. Les taches solaires ne décollent pas vraiment, mais le flux solaire nous dit que quelque chose se passe. Nous avons atteint deux fois 71,6 ces deux dernières semaines, ce qui est encore faible, mais qui se situe 8 % environ au-delà du point minimum de 65,9. Le chiffre moyen de novembre est passé de 67,4 à 70,2, une hausse d'environ 4 % en un mois. Également prometteur. Bien que l'élévation ait été certes retardée pour des raisons inconnues, je prédis toujours une hausse rapide au cours de l'année prochaine, car nous devons atteindre un premier pic début 2021 quand Saturne s'alignera avec Jupiter.

Je pensais que la montée se ferait plus vite mais il semble qu'Uranus en carré et Pluton en alignement ont causé une sorte de dépression imprévisible. On ne penserait pas que Pluton, si petit, puisse créer un aussi grand effet mais j'ai montré dans mes articles sur Bode et l'inclinaison axiale que la densité de charge est comprimée en retournant au soleil. Ce qui signifie que les effets de charge des planètes extérieures [au-delà de Saturne] sont multipliés par leur distance, plutôt que diminués. C'est pourquoi Neptune a un effet plus important que prévu dans le cycle solaire.

Mais pendant que Jupiter s'aligne avec Saturne durant les 13 prochains mois, Pluton sort aussi rapidement de l'alignement, en espérant qu'il en magnifie l'effet. Uranus reste en carré, mais Neptune va dépasser les 90°. Ce qui m'indiquerait que le maximum causé par l'alignement de Jupiter et de Saturne peut ne pas être très important, mais je ne vois aucune raison qu'il rate le rendez-vous. C'est pourquoi je prédis toujours une montée très rapide l'année prochaine.

Certains craignent que nous ne voyons pas de maximum lors de ce cycle, comme dans les années Mauder ou que les médias ont raison en nous obligeant à attendre jusqu'en 2023 ou plus tard pour la première montée de ce cycle. Mais je ne le pense pas. En étudiant l'application Fourmilab, je ne vois pas pourquoi l'alignement de Saturne-Jupiter n'entrainerait pas un pic ni ne soulagerait grandement notre malaise actuel.

Alors si j'étais vous, je projetterais une grande amélioration pour 2021-2023. Si vous avez quelque chose à souhaiter en vue, programmez-le pour ce moment-là. La nature sera alors de votre côté.

9 commentaires:

  1. Article super intéressant sur la compréhension des tâches solaires... on ne nous dit pas tout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne nous dit rien ou des choses alarmantes pour nous maintenir dans la peur de l'avenir...

      Supprimer
  2. 2020 une année de changements ? OUF !
    Mais qui dit changements dit aussi bouleversements !
    Et personne n'aime cela !

    Les seuls à aimer le changement sont ..... les bébés mouillés ! (humour)

    En tout cas merci de nous avoir traduit ce document destiné à nous rassurer puisque personne d'autre n'en parle. Je retransmets immédiatement sur mon blog la bonne nouvelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les bouleversements se produisent surtout en ce moment et depuis le début du minimum solaire. Les changements positifs démarreront tranquillement en 2020 et seront bien visibles en 2021. Laissons le temps aux planètes lentes de faire leurs alignements...

      Supprimer
  3. Toujours intéressant, merci Apoline ;)
    il me semble l'avoir déjà placé
    Bises
    https://www.youtube.com/watch?v=v_gmszQKkSY

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Dany. Et merci pour ton lien, je suis en train de visionner la vidéo et cet astrologue me semble intéressant. Ça me rappelle bien des choses... Et il montre aussi en début de vidéo l'alignement Saturne, Pluton et Jupiter en Capricorne que nous pouvons relier à l'article de Miles.

      Supprimer
  4. Donc, si j ai bien compris pas de mini ère glaciare en fin de 2020, comme l indique Pierre de chatillon ? (incapable de se taire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne pas confondre les cycles solaires, d'une durée moyenne de 11 ans (avec une alternance de minima et de maxima solaires) avec le climat global de la Terre. On n'a pas forcément de canicule pendant un maximum solaire ni de glaciation pendant un minimum. Pierre de Chatillon dit lui-même qu'il s'est trompé dans ses prédictions.

      Supprimer
    2. http://www.incapabledesetaire.com/premier%20cloche.pdf

      Supprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !