dimanche 1 décembre 2019

La mort de Wolfgang Amadeus Mozart (selon Miles Mathis...)

Retour à Miles Mathis avec son dernier article. Cette fois il s'intéresse à Mozart, ce génie musical. Et je vous accorde le droit d'être choqués...


Comme nous le savons, Miles utilise (à son avantage) beaucoup la généalogie, mais comme ses articles sont souvent très longs, j'ai allégé certains passages "généalogiques" en ne donnant que la conclusion. Les anglophones pourront lire ce qui s'y rapporte dans le texte original. 


Le décès de Mozart était simulé
 


Par Miles Mathis (21 novembre 2019)

Traduit par Apolline

Je viens de revisionner Amadeus [Film de Milos Forman,1984, remake en 2002] et une foule de vieilles questions ont refait surface. Nous savons déjà que l'intrigue écrite par Peter Shaffer [le film est adapté de sa pièce de théâtre] est fausse en plusieurs points, comme ce fut admis. Salieri [Antonio Salieri, 1750-1825, compositeur de cour, la légende veut qu'il ait été le rival de Mozart] pourrait faire un procès en diffamation s'il était encore en vie, car ce n'était pas un médiocre et il n'y a aucune preuve qu'il ait organisé la mort de Mozart. Mozart n'a pas été enterré dans une fosse commune, l'histoire originale dit qu'il a été enterré dans un tombeau communautaire. Mais cela veut juste dire qu'il n'a pas été inhumé dans une tombe de noble. Il n'était pas non plus pauvre ou endetté à sa mort. L'année précédente avait été sa meilleure année depuis longtemps et il avait gagné beaucoup d'argent. 


Il ne composait pas non plus "comme s'il écrivait sous la dictée de Dieu". Il rédigeait des notes et faisait des brouillons et c'est chose admise. On admet aussi que sa femme Constance en a détruit ensuite la plupart pour mettre de l'ordre dans son œuvre ou pour d'autres raisons. Et comme je vais vous montrer que Mozart est devenu en fait son propre conservateur et archiviste, c'est lui qui a détruit ses brouillons. Probablement pas pour le faire paraître infaillible mais simplement parce qu'il ne souhaitait pas porter atteinte au produit final. En tant qu'artiste, je dirais que c'est parfaitement compréhensible. Très peu d'artistes gardent leurs ratages. Que pourraient-ils en attendre ?



Sachant que Mozart était déjà célèbre à sa mort – Haydn parlait de lui comme du plus grand compositeur vivant – il est illogique que sa tombe n'ait pas été marquée, entretenue et conservée, noble ou pas. Il est inconcevable que nous ne connaissions pas l'emplacement de sa tombe ni l'endroit où son corps repose depuis plusieurs siècles. Tout ceci va déjà dans le sens d'une mystification, avant même de faire une quelconque recherche. 

Pourquoi Shaffer nous sert-il un conte qu'il savait être faux? Pourquoi Milos Forman l'a-t-il porté à l'écran ? Pourquoi avoir porté ce film aux nues et le récompenser de tant de prix ? D'accord, le film est très bien fait et tout à fait divertissant et je ne suis pas là pour le dénigrer. Mais il me semble maintenant qu'il sert de couverture.

La mort de Mozart a fait l'objet de très nombreuses fausses pistes au cours des siècles et ceci n'en est que le dernier exemple. J'ai donc l'intuition que quelque chose valait la peine d'être dissimulé. Il était très important pour quelqu'un que la vérité ne soit pas découverte. 

L'histoire de Mozart et de Salieri démarre avec Pouchkine, qui était un Juif russe. Nous pouvons supposer que Peter Shaffer et Milos Forman sont juifs aussi. Une brève recherche confirme que Shaffer est juif car son deuxième prénom est Levin. Il est également admis que Forman est juif. Ce qui nous donne une base de départ.

Par ailleurs, je trouve suspect que Wikipédia présente une page séparée intitulée "Mozart et l'église catholique". [uniquement wiki anglais]. Ils ont créé une page entière pour essayer de vous convaincre que Mozart était chrétien. Ils ne le font pas pour les autres et Mozart n'était pas spécialement porté sur la religion, alors pourquoi ? Probablement parce qu'il n'était pas chrétien mais leur intention est de vous faire croire qu'il l'était. 

Après juste une demi-heure de recherche, je savais déjà intuitivement deux choses : que Mozart était juif et qu'il a simulé sa mort pour une quelconque raison. Voyons alors si nous pouvons confirmer cette intuition. Concernant la question juive, ce n'est pas difficile. Il était petit et moche avec un grand nez et des cheveux épais. Ce qui ne décide de rien, bien entendu, et je ne le prétends pas, mais nous y mène. Je vous montrerai bien d'autres preuves décisives, mais pour l'instant, comparons-le à quelqu'un.

Voyez-vous ? Ils ont le même nez, la même petite bouche et la même forme de visage. Leurs yeux se ressemblent aussi, ils remontent pareillement à l'extérieur. La seule grande différence est que l'acteur Jeffrey Jones mesure 30 cm de plus [Mozart était supposé mesurer 1,52m]. Ce qui m'incite à penser qu'ils sont parents. C'est normalement ainsi que ces rôles sont distribués, comme nous l'avons vu plusieurs fois. On choisit les acteurs ayant un lien de parenté avec leur personnage. Mais en raison de sa taille, Jones ne pouvait évidemment jouer le rôle de Mozart, on a préféré lui donner le rôle de l'empereur Joseph – auquel il est sûrement apparenté, je suppose. 

[Après des recherches généalogiques sur Jeffrey Jones, Miles en déduit qu'il est juif par sa mère et conclut que c'est la raison de sa présence à Hollywood.]

(…) Quant à Mozart, le nom était au départ Motzhardt [ancêtre du nom de David Motzhardt né en 1649], ce qui pourrait signifier Moses' heart [le cœur de Moïse]. La petite fille de Wolfgang a épousé un Milano, m'indiquant un lien de sang avec l'actrice Alyssa Milano. La généalogie d'Alyssa est expurgée, pas de nom de jeune fille pour sa mère et pas de grand-parents, indiquant que quelque chose de gros a été caché. 
 
Wikipédia nous dit que les deux fils de Mozart [les deux seuls enfants survivants sur six] ne se sont pas mariés ni n'ont eu d'enfants, mettant un terme à la lignée, mais Geni.com dit autre chose. Nous y trouvons que le premier fils Carl/Karl a épousé une Mozart NN (non nommée) et a eu une fille nommée Constance. C'était un marchand et un officiel du département finances autrichien à Milan. Le deuxième fils s'est marié à une Béatrice Mozart, pas de nom de jeune fille et leur fille Aletta a épousé Carlo Milano. Leur enfant fut nommé Benjamino et il s'est marié avec Susanna Reykhaywel. 
 
Alors pourquoi de si nombreux site comme Wikipédia et Quora nous mentent-ils au sujet des descendants de Mozart ? Je suppose, pour protéger l'information que nous cherchons ici. Vous me direz que ces pages sur Geni sont fausses mais elles ont paru il y a presque cinq ans. Si c'était une sorte de blague, la police de Geni l'aurait remarqué en cinq ans. À la différence de Wikipédia, Geni n'est pas en libre accès pour tous. On ne peut y créer une page et y faire des connections avec sa famille pour s'amuser. 
 
La sœur de Mozart, Maria Anna ("Nannerl") a épousé Johann von Berchtold zu Sonnenburg, baron de Sonnenburg, qui n'était pas seulement juif, mais un Juif de la noblesse. Le fils de Nannerl, Léopold, a épousé une Fuggs, généalogie expurgée. Ces Sonnenburg sont aussi des Pusser von Winkel und Wildthurn, Gschwendtner von Freyenegg et Vögel. Les Mozart ne sont donc pas des roturiers. 
 
La mère de Wolfgang était une Pertl, probablement une variante de Perl, Perlman. Sa grand-mère maternelle était une Altmann. Pensez à Robert Altman d'Hollywood. Les Altmann nous emmènent vers les Zachner, Zalner, Khien, Pockl, Öllers et Puxbaum. Khien est probablement une variante de Kohen. Le père de Wolfgang était aussi un Sulzer, un Baur, un Harrer, un Negler et un Langeneck. Ses oncles et tantes étaient des Eschenbach, Bernardt, Bilger et Kevenfiller. Negler est une variante de Nagler/Nagel et est juif. Baur est une variante de Bayer, même chose. Les Eschenback étaient des nobles et leur fille a épousé Franz Streitel. 
 
Nous en apprenons aussi sur les descendants récents de Nannerl, comme Karoline Grau, née Mozart, qui est décédée en 1965. On ne nous dit pas pourquoi son nom de jeune fille était Mozart, car il ne pouvait lui venir de Nannerl, n'est-ce pas ? Les Mozart ont donc dû se remarier avec des Sonnenburg à un moment ou un autre, hein ? Mais comme cette lignée de Mozart est supposée éteinte, nous avons un problème. 
 
Qu'en est-il pour Constance ["Stanzi"], l'épouse de Mozart ? Elle était une Weber et était juive aussi. Dans le film, on n'évoque même pas le fait qu'elle était une chanteuse célèbre comme ses sœurs et qu'elle a chanté quelques-unes des œuvres de Mozart. Mais c'est bien le cas. Je dirais qu'elle est le personnage le plus mal choisi du film car nous savons à quoi elle ressemblait. Non, sa mère a été probablement plus mal choisie, car ils nous la présentent comme une femme de basse condition avec l'accent cockney. En fait, selon ce portrait, Constance ressemblait presque exactement à Helena Bonham Carter, je ne sais donc pas pourquoi ils ne l'ont pas choisie.
Elle avait d'épais sourcils noirs, comme vous le voyez, et des cheveux noirs bouclés. Son deuxième prénom était Aloysia, même prénom que l'une de ses sœurs. Nous avons analysé le prénom Aloysius dans mon papier sur Hitler, car nous l'y avons vu plusieurs fois. Le deuxième prénom de l'un de ses frères était Nepomuk – même prénom qu'un oncle – et c'est aussi le deuxième prénom du beau-frère de Nannerl, Nepomuk Berchtold von Sonnenburg. Indiquant que Mozart et sa sœur ont tous deux épousé de proches cousins. Nepomuk se trouve dans la région de Pilsen dans l'actuelle Tchécoslovaquie. Un autre oncle a épousé une Mack et une Walburga, deux noms juifs. Son fils a épousé une Ganz, ditto. Sa fille a épousé Carl August Atmer, directeur de théâtre à Nuremberg et Altona, juif aussi.

Le célèbre homme d'état autrichien Metternich s'appelait aussi Nepomuk, son nom complet était Klemens Wenceslaus Nepomuk Lothar Fürst von Metternich-Winneburg zu Beistein. Il a été Chancelier d'Autriche de 1821 à 1848, période durant laquelle il était l'homme politique le plus influent d'Europe. Était-il juif ? Dites-moi :

Nous trouvons ainsi Mozart ayant des liens avec le gratin de la noblesse autrichienne. Geni écrit le nom Neponuk dans la généalogie de Mozart pour nous induire en erreur mais ça ne marche pas.

La généalogie de Constance est assez bien expurgée, surtout du côté maternel, mais il est admis qu'elle n'était pas juste une Weber, mais une von Weber, indiquant encore une fois la nobilité. L'un de ses cousins était le célèbre compositeur Carl Maria von Weber. Était-il juif ? Dites-moi :

Pourquoi cela parle-t-il de lui-même, demanderont certains. Eh bien, notez la longueur du nez et la distance entre les yeux et la bouche. Il a un visage très allongé, n'est-ce pas ? Notez ensuite comme le bout de son nez retombe vers sa lèvre supérieure. C'est un nez à la John Lennon, bien qu'il soit encore plus long et plus étroit. Ses paupières sont très lourdes, avec le pli des paupières bien au-dessus des yeux. Petite bouche, comme Mozart et Jeffrey Jones, retroussée aux coins. Les sourcils sont noirs et fournis et ses cheveux sont noirs et ondulés. Tous ces traits sont des traits communs aux hommes juifs. 

La sœur de Stanzi, Aloysia, a épousé Joseph Lange et Lange avait aussi épousé une Schindler et une Koch. Deux signaux d'alarme ici. Lange était acteur et peintre. Geni l'expurge mais nous pouvons trouver son lignage ailleurs. Il appartenait à une famille de riches marchands de tissu, indiquant la chose habituelle. L'autre sœur de Stanzi, Maria Sophie, épousa Jakob Haibel, un autre célèbre compositeur et chanteur autrichien de lignée juive.

Il est admis que le librettiste [celui qui écrit les paroles des opéras] de Mozart, Lorenzo da Ponte (vrai nom, Emanuele Conegliano) était juif. On nous dit que sa belle-mère était catholique mais sa vraie mère est cachée – ce qui signifie que son nom de jeune fille est probablement un gros signal d'alarme. Geni nous dit que c'était Pincherle. Le fils de Ponte a épousé une Durant, les liant à la noblesse britannique. Ce qui les liait aussi aux Water, Meyer et Heyliger. À la génération suivante, ils épousent aussi des Brooke, qui les reliaient aux Graham, haute noblesse britannique. Nous pouvons supposer que Schikaneder [il a écrit le livret de La Flûte Enchantée] était juif, bien que ce soit nié. D'une part son prénom était Emanuel. On nous dit qu'il se prénommait Johann mais qu'il l'a changé pour Emanuel, mais cela n'a pas de sens. Qu'a-t-il fait, se convertir au judaïsme ? De même, ils admettent qu'il était jésuite, ce qui a toujours été une couverture pour les Juifs. Disraéli l'a admis. Sa mère était une Schiessl. On nous dit que ses parents étaient de pauvres domestiques, le mensonge habituel. Des domestiques pauvres n'envoient pas leurs enfants dans des écoles jésuites et ne les inscrivent pas dans un théâtre. En passant, Schikaneder connaissait Mozart en 1780, quand ils étaient encore à Salzbourg. Schikaneder pouvait donc être le "coach" de Mozart depuis le début. Schikaneder était le parrain d'au moins 20 enfants, comme le fils de Jakob Haibel et d'autres ayant Kistler, Hirsch, Henneberg, Weiss, Kellner ou Fischer comme noms de famille. 

[Miles démontre ensuite que Salieri, a également une ascendance juive par sa mère. Et l'acteur qui le représente dans le film, F. Murray Abraham, est juif aussi. Pour l'acteur qui joue le rôle de Mozart, Tom Hulce, Miles nous dit qu'il est juif par sa mère (Winkleman). Puis il revient à Constance.]

(…) Nous avons vu quelle importance elle avait, ce qui nous rappelle de nous concentrer toujours sur les femmes quand nous suivons les lignées juives. Souvenez-vous du nom complet de Constance avec ses sept prénoms : Maria Constance Cécilia Josepha Joanna Aloysia von Weber. Les Allemands ou les Autrichiens de la classe moyenne n'avaient pas sept prénoms. Ils veulent nous faire croire que Mozart descendait dans l'échelle sociale en épousant Constance, mais il semble que c'était le contraire. Voila pourquoi ils devaient s'assurer de donner une fausse image dans le film, faisant croire que la mère de Constance était une grosse ménagère sans éducation. Mais ils admettent qu'elle était propriétaire de sa maison, ce qui veut dire que Mozart a habité chez elle. Ils vous racontent qu'elle était riche mais ils cachent ses antécédents en créant ce personnage ridicule.
OK, nous avons découvert qui était Mozart. Passons donc à la question numéro 2 : pourquoi a-t-il simulé sa mort ? Comme introduction, lisons un article du New YorkTimes daté de août 2010. Voici le deuxième paragraphe :

Pourtant, selon le récent article d'un journal universitaire, des chercheurs ont postulé 118 causes possibles de décès pour Wolfgang Amadeus Mozart.
Notez le nombre, 118. Des 1 et des 8. Une autre indication que nous sommes encore une fois menés en bateau. Ce qui veut dire que nous devons virer ces 118 théories comme étant de fausses pistes, en ne gardant que la théorie habituelle non proposée : la simulation.

Nous découvrons aussi, tout comme pour Mary Todd et Abraham Lincoln, que Stanzi n'a pas assisté aux funérailles de Mozart. On nous dit qu'elle était trop bouleversée. En fait il n'y a eu personne. Il n'y a pas eu de cortège funéraire, ce qui signifie qu'il n'y a pas eu de funérailles. Encore une autre erreur dans le film Amadeus. Certains sites, comme l'absurde donné en lien ci-dessus, tentent de nous dire que c'était normal en Autriche à l'époque, mais ce n'est pas crédible. C'est vrai, l'empereur avait interdit des funérailles trop opulentes, mais il ne pouvait les interdire complètement. Comment aurait-il pu ? Pensez-vous qu'il aurait interdit à Stanzi et aux amis de Mozart d'organiser des funérailles ? Aucun règlement ne pouvait interdire des funérailles ou y aurait même songé. Mais le fait que ces sites tentent de vous convaincre que les autrichiens ne faisaient pas de funérailles dans les années 1790 ne fait que vous montrer jusqu'où ils ont poussé le subterfuge pour Mozart.

Quoi qu'il en soit, il semble qu'on ait offert ailleurs de meilleurs jobs à Mozart entre 1789 et 1791 :

À peu près à cette époque, Mozart accomplit de longs voyages dans l'espoir d'améliorer son sort : Leipzig, Dresde et Berlin au printemps 1789 puis Francfort, Mannheim et d'autres villes allemandes en 1790… malgré des preuves non concluantes, il semble que de riches mécènes en Hongrie et à Amsterdam avaient promis des rentes annuelles à Mozart en échange d'une composition occasionnelle.
Mais l'empereur ne veut pas le libérer de son contrat. En fait, il n'était pas sous contrat, comme nous allons le voir maintenant. Il est au service du bon plaisir de l'empereur qui peut le renvoyer ou le libérer mais qui n'y est pas obligé. Tant que l'empereur le veut près de lui, il ne peut donc partir. Souvenez-vous, il y a eu un problème du même genre à Salzbourg, après un démêlé avec le prince-archevêque, qui a refusé tout d'abord de le laisser partir. On nous dit que son père a plaidé sa cause, mais celui qui l'emporta fut l'empereur, qui annula la décision du prince-archevêque. Mais personne ne prévaut sur l'empereur, voyez-vous. Mozart reste effectivement coincé à Vienne jusqu'à ce que l'empereur le laisse partir. Aussi longtemps qu'il est le plus grand compositeur au monde, l'empereur n'aurait pas autorisé son départ. Mozart n'est donc pas libre d'accepter les offres plus intéressantes des autres princes. Sauf… sauf s'il simule sa mort.

On peut se dire que dans ce cas il a continué à composer. Où sont alors ces œuvres "posthumes" ? Eh bien, il y a une réponse facile aussi. Mais pour la découvrir, nous devons imaginer qui il est devenu. C'est assez simple, car la réponse a toujours été sous notre nez. Nous ne l'avons pas vue parce que nous n'avons pas regardé. Tout du moins, pas moi. C'est la première fois que j'aborde ce sujet. Nous devons juste examiner ce que fait Constance après sa "mort". Bon, au début elle voyage, après avoir obtenu une pension de l'empereur. Astucieux, mourir et se faire payer pour. Elle envoie d'abord son fils Karl à Prague en janvier 1792, je pense que c'est là que Mozart réside les premières années. Nous pouvons supposer que Mozart travaille pour le prince Lobkowitz, qui sera ensuite le mécène de Beethoven. Lobkowitz vient de se marier et il a été élevé au rang de duc par l'empereur Joseph II. Il n'a que 20 ans à l'époque mais il est déjà un musicien accompli, travaillant avec Haydn et d'autres.

Mais en 1797 ou un peu avant, il semble que Mozart revient à Vienne sous un faux nom : Georg Nicolaus von Nissen. Ce "diplomate danois" a été au départ le locataire de Constance, nous dit-on, quelle histoire ridicule. Pourquoi un diplomate danois louerait-il des pièces à Constance Mozart ? Ils auraient commencé à vivre ensemble hors mariage en 1798 [Mozart est officiellement mort en 1791], elle ne l'épousera qu'en 1809 à Presbourg [l'actuelle Bratislava, capitale de la Slovaquie]. Il est étrange qu'ils se marient à Presbourg et d'avoir attendu onze ans pour le faire. Cela devait être scandaleux que Stanzi vive onze ans en concubinage avec ce diplomate. Alors pourquoi attendre 1809 ? Eh bien, il fallait attendre la mort de tous ceux qui connaissaient personnellement Mozart. Le baron van Swieten ne décéde qu'en 1803, par exemple. Encore plus significatif, Haydn meurt en 1809. 
 
Notez aussi que Presbourg se trouvait en Hongrie, alors relisez plus haut, où l'on nous dit qu'un mécène fortuné hongrois soutenait Mozart en 1791. 
 
De manière révélatrice, ce Georg Nissen prend en main les affaires de Mozart, son œuvre et sa biographie. Voilà comment expliquer qu'il continue de composer, pas seulement à Prague mais à son retour à Vienne et jusqu'à la fin de ses jours. Il n'a qu'à insérer de nouvelles compositions dans l’œuvre, en les antidatant. Ils font la même chose aujourd'hui avec des auteurs connus, comme nous l'avons vu. Pensez à F. Scott Fitzgerald : nous avons vu des œuvres "précédemment ignorées" dans des bibliothèques de Princeton ou d'ailleurs, n'est-ce pas ? Ce qui explique immédiatement l'étonnante fécondité de Mozart : certaines œuvres ont été créées plus tard et antidatées. Nombreux sont ceux qui se demandent ce qu'il serait advenu si Mozart avait vécu plus longtemps et nous le savons maintenant. Il est devenu son propre conservateur, libre de recréer son œuvre comme il le souhaite – du moment que tout soit daté antérieurement à 1791. 
 
Après en être arrivé à cette conclusion, j'ai vérifié sur le web si quelqu'un m'avait devancé. Plusieurs l'ont fait probablement, mais après une rapide recherche, j'ai trouvé celle-ci de David Roell en 2009. Il me semble que sa théorie déraille à plusieurs endroits mais il en arrive à la même bonne conclusion : que la mort a été simulée et que Nissen est Mozart. Ce qui m'a vraiment ennuyé en première lecture de son analyse, c'est le besoin d'ajouter Louis XVI et Marie-Antoinette à l'histoire. Il confirme le récit officiel de leur mort aux mains de la foule des Parisiens pendant la Révolution. Mais j'ai montré que leur mort a été simulée tout autant que celle de Mozart [article sur le BBB]. J'ai dans l'idée que Roell vous donne la bonne réponse concernant Mozart, puis il la charge d'erreurs et d'une mauvaise théorie pour être sûr que vous ne l'acceptez pas. En d'autres mots, il discrédite sa propre théorie. C'est une pratique courante que nous avons rencontrée plusieurs fois. En fait, le nom du site, "Centre d'astrologie américain", fait la même chose. Comme si seuls d'excentriques astrologues remettaient en question l'histoire officielle de Mozart. 
 
Pareillement, l'idée que les autorités locales de Vienne, voulant le voir partir, ont mis en scène la mort de Mozart, est une fausse piste. Elle reporte fort opportunément la responsabilité de Mozart sur une quelconque faction inconnue de Vienne. Mais comme Mozart était franc-maçon, ça ne tient pas debout. En tant que franc-maçon, Mozart n'aurait pas comploté contre lui mais pour lui. En d'autres mots, il aurait eu l'aide des meilleurs faussaires de l'histoire pour simuler tout ce qu'il voulait. 
 
Roell discrédite aussi Mozart avec sa théorie, ce que je ne fais pas ici. En dehors de suggérer qu'il a simulé sa mort et compressé son œuvre, je n'ai rien fait ici pour démolir l'homme. Mais Roell suggère :

Peut-être est-ce sa série d'opéras extrêmement populaires, quoique choquants et politiquement offensifs (Cosi Fan Tutte, Le Mariage de Figaro, Don Giovanni, La Flûte Enchantée) qui valut à Mozart l'ire des autorités locales.
Ridicule, car "l'autorité locale" c'était l'empereur, qui avait commandé la plupart de ces opéras. Il ne les trouvait manifestement pas choquants ni politiquement offensifs, sinon il ne les aurait jamais autorisé sur scène ni continué d'assister Mozart. Les autorités locales n'avaient donc aucune raison de souhaiter voir partir Mozart ni de prouver qu'il était en relation avec une quelconque révolution viennoise. Juste le contraire : Mozart souhaitait partir pour obtenir un salaire plus élevé, mais les "autorités locales" préféraient qu'il reste à son salaire actuel
 
Roell invente aussi une histoire à propos de deux Nicholas Nissen ; elle est tellement tarabiscotée qu'elle fiche en l'air à elle seule toute la théorie. Mais on a sous la main une explication beaucoup plus simple : il existait un vrai Nicholas Nissen, qui est remarquable si l'on prend la peine de faire une recherche sur lui. On découvre des documents sur cette personne qui semblent confirmer qu'il n'était pas Mozart. Mais comme le montre Roell, quoique diplomate danois, il n'était pas en poste à Vienne, mais à Tripoli. L'interprétation la plus probable devient alors non pas celle tarabiscotée de Roell mais celle de loin bien plus simple que Mozart a choisi le nom Georg Nissen pour des raisons personnelles. Peut-être connaissait-il ou avait-il entendu parler du vrai Nissen, peu importe. Il n'a cependant jamais déclaré être un diplomate danois à l'époque. Il a simplement changé de nom et porté un déguisement. Ce n'est que plus tard que Mozart ou ses biographes l'ont associé à ce Nissen danois, diplomate. Après la mort du réel Nissen, ils ont donné au Georg Nissen de Vienne le deuxième prénom Nicolaus et l'ont attaché au diplomate danois pour lui créer un passé. Ce fait d'histoire a donné du poids au nom d'emprunt de Mozart, dissimulant si bien son identité que presque tout le monde a été berné
 
Qu'en est-il du portrait de Nissen ? Il me semble que c'est un faux plus tardif. Le fait que je sois portraitiste va nous aider encore une fois, n'est-ce pas ?




Le premier portrait est celui qu'on vous montre si vous faites une recherche sur le deuxième mari de Stanzi. Mais, ce qui nous arrange bien, un second portrait sort aussi. À l'évidence, le premier est basé sur le second. On veut vous faire croire que la gravure se base sur la peinture à l'huile, car c'est ce qui se fait couramment. On fait d'abord une peinture à l'huile, ensuite on veut reproduire l'image pour un livre ou un catalogue, on fait alors la gravure. Mais je peux vous assurer que dans le cas présent, la gravure est sortie en premier et ensuite la peinture à l'huile. Pourquoi ? Parce que nous nous attendons à une gravure qui concorde parfaitement avec la peinture, car c'est juste une copie. Mais on ne voit pas de concordance. Pour démarrer, regardez les épaules. Son épaule droite est bien plus basse sur la peinture. Les cheveux sont aussi très différents et le graveur n'avait aucune raison de les changer en lui faisant des cheveux plus bouclés. L'un des copistes a fait une gaffe. Comme la gravure est d'une bien meilleure qualité sur le plan technique, je peux vous dire que c'est le peintre qui a gaffé, pas le graveur. La peinture a été faite d'après la gravure, en s'en servant comme guide. Ce qui explique pourquoi le tableau est aussi minable. Il a probablement été réalisé au 20ème siècle, une fois oublié ce qu'est la vraie peinture. Après l'arrivée du modernisme, on a arrêté d'enseigner l'art traditionnel dans les écoles, la technique a donc fait un plongeon. Je peux dire que c'est du 20ème siècle, car les artistes ne savent pas comment faire, y compris la manière d'utiliser le vernis. Voyez-vous les traces argentées bizarres sur le fond ? C'est dû à une mauvaise technique du fond et un mauvais usage du vernis. Le fond (couche primaire) a interféré avec le vernis, créant ce ratage en arrière-plan où la couche de peinture est plus mince. 
 
Autre chose à savoir, c'est que la gravure aurait dû être faite au début du 19ème siècle pour coller avec les dates de l'histoire. Mais son style est celui du 18ème siècle et non du 19ème. On peut le dire d'après l'inscription et d'autres détails, pas uniquement d'après le portrait. Ce qui est inscrit à gauche et à droite du blason est d'origine, mais les mots en dessous, "épouse de Mozart" et la signature ont été ajoutés plus tard. J'ai donc pu voir immédiatement que la gravure était trop ancienne pour l'histoire. Ce ne peut donc être ni le portrait de Georg Nissen, le faux diplomate viennois, ni celui de Nikolaus Nissen, le diplomate de Tripoli. Ce doit être plutôt Nikolaj, alias le juge danois Nicolaus Nissen, mort en 1684. L'inscription d'origine nous dit que Nissen était chevalier de l'Ordre Dannebrog, ce qui s'appliquerait à ce juge décoré, mais pas à ces diplomates. Un ambassadeur à Vienne ne serait pas fait chevalier Dannebrog. L'uniforme le confirme aussi, car ce n'est pas un uniforme de diplomate. C'est un uniforme beaucoup plus ancien de chevalier et de noble. 
 
Et aussi, ce Georg Nissen de Vienne était supposé de 5 ans plus jeune que Mozart. Il a donc juste 30 ans au moment de la mort simulée de Mozart. Il devait être dans la trentaine quand il a été mis en poste à Vienne. Non seulement c'est très jeune pour obtenir un poste d'ambassadeur, très jeune pour être fait chevalier, etc. Vous me direz qu'il a été ordonné chevalier plus tard, mais pour quelle raison ? On n'élève pas des gens à l'ordre Dannebrog pour coucher hors mariage avec des veuves célèbres ou pour faire du tourisme en Europe en vendant des souvenirs d'un compositeur décédé. Pour être chevalier dans l'ordre réel des choses et porter ces décorations, il devait être officier supérieur dans la trentaine ou un noble de haut rang. Donc sa bio ne colle pas.

Pendant qu'on y est, notez que le prénom est différent sous la gravure et sur la couverture du livre. C'est orthographié Nicolaus sur la gravure et Nikolaus sur le livre. Si la gravure a été réalisée pour le livre, copiée à partir du tableau, ils devraient se recouper. Ou bien sommes-nous censés croire que Nissen ne savait pas orthographier son propre nom ?

Troisième point à connaitre. Le tableau serait de Ferdinand Jagemann, mais il ne correspond pas à son style. Jagemann n'était pas le meilleur portraitiste de l'histoire, mais il était quand même meilleur que ça. La date est en contradiction avec la bio de Jagemann. On nous dit que le tableau a été exécuté en 1809, mais ces années-là, Jagemann étudiait en Italie et ne prenait pas de commandes. Alors, selon mon opinion de professionnel, quelqu'un a emprunté cette ancienne gravure pour le frontispice de ce livre de 1828. Probablement pas Mozart, car il est mort en 1826. Un peu plus tard on a passé commande du tableau comme sauvegarde de la gravure. Mais sans être capable de cacher toutes les anomalies que j'ai soulignées. Je soupçonne les Nissen d'être impliqués dans cette arnaque car il est difficile d'imaginer qu'ils n'aient jamais parcouru ce livre ou trouvé une raison de contester la manière dont leur ancêtre a été utilisé de cette manière. Mais comme nous le voyons, cette fraude avec Mozart a été parrainée depuis le début par les Familles, Familles dont les Nissen ont toujours fait partie.

Alors pourquoi les Franc-Maçons et les familles de la noblesse ont-ils apporté un soutien à cette fraude, et ce jusqu'à aujourd'hui ? D'une part parce que Mozart était l'un des leurs. Ils sont prêts à aider tant que l'arnaque est dans leur intérêt. Des personnes puissantes n'appartenant pas à l'entourage de l'empereur souhaitaient inciter Mozart à quitter Vienne, ce qu'elles ont fait. De plus, vous devez vous rappeler que le Saint Empire Romain se désagrégeait à cette époque-là, même si cela n'avait rien à voir avec la révolution. En 1806, il voit sa fin et l'empereur part, le prétexte étant ses défaites contre Napoléon. Mais nous avons vu dans d'anciens articles que cela n'avait rien à voir avec des défaites militaires (dont la plupart étaient truquées) ni avec la révolution. Il n'y avait aucune réelle raison que le St Empire Romain s'achève à ce moment-là, sauf si les Familles en avaient décidé ainsi. Elles abandonnaient un projet de contrôle d'un mode chrétien au profit d'une forme plus moderne, le St Empire n'était donc plus désiré ou utile. Elles avaient besoin d'un état plus centralisé et le St Empire était la région la moins centralisée d'Europe, constitué d'une foule de principautés. Je n'approfondirais pas ici mais le fait est que ce n'est pas Mozart qui a été éconduit ou écarté, mais l'empereur. Il était déjà en perte de vitesse à l'époque où se situe l'action dans Amadeus, mais ce n'est pas dit ni même laissé entendre. Et il n'a pas été écarté par des gauchistes ou pour frayer une voie vers un monde plus progressiste. Exactement le contraire. Il a été écarté par des fascistes de l'ombre pour faire place à un régime encore plus conservateur et régressif – se faisant parfois passer comme progressiste. Souvenez-vous que Metternich est arrivé après le départ de l'empereur et il est admis que c'était un ultraconservateur. Il s'est servi des fausses révolutions comme excuse pour sévir contre les "radicaux" de toutes sortes. C'est l'époque où ils ont fait venir les taupes radicales-socialistes pour contrôler les deux partis. Ils ne souhaitaient nullement un républicanisme, ils ont donc créé de faux républicains – les marxistes et autres – puis leur ont pavé la voie d'un échec planifié.
 
Il faut donc étudier "l'escroquerie Mozart" dans le contexte d'une escroquerie plus vaste. L'empereur était sur le départ et les nouveaux fascistes voulaient s'accaparer le talent de Mozart. Si l'empereur ne l'avait pas libéré avant la passation programmée de 1806, les fascistes de l'ombre l'auraient simplement enlevé. Ils ont donc arrangé la fausse mort de Mozart et l'ont fait partir en cachette vers Prague ou ailleurs – se soumettant ainsi à leur volonté. Se servant de leurs ressources infinies, ils ont ensuite fabriqué ce nom d'emprunt Nissen – les Nissen étant peut-être de connivence. De toutes façons, les Nissen n'avaient pas les moyens de refuser une coopération car ils faisaient face aux dirigeants du monde. Leurs lettres de noblesse dépendaient de leur soumission à tous les nouveaux projets. Les dirigeants de l'ombre ont engagé un amateur quelconque pour trafiquer ce portrait, en se guidant sur une ancienne gravure, tout en l'utilisant comme frontispice pour la biographie de Mozart. 
 
Nous pouvons supposer que cette vieille arnaque leur convient toujours, vus le temps et l'argent passés à la poursuivre. Elle leur convient pour plusieurs raisons : la première, c'est qu'il leur serait malavisé d'avouer que c'est une arnaque. Comme l'assassinat de Lincoln et toutes les autres tromperies, elle fait partie de la Matrice et tout faux pas de la Matrice peut être fatal. La deuxième, parce qu'elle sert de couverture. Elle fait croire aux stupides Gentils qu'il y a aussi des gens de grande valeur parmi les non-Juifs. Les Gentils peuvent adopter Mozart comme l'un de leurs propres génies, ça leur fait chaud au cœur. La troisième, bien que ça leur fasse chaud au cœur, ça peut en même temps les faire se sentir tout petits et insignifiants. Ils peuvent se sentir médiocres. L'histoire de Mozart est parfaite pour persuader les gens de leur insignifiance et des gens convaincus de leur insignifiance sont peu enclins à la révolte ou à la revendication.

7 commentaires:

  1. bonjour,
    les juifs dons miles parlent sont ils les ashkenases ou bien tous les juifs se serrent les coudes lorsqu il s agit de domination,et donc ils peuvent etre de n importe quelle groupe ethnique?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Hydre Eugène, Miles ne précise pas à quelle communauté appartiennent les Juifs. Il parle principalement des Juifs appartenant aux "Familles".

      Supprimer
  2. Miles devrais faire un article pour nous dire qui n'est pas juif ça ira plus vite.

    Déjà que pratiquement tous les dirigeants sont juifs qu'ils se disent chrétiens où musulmans au final quand ont creuse un peu ont découvre qu'ils sont juifs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha ! Oui, il y a beaucoup de "crypto-juifs", mais ça ferait quand même beaucoup de monde !

      Vous allez lire bientôt autre chose (très bref article) à ce sujet, ne venant pas de Miles.

      Supprimer
    2. C'est toujours un plaisir de lire tes articles.

      Supprimer
  3. @Hydre Eugène,

    Pour en savoir un peu plus, je te conseille la lecture de ces articles :

    https://www.youscribe.com/catalogue/documents/savoirs/les-origines-des-juifs-2400681

    https://www.youscribe.com/catalogue/documents/autres/les-cananeens-bibliques-qui-sont-ils-2400680

    et de ce livre :

    https://www.youscribe.com/catalogue/documents/autres/qui-est-esau-edom-2400260

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !