30 avril 2021

Le Parlement Européen a voté en faveur du "certificat UE covid-19", mais c'était déjà prévu avant

 Malgré la notification de responsabilité du groupe de médecins pour une éthique du covid...

Pas surprenant, sachant que ces gens sont aux ordres des mondialistes en général et du Forum Économique Mondial en particulier.

Mais on apprend également sans surprise que c'était déjà prévu bien avant l'arrivée officielle de la plandémie.


Alors que le Parlement Européen approuve le certificat d'immunité, un document prouve qu'il était en préparation depuis 2019


 Par Derrick Broze (29 avril 2021) pour The Last American Vagabond

Traduit par Apolline

Dès juin, les voyageurs européens sont attendus à se déplacer grâce à un passeport d'immunité covid-19 tout juste approuvé par l'Union Européenne, cependant, un examen approfondi révèle que les passeports étaient déjà "dans les tuyaux" depuis 2019 au moins.

L'Union Européenne a annoncé jeudi le plan pour passer à la phase suivante pour une mise en œuvre européenne des fameux "passeports d'immunité" controversés. Les représentants des membres de l'UE ont débattu mercredi du lancement du certificat et ont annoncé les résultats jeudi matin. Le vote a donné 540 oui, 119 non et 31 abstentions. La mise en application du "certificat UE covid-19" se fera probablement début juin.

Ce certificat sera de type numérique ou version papier avec un QR code [QR = quick response] permettant à toute personne pleinement vaccinée ou donnant la preuve d'un test covid négatif ou ayant guéri du covid-19, de voyager dans l'Union Européenne. Bien qu'on parle souvent de "passeports d'immunité", ils ne se réfèrent pas nécessairement à l'immunité ni à un statut de vaccination car les individus peuvent aussi utiliser un test négatif au covid pour le recevoir. 


 Durant les débats de mercredi, des membres du Parlement ont réclamé une date butoir pour le programme, ils ont finalement opté pour un système dont la durée ne devrait pas dépasser 12 mois. Ils ont également voté en faveur d'un changement de nom, abandonnant "certificat numérique vert" pour "certificat UE covid-19".

Un membre italien, Piernicola Pedicini, a mis en garde contre une précipitation à approuver la procédure des certificats, déclarant que "la hâte est mauvaise conseillère". Il s'est montré aussi préoccupé par le fait d'avoir passé outre l'étape de la commission quant à son aspect législatif.

Le stade de mise en œuvre à venir implique des négociations entre le Parlement Européen et les dirigeants des 27 états-membres de l'UE sur la manière de démarrer le système de certification. Chaque état-membre doit mettre une infrastructure au point pour émettre, vérifier et stocker les données du certificat. Le dénommé "passage dans l'UE" sera ouvert en juin, autorisant les états-membres à rejoindre le programme.

 

Liberté de mouvement ?

Peu avant le vote, des membres du Parlement ont argumenté sur le fait que le certificat ne devrait pas devenir un instrument de discrimination. Il devrait plutôt "faciliter la liberté de mouvement". Avant le vote de mercredi, Stella Kyriakides, commissaire européenne pour la santé et la sécurité alimentaire, a déclaré que le certificat est "crucial pour aider les états-membres à lutter contre la pandémie tout en autorisant les citoyens à exercer leurs droits à la liberté de mouvement de manière coordonnée et en sécurité."

Pourtant, l'idée d'un certificat qui accorde aux gens le droit de se déplacer librement est ridicule au mieux, horrifiante au pire. Un gouvernement – quel qu'il soit – n'accorde pas leurs droits aux gens. De plus, ce certificat et les stratégies similaires de passeport vaccinal parlent clairement d'une discrimination envers certaines personnes. Spécifiquement, celles qui n'ont pas encore été vaccinées ou qui ont choisi de ne pas le faire.

Le lendemain, le Parlement Européen a précisé que " les possesseurs d'un certificat UE covid-19 ne devraient pas être sujets à des restrictions de déplacement supplémentaires, comme une quarantaine, un auto-confinement ou un test." Ensuite, "afin d'éviter une discrimination envers les non-vaccinés et pour des raisons économiques, les pays de l'UE devraient garantir un test universel, accessible à la demande et gratuit."

Encore une fois, émettre un passeport ou un certificat qui n'autorise que ceux qui ont rempli une condition médicale spécifique à avoir le droit de voyager est une discrimination. Aux yeux de l'UE, passer des tests gratuits et disponibles à la demande est bien sûr leur version d'une non-discrimination. Vous qui ne voulez absolument pas être vaccinés, vous n'êtes même pas pris en considération.

Ciarán McCollum, un avocat de Belfast, en Irlande du Nord, dit que l'UE est malhonnête en promettant un certificat qui ne servira pas à discriminer ou comme document de déplacement. Il ajoute que la nouvelle législation créera une situation où des gardes devront contrôler les certificats aux frontières des états-membres de l'UE.

"Comme établi dans l'article 3(1), il y aura une "vérification au passage des frontières", réalisée par les "autorités" de l'état-membre mentionnées dans l'article 9(2). En l'absence de tels contrôles, les certificats seraient inutiles et "l'encadrement universel" n'existerait pas", a-t-il écrit pour l'UE Observer. "Avec des voyageurs européens vaccinés séparés des non-vaccinés, les infectés des non-infectés, et les immunisés des non-immunisés – le certificat vert numérique, s'il est appliqué, serait la garantie d'une discrimination au sein de l'UE."

McCollum remarque aussi que la Cour d'Appel de Lisbonne et la Cour Administrative de Vienne ont soutenu que le test PCR n'était pas fiable et qu'on ne pouvait l'employer pour déterminer une infection. Cela signifie selon lui que les certificats "sont inutiles en tant que preuve ou non d'infection et d'une potentielle propagation du virus."

Prescience et Grande Réinitialisation

Comme le rapporte The Last American Vagabond depuis juillet 2020, l'offensive des passeports vaccinaux fait partie d'une plus large offensive pour une "Grande Réinitialisation" et la transformation de tout le secteur économique de la planète. Ces projets de passeport ne vont que s'accroître au fil des mois.

La rubrique voyage du New York Times a récemment publié un document qui détaille les pays où existent des passeports vaccinaux et des applications. Au Danemark, l'application Coronapas autorise les consommateurs vaccinés ou guéris à entrer dans les bars, les restaurants et les musées. Le "Green Pass" d'Israël divise déjà la société entre les vaccinés et les non-vaccinés, avec uniquement les premiers pouvant accéder aux hôtels, aux salles de sport et aux théâtres – la notion d'immunité naturelle n'étant pas un critère de conformité. L'Estonie et l'état de New York ont des applications identiques déjà en place.

Extrait de mon article de juillet 2020 :

" Le chemin prédéterminé vers lequel on nous dirige est connu comme "Grande Réinitialisation" ; il a été annoncé début juin par le Forum Économique Mondial. Les lecteurs réguliers se souviendront que le 18 octobre 2019, la Fondation Bill et Melinda Gates en partenariat avec le Centre Johns Hopkins et le FEM a organisé un exercice de pandémie de haut niveau, appelé Event 201. Il simulait la manière dont le monde répondrait à une pandémie de coronavirus qui balaierait la planète. La simulation prévoyait 65 millions de morts, des confinements massifs, des quarantaines, une censure des points de vue alternatifs en vertu d'un combat contre la "désinformation" et même flottait dans l'air l'idée d'arrêter ceux qui remettraient en question le narratif pandémique."

Le FEM et ses associés encouragent depuis l'été dernier l'idée de passeport vaccinaux et d'immunité et le fait que ces projets soient aujourd'hui une réalité n'est pas une coïncidence. Le fait que la Commission Européenne, la branche exécutive de l'UE, soit partenaire du FEM n'est pas non plus accidentel. En janvier, la présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen, a parlé à la réunion annuelle du FEM de Davos, spécifiquement consacrée à la vision de la Grande Réinitialisation.

"Mesdames et Messieurs, il n'existe aucun meilleur endroit que le FEM pour découvrir les grandes tendances de notre société," a déclaré von der Leyen. "Et cette année, le FEM pose encore une fois les bonnes questions grâce à votre initiative, Klaus, 'la Grande Réinitialisation'. Nous devons apprendre de cette crise."

Alors que le FEM et la Fondation Gates avaient simulé "par hasard" une pandémie quelques mois avant que le covid-19 ne fasse le buzz de 2020, les membres de l'UE ont aussi semblé avoir un don affûté de prédiction du futur. Un document du site de l'UE montre une feuille de route 2019-2022 sur "le renforcement de la coopération contre les maladies qu'on peut prévenir par des vaccins", ce qui lève toute ambiguïté sur le plan du corps législatif de l'UE à développer un type de passeport vaccinal. Le site de l'UE détaille le développement de la feuille de route depuis décembre 2017.

Dans la section intitulée "Actions", la feuille de route expose :

"Examiner la faisabilité du développement d'une carte/passeport de vaccination commune à tous les citoyens de l'UE (qui prenne en compte un calendrier de vaccination nationale potentiellement différent) qui soit compatible et reconnue par des systèmes électroniques d'information sur l'immunité." 


On trouve aussi un tableau qui appelle à une "Étude de faisabilité pour développer une carte européenne commune de vaccination" entre 2019 et 2021. À l'approche de juin 2021, le lancement de passeports vaccinaux en Europe, il est clair que le déploiement d'une telle technologie se produit encore plus rapidement qu'anticipé par l'UE.

Le plan du FEM pour une "Grande Réinitialisation" est d'une portée internationale. Il n'y aura probablement pas une seule nation épargnée par les tentatives pour transformer notre monde et le refaire selon la vision de la classe des prédateurs. Le temps est compté pour ceux qui veulent dénoncer la perte de liberté de mouvement. Nous le faisons maintenant de notre côté pour stopper la vision de la Grande Réinitialisation au profit d'une "plus large réinitialisation", celle du peuple.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire