28 janvier 2021

La France est-elle une corporation ?

Un très intéressant article de Valérie Bugault. Me Brusa avait évoqué ceci hier suite à la question d'un adhérent. Et il était étonné de ce qu'il a découvert après recherches.

Je vous poste le début de l'article, vous lirez la suite ici : https://valeriebugault.fr/gouvernement-ou-entreprise-commerciale


Gouvernement ou entreprise commerciale ?

Par 26 janvier 2021

Beaucoup de gens viennent me demander mon avis sur le fait que la République française est, selon le site web d’informations légales « société.com »[i], enregistré à l’INSEE d’une façon similaire à une entreprise commerciale, disposant en conséquence d’un numéro SIREN (100000017), d’un numéro SIRET, réservé aux entreprises (10000001700010), et même d’un numéro de TVA intracommunautaire (FR15100000017)[ii].

Quelques précisions préliminaires sur le site en question : « Le site Societe.com est un site web d’information légale, juridique et financière sur les entreprises françaises. Le site a été créé en 1999 par Iliad, maison-mère de Free. Le site agrège des informations issues de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI), de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) et du registre national du commerce et des sociétés (RCS). Le site est racheté en 2006 par Adverline, groupe spécialisé dans le micropaiement et la publicité. En 2012, Adverline est racheté par Médiapost, filiale du groupe La Poste. Il est édité par la filiale Société SAS. »

Contextualisation historique

Un bref rappel historique permettra de replacer cet évènement dans son contexte politique. On constatera ainsi que le rapport de force prévalant en 1946 est très semblable à celui qui prévaut en 2021.

D’une façon générale, il faut se rappeler que l’actualité a ses racines dans l’histoire du XXème siècle, laquelle trouve ses propres racines dans l’histoire du XIXème siècle, cette dernière trouvant ses propres origines dans l’histoire du siècle précédent ; la Révolution Française de 1789 ayant été un puissant accélérateur du développement politique des forces financières et économiques au détriment de toutes les autres forces sociales.

Pour en revenir au « gouvernement corporation », l’INSEE a été fondé dans l’immédiat après seconde guerre mondiale, par la loi de finances du 27 avril 1946, le décret d’application organisant l’INSEE datant du 14 juin 1946[iii].

A cette époque, la France est encore dirigée, depuis le 20 janvier 1946, par un gouvernement provisoire présidé par le socialiste Felix Gouin, ce dernier ayant succédé au Général De Gaulle démissionnaire[iv]. Il faut ajouter que c’est sous ce gouvernement socialiste provisoire que fût adoptée, le 13 octobre 1946, la Constitution établissant le régime politique de la très instable et corrompue IVème République.

Notons, car la remarque n’est pas anodine, qu’il s’agissait – comme pour le Traité de Lisbonne ayant succédé à la Constitution européenne – du second projet de Constitution, le premier ayant été rejeté par les électeurs. En Janvier 1947, Vincent Auriol fut élu en tant que président fantoche de ce nouveau régime politique appelé IVème République, dans lequel l’Assemblée Nationale avait la prééminence sur le Président de la République ; le gouvernement de la IVème République est ainsi radicalement soumis à la loi économique des partis politiques.

Il est important de noter que cette même loi économique, loi des lobbies, régit intégralement les institutions européennes et nationales (du moins ce qu’il en reste) actuelles.

Sans entrer dans des détails politiciens, ou politicards – qui n’ont plus de réelles pertinences depuis l’effondrement du « bloc de l’Est » en 1989 mais qui restent clivantes dans l’inconscient collectif – il convient de rappeler que les mouvements comme le parti socialiste et le MRP furent d’éminents porteurs des forces globalistes ayant pactisées avec l’occupant nazi dans un premier temps et l’occupant américain dans un second temps. Les hommes de ces mouvements avaient même parfois pactisé, pendant la guerre, avec ces deux entités en même temps, en particulier via leur interlocuteur privilégié Allen Dulles[v], éminent représentant du pouvoir financier globalisé depuis la fin de la Première Guerre Mondiale.

C’est ce même Allen Dulles qui fédéra les négociations ayant abouti à la création de la BRI (Banque des Règlements internationaux), entre JP Morgan, en tant que représentant américain des Rothschild, Norman Montagu[vi] en tant que représentant de la puissance financière des Rothschild à la City of London et son contrôle sur la Banque d’Angleterre et l’américano-allemand Hjalmar Schacht[vii] que les forces financières anglo-saxonnes avaient choisi pour gérer les finances de l’Allemagne vaincue de la Première Guerre Mondiale.

6 commentaires:

  1. LE STATUT ILLÉGAL DE L'HUISSIER DE JUSTICE https://www.youtube.com/watch?v=REEtnldgWgU

    Plus rien de légal depuis 1848 ... Art 1 Code Civil Les lois sont exécutoire dans tout le territoire Français en vertu de la promulgation qui en est fais par le ROI https://www.youtube.com/watch?v=2ml5rnLh1Qw

    RépondreSupprimer
  2. Il y a aussi la fraude légale du nom.... https://divulgationfr.wordpress.com/2021/01/05/larnaque-la-plus-incroyable-dont-vous-ne-savez-rien/

    RépondreSupprimer
  3. 9 février c'est la Ste APOLLINE : BONNE FÊTE !

    RépondreSupprimer
  4. Le véritable pouvoir aujourd'hui n'est pas à rechercher dans l'apparence des arcanes politiques, il se cache derrière l'anonymat des capitaux et dans les paradis fiscaux. Le véritable pouvoir auxquelles sont soumises les populations, maintenues dans la naïveté et l'inconscience, est économique : il appartient aux principaux détenteurs de capitaux de la planète ; lesquels ont tant et si bien œuvrés depuis des centaines d'années qu'ils sont devenus propriétaires directs et/ou indirects de la majeure partie des actifs tangibles de ce monde. Depuis le XVIIIème siècle, les principaux banquiers sont étroitement interconnectés entre eux et ont des intérêts communs et liés. Les activités de ces banquiers sont structurellement internationales, leurs intérêts pouvant être qualifiés d’apatrides, ou plus exactement de supranationaux, en ce sens qu’ils n’ont aucun rapport avec un quelconque « intérêt national » au sens culturel et géographique du terme « national ».
    « Les USA et ses alliés ne sont plus depuis le début du XXème siècle (au bas mot) gouvernés par ce que j’appelle un phénomène politique qui représente l’intérêt commun, mais par un cartel d’entreprises dirigé par les principales banques globales d’investissement qui ont leur quartier général, depuis Oliver Cromwell, à la City of London. En réalité, les Etats occidentaux n’existent plus car ils ont été privatisés lorsque le contrôle de leurs monnaies est tombé dans les mains des banquiers privés, ce qui explique, en Europe, l’apparition des institutions européennes, qui ne sont que la formalisation politique (traités de Maastricht et Lisbonne) de cette capture des règles d’organisation des peuples par des intérêts privés.
    Ainsi, le contrôle de la monnaie par cette oligarchie, et son système de la dette, conjuguée au principe de l’entreprise anonyme, sont les armes du servage d’aujourd’hui au même titre que l’épée et la lance étaient celles du servage d’hier.
    Aussi, dans l'objectif de hâter sa prochaine disparition volontaire, les autorités politiques en charge de la France relaient avec zèle, voire même anticipent, l'agenda mondialiste consistant à appauvrir matériellement, physiquement et moralement la plus grande masse des gens peuplant la planète au profit de quelques usurpateurs, véritables escrocs économiques qui ont, aujourd'hui, pris l'ascendant sur les pouvoirs politiques des États. La politique généreusement appliquée sur le territoire français est « globaliste » ; elle fait, à ce titre, fort peu de cas des petites gens et des petites et moyennes entreprises pour, au contraire, laisser la part du lion aux multinationales et à leurs propriétaires anonymes. En conclusion, la France qui n'a aucune politique, et encore moins de politique socialiste, dans le sens « social » du terme, est en revanche l'un des principaux fers de lance de l'agenda globaliste, lequel prospère sur le développement de la misère humaine. » (Valérie Bugault)
    Blog : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/

    RépondreSupprimer