lundi 19 novembre 2018

Thousand hoax

Bien sûr, comme certains l'ont déjà noté, le jeu de mots était inévitable. "Oaks" (chênes) se prononce comme "hoax" (canular). Et comme le dit Miles en fin d'article, ce serait la 307ème fusillade-canular de l'année 2018.

Ici, c'est Homer Pyle qui nous décortique le scénario du 7 novembre dans cette petite ville du sud de la Californie.

Thousand hoax


Par Homer Pyle
Traduit par Apolline

Télémaque Orfanos est un nom grec qui se traduit mot à mot par "orphelin qui se bat au loin". Dans l'Odyssée d'Homère, Télémaque, fils d'Ulysse et de Pénélope, va aider son père à éliminer de leur demeure tous les prétendants de Pénélope dans un glorieux bain de sang. [dans les commentaires du site de Josh, "Cutting through the fog", [article de discussion sur les événements en cours] des gens s'interrogent sur la signification du nombre 108. On peut parler de coïncidence, mais devinez combien de prétendants avait Pénélope ? 108.]

Comme on peut s'y attendre, Télémaque est un prénom très rare, surtout aux US. En fait, il est si rare qu'il en devient suspect. Il devient encore plus suspect si ce rare prénom s'ajoute à une autre rareté, celle de quelqu'un assistant en un an à deux fusillades, dans des états différents. 

Mais c'est ce qu'on est censé croire. En fait, Télémaque Orfanos, ancien officier de la marine US, était l'un des nombreux survivants de la fusillade l'an passé de la Route 91 [1er octobre 2017, pendant un concert à Los Angeles], également présent le 7 novembre au Borderline Bar-Grill quand le vétéran de combat Ian David Long a démarré sa frénésie meurtrière, faisant 13 victimes, lui-même compris. Le survivant Nicholas Champion [âgé de 36 ans, il habite la région de Los Angeles. Il a travaillé pour la Time Warner (propriétaire de CNN) et la Warner Bros. Un acteur ? Il a tourné un petit film de 22 minutes en 2007 où il joue son propre rôle dans une fiction où des extra-terrestres prennent le contrôle de sa ville sur l'île du Prince Édouard. C'est donc non seulement un acteur, mais un acteur à la petite semaine.] nous dit que "50 ou 60 personnes"avaient survécu aussi à la fusillade de la Route 91 cette nuit-là au bar. On nous dit que "plus de 100" personnes se trouvaient au bar – disons 120 personnes – ce qui veut dire qu'une bonne moitié des gens fréquentant le bar avait déjà vécu un événement de fusillade de masse. Cette probabilité est astronomique.


Pour rendre ceci plus crédible, on nous dit maintenant que le Borderline Bar était devenu le lieu habituel de rencontre des survivants de la Route 91.
Le mercredi suivant (après la fusillade), des survivants du comté de Ventura en Californie se retrouvèrent au seul endroit qui leur semblait sûr, où ils se sentaient comme chez eux – le Borderline Bar-Grill.
Il est vraiment remarquable que Ian Long ait choisi par hasard le Borderline Bar pour perpétrer son massacre – endroit de prédilection du rassemblement des survivants de la Route 91, le "seul endroit" où ces survivants se sentaient hors de danger ! Cette probabilité est encore une fois astronomique. 

Ces survivants prirent le nom de "famille Borderline" et ils créèrent même un groupe snapchat [conversation de groupe] après la fusillade de la Route 91, "juste au cas où quelque chose d'aussi inimaginable pourrait se reproduire". Brendan Hoolihan, ami d'Orfanos et survivant de la Route 91, fut le premier alerté de la fusillade du Borderline grâce à ce groupe snapchat.
Le premier message frénétique apparut mercredi aux environs de minuit sur le téléphone de Brendan Hoolihan et pendant quatre heures les messages affluèrent de son groupe snapchat… "Il y a eu une fusillade au Borderline", lui apprit un ami et Hoolihan, 21 ans, fut choqué, car il ne pouvait croire que cela s'était produit une deuxième fois pour ses amis. Deux fusillades de masse en un an.
Mais le groupe de conversation avait été créé pour cette seule raison, alors pourquoi Hoolihan était-il choqué ? Il semble qu'ils vivaient tous dans un état d'alerte constant. Ou est-ce peut-être ainsi qu'ils veulent que vousviviez.
Mais revenons à Télémaque. Voici une photo de lui :

Étudiez-là de près. C'est un faux. Plus vous la regardez, plus c'est évident. Son corps ne semble pas présent dans la photo, mais fait penser à un corps qui se trouve devant une image avec un écran vert. Il n'y a pas de profondeur de champ. Ils semblent tous les deux anormalement aplatis.

Voici maintenant la mère de Télémaque (vidéo) nous disant qu'elle ne veut pas de bonnes pensées ni de prières, qu'elle veut juste une régulation des armes à feu :
J'ai à peine besoin de commenter ses prouesses d'actrice. Il faut juste souligner que l'on nous donne un indice, comme souvent. C'est plus qu'une plaisanterie en réalité. Vous avez trouvé ? Télémaque signifie "orphelin qui se bat au loin". Orphelin suggère qu'il n'a plus de mère. En d'autres mots, cette femme n'est pas sa maman. Et il ne se trouvait nullement près de la bataille cette nuit-là, car il n'y avait pas de bataille.

Le jeudi matin, le shérif du comté de Ventura, Geoff Dean, a déclaré aux journalistes, "C'est une scène d'horreur là-dedans. Il y a du sang partout." Des témoins ont dit à plusieurs reprises que les tables avaient été renversées pour en faire des barricades et que les tabourets de bar avaient été balancés sur les fenêtres. Voici une photo du bar plus tard dans la nuit :

Où est le sang ? Où sont les tables et les chaises retournées ? Où est le verre brisé ? Tout semble au contraire serein et en ordre.

Voici une vue aérienne de la scène. Quelque chose qui cloche ?

Plus de 100 personnes étaient supposées se trouver dans le bar. Mais le parking est presque vide. Je compte 15 voitures environ. Il faudrait à peu près 8 personnes par voiture pour arriver à 120. Un covoiturage général avait-il été décidé pour ce soir-là ?

On nous dit que Ian Long s'est tué avant que la plupart des intervenants n'arrivent. Nous voyons pourtant des gens, comme ces deux gars, qui courent comme des dératés, malgré la présence de la police et des médias sur la scène :

Nous voyons aussi des officiers de police qui se cachent derrière leur véhicule, prêts à tout moment à voir surgir le tireur :

Mais les médias étaient déjà là, ce qui veut dire que le SWAT [unités d'élite] et autres intervenants étaient déjà là aussi, indiquant qu'ils savaient que le tireur était déjà mort dans le bâtiment. Alors de quoi se cachent-ils ? Du croque-mitaine ? Et pourquoi ces survivants portent-ils des gants chirurgicaux ?

Il va sans dire que les témoins interviewés par les médias semblent tous avoir été briefés sur ce qu'ils devaient dire. Le témoin Holden Harrah parle du tireur comme d'un "suspect". Lit-il un rapport de police ? Pour le survivant d'un événement horrible, l'agresseur n'est pas pas un suspect. La victime d'un viol n'appelle jamais son agresseur un "suspect". C'est un terme qui présume d'une éventuelle innocence. Holden l'a vu "de ses deux yeux". Quel que soit le tireur, ce n'est pas un suspect. Il est coupable. Toute personne normale va sentir le script préparé à l'avance dans le récit de Holden et avec son étrange remarque d'avoir vu "de ses deux yeux", il nous fera douter d'autant plus. En passant, une recherche sur Intelius révèle qu'il n'existe aucune personne du nom de Holden Harrah en Californie.
Puis nous avons Cole et Matt, à qui on demande si tous leurs amis ont été dénombrés, et Matt répond :"Heu, presque tous, oui, mais il y en a deux qui sont toujours portés manquants".

Ils viennent de potentiellement perdre plusieurs amis pendant un horrible événement traumatisant. Pourquoi sont-ils si calmes ? Pourquoi aucune larme? Pourquoi une phraséologie technique comme de les entendre dire que la première salve de tirs s'arrête, indiquant "que son chargeur est vide" ? Je vous encourage à parcourir le millier de commentaires sous cette vidéo YouTube et à vous rendre compte que beaucoup de gens se sont éveillés face à ces événements truqués. L'imposture est maintenant si ouvertement transparente qu'il devient difficile de l'ignorer.

Qu'en est-il de notre tireur ? Comme beaucoup d'autres, il a été recruté par l'armée pour cette psy-op [opération psychologique], car c'est un vétéran des Marines ayant atteint le grade de caporal. On retrouve la patte du Renseignement militaire partout dans cette affaire, en ajoutant le fait que le Borderline Bar est juste à la sortie de la Route 23, connue sous le nom de Military Intelligence Service Memorial Highway [route du mémorial du service du renseignement militaire]. Voici une photo de Long en Afghanistan :

C'est l'une des deux photos qui circule sur le web montrant Long avec un chien. Trump a qualifié Long de "chiot malade". Tu parles d'un message subliminal ! Ils veulent semer la méfiance envers les beaux hommes blancs qui aiment les petits chiens, je suppose. Parlant de message subliminal, le nom du bar n'est pas une coïncidence. Dans la foulée de la confrontation avec les migrants à la frontière [borderline, en anglais], nous avons une fusillade au Borderline Bar. Ces subtils renvois à d'autres crises manufacturées aident à vous enfoncer tous ces événements dans le subconscient pour obtenir un maximum d'effet psychologique. Si vous pensez que c'est tiré par les cheveux, c'est que vous ne savez pas comment fonctionnent les psy-ops.

Long se serait interrompu deux fois pendant le carnage pour poster sur Instagram :
"C'est trop moche, je ne pourrai pas voir toutes les absurdes et pathétiques raisons qu'on attribuera après coup à mon geste", a posté Long mercredi à 23h24 sur Instagram, juste une minute avant que la police ne fasse irruption dans le bar.
"Le fait est que je n'avais aucune raison de le faire et je me suis juste dit… et puis merde, la vie est si ennuyeuse, alors pourquoi pas ?"
Son message suivant, trois minutes plus tard, continue dans la même veine : "J'espère que les gens me traiteront de fou … ne serait-ce rien d'autre qu'une bonne dose d'ironie ? Ouais… je suis fou, mais la seule chose que vous autres dites après ces fusillades est "espérance et prières" … ou "je te garde dans mes pensées" … tout le temps … tout en se demandant pourquoi cela continue d'arriver."
Wow, c'est un sacrément long message (et sans faute d'orthographe) ! A-t-il posé son arme pendant une minute pour s'assurer qu'il tapait tout correctement, citations entre guillemets comprises ? Notez comme ses phrases s'insèrent parfaitement dans le script. Je n'ai jamais entendu quelqu'un parler de son propre récit médiatique avec une telle prescience. C'est comme s'il rédigeait la couverture médiatique lui-même ! Ces messages ont à l'évidence été écrits à l'avance par un groupe sous-payé de stagiaires dans les sous-sols de Langley (ou dans les studios de la Warner Bros).

Notez aussi le timing. La police est entrée dans le bar une minute après son premier message et on nous dit qu'il s'était déjà donné la mort au moment de l'arrivée de la police. Mais il poste ensuite magiquement une seconde fois trois minutes plus tard. Je pense qu'ils ont maintenant un Instagram pour fantômes.

Comme je l'ai mentionné, les scénaristes adorent inclure de petits indices de leur mascarade – fortuits pour le spectateur moyen, mais manifestes une fois que vous savez comment ça fonctionne. En voici un autre pour vous. Quand Long a mis le pied dans le bar, savez-vous quelle chanson passait ?

Sur la piste de danse, des habitués répétaient les pas de la danse en ligne "Askin' Questions" [folk américain], en se balançant au rythme entrainant de l'emblématique chanson des soirées de cette génération : "A little party never killed nobody". [Une petite soirée n'a jamais tué personne]

Effectivement...

Il y a bien d'autres signes de trucage que je ne développerais pas ici. Vous lisez probablement ceci parce que vous savez déjà que c'est frauduleux, je n'ai donc pas besoin de prêcher des convertis. Mais il reste toujours la question du pourquoi. Il y en a beaucoup qui parlent d'un complot de la gauche pour faire avancer l'agenda de régulation des armes. Vous devez écarter immédiatement cette théorie, car elle présuppose que notre système de gouvernement est ce qu'il semble être – un combat entre les méchants progressistes et les bons conservateurs. Les deux sont du même bord et les deux sont des méchants. La blague de la démocratie est encore plus transparente que ces canulars de fusillade. Si c'était vraiment perpétré par la gauche, pourquoi la droite ne le dénoncerait-elle pas immédiatement ? La droite a autant, si ce n'est plus, de pouvoir et d'influence médiatique que la gauche. Notre président Trump est amateur d'armes, quand même ! Si aucun homme politique ne dévoile ces canulars, c'est qu'ils y sont tous impliqués.

Si ce n'est pas gauche vs droite, ce n'est pas une histoire de régulation des armes à feu non plus. Juste le contraire. C'est la vente des armes. Si vous avez déjà lu Miles, vous le savez déjà. Pourquoi USA Today aurait-il publié cet article deux jours après l'événement ? [dont le titre est : "Dans l'unique magasin d'armes de Thousand Oaks, des résidents effrayés décident qu'il est temps d'acheter un fusil"] Loin de condamner le propriétaire d'armes, il jette un éclairage sympathique sur ces nouveaux acheteurs d'armes en réponse à cette récente fusillade. Et sur quel genre d'acheteurs mettent-ils l'accent ?
Rowan décrit une clientèle discrète et manifestement californienne. Ils arrivent avec leurs Prius et leurs Tesla et ne diront jamais à leurs amis qu'ils possèdent une arme.
"Je vois beaucoup de gens qui sont secrètement de gauche, des gens qui normalement ne voudraient jamais avoir affaire à des armes à feu. Je leur apprends à s'en servir et ils deviennent propriétaires en cachette d'armes à feu," explique Rowan.
Simone, qui s'est rendu avec son voisin à VC Defense [le magasin d'arme de Thousand Oaks] après la fusillade, se comptait auparavant parmi la foule des opposants aux armes. Il pensait que le danger de posséder une arme avec son fils à la maison l'emportait sur toute notion de protection, mais la fusillade a changé sa vision des choses.
Ce n'est pas du journalisme. C'est une publicité commerciale. Le consommateur le moins largement exploité des fabricants d'armes se trouve parmi les jeunes de gauche. S'ils peuvent vous convaincre que d'autres comme vous achètent leurs produits, vous en serez convaincus aussi. C'est du marketing de base.

[Miles : souvenez-vous aussi qu'ils vous vendent l'événement comme étant la 307ème fusillade de masse de l'année. Cela vous indique combien ces gens ont été occupés : les 307 ont toutes été fabriquées. Aucune n'était réelle. Ça en fait presque une par jour !]

La vente d'armes n'est pas le seul moteur. Ce n'est que la version courte. La version longue est la rentabilité, résultat de citoyens séparés les uns des autres, paranoïdes et déprimés. Ce type de société dépense bien plus en drogues et autres produits non essentiels qui apportent du confort. Que ce soit la dernière marque d'anxiolytique ou le dernier iPhone, tous sont une forme d'auto-médication. Et c'est tout un fabuleux profit pour nos gouvernants cachés.

Une société divisée, paranoïde et déprimée est aussi bien plus facile à contrôler. C'est le classique "diviser pour mieux régner". Quand on en vient via les médias à se chamailler sur la régulation des armes et la santé mentale (ou sur les relations inter-raciales, les droits des homosexuels, ou le piratage des élections ou tout autre problème fabriqué), le désarroi et la colère restent dirigées l'un envers l'autre et non envers eux.

Mais rappelez-vous qu'ils ne sont pas un groupe homogène. Tout comme Télémaque livre ses combats terrestres, les dieux se livrent parfois des batailles intestines. Nous continuons à observer des signes de cette lutte territoriale entre l'ancien Renseignement et le nouveau, le premier clairement et fermement décidé à saboter et révéler les faux événements de l'autre groupe. Comment tout ceci finira, c'est la question que tout le monde se pose, mais pour ma part je suis porté à réaliser que ces événements truqués apparaissent toujours plus truqués. Quand il y a eu les fusillades de Sandy Hook, celles de Batman [Aurora en 2012] et de Norvège, le travail a stoppé. Mes collègues de travail étaient scotchés à leur écran d'ordinateur à regarder se dérouler les événements. Plus personne, parmi mes connaissances, n'y prête attention maintenant. Les gens lisent les gros titres, haussent les épaules et retournent à leur vie quotidienne. À un moment il faut savoir décrocher pour garder notre équilibre mental – et c'est une bonne chose.

Miles : mais c'est encore mieux si nous décrochons tout en sachant que c'est truqué. Agir avec justesse, c'est bien ; agir avec justesse pour une raison légitime, c'est mieux. C'est exactement pour cette raison que j'ai demandé à Homer de nous décoder ceci. Il a dit que ce serait facile et j'ai répondu si c'est ainsi, allons-y. Si les gens se dirigent maintenant vers la porte, alors ouvrons-là pour eux, ouvrons-leur la voie et nettoyons le chemin. Et assurons-nous qu'ils savent de quelle porte il s'agit et pourquoi ils la franchissent. Plus les yeux et les têtes seront lucides, plus brillante sera la lumière du soleil au dehors.

4 commentaires:

  1. Je ne crois pas du tout à cette histoire "d'ancien renseignement qui saboterait le nouveau".

    Il me semble assez clair que ce énième canular est fait de sorte qu'il soit si évident. C'est à destination des chercheurs comme nous (et non aux "conspis" en général).

    On pourrait penser qu'à force de mettre en scène ces fusillades, ils finissent par bâcler le travail mais là encore je n'y crois pas une seconde. Beaucoup de gens dans leur métier répètent la même chose tout en gardent une constance dans la perfection.

    Quelles sont les risques après tout ? La masse est plus qu'habituée à ces fusillades : "chéri encore une tuerie... Oh combien de morts ? 13 chéri... Va falloir songer à s'acheter un flingue quand même".

    Vous allez faire quoi ? Allez leur dire que c'est bidon comme toutes les autres ? "quoi ?? Mais non arrêtes ils ne pourraient pas truquer autant d'événements"


    Des avions qui réduisent à rien des grattes ciel là par contre forcément comme c'est du jamais vu, on va s'interroger.

    Mais les fusillades, plus elles ont lieu, plus les gens y croient au contraire. La masse ne lit quasi jamais les détails (le classique de la WT7 pour le 11/09 par exemple, toujours grandement ignorée).

    Je pense que la meilleure explication comme l'indique Mathis, c'est de rendre toujours plus les gens paranos et consommateurs.

    Les fameux camps Fema, finalement vous pouvez ptet oublier si autant de foyers auront au moins une arme pour se défendre.

    Sinon oui y'a ce nombre de commentaires non négliable sous les vidéos officielles mais combien de sites "alternatifs" relayent le fait que ces tueries soient bidons ? Les Alex Jones and cie ? Non rien du tout, même chez les anglophones, le nombre de sites partageant ceci est ridicule.


    Que faire ? Comment prouver ? Car techniquement il n'y a ici aucunes "vraies" preuves. Aller détérrer les supposées tombes ? Et puis même qui va vous relayer ? Aller retrouver les supposées victimes et prendre des photos d'eux ? Ah quoi bon, pour Sandy Hoox, ils ont carrément mis les gamins sur une scène devant des milliers de spectateurs.

    Pour l'explosion de Challenger de 1986, on a retrouvé l'équipage plus vieux et portant le même nom pour la plupart. Cela change quelque chose ? Ben la fausse dissidence ne partage pas et puis quand ça touche des personnes supposées mortes, il y'a toujours cette suspicion de "négationnisme".

    On a eu un seul (faux) camion "fou" en France et pourtant énormément de villes ont instauré des systèmes empêchant en plus de l'intervention de camions, de marchés tout court. La masse a réagi ? Non à part sur Internet.

    Si je dis ça, ce n'est pas pour signifier qu'il faut arrêter de partager et traduire ce genre d'articles mais plutôt de ne pas croire au père noël. PLus ces fausses fusillades ont lieu, plus c'est inquiétant.

    RépondreSupprimer
  2. Moi non plus, je ne crois pas du tout à cette histoire d'ancien renseignement contre le nouveau. Je ne crois pas non plus que ça serve à faire marcher le business des armes à feu aux USA. Les causes de trucs aussi importants et répétés que ça ne sont pas économiques, elles sont toujours politiques. L'argent, l'élite le crée comme elle veut en ajoutant quelques lignes dans un document Excel. Ça n'est pas un problème pour eux.

    Je pense que tout ça est encore une fois lié au projet de 3ème guerre mondiale. A mon avis, les leaders juifs/illuminatis vont mettre en place une guerre aussi aux USA et pas seulement en Europe. Quelle forme ça va prendre ? Ça, je ne sais pas encore très bien. Les lignes de partage ne sont pas encore très claires ; mais comme il n'y a pas 50 camps différents, on peut à peu près estimer lesquels vont s'opposer. Il est probable que ça soit les blancs contre les immigrés hispaniques et les noirs, ou les conservateurs blancs contre les gauchistes blancs + les immigrés hispaniques et les noirs (d'où le durcissement et le côté de plus en plus intolérant de la gauche aux USA). Et ces attentats participent à mettre en place les conditions de cette future guerre.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai un bateau d'armes légères à échanger contre 1500kg de cocaïne qui est intéressé ? circuit habituel ...
    Tiré d'un roman de John le Carré ...
    Et ou les retrouvent-on ?

    RépondreSupprimer
  4. Quand je pense que plus de la moitié des gens sont inconscients, ou sont des BISOUNOURS...
    Merci à BBB de nous informer encore de ce qui est planqué derrière "les fagots" D'ailleurs la photo où est le couple, la fille est sur le muret vert herbe... mais où est donc passée l'ombre, même s'il est midi, elle devrait en avoir une aux pieds...oui, y a, mais très informe, de plus ombre nul part ? ? Que la photo soit prise sur leur côté droit, ou de l’arrière (donc pas justifiée la petite vers le pied gauche... ) les ombres n'existent pas !

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !