Bistro Bar Blog

Pour suivre au quotidien l'actualité volcanique en Islande, rendez-vous ICI.

jeudi 18 septembre 2014

Le jeu de la mort : le terrifiant pouvoir de la télévision

La version revisitée, version jeu télévisé, de l'expérience de Milgram.

"L'expérience de Milgram" vient du nom du psychologue américain Stanley Milgram qui entre 1960 et 1963 a cherché à évaluer le degré d'obéissance des individus face à une autorité qu'il juge légitime et à analyser le processus de soumission à l'autorité, même s'il est contraire à la morale du sujet.

Documentaire d'une durée de 1h30.


mardi 16 septembre 2014

Histoire d'un soldat israélien : Eran Efrati

Une traduction qui se compose d'une compilation de plusieurs articles et de quelques notes. Je publie la vidéo (en anglais, non traduite à ce jour) d'une conférence d'Eran Efrati filmée en mars 2014 à Denver (Colorado). Même si elle est en anglais, et qu'il parle très vite, elle montre l'impact personnel et extrêmement positif du discours d'Eran, bien qu'il dise des choses très graves.



Les différents liens se trouvent en fin d'article.



Des activistes israéliens dénoncent : Gaza, un laboratoire pour le développement d'armes israéliennes.




Traduit par Hélios

Eran et Maya


En ce 4 avril, les personnes présentes à la conférence du Centre Culturel Levantin se sont retrouvées subjuguées, incapables de détacher leurs yeux de l'orateur, Eran Efrati, ancien soldat israélien et sergent d’une compagnie opérant en Cisjordanie, dont le discours a confirmé tout ce qu'elles soupçonnaient sur l'occupation des territoires palestiniens par l'armée d’Israël.

Il y avait une autre oratrice, Maya Wind, qui a passé du temps dans une prison militaire de femmes  pour avoir refusé de s'engager dans les Forces Israéliennes de Défense [Israel Defense Forces, IDF] et qui a travaillé pour Nouveau Profil, un mouvement féministe pour la démilitarisation de la société israélienne et pour Rabbis for Human Rights [organisation rabbinique qui se consacre aux droits humains en Israël et dans les Territoires Occupés]. Tous deux ont représenté l'organisation dissidente AATW (Anarchists Against the Wall, Anarchistes contre le Mur] pour des conférences tenues dans plusieurs villes des États-Unis.





La famille paternelle d'Efrati, originaire d'Irak, a vécu à Jérusalem pendant sept générations. Son père dirige l'unité d'investigation de la police de Jérusalem. La famille de sa mère a émigré de Pologne ; sa grand-mère maternelle est une survivante d'Auschwitz. Il se souvient qu'étant petit garçon il était réveillé par les hurlements de sa grand-mère, revivant dans ses cauchemars l’irruption des nazis dans sa maison d'enfance.

"Mon plus lointain souvenir d'enfant est d'être réveillé au milieu de la nuit par les hurlements de ma grand-mère", nous a dit Eran. "Elle se réveillait et se mettait à hurler en pleine nuit".(Note 1)

Quelques années plus tard, Eran participa à un voyage scolaire en Pologne avec sa classe de collège pour une visite des camps de concentration. Il se retrouva à Auschwitz, près du lit où dormait sa grand-mère. Eran se souvient qu'à ce moment-là, le guide distribua à chaque enfant une lettre que lui avait écrit sa famille. - (Note 2)

Le guide intervint à ce moment personnel en disant à Eran, "Tu comprends ce que ta grand-mère voulait réellement te dire, d'accord ? Si tu ne veux pas voir se reproduire l'holocauste, il faut que tu rentres chez toi, que tu termines tes études et que tu rejoignes la meilleure unité militaire possible".

À l'âge de 18 ans, il rejoignit l'IDF pour protéger Israël d'un deuxième holocauste fomenté par des armées arabes hostiles ; il n'avait jamais entendu parler des Palestiniens.

Il avoue son trouble quand après sept mois d'entraînement, il se retrouva à Hebron, une cité peuplée de 180.000 palestiniens en Cisjordanie, où les troupes israéliennes protégeaient une colonie de peuplement de 800 occupants juifs. Il fut réveillé une nuit par un ami de garde qui craignait d'avoir abattu avec ses compagnons d'arme un garçon palestinien. Eran et son ami furent ensuite appelés pour une opération de recherche de terroristes. En entrant dans le quartier palestinien, l'ami d'Efrati reconnut la maison où le garçon avait été tué. La famille y avait préparé les funérailles du jeune garçon mais ne pouvait sortir à cause du couvre-feu de l'IDF. Désespéré, le père sortit de la maison et demanda à procéder aux funérailles. À la place, on lui passa des menottes et il fut mis en état d'arrestation et placé dans une jeep de l'armée.

À ce moment-là, la mère sortit de la maison. "Je ne comprenais pas l'arabe, mais les hurlements qu'elle adressait aux soldats israéliens étaient les mêmes que ceux de ma grand-mère aux nazis", se souvient Efrati.

"Ses hurlements étaient si forts et si profonds", dit Eran. "Et j'ai reconnu ces hurlements. C'était les mêmes que ceux que j’entendais proférer chaque matin par ma grand-mère quand j'étais gamin. Et ils provenaient du même sentiment."

Les jours suivants, Eran tomba sur un rapport de l'IDF disant qu'un terroriste avait ouvert le feu sur des soldats d'Hebron et que son unité s'était défendue en tuant le terroriste.

Eran courut trouver son père pour lui dire qu'ils avaient dû faire une erreur, que cela ne s'était pas passé comme ça. Son père l'encouragea à ne rien dire – cela inquiéterait sa mère et il y avait un système en place qui finirait par arranger les choses. Quelques jours plus tard il lut la même histoire dans Israel Today – à l'époque un nouveau journal gratuit.

Frustré, Eran reçut rapidement un appel pour raconter son histoire à Breaking the Silence [Briser le Silence], un groupe de soldats de l'IDF qui partageaient leur expérience et réflexions sur les horreurs de l'occupation en Palestine. Mais après avoir donné 150 interviews et avoir mis toute sa passion à partager l'histoire avec la presse, Eran découvrit que même Breaking the Silence ne pouvait faire ce que son nom annonçait – l'armée israélienne avait le pouvoir de censurer tout ce qui se rapportait à ses opérations - (Note 3).

"C'est à peu près à la même époque que j'ai réalisé qu'il n'y avait rien de gratuit dans la vie", nous a dit Eran. Il avait appris que le journal – aujourd'hui le plus lu en Israël – était financé par Sheldon Adelson.
"C'est le même gars qui tient les rênes de la politique, qui dirige le parti républicain".

Efrati était devenu un homme différent. Cette différence se renforça ensuite quand son père exprima sa fierté envers son unité pour avoir capturé un "terroriste" à Hebron – en réalité le père du garçon assassiné.

Après avoir refusé au début de prendre part aux manifestations hebdomadaires de Bil'in [petite ville de Cisjordanie, près de la barrière de séparation israélienne] contre le mur de "séparation" – il ne voulait pas faire partie de "ces anarchistes, de ces hippies avec leurs boucles d'oreille" – Efrati rejoignit les manifestants de AATW (anarchistes contre le mur). Il vécut les aspersions de gaz lacrymogènes et passa son année et demie suivante à l'IDF à fournir clandestinement les palestiniens en médicaments qui leur étaient refusés par le biais de tracasseries administratives aux postes de contrôle (Note 4) et il commença à interviewer des soldats pris de remords de conscience en vue d'une brochure pour un livret édité par Breaking the Silence - (Note 5).

Extrait de la conférence d'Eran Efrati :

"Et pendant cette période je découvre quelque chose d'étonnant. Plus j’avance dans les recherches sur l'occupation, plus je trouve des histoires d'argent. Et je ne comprends pas, donc j'approfondis de plus en plus et en 2010 je tombe sur une histoire très intéressante sur la façon dont le gouvernement israélien et l'armée israélienne vendaient un nouveau type de grenade à gaz lacrymogène à la police et au gouvernement des habitants de Singapour. Ils vendent des grenades de gaz pour combattre leurs propres manifestants dans leur pays. Et pendant ce temps je regarde et je me dis "Israël vend des grenades de gaz lacrymogène ?!"

Je vais voir sur le site du ministère de la sécurité d'Israël et je découvre que ce qu'ils disent : est qu'"Israël vient juste de conclure un accord avec le gouvernement de Singapour pour vendre les meilleures cartouches de gaz lacrymogène jamais fabriquées et testées par l'armée israélienne". Et plusieurs lignes plus loin il est mentionné que ces cartouches s'étaient avérées "les plus meurtrières jamais produites" (Note 6).

Et je repars et me dis, "Attends...Testé des grenades lacrymogène ? Qui accepterait de subir des tests … ?" Et alors je comprends. Ils testent les armes tous les jours. Pas dans des laboratoires, mais sur le terrain. Ils essaient leurs armes... moi-même je faisais des essais de leurs armes à Bil'in, à Ni'lin, à Hebron, dans Jérusalem-Est (et dans d'autres communautés palestiniennes), nous testons les armes tous les jours et ensuite nous les vendons à l'étranger.

Et j'avais du mal à croire ce que j'avais sous les yeux, donc je continue de chercher et j'ai réalisé ensuite...vous vous souvenez de ces gars, les jeunes qui jetaient des pierres au début des manifestations ? Ce n'étaient pas des Palestiniens. C'était en fait une unité secrète de l'armée d’Israël, des gars comme moi, des juifs arabes, déguisés en palestiniens qui déclenchaient des émeutes  dans ces villages, pour que l'armée israélienne ait une bonne excuse pour commencer à "nettoyer" l'endroit et tester les armes !

Et plus j'avance et plus j'ai du mal à réaliser, est-ce que c'est pour de vrai, depuis combien de temps ça dure, quelle somme d'argent nous gagnons ? Je creuse de plus en plus et alors je trouve. Depuis 30 à 40 ans – et la liste est vraiment très, très partielle – c'est une liste des dictatures et des régimes avec lesquels le gouvernement israélien, l'armée israélienne fait du commerce d'armes. Leur vend du savoir-faire, de la technologie ou entraîner leurs soldats dans ces pays. Ces quarante dernières années nous avons été impliqués dans les pires dictatures et régimes du monde. Et nous faisons un carton avec ça. Littéralement. Nous gagnons tellement d'argent avec ce commerce. Et alors j'ai compris.

Ce n'est pas une occupation. C'est un laboratoire. Parfois en tant que soldat j'allais distribuer du poison aux Palestiniens. Parfois en tant que manifestant je m’enfuyais avec les palestiniens et j'étais un rat de laboratoire. Mais pendant tout ce temps, nous testions des armes et les vendions à l'extérieur. C'est la base de tout. Ce n'est pas une religion, ce n'est pas un pays, c'est beaucoup, beaucoup d'argent, et je comprends que je me trouve au mauvais endroit.

Et je quitte Jérusalem pour aller à New York, c'est un gros changement. Et pendant les trois dernières années à New York je cherche un lien entre notre armée et la vôtre. Notre gouvernement et votre gouvernement. Et tout l'argent qui coule entre les deux."

Il continue en évoquant une conversation avec un officier de police du Maryland qui lui a ajouté une autre perspective. Quand Eran a dit qu'il venait d’Israël, l'officier de police a répondu :

"Oh, vous les mecs, vous êtes trop forts, vous savez comment réduire au silence les opposants, vous savez comment vous y prendre, personne ne vous désobéit, vous êtes les meilleurs !"

Et je réponds :

"Je pense que vous ne connaissez pas grand-chose de l'armée israélienne, donc, vous savez, laissez tomber..."
Il dit, "Oh non non, je viens juste de rentrer de là-bas".
Je dis "Ah bon ? Comme touriste ?"
Il répond, "Non, avec la police du Maryland, nous venons de rentrer d'une formation avec votre armée et votre police."
Je dis, "Quoi ?"
Il dit, "Vous savez, toute la police chez nous aux US va passer quelques semaines en Israël pour s'entraîner avec votre armée et votre police".

(…) avant de sortir du véhicule de l'officier de police, je lui demande, "Connaîtriez-vous Shlomo Efrati par hasard ? Mon père, le chef des investigations à la police de Jérusalem ?"

Et le gars sort son téléphone portable et fait défiler ses photos et il trouve une photo de mon père, en pleine nuit, dans l'état de Washington et je suis soufflé, je sors de la voiture et j'appelle mon père à Jérusalem et je lui dis, "Papa, c'est quoi ce b***el ?!" Et mon père me répond, "Oh allons Eran, ne sois pas naïf ! Tu sais bien que la police de New York a un bureau à Tel Aviv, d'accord ? Tu sais que nous avons un bureau à New York, d'accord ? Allons, nous travaillons ensemble pour te protéger".

Et alors je comprends. Ce n'était pas la première fois, mais c'est là qu’une page s’est tournée pour moi. Depuis des années, on fait ce genre de conférences, des genres de conférences très différentes,  et on parle ici aux US aux communautés en disant aux gens que tout ce qu'ils ont à faire est de prendre soin de leur communauté et que tout se passera bien.

Chacun de nous prendra soin de sa communauté, mais il faut que vous sachiez que ce qui se passe en Palestine, c'est une crise humanitaire. Et je me déplace ici et là et je leur dis que j'ai appris que quelque chose se prépare. Nous tous voulons nous trouver au bon endroit au bon moment quand l'histoire frappe à la porte. Et l'histoire frappe à la porte en ce moment. Elle frappe très fort en Palestine et il ne vous reste qu'à être du bon côté dans cette question humanitaire. Mais si vous vous désintéressez des Palestiniens après cette conférence, peu m'importe. Et si vous vous désintéressez de nous Israéliens qui demandons votre aide pour stopper le régime d'apartheid en Israël, ça me va bien aussi.

Mais il faut que vous le sachiez, les gars : vous êtes les prochains en ligne de mire. Les prochains qui mourront d'une grenade lacrymogène aussi bien à Denver, qu'à Oakland, ou San Francisco...

Cela se passe déjà comme ça ici. Ça arrive à des gens différents, aux gens de couleur (Note 7), aux immigrants, ça arrive déjà, vous êtes les prochaines cibles. Le prochain à mourir de brutalité policière sera l'un de vos fils ou l'une de vos filles, pendant une manifestation. Parce qu'ils s'entraînent mutuellement. Votre police s’entraîne avec notre armée.

Notre armée les forme pour savoir comment s'occuper de "l'ennemi". Parce que les Palestiniens sont notre "ennemi". Mais quand ils rentrent, c'est vous, leur ennemi. Pendant tout ce temps, quand nous nous occupons de notre communauté – je prenais soin de la mienne, et vous avez essayé de prendre soin de la vôtre – ils (le gouvernement, la police) s'organisent entre eux, au niveau mondial, pour nous opprimer. Nous devons commencer à nous organiser au niveau mondial pour leur résister. Et cela commence en ce moment en Palestine. En stoppant l'entraînement là-bas, nous le stopperons ici. C'est pourquoi j'ai rejoint en 2005 Civil Society Call (Note 8) pour les Palestiniens, pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions à l’encontre de l'état d’Israël, en démarrant à la source. De manière pacifique. En supprimant l'argent de l'équation. Combien de vies pouvons-nous sauver ?"

(fin de l'extrait de la vidéo)

"Il me paraît clair que nous avons besoin de l'aide de gens comme vous pour mettre fin à cette occupation," a conclu Eran pour nous. "J'ai besoin de votre aide. Je vous demande de rejoindre l'appel du BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions)."

À ce jour, la grand-mère d'Eran reste le seul membre de sa famille à lui adresser la parole. Au début quand il lui a relaté ses expériences quand il était engagé dans l'IDF, elle ne le croyait pas. Mais au fil des découvertes, disait-il, sa grand-mère en est venue à dire, "ce n'est pas ce sionisme-là que je veux".

Pendant la séance de questions-réponses, Eran a répondu à une question que j'avais posée sur la manière dont les sionistes et leurs adeptes des campus américains prétendent que le BDS est une offense pour eux en tant que juifs, en tant qu'Israéliens ou en tant qu'alliés d’Israël. J'ai noté que ces gens invoquent fréquemment une culpabilité de l'holocauste et une peur des autres qui seraient antisémites, comme moyen d’intimider ceux qui discutent de justice en Palestine.

"Le mouvement sioniste n'a pas envahi que la Palestine," disait Eran. "Il a tué mes traditions de juif non-européen (Note 9). Le sionisme ne représente pas la majorité des gens qui vivent sur ce territoire entre fleuve et océan".

Eran faisait remarquer que sa famille venait d'Irak et du Maroc et que les juifs mizrahim sionistes se déguisaient en arabes et bombardaient les synagogues pour inciter à une émigration juive vers la Palestine historique.

Pendant son emprisonnement pour avoir définitivement refusé de servir dans l'IDF, Maya Wind a dit qu'elle a eu le temps de se poser des questions. Pourquoi était-elle à peu près la seule juive ashkénaze (européenne) en détention ? Pourquoi le gouvernement israélien et la direction de l'armée étaient-ils composés presque exclusivement de juifs ashkénazes et non de juifs séfarades (orientaux) ? Pourquoi les juifs d’Israël vivaient-ils au Moyen-Orient s'ils avaient choisi de vivre séparés des arabes et des musulmans ?

Sur la cheville ouvrière de l'économie israélienne, Wind nota que son industrie d'armement était la quatrième plus puissante du monde, générant 7 milliards de dollars annuels dans les exportations. De plus, l'élite militaire israélienne prend sa retraite à un âge relativement jeune et prétend à des salaires exorbitants pour assurer l'entraînement d'armées au Nigeria, en Birmanie, en Roumanie, en Colombie, en Afrique du sud, en Éthiopie, au Panama, dans la république démocratique du Congo, en Argentine et en Chine.

Efrati a été témoin de l'opération Cast Lead [Plomb Durci] effectuée par Israël [guerre de Gaza] entre le 27 décembre 2008 et le 18 janvier 2009. "Pendant une semaine, ils ont fait pleuvoir des bombes sur les centres civils de Gaza avant de pénétrer". Ils y ont essayé leurs bombes au phosphore, leurs gaz lacrymogènes meurtriers et d'autres armes expérimentales. Ce n'est pas une occupation – c'est un laboratoire."

******************

Liens des différents articles compilés :

http://www.wrmea.org/2014-june-july/southern-california-chronicle-gaza-a-laboratory-for-israeli-weapons-development-israeli-activists-charge.html

http://postcardsfrompalestine.com/post/58462263860/nothing-in-life-is-free-former-israeli-soldier-speaks

http://cassiopaea.org/forum/index.php/topic,35542.msg510745.html#msg510745

 
Note 1: "J'ai compris très jeune qu'il y avait quelque chose de très mauvais dans la guerre. J'ai grandi en sachant que quelque chose de si terrible était arrivé que la prochaine fois qu'une pareille chose arriverait... je serais présent au bon moment au bon endroit".

Note 2 : La lettre, écrite par sa grand-mère, disait à Eran : "Eran, tu es un enfant très sensible, c’est vrai que tu dois savoir ce qui s’est passé pendant l’holocauste, mais ne le prends pas tant à cœur, je ne veux pas que tu te sentes responsable, je suis inquiète pour toi."

Note 3 : " Nous brisons le silence que la censure nous autorise à briser ".

Note 4 : L’administration donne des autorisations destinées aux Palestiniens à Médecins sans Frontières, mais l’armée empêche les volontaires de MSF de passer dans les territoires occupés pour les délivrer aux malades. Pendant cette période, sa mère se meurt d’un cancer à Jérusalem et il voit les femmes palestiniennes mourir de cancer.

Note 5 : À la publication du livret, il s’aperçoit que tous les témoignages qu’il a recueillis ont des parties essentielles manquantes : ils ont été caviardés par la censure de l’armée israélienne. De même auparavant, lorsque le journal Haaretz, " le plus à gauche"» d’Israël, avait vérifié ses récits et lui avait promis un article en couverture, aucun article n’était paru, et il avait obtenu la même réponse : la censure avait supprimé l’article.

Note 6 : Les paroles d’Eran dans la vidéo.

Note 7 : Ferguson récemment.

Note 8 : Civil society's global Boycott, Divestment and Sanctions (BDS) - Campagne mondiale de la société civile pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions.


Note 9 : Le grand-père d’Eran, dont la langue était l’arabe comme tous les juifs palestiniens, a été forcé d’adopter l’hébreu.

Un grand merci à Brigitte...


lundi 15 septembre 2014

L'urgence de ralentir

Documentaire ARTE


Aux quatre coins de la planète des citoyens refusent de se soumettre aux diktats de l'urgence et de l’immédiateté, pour redonner sens au temps. En Europe, aux États-Unis, en Amérique Latine ou encore en Inde, Philippe Borrel est allé à la découverte d'initiatives, individuelles et collectives, qui proposent des alternatives basées sur d’autres paradigmes.


dimanche 14 septembre 2014

Questions autour de l'épidémie d'Ebola


Jim Stone, le journaliste freelance qui n'a peur de rien et dénonce divers scandales, a décidé de se consacrer à cette histoire d'Ebola et de faire la lumière sur les dessous de  cette affaire.

 

Pourquoi aucune photo de l'Ebola


Traduit par Hélios


Une sérieuse question me turlupine concernant cette actuelle épidémie – pourquoi aucune photo d'Ebola classique ? Si cette épidémie est réelle et qu'on parle vraiment d'Ebola, elle est si radicalement différente de son type primitif que ce n'est effectivement pas du tout le même virus. Il est clair que ce que nous voyons dans cette épidémie n'est pas l'Ebola habituel.

Faites une recherche datée sur Google pour l'épidémie d'Ebola. Demandez-lui de ne remonter que des photos du mois précédent ou à peu près. Vous découvrirez qu'il n'y a pas une seule photo d'Ebola pour cette épidémie actuelle, toutes les photos du vrai Ebola proviennent des épidémies passées. C'est vraiment suffisant pour me faire penser que soit il n'y aurait peut-être pas d'épidémie, ou que s'il y en a bien une, ce n'est pas l'Ebola normal comme dans le passé. Si les gens meurent (le dernier chiffre est de 2400), ce n'est pas l'Ebola classique qui est en cause. En tout cas, le taux de mortalité montre aujourd'hui une courbe exponentielle selon l'OMS, s'ils ne racontent pas d'histoires.

À la lumière de cette absence de photos de cette épidémie, j'aimerais que les gens réfléchissent à ce qui suit.


samedi 13 septembre 2014

Terre des ours

Kamtchatka. Cette terre à l’état sauvage située en Extrême-Orient russe est le royaume des ours bruns. Au fil des saisons, chacun a ses préoccupations : la mère doit nourrir et protéger ses oursons qui veulent explorer le monde avec l'insouciance de leur jeunesse. Un ours tout juste sorti de l’enfance doit trouver sa place dans le monde adulte et gagner son autonomie. Enfin, le mâle doit constamment défendre son territoire et imposer sa force…
Bienvenue sur la Terre des Ours.

Durée : 82 mn

http://streamtux.net/terre-ours-film-streaming-vf 


(Rappel : Pour regarder un film sur streamtux.net vous devez cliquer sur « Close ad and continue as free user » et cliquer une deuxième fois sur « Close ad / ferme publicite » et attendre le chargement du film) 

vendredi 12 septembre 2014

Photos du web

Une autre série de photos avec quelques explications pour certaines.


9 ans en photos

Cages pour que les bébés en appartement prennent l'air et le soleil, Californie, 1937
 
La sorcière rouge reconnaîtra ce charmant couple d'amis ;-)


jeudi 11 septembre 2014

Vaccins : sale temps pour les menteurs



Éditorial du n° 37 de la revue Néosanté (septembre 2014) par Yves Rasir



Vaccins : sale temps pour les menteurs


Promouvoir la « nouvelle médecine du sens » et la compréhension biologique des maladies, mais aussi mettre en lumière les erreurs et les errements de la médecine classique dominante : tels sont les deux objectifs principaux et complémentaires que nous poursuivons depuis la création de la revue Néosanté. Concernant ce deuxième but – mettre le doigt sur les failles du modèle médical allopathique -, nous attachons une importance particulière à la dénonciation de la vaccination comme pratique dangereuse, inutile et faussement efficace. Sur ce sujet, la ligne éditoriale de Néosanté est bien plus radicale que celles des autres journaux de santé naturelle, lesquels se contentent souvent d’appeler au libre choix des parents et se bornent à manifester une timide inquiétude quant à la lourdeur du calendrier vaccinal infligé aux enfants. Pour nous, une vaccination imposée ou facultative est déjà une vaccination de trop. Nous appelons à l’abandon pur et simple de cette pratique médicale que nous qualifions volontiers d’obscurantiste, c’est-à-dire fondée sur des croyances et non sur des connaissances validées par la science. La vaccinologie est une idéologie, voire une religion, dont les dogmes ne résistent ni au bon sens ni à l’examen des faits. Exemple : il est totalement faux d’affirmer que les vaccins ont permis d’éradiquer des maladies et que leur apparition fût une avancée sanitaire décisive. Ce mythe est brillamment déconstruit dans un ouvrage paru l’année dernière aux Etats-Unis, Dissolving Illusions, ainsi que dans un nouveau livre du biologiste français Michel Georget. Ces deux bouquins démystifiants et décapants pour les idées reçues forment l’ossature du dossier que nous publions ce mois-ci et que nous avons intitulé « Vaccins : la grande (dés)illusion ».

Ce que nous n’avions pas prévu, c’est que l’actualité allait déverser des tonnes d’eaux dans la roue de notre moulin. Il y a d’abord cette bombe qui vient d’éclater aux USA et dont nos médias n’ont pas encore mesuré la puissance de déflagration : Le Dr William Thompson, un éminent chercheur du CDC (Centres de Contrôle et de Prévention des maladies), vient d’avouer que cet organisme officiel avait dissimulé les données originales d’une étude montrant que le vaccin ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole) augmentait le risque d’autisme chez les enfants afro-américains. Et pas un peu, puisque l’augmentation du risque est évaluée à 340 % ! Cette déclaration tonitruante a été relayée par CNN et n’est pas passée inaperçue puisque des centaines de parents d’enfants autistes se sont déjà mobilisés pour exprimer leur indignation et réclamer justice. Il serait franchement étonnant que cet énorme scandale ne franchisse pas l’Atlantique puisque le vaccin ROR est massivement injecté aux enfants européens et que la prévalence des troubles autistiques a également augmenté chez nous depuis son introduction. Les faits sont en train de donner raison à David Wakefield, ce chercheur britannique qui avait lancé l’alerte et dont les travaux ont été injustement discrédités (voir « le vrai visage d’Andrew Wakefield », Néosanté N° 9 ). Si vous voulez suivre cette affaire, je vous suggère encore une fois de surfer sur le blog de l’association belge Initiative Citoyenne, dont les animateurs bénévoles traduisent et commentent toutes les infos non répercutées par les journaux et les télés. Et voici un lien vers le communiqué de presse publié hier par Initiative Citoyenne : il fait référence à la situation en Belgique mais il pose les bonnes questions sur les conséquences sanitaire de cette fraude scientifique : combien de milliers de victimes en France et ailleurs ?

Tandis que les mamans d’enfants autistes font du ramdam chez l’Oncle Sam, ce sont des mères d’adolescentes qui crient leur colère en Colombie : dans ce pays, des centaines de jeunes filles ont été frappées par un syndrome mystérieux à la suite de la vaccination contre le cancer du col de l’utérus. Les symptômes allaient des maux de tête à l’évanouissement en passant par un engourdissement anormal des extrémités. Plus de 200 victimes ont dû être hospitalisées dans la seule ville d’El Carmen de Bolivar. Toutes ces filles avaient, dans les jours et les semaines qui ont précédé leurs troubles, été vaccinées avec le vaccin Gardasil contre le HPV. Un lien de cause à effet ? Bien sûr que non, rassurent les autorités. Elles ont maintenu la campagne de vaccination dans la région et insinué qu’il s’agissait probablement d’un phénomène d’hystérie collective. À propos de ce vaccin controversé, je vous rappelle la parution d’une enquête de Pryska Ducoeurjoly dans le Néosanté n° 32 de mars 2014. Ce n’est pas pour rien que nous avions qualifié cette vaccination de nouvelle « bombe sanitaire » en sous-titrant que « les jeunes filles sont des cobayes » d’une expérimentation à grande échelle. Depuis la publication de ce dossier, la députée européenne Michèle Rivasi a encore fait du bon boulot en organisant une rencontre-débat le 23 juin au parlement européen et en mettant en valeur le travail critique effectué par le Dr Philippe de Chazourne et son association Medocean. De son côté, le Dr Marc Girard a publié le 6 juillet sur son site une excellente mise au point sur le Gardasil. Je vous invite chaleureusement à lire cet article très informatif, nuancé et étayé par de nombreuses précisions scientifiques. Mais je ne résiste pas à l’envie d’en reproduire ici la conclusion: « Avec l’autorité objective que me confère l’âge associé au précédent d’avoir été le premier à suspecter l’escroquerie de la « pandémie » porcine (…), je le dis solennellement :
1) aux jeunes parents : ne laissez pas menacer la santé de vos enfants par un vaccin dont l’évaluation a été aussi lamentable ;
2) aux jeunes femmes : préservez votre précieux corps de ce produit multidéfectueux, et fermez vos oreilles à une propagande graveleuse dont les scandaleux excès auraient déjà dû être sanctionnés depuis longtemps. »

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le spécialiste en pharmacovigilance affiche clairement sa défiance envers le vaccin HPV et envers ses promoteurs « graveleux ».

Comme si ça ne suffisait pas, l’actualité est venue aussi porter atteinte à la vache sacrée de la vaccinologie, à savoir l’inattaquable vaccin anti-polio. D’abord, il y a ce fait divers assez incroyable : en Belgique, le 2 septembre dernier, le laboratoire GSK a déversé dans une rivière 45 litres d’un liquide contaminé par le virus de la poliomyélite ! C’est une erreur humaine finalement sans conséquences pour la santé des riverains, mais ça en dit long sur les dangers des manipulations opérées chaque jour dans l’industrie du vaccin. Ensuite, il y a surtout cette étude qui fait du bruit et a même fait l’objet de plusieurs articles de presse : des chercheurs ont mis en lumière que dans 29% des cas étudiés en République Démocratique du Congo suite à l’épidémie meurtrière de 2010, des personnes pourtant vaccinées contre polio n’avaient pas produit assez d’anticorps pour combattre l’infection. Le vaccin antipolio n’a donc conféré quasiment aucune protection contre une souche mutante du virus, a précisé le virologue Christian Drosten, de l’Université de Bonn, principal auteur de cette étude. Autrement dit, il s’avère que la stratégie vaccinale mène à l’échec et que la redoutable maladie pourrait bien flamber de plus belle dans les prochaines décennies. Comment l’éviter ? Les menteurs d’hier nous resservent le même mensonge éculé : en maintenant la vaccination de masse et en développant rapidement de nouveaux vaccins pour écraser la résistance virale. La vérité, c’est que cette guerre est perdue d’avance et que les vaccins n’ont jamais permis d’éradiquer les fléaux qu’ils sont censés combattre. Vous pouvez compter sur Néosanté pour continuer à propager cette évidence que la religion pasteurienne continue à vous cacher.

Yves Rasir








mercredi 10 septembre 2014

Comment être heureux quand il y a tant de souffrance dans le monde


Dave Markowitz est ce qu'on appelle un "empathe". Un empathe est une personne qui peut vivre les pensées, les émotions, l'énergie et les expériences directes des autres. 

Dialogue entre un empathe et un sage.

 

Comment être heureux quand il y a tant de souffrance dans le monde



Septembre 2014
Traduit par Hélios

Il n'y a pas très longtemps, j'ai demandé à Carl, un vieil homme sage, "Comment pourrais-je être heureux quand il y a tant de souffrance dans le monde ?"

Il réfléchit pendant un bref instant et répondit à ma question par une autre question, "Tu es donc en train de me dire que tant qu'il y a de la souffrance, tu ne mérites pas d'être heureux ?"

"Eh bien, je pourrais être heureux si je me contentais de rester dans ma petite bulle, mais sachant que nous nous entre-tuons et assassinons notre planète... Je veux dire, regarde ce qui se passe au Moyen-Orient !"

Carl répondit alors, "Donc tant que la paix n'existera pas dans une région marquée par des milliers d'années de guerre, tu ne pourras jouir de la vie ?"

"Aïe ! Bon, ne devrais-je pas y faire QUELQUE CHOSE !??!?!?" répondis-je. "Que PUIS-je faire ?"

"Tu peux te focaliser sur ta mission".

"Hein ?" demandai-je.

Il fit une pause et me demanda, "Ne penses-tu pas qu'il y a quelqu'un de mieux qualifié que toi pour créer la paix au Moyen-Orient ? Quelqu'un de formé aux résolutions de conflit, peut-être ? Ou un résident parfaitement initié à toutes les cultures et religions en guerre, ce qui n'est pas ton cas ?"

"Bon, ouais, je le suppose."

"Et dont ce serait la mission, d'accord ? Voudrais-tu que ce pacificateur fasse ta mission ?"

"Plus on est, mieux c'est !" répliquai-je.

Carl sourit et reprit, "Bien, c'est peut-être vrai, mais chaque âme a sa propre mission personnelle. Les pacificateurs ont leur mission, et ceux qui souffrent ont leur mission, aussi."


mardi 9 septembre 2014

"Merci pour ce moment" ou des libraires au bord de la crise de nerfs (humour)

Avec la folie qui semble s'être emparée des français (et peut-être bientôt des anglo-saxons, le livre est en cours de traduction), pour le "sale" livre de Valérie Trierweiler, les libraires sont excédés. 

Ils l'ont signalé, avec humour pour certains, dans leurs vitrines :





Photos trouvées chez Résistance Inventerre.

lundi 8 septembre 2014

Ultraman : nouvelles de Fukushima au 7 septembre


Enlèvement des débris de la piscine du réacteur 3 : une grue a laissé tomber le pupitre d'une machine de manipulation du combustible dans la piscine


Ou plutôt, des ouvriers employés par l'entreprise Kajima, en manipulant la grue à distance à l'aide de caméras, ont fait tomber le pupitre dans la piscine du réacteur 3.

TEPCO a démarré l'enlèvement des débris de la piscine du réacteur 3 en décembre 2013 et l'enlèvement de la machine à manipuler le combustible a commencé en mai 2014.



J'espère que d'autres caméras sont à la disposition des ouvriers pour mieux contrôler la grue et les moyens de fixation gênants qui servent à découper et saisir les débris.

Les assemblages de combustible de la piscine sont maintenant recouverts de plaques qui les protègent des chutes de débris accidentelles. TEPCO dit qu'il n'y a eu aucun changement observé dans la surveillance des radiations.



L'enlèvement de la machine à manipuler le combustible, qui pèse environ 35 tonnes, a clairement pris du retard. Selon la mise à jour de la feuille de route, il était programmé pour se terminer fin juin.



La ministre de l'économie, âgée de 40 ans, déclare "L'eau contaminée est sous contrôle", et "l'effet des matériaux radioactifs est totalement bloqué" à la centrale de Fukushima

répétant consciencieusement ce que dit son patron, le premier ministre Shinzo Abe.

Avec le récent remaniement du gouvernement fait par le PM Shinzo Abe, Mme Yuko Obuchi est devenue ministre de l'un des plus puissants ministères du Japon, celui de l'économie, du commerce et de l'industrie, à l'âge tout à fait extravagant de 40 ans (pour la politique au Japon). C'est la fille de de l'ancien PM Keizo Obuchi qui est mort en 2000. Juste après sa mort, Mme Obuchi a "hérité" de la circonscription de son père et a été élue à la Chambre Basse à l'âge de 26 ans.



Jusqu'à présent, elle a déjà plaidé pour le redémarrage des centrales nucléaires du Japon en faisant de la sécurité sa priorité. Elle a visité la centrale de Fukushima le 7 septembre et nous a donné son avis d'expert sur la situation.

D'après Reuters Japan (7 septembre 2014) :


La ministre de l'économie dit que l'eau contaminée de la centrale de Fukushima "est sous contrôle"

La ministre de l'économie, Yuko Obuchi, a visité la centrale de Fukushima pour la première fois depuis sa nomination. Elle a parlé aux journalistes après la visite et a répondu à la question concernant le problème du contrôle de l'eau contaminée. Elle a dit, "Dans l'ensemble, je pense que la situation est contrôlée".

La ministre Obuchi a dit "que des incidents ponctuels continuent de se produire, mais en regardant les résultats de la surveillance, l'effet des matériaux radioactifs dans le port de la centrale est complètement bloqué."

L'effet des matériaux radioactifs est bloqué, mais pas les matériaux radioactifs eux-mêmes. Si vous voyez ce que cela veut dire.
Le taux d'approbation de l'administration Abe a grimpé de 10 points après le remaniement du gouvernement. Les raisons visibles sont justifiées par le nombre de femmes ministres, dont Mme Obuchi, comme si c'était une bonne chose.

Je pense qu'elle est là (avec les autres femmes ministres) pour booster la popularité du gouvernement Abe en préparation d'une prochaine élection surprise.