Bistro Bar Blog

mardi 29 juillet 2014

Ne pleure pas, ma chérie !


Une petite histoire qui fait du bien. En pleine guerre du Pacifique, un Marine montre son humanité.


Ne pleure pas, ma chérie !



Traduction par Hélios pour le BBB.

Une chose que les Marines américains ont appris en partant reconquérir les îles du Pacifique sud, c'est que les japonais se sont révélé experts en creusement de tunnels souterrains communicants. On les retrouvait devant soi prêts à attaquer et soudain ils étaient sur votre flanc ou derrière vous. C'est ce que nous avions prioritairement en tête en débarquant sur les plages d'Okinawa pour ce qui allait être la dernière grande bataille de la guerre du Pacifique. En avançant dans les terres, certains d'entre nous restaient en arrière pour repérer des ouvertures de grottes suffisamment larges pour cacher des soldats ennemis. Si nous en découvrions une, la procédure était de placer deux tireurs pour couvrir l'entrée et mon copain Frank Enser et moi-même irions nous positionner de chaque côté de l'ouverture. Frank tiendrait une grenade et moi j’appellerais, sachant que des civils d'Okinawa pouvaient utiliser la grotte comme abri. Je lancerais un appel d'une voix modifiée, "Très bien, sortez, nous ne vous ferons pas de mal, allez-y !" Puis Frank compterait jusqu'à dix et si on n'entendait aucun mouvement, il lancerait la grenade à l'intérieur pour condamner l'ouverture.

Pendant notre avancée, nous sommes tombés sur un large espace destiné à servir de camp pour les citoyens réfugiés d'Okinawa. Il y avait déjà un bon nombre d'hommes et de femmes dans le camp et je fus frappé par le fait que c'étaient les femmes qui maniaient pioches et pelles pour préparer le terrain pour planter des tentes alors que les hommes étaient assis et jouaient aux cartes.

lundi 28 juillet 2014

Fukushima : l'eau pour le futur barrage de glace ne veut pas geler

Retour d'Ultraman après 21 jours sans articles. Les choses ne s'arrangent pas.


Centrale de Fukushima : TEPCO défie les lois de la physique en prétendant que l'eau gèle à 5°C pendant que les ouvriers déversent de la glace dans la tranchée du bâtiment de turbine du réacteur 2


TEPCO dit qu'en déversant de la glace et de la "glace sèche" (dioxyde de carbone ou neige carbonique) ils peuvent abaisser la température de l'eau contaminée de la tranchée à environ 5 degrés Celsius, et qu'ils pourront ensuite créer un barrage continu de glace.
Je pensais jusqu'ici que l'eau gelait à zéro degré Celsius. Comme le monde entier redevient apparemment fou en ce mois de juillet, il est possible que TEPCO ait raison en disant que l'eau gèle à 5°.

D'après des photos et vidéos de TEPCO du 24 juillet 2014 :

Le 24 juillet 2014, TEPCO a démarré une expérience, déverser de la glace dans la tranchée du bâtiment de turbine du réacteur 2, pour tenter de geler l'eau fortement contaminée qui refusait de geler malgré trois mois d'efforts. Les ouvriers n'ont déversé que 2 tonnes de glace, ou 4 sacs de 500 kg chacun.



Les ouvriers semblent porter des gilets spéciaux, probablement pour parer aux radiations ambiantes. L'endroit du déversement se trouve du côté océan (à l'est) du bâtiment de turbine, où, selon la dernière carte de surveillance faite par TEPCO le 8 juillet (que j'ai eu beaucoup de mal à trouver sur le site mis à jour de TEPCO), le taux de radiations semble être d'environ 0,20 millisievert (ou 200 microsieverts) par heure. Selon TEPCO, les ouvriers ont passé deux heures et demies à verser les 2 tonnes de glace avec des pelles.
Les emplacements des tranchées remplies d'eau fortement contaminée (depuis très probablement avril/mai 2011) et ceux représentés par des carrés bleus où TEPCO veut créer un barrage de glace pour qu'aucune eau des bâtiments de turbine ne pénètre dans les tranchées, d'après sa présentation à l'Autorité de Régulation Nucléaire du 7 juillet, quand TEPCO a révélé qu'après trois mois de tentatives, l'eau n'était toujours pas gelée (j'ai ajouté les titres en anglais) :

Une partie de la carte de surveillance de TEPCO (8 juillet) montrant les niveaux de radiations ambiants, avec "Puits A" marqué (par moi) avec un carré rouge :





Pourquoi donc l'eau ne gèle-t-elle pas ? Selon les explications tortueuses de TEPCO à l'ARN le 7 juillet, c'est à cause de la fluctuation des niveaux d'eau dans le bâtiment de turbine qui crée un courant en passant par les espaces créés par les tuyaux qui traversent les parois du bâtiment de turbine. Le courant était assez puissant pour perturber le processus de congélation, ce que TEPCO n'avait pas anticipé sur la maquette.
Je me souviens qu'en janvier, je crois, il y avait eu une réunion avec l'ARN pendant laquelle TEPCO et les commissaires de l'ARN avaient discuté de ces barrages de glace. Le commissaire Fuketa avait remis ouvertement en question l'efficacité de ce plan, demandant à TEPCO pourquoi ils programmaient de créer un barrage juste à l'extérieur du bâtiment de turbine où passent de nombreux tuyaux dans un espace étroit, comme vous pouvez le voir ci-dessous dans la présentation simplifiée de TEPCO pour l'ARN du 7 juillet :

Le rectangle rouge juste à l'extérieur du bâtiment de turbine est le barrage de glace qui doit être fait. Le tuyau en mauve qui descend vers le rectangle rouge est l'endroit où les ouvriers ont déversé de la glace.




Le commissaire Fuketa a aussi exprimé des doutes concernant la prise de l'eau en glace. Je pense qu'il a même demandé ce qu'était le "plan B" de TEPCO, au cas où ça ne gèlerait pas. La réponse de TEPCO était que cela allait geler. (en regardant ce futile échange en direct, je n'arrêtais pas de penser, "Pourquoi ne peuvent-ils pas juste verser du béton ?")
Bon, l'eau n'a pas gelé. Loin de là. Les mesures de TEPCO montrent que la température d'une partie de l'eau qui aurait dû geler est de 15°C, après 3 mois de refroidissement.

Donc verser de la glace et de la neige carbonique est le "plan B" de TEPCO. Et demandez au dieu de la physique de fermer les yeux et de faire geler de l'eau à 5°C au niveau de la mer.

Ahhh les bons vieux (mauvais) jours sont de retour... du temps où TEPCO utilisait des couches de polymère, de la sciure, des journaux déchiquetés pour tenter de stopper l'eau contaminée de la même installation de tranchées d'aller se déverser dans le port de la centrale.

On a l'impression que c'était juste hier.

(MISE À JOUR) Selon un tweeter qui suit au jour le jour TEPCO et les conférences de presse de l'ARN, TEPCO a versé de la glace et de la neige carbonique, pensant que la glace flotterait, refroidissant la surface de l'eau et que la neige carbonique coulerait, en refroidissant le fond de l'eau.
Eh bien, ils ont besoin d'un plan C. les morceaux de glace sèche qu'ils ont versé étaient apparemment trop petits et ils ont tous flotté. L'eau n'est toujours pas gelée et TEPCO dit qu'ils sauront à la mi-août si l'opération a fonctionné.

Petits enfants et gros toutous

Une belle série de photos (j'aime particulièrement la deuxième) publiée par le site Bored Panda.

Allez voir les autres ICI







dimanche 27 juillet 2014

Le tombeau des lucioles

Film d'animation de 1996 de Isao Takahata.

Japon, été 1945. Après le bombardement de Kobé, Seita, un adolescent de quatorze ans et sa petite sœur de quatre ans, Setsuko, orphelins, vont s'installer chez leur tante à quelques dizaines de kilomètres de chez eux. Celle-ci leur fait comprendre qu'ils sont une gêne pour la famille et doivent mériter leur riz quotidien. Seita décide de partir avec sa petite sœur. Ils se réfugient dans un bunker désaffecté en pleine campagne et vivent des jours heureux illuminés par la présence de milliers de lucioles. Mais bientôt la nourriture commence cruellement à manquer.





Si la vidéo ne s'affiche pas (ce qui ne m'étonnerait pas), allez la voir ICI.

samedi 26 juillet 2014

Coup monté envers la Russie ? Vol de la Malaysian Airlines et opération Northwoods

Merci à Brigitte pour le lien et à Valérie pour sa participation à la traduction.


Coup monté envers la Russie ? Fabriquer un prétexte pour partir en guerre : vol MH-17 et "Opération Northwoods"




Global Research, 24 juillet 2014

Traduit par Hélios pour le BBB.

Pendant qu'à Gaza il est évident pour tous de voir qui sont les responsables du massacre, le cas des presque 300 victimes du crash du Malaysia Airlines MH 17 nous apporte plus de questions que de réponses.

En écrivant ceci mes pensées vont aux innocentes victimes de Gaza ainsi qu'à celles qui sont mortes dans l'événement surnommé "l'accident du MH-17" et à leurs familles.

Ces deux affaires dominent toute l'actualité.

Pendant qu'à Gaza l'identité des responsables du massacre est claire pour tout le monde, le cas des presque 300 victimes du crash du Malaysia Airlines MH 17 nous apporte plus de questions que de réponses.

En cherchant des réponses nous ne devons pas oublier une opération importante qui a été planifiée en 1962 par l'état-major de l'armée américaine, un complot pour fabriquer un "casus belli" (raison de faire la guerre) avec Cuba. Il s'appelait "Opération Northwoods".

Cette opération m'est venue à l'esprit avec le déclenchement de la guerre de propagande suite à la tragédie de l'avion dans l'est de l'Ukraine. Depuis l'époque de la création du document Northwoods par l'armée américaine dont la mise en œuvre a été rejetée par le président de l'époque, John F. Kennedy, les circonstances ont changé et je ne peux m'empêcher de me demander si l'accident du MH 17 n'est pas une répétition de l'opération Northwoods avec la technologie actuelle et à plus grande échelle. Cette fois non pour tenter un coup monté à Cuba mais en Russie.


vendredi 25 juillet 2014

La vie cachée des Kennedy (2/3)


Deuxième partie. Une troisième est prévue. La partie I est ICI.

J'ajoute aussi en fin d'article des liens vers d'autres photos de JFK. 

[Mes notes sont entre crochets]


La vie cachée des Kennedy. La dynastie décimée (partie II)


Vigilant Citizen, 21 juillet 2014

Traduit par Hélios pour le BBB.

John F. Kennedy a été un président emblématique qui a défini toute une époque. Bien qu'ayant été mis en place par son puissant père, il semblerait que JFK ait tenté de couper les liens qui transforment les présidents américains en marionnettes du gouvernement de l'ombre de ce pays. Nous allons examiner le côté caché de la présidence de JFK.




Dans la première partie de la série nous avons vu la montée au pouvoir des Kennedy. Il est conseillé de la lire d'abord (LIEN).

L'assassinat de John F. Kennedy constitua en fait un point tournant de l'histoire américaine. Le coup de feu qui atteignit Kennedy à la tête réveilla brutalement un innocent public américain qui entra alors dans une turbulente époque de métamorphose. Brusquement sorti de son paisible sommeil de l'après-guerre, du baby-boom des années 50, le public américain assista à un changement drastique après le traumatisme de la mort de JFK. Cette nouvelle ère n'était pas liée par hasard à la rapide émergence de la télévision et des médias de masse dans les foyers américains, qui devinrent un puissant moteur de changement.


JFK était la figure parfaite de cette nouvelle ère. Son charisme naturel et ses charmantes manières furent pleinement exploitées par les médias pour transformer cet homme politique en une célébrité adorée du pays tout entier. Les sentiments d'espoir et d'optimisme engendrés par JFK ne furent pourtant pas qu'une illusion. Des archives montrent qu'il tentait en fait d'apporter un changement significatif à son pays, en affrontant les plus puissantes organisations qui le contrôlent : la CIA, la Réserve Fédérale [la Fed] et les grandes compagnies pétrolières ["Big Oil"].

Examinons donc la présidence de JFK.


Un président pour une nouvelle ère médiatique

JFK fut le meilleur prototype de figure politique à évoluer dans l'ère des médias. Même avant de devenir président, JFK et son équipe adoptèrent pleinement le pouvoir de la télévision pour acquérir un large soutien. En 1960, Kennedy participa à un face-à-face avec Richard Nixon dans le premier débat télévisé de l'histoire américaine et son dénouement est aujourd'hui légendaire. Pendant que Nixon apparaissait pâle, maladif et nerveux, JFK engagea les services d'un studio de maquillage artistique pour acquérir l'éclatante bonne mine télévisuelle d'un homme en bonne santé.



Pendant le débat présidentiel de 1960, JFK affichait la calme présence d'une personnalité télévisée chevronnée alors que Nixon n'arrêtait pas d'essuyer la sueur sur son visage, ce qui le faisait apparaître comme le stéréotype du "méchant" qu'on voit dans les films.



Les sondages qui ont suivi le débat étaient tout à fait parlants : un petit nombre d'auditeurs de radio estimaient que Nixon serait le gagnant du débat, alors qu'à la TV, une écrasante majorité de spectateurs considéraient JFK comme le grand gagnant. Le débat fournit une profitable leçon à tous les futurs hommes politiques : à l'ère de la télévision, les politiques sont désormais dépendants de l'apparence, des impressions viscérales et des belles petites phrases lapidaires. Tout en regardant le débat des candidats dans leur salon, les gens pouvaient maintenant conclure : "J'aime cet homme" ou "Je n'ai pas confiance en cet homme" sans même écouter ce qu'il disait. L'issue du débat fut un facteur important pour conduire JFK à la victoire. Mais ce ne fut que le début de "l'ère Camelot", terme inspiré de la légende du roi Arthur pour définir la popularité de l'ère Kennedy.


jeudi 24 juillet 2014

Regards (photos)

Comme l'a écrit Georges Bernanos : "Ce que la voix peut cacher, le regard le livre".

Pour imager cette citation, voici 21 photos exprimant chacune un sentiment ou une émotion puissante condensés dans un regard. Un sous-titre accompagne chaque photo pour en situer le contexte.

Sources : ICI et ICI

Traduit par Hélios pour le BBB.

(Note : certaines photos peuvent à juste titre heurter la sensibilité)


LES YEUX DE L'ACCEPTATION
Photo extraite de l'album personnel d'un soldat de l'Einsatzgruppen. Au dos de la photo est écrit "Le dernier juif de Vinnitsa, la photo montre un membre de l'Einsatzgruppe D qui s'apprête à tuer un homme juif qui s'agenouille devant une fosse commune, Vinnitsa, Ukraine, 1941". La totalité des 28.000 juifs de Vinnitsa et de ses environs furent massacrés à cette époque-là.




LES YEUX DE L'AGONIE
Omeyra Sanchez (28 août 1972 - 16 novembre 1985) était une fillette de 13 ans qui mourut à Armero en Colombie par l'éruption du Nevado del Ruiz. Des débris du volcan mélangés à de la glace formèrent des lahars massifs (coulées de boue et de débris, glissements de terrain) qui se précipitèrent dans les lits des rivières au pied de la montagne et tuèrent presque 25.000 personnes et détruisirent Armero et 13 autres villages. Après qu'un lahar ait démoli sa maison, Omayra se retrouva immobilisée sous les débris de sa maison; elle resta prisonnière de l'eau pendant 3 jours. Sa détresse a été enregistrée pendant qu'elle passait du calme à l'agonie. Son courage et sa dignité ont ému les journalistes et les secouristes, qui ont fait de leur mieux pour la réconforter. Après 60 heures de combat, elle est morte, probablement d'hypothermie. Sa mort a mis l'accent sur l'échec des officiels à répondre rapidement à la menace du volcan et à s'occuper des victimes piégées malgré un manque de ressources et d'équipement.




LES YEUX DU BONHEUR


mercredi 23 juillet 2014

Le drapeau blanc flotte sur Manhattan

New York : Manhattan se rend-elle sans reddition ? :-) 
Les américains sont très chauvins et le drapeau "stars and stripes" leur est cher.

Une note d'humour en prime dans les commentaires de l'article.



Des drapeaux blancs apparaissent mystérieusement sur le pont de Brooklyn






The Daily Sheeple, 22 juillet 2014


Quelque chose d'étrange est en cours à New York ce matin...

Les deux drapeaux américains qui flottent habituellement au-dessus du pont de Brooklyn ont été remplacés par des drapeaux blancs.


De nouvelles révélations sur le 11 septembre


De nouvelles révélations sur le 11 septembre par le site américain très battant de Veterans Today. J'espère ne pas avoir trop cafouillé pour la traduction des termes techniques.


Le plus confidentiel du 11 septembre révélé


Poutrelle tordue








Veterans Today, 18 juillet 2014

par  Ian Greenhalgh et Don Fox

Traduction par Hélios pour le BBB.

Note des éditeurs : VT (Veterans Today) publie ce matériel dans l'espoir de répondre aux très sérieuses menaces de sécurité nationale dans notre pays, ce que nous exposons depuis des années. Le triste état de notre situation n'est pas nouveau pour les lecteurs de VT. 
 
Nous avons reçu un immense soutien pour nos efforts non seulement de la part de nos lecteurs réguliers mais aussi de la communauté de l'Intelligence elle-même inquiète de la perspective de certaines opérations du gouvernement US infiltrées et soumises au contrôle de ce que j’appellerai aujourd'hui le "gouvernement de l'ombre", encore quelque chose qui n'est pas nouveau pour nos lecteurs.

Nous ne passerons pas sous silence ce matériel parce que nous avons la réputation d'avoir le cran de publier ce que personne d'autre ne fera, ce qui est la raison pour laquelle les grands médias ne sonnent jamais à notre porte.

[Note d'Hélios, je n'ai pas traduit toute l'introduction à cet article, qui est destinée principalement au peuple américain bafoué dans son droit à savoir et victime de cette atrocité.]

Ce fut le Dr James Fetzer qui m'a introduit auprès de Veterans Today. Nous avons travaillé ensemble sur le 9/11 où mes connaissances en photographie et en analyse d'images ont aidé dans cette recherche.

Plusieurs équipes de VT ont travaillé sur le 9/11 et, à l'époque où je les ai rencontrés, tout a convergé vers la conclusion que le 9/11 était un événement nucléaire. Ils en sont aussi venus à la conclusion que les autres chercheurs, soit de complets amateurs ou des gens qualifiés mais avec un "intérêt personnel dans l'affaire", que ce soit par les théories en vogue conspirationnistes ou en ayant des livres à vendre, ont entravé tous les efforts de progression.

Pour d'autres, bien trop nombreux, la foule des "activistes" ce fut autre chose, quelque chose de nuisible, qui a travaillé clairement pour les responsables du 9/11. Beaucoup, si ce n'est la majorité de ces gens, manquent d'intelligence et ils ont été démasqués.

La réelle avancée est venue quand Veterans Today a pu accéder à des documents "empruntés" au Département de l'Énergie [DOE] et donnés au services secrets russes. Les russes, à leur tour, fâchés après les États-Unis pour le coup de l'Ukraine, ont cherché une source américaine pour publier ce matériel. Seul VT a été contacté.

mardi 22 juillet 2014

Les États-Unis à la recherche d'un « casus belli »

Un article de Richard Le Hir daté du 21 juillet. 
Merci à Brigitte pour le lien.

Les États n’ont aucun scrupule à sacrifier des vies civiles innocentes lorsque leurs intérêts ou leur sécurité sont en jeu 

Le Boeing de Malaysia Airlines abattu en Ukraine

 Depuis quelques jours, toute l’attention est tournée sur le Boeing 777 de Malaysia Airlines abattu dans le ciel de l'Ukraine orientale, à courte de distance de la Russie.

N’étant expert ni en aéronautique ni en armement, je me garderai bien d’entrer dans le bal des spéculations sur les circonstances matérielles de cette opération qui a fait 298 victimes civiles innocentes.

Il se trouve toutefois que mes expériences professionnelles m’ont amené à évoluer dans le domaine de l’assurance et à fréquenter des actuaires, ces professionnels chargés de l’évaluation des risques pour la tarification des primes facturées aux personnes désireuses d’assurer leurs biens. Or, un avion de ligne est un bien assurable.

Tout le travail des actuaires repose sur le calcul des probabilités qu’un risque survienne. Dans le cas d’un avion de ligne, le risque le plus important est celui d’une chute entraînant sa perte et celle des passagers qu’il transporte, les dommages pouvant s’élever à quelques centaines de millions de dollars, selon le type et la taille de l’appareil, et le nombre de passagers transportés.

Or, de tous les types de transports utilisés, c’est le transport aérien qui est de loin le plus sécuritaire, {{comme le démontrent les statistiques->[http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9curit%C3%A9_a%C3%A9rienne.

On doit donc comprendre en partant qu’un événement comme celui qui est survenu cette semaine est extrêmement rare, et si l’on se met à examiner tous les facteurs qui contribuent au caractère exceptionnel de son occurrence, on se retrouve presque en face d’une impossibilité statistique, à moins qu'il ne s'agisse d'une opération téléguidée.

En effet, c’est le deuxième Boeing 777 d’Air Malaysia à disparaître en quelques mois dans des circonstances très particulières, un fait pourtant capital auquel les autorités politiques et les médias ne semblent accorder aucune importance. On a beau comprendre que la conjoncture internationale se prête bien à la récupération de cet événement à des fins de propagande, il n’en reste pas moins que toute analyse sérieuse devrait commencer par un examen approfondi de cette aberration statistique.

D’autant plus que dans les deux cas, la disparition des appareils est survenue hors de la trajectoire qu’ils devaient normalement emprunter. Ces cas ne sont pas sans rappeler les affaires du Boeing 747 de la Korean Airlines, vol KAL 007 (un clin d’œil à James Bond ?), qui avait été abattu le 1er septembre 1983 par un chasseur soviétique Sukhoï SU-15 au large des côtes sibériennes, et de l'Airbus A330 d'Iran Air, vol 655, abattu par le croiseur américain Vincennes dans le Golfe Persique.

Pour lire la suite, allez ICI.