11 juillet 2010

Des mesures pour attirer les familles dans les territoires ruraux

Les 40 mesures prises par le comité interministériel d'aménagement et de développement du territoire (CIADT), suite aux assises des territoires ruraux à l'automne dernier, ont été présentées lundi soir à Tulle par le préfet, Alain Zabulon.

Ces mesures visent à répondre à trois problématiques : le développement des activités économiques et la valorisation des atouts du territoire, l'amélioration de la vie quotidienne des populations, et enfin l'animation et l'organisation du territoire.
Le développement de l'activité économique nécessite la présence d'entreprises sur le territoire. Afin d'inciter ces dernières à rester sur le territoire, des aides financières devraient être attribuées lors des créations, des transmissions ou des reprises d'entreprises.

La commercialisation des produits de l'agriculture, le développement de la filière bois et la promotion des produits locaux, en privilégiant les circuits courts (marchés de producteurs), devraient participer à la valorisation du territoire.
Une place importante pour la santé

Le deuxième point vise à faciliter le quotidien des habitants. Cela nécessite une amélioration de l'accès à des services essentiels. Ainsi, des maisons de santé pluridisciplinaires devraient voir le jour (Lubersac, Beynat). Des bourses seront également versées aux jeunes médecins, afin de les encourager à s'installer en zone rurale.

Le maintien des commerces, la poursuite du plan de couverture en téléphonie mobile : autant de mesures qui devraient permettre d'attirer de nouveaux habitants en Corrèze, en plus d'améliorer les conditions de vie de ceux déjà présents.

La dernière préoccupation repose sur l'animation et l'organisation des territoires ruraux. Dans cette optique-là, les collectivités locales seront accompagnées pour mener à bien leurs projets et en faire émerger de nouveaux. De nouveaux appels à projets devraient notamment voir le jour.

Le coût de ces 40 mesures, qui s'appliqueront au niveau national, atteint cinq milliards d'euros. Cette somme sera financée pour moitié par le redéploiement des crédits budgétaires de l'État et pour l'autre moitié par l'emprunt national. n

Manuel Caillaud
trouvé sur la montagne:

6 commentaires:

  1. si çà peut repeupler les campagnes, çà sera bien

    RépondreSupprimer
  2. bin moi je veux pas dans ma douce campagne de ces parigot tetes de veaux et de ces citadins tetes de chiens. arrogants qui ne connaissent strictement rien de rien de la nature. qu'ils restent ou ils sont.

    RépondreSupprimer
  3. bin moi je vais pas les rejeter a une condition ,qu 'ils ne viennent pas frapper a ma porte pour me faire signer des pétitions contre 1/le coq qui chante a 4
    heures du matin 2/ les cloches des vaches qui perturbent le sommeil (soi -disant ) 3/ le chien qui
    aboye car il fait son boulot , l'horloge du cloché qui sonne les heures 4/les chèvres qui be^lent a 5heures du matin car il est l'heure de la traite et les tètines sont déjà douloureuses ,la campagne on aime ,on accepte ,sinon on reste en centre ville ,avec les inconvénients qui n 'ont certainement le me^me charme

    RépondreSupprimer
  4. j'aurais du préciser , repeupler les campagnes avec des personnes qui s'adaptent à la vie de la campagne et pas ceux qui n'y connaissent rien.
    Personnellement ces bruits ne me gênent pas, au contraire.
    bonne journée.

    RépondreSupprimer
  5. Et en plus, on peut se passer de coq !

    RépondreSupprimer