mercredi 22 janvier 2020

L'Esprit et la Muse (1ère partie)


Aujourd’hui un article un peu à part de Miles Mathis. Vous savez déjà que c’est un scientifique et un artiste. Mais c’est aussi quelqu’un qui a une vision spirituelle qu'il partage ici avec nous.

Un petit problème de traduction s’est révélé, car Miles emploie toujours le mot " spirit " qui en anglais signifie aussi bien "esprit" que "âme". Et nous n'accordons pas tous la même signification à ces deux mots. Pour simplifier, j'emploierai toujours le mot "esprit". 

L'Esprit et la Muse


Par Miles Mathis (12 avril 2019)

Traduit par Apolline


Toutes mes excuses aux vraies Muses, dont la beauté ne sera jamais vraiment égalée avec les œuvres d'art qui illustrent cet article. J'ai voulu faire appel au conseil de ma propre Muse pour le choix, mais elle m'a seulement recommandé d'éviter les nus. Elle sait que je n'aurais pas dit non pour des raisons personnelles mais elle me dit qu'ils ne mettent pas le lecteur dans l'état d'esprit adéquat. Rien de mal avec les nus, mais pas ici…

Quelques-uns de mes lecteurs m'ont demandé de m'étendre davantage sur les questions spirituelles. Malgré quelque inquiétude de ma part quand j'inclus mes petits sermons dans les articles, je constate qu'ils ont la préférence d'une certaine partie de mon audience. Je suis persuadé que c'est ce que d'autres aiment le moins, mais les choses sont ainsi. L'intégralité de cet article sera consacré à ces sujets, ceux qui ne les apprécient pas peuvent donc tirer leur révérence maintenant.

Je suis resté le plus souvent silencieux sur ces thèmes jusqu'à aujourd'hui, car mes Muses m'ont dit de l'être. On m'a dit qu'il n'était pas approprié de parler de telles choses ou qu'il est malséant de dire qu'on connait ce qu'on ne connaît pas. J'ai même eu l'impression que ça porte malheur de parler de certaines choses mais j'ai peut-être mal lu les signes. Je suis certain qu'il vaut mieux écouter attentivement vos Muses, mais le problème n'était pas forcément d'aborder ces choses en général mais d'en parler avec un manque de maturité. Il est possible que je n'étais pas prêt pour en parler. Il me fallait en apprendre plus. Mais l'interdiction semble levée maintenant, mes idées et mon discours ont peut-être atteint un point où ils peuvent ou se doivent d'être partagés. Nous verrons. Si je ressens une quelconque résistance intérieure, je stopperais.



Je souhaite commencer par une observation générale, cadeau de ma Muse. Une discussion sur les questions spirituelles a toujours été historiquement formulée avec d'inutiles mystères, complexités, nébulosités et charabias. Comme dans la science et d'autres domaines, dès que quelqu'un a quelque chose à dire sur la spiritualité, il ressent le besoin d'être obscur, abordant les questions de manière indirecte et touffue au lieu de le faire avec simplicité et directement. Même Jésus parlait en paraboles, bien qu'on n’ait jamais su exactement pourquoi. Rien n'a causé plus de confusion au fil des millénaires que les religions. Tout comme j'ai essayé de contourner le jargon scientifique, j'essaierai de contourner celui de la religion en simplifiant les choses autant que possible pour une parfaite compréhension. Loin de moi l'idée d'avoir affaire à des idiots juste bons à lire les abrégés pour les nuls, mais parce qu'après plus ou moins trois millénaires, certains sujets peuvent avoir besoin d'un bon débroussaillage. La plupart sont si saturés d'ajouts, de suppléments, de digressions et d'histoires approximatives que même les plus intelligents y perdent leur latin. Comme on peut supposer qu'une bonne part de ce fourbi a été rajouté plus tard dans le but spécifique de créer de la confusion, il serait utile de revenir à l'essentiel, de mettre les choses à plat, si vous voulez. On m'a informé que rien ne nous empêche de parler de ces matières avec franchise et bon sens.

Je suspecte qu'en essayant d'aller au cœur du sujet, on m'accusera d'être réducteur. Mais être réducteur veut dire simplifier un problème à l'extrême au point de perdre le caractère essentiel du sujet. Le dictionnaire donne aussi la définition de "sommaire". Une analyse réductrice est considérée comme sommaire, ce qui peut expliquer pourquoi les commentaires sur la religion évitent si ostensiblement d'être éloquents : ils fuient le qualificatif de "sommaire". Mieux vaut être dithyrambique et vague que prendre le risque d'être qualifié de sommaire. Je pense pouvoir éviter cette appellation, car ma recherche porte précisément sur l'essentiel. Je ne vois aucun intérêt non plus à faire une religion en noir et blanc. En fait ce sont les vraies couleurs qui m'intéressent : celles qui sont cachées ou assourdies par la patine des ans.

Voici un exemple, extrait de la page Wikipédia sur la Kabbale Lourianique [d'après le Rabbi Isaac Louria au 16ème siècle]. On penserait qu'une entrée encyclopédique tenterait de rendre son sujet quelque peu compréhensible, mais ce n'est pas ce que nous constatons. Nous avons à la place ceci :
Les religieux kabbalistes voient la théorie de Louria dans une globalité plus avancée grâce à sa description et à son exploration des aspects de la divinité, enracinée dans le Ein Sof, qui transcendent le mysticisme révélé, rationnellement appréhendé, que décrit Cordovero. Le système de la Kabbale médiévale s'incorpore comme faisant partie de sa dynamique plus large. Où Cordovero décrivait le Sefrot (attributs divins) et les quatre royaumes spirituels, précédé par Adam Kadmon, qui se déroulent successivement à partir du Ein Sof, Louria examinait l'origine supra-rationnelle de ces cinq mondes au cœur de l'infini. Ceci révéla les nouvelles doctrines de la Tzimtzum (contraction) primordiale et de la Shevira (l'éclatement) et la reconfiguration du sephirot. Dans la Kabbale, ce qui existait plus profondément dans les origines se reflète également dans les dimensions intérieures de la Création subséquente, ce qui permit à Louria d'expliquer le messianisme, les aspects divins et la réincarnation, croyances kabbalistiques qui restaient jusque-là non systématisées.
Bon, je pense être un gars assez intelligent, mais s'il y a là un sens ou un contenu, ils m'ont échappé. Vous penserez que j'ai choisi le pire paragraphe de la page, mais non. Visitez cette page et voyez par vous-même : tout se lit ainsi. C'est comme si on nageait dans une cuve de gelée ou de fromage blanc. Nous ne pouvons donc blâmer les éditeurs de Wikipédia de ne pas être clairs : c'est mission impossible. Le texte est rédigé de façon à nous embrouiller et il a été réécrit des milliers de fois depuis son origine par des gens recrutés pour leur cervelle confuse. Louria écoutait peut-être une Muse quand il écrivait, mais il m'apparait comme le genre de gars qui est capable de mal interpréter une liste de courses. Je ne fais tout simplement pas confiance à quelqu'un qui s'exprime ainsi. J'ai constaté à chaque fois qu'on essaie de nous berner.

Mais continuons, sinon vous allez penser que je m'en prends à la Kabbale. Non, c'est juste un exemple flagrant pour illustrer la question de la clarté. Dans d'autres articles sur le Bouddha et le bouddhisme, je vous ai également fait part de mon inconfort quant à la vision du monde qu'on y présente. Mais il se trouve que le bouddhisme est une introduction utile ici, car – comme toutes les autres religions – il me semble avoir en partie raison. Le bouddhisme nous enseigne que le sens de cette vie est d'y échapper grâce à un parfait renoncement. Seul un parfait renoncement peut nous conduire au Nirvana et nous éviter de renaître indéfiniment. Il n'est pas difficile de voir la perversité de cette idée, surtout exprimée si abruptement. Elle est à première vue illogique. Pourquoi placer notre esprit ici puis lui apprendre à renoncer à tout ? Si on doit renoncer à toute chose, ne devrait-on pas seulement renoncer aux choses malsaines ? Pourquoi renoncer aux belles choses ? Cette vie est corrompue, d'accord, mais il semble que le sage renoncera seulement à la corruption. Cette vie est belle aussi et miraculeuse, alors pourquoi renoncer à elle ? Ne devons-nous pas l'embrasser ? Que pouvons-nous apprendre en tant qu'esprits si nous renonçons au bien et au beau ?

Ça ne sert à rien. Mais la raison pour laquelle je pense que le bouddhisme est séducteur et répandu, c'est qu'il est partiellement correct. Cette vie EST très corrompue et nous devons renoncer à la corruption. La vie est en fait une sorte de test. Et le but de cette vie EST, dans un sens, de s'en libérer. Le but est de transcender la corruption et de trouver ou créer une meilleure existence. Ce qui n'est possible qu'en réussissant les tests qui nous sont proposés dans cette vie. Mais notre récompense n'est pas le Nirvana (la béatitude auprès de Dieu) ou le Paradis (un genre d'existence parfaite et facile), c'est le passage de notre esprit au niveau suivant.

La Terre est une sorte de terrain de test pour des esprits de moyen niveau. L'athée Christopher Hitchens va jusqu'à la décrire de cette façon, même s'il en parle comme d'un dépotoir pour les esprits faibles. [Déclaration néanmoins étrange de la part d'un athée.] On peut aussi le voir de cette manière, je pense, en particulier du point de vue d'un pauvre esprit comme le sien. Il reviendra, nous pouvons en être sûr. Mais pour des esprits plus évolués, la Terre n'est qu'un barreau de l'échelle que doivent monter tous les esprits à un moment ou à un autre. Il semblerait que la plupart des esprits passent plusieurs vies ici à échouer. Je suppose maintenant que la plupart finissent par réussir et accèdent au niveau suivant. Quant à la durée du programme, aucun de nous n'en a connaissance.

Imaginer les choses sous l'angle du 'niveau suivant' peut aider. Imaginez une planète pas trop lointaine – elle pourrait se trouver dans notre système solaire, qui sait, cachée à notre vue. Cette planète est le barreau suivant de l'échelle. Eh bien, les gens là-bas ne veulent pas de votre corruption. Ils ont un système qui fonctionne bien mieux que le nôtre et ils n'ont pas besoin qu'on vienne le faire dérailler. Alors tant que nous ne prouvons pas que nous pouvons y vivre sans mettre la pagaille, nous ne sommes pas les bienvenus. Si nous persistons à être des vilains, nous pouvons le faire très bien ici.

Pourquoi penser ainsi ? Mes Muses me l'ont-elles dit directement ? Non. Je ne prétends à aucune inspiration divine. Je ne canalise pas une entité. C'est par ma propre expérience, tout en pensant qu'une partie de cette expérience est un enseignement de mes Muses. Je me sens constamment testé dans cet exact sens. J'ai raté certains tests et j'en ai réussi d'autres. Je continue d'échouer et je continue de réussir. Je ne suis pas pressé. Je ne prétends pas que j'aurais réussi à la fin de cette vie : probablement pas. Mais je suis convaincu que j'avance. Je ne recule pas et je ne tourne pas en rond. C'est ce qu'il faut.

Je puis vous dire que la principale raison de mon optimisme – malgré la prise de conscience de la corruption grandissante autour de moi – c'est que je peux entendre les instructions et les suivre (pour la plus grande partie). Je n'ai pas besoin de lire des textes religieux car j'entends les instructions directement depuis la source. Je sais quand j'ai mal fait et j'ai la discipline pour stopper. Et je sais quand j'ai bien fait et j'ai le courage pour poursuivre l'effort. Puisse ce courage continuer pour les tests plus importants qui vont sans nul doute se présenter.

Nous ne sommes donc pas des âmes damnées et nous ne sommes pas "jetés ici comme dans un dépotoir". Il n'existe pas d'âme damnée. Il n'y a que des âmes qui n'ont pas réussi. Oui, des âmes en échec peuvent se sentir damnées mais c'est pourquoi elles ont échoué. Pour faire porter le blâme de leurs propres actes, elles déclarent que les dieux les ont maudites. Mais les dieux ne maudissent personne. Ils ne laissent tout simplement pas passer les non-méritants.

Souvenez-vous en. Vous êtes à votre place ici (pour un temps). Si vous n'y étiez pas, vous ne seriez pas ici. Aucun de nous n'est trop bien pour la Terre. C'est notre niveau actuel, ce qui devrait être une cause d'humilité.

Ce qui ne veut pas dire qu'il n'existe pas de différences. Certaines âmes ici sont très près de la réussite et d'autres en sont très loin. Je dirais que les Gouverneurs sont très loin de la réussite, car ils ne sont plus conscients des règles de la vie. Ils pensent peut-être qu'ils obtiennent des points supplémentaires avec des tas de billets, des garages pour 20 voitures ou des titres pompeux. Alors qu'en vérité ces choses ne leur font qu'accumuler des démérites.

Les Gouverneurs s'attendent à ce que vous jouiez selon leurs règles mais ils oublient qu'ils sont eux-mêmes liés par des règles. Et alors que les leurs sont arbitraires et fausses, les règles suprêmes sont vraies et immuables. Ils le savent car nous naissons tous avec la connaissance des règles. Le vrai sens moral est comme la langue : il est inné. On n'a pas à l'apprendre… on doit le désapprendre. Presque toute notre vulgaire éducation moderne est un dés-apprentissage de ce sens moral inné afin de faire de nous des êtres plus malléables pour les Gouverneurs. Notre savoir inné est pour eux une nuisance et ils tentent donc de l'étouffer… tout comme ils ont étouffé le leur.

Nous avons tous notre montagne à gravir mais imaginez un homme richissime face à la montagne. On ne lui a pas donné le test le plus facile, mais le plus difficile. Qui sait ce qu'il a fait pour mériter un tel test, mais nous sommes sûrs qu'il le mérite vraiment. [nous pouvons voir en fait ce qu'il a fait pour le mériter : il a "niqué" des milliers de gens et/ou dévasté la Terre pour s'enrichir.] Il doit trouver un moyen pour obliger le chameau à passer par le chas de l'aiguille. Nous voyons des riches célèbres échouer aux tests de manière spectaculaire, dégringolant la montagne de la plus laide des façons. Certains sont à la fin si pitoyables qu'à mon sens ils ne sont même pas qualifiés pour renaître ici sur cette belle planète Terre. Ils doivent redescendre un barreau. Et je ne dis pas qu'ils renaissent en tant que chien ou autre animal. Je soupçonne que les chiens ainsi que d'autres animaux ne se situent pas à un barreau plus bas que nous. Plus probablement un barreau plus haut. Je veux dire que les riches doivent retourner sur une planète inférieure à la Terre, où qu'elle soit.

Je parle bien entendu de toutes ces choses au figuré. Je ne sais pas où se trouvent ces planètes ni même si ce sont des planètes. Je schématise pour une meilleure compréhension.

Maintenant, qu'en est-il du Diable, ou des démons ? J'ai dit que je ne croyais pas à Satan et il ne me viendrait même pas à l'idée de qualifier de satanique le plus malfaisant des Gouverneurs. Je veux dire que l'idée d'un dieu maléfique est illogique. Qui sait à quel niveau votre esprit, après de nombreuses réussites, devient divin, mais nous pouvons supposer que vous n'y arrivez pas en étant malfaisant. C'est ce qui vous empêche de réussir. Ce qui ne sous-entend pas qu'il y a des esprits déchus. Si vous pouvez gravir un barreau, vous pouvez aussi en redescendre un et les démons sont simplement des esprits qui ont accédé au niveau suivant puis sont revenus à notre niveau. Mais comme ils se retrouvent maintenant à notre niveau, ils ne sont pas des dieux, même en faisant un gros effort d'imagination. Ils ne sont pas plus puissants que vous ou moi. Et s'ils s'en tiennent à leurs mauvaises manières après la chute, ils ne sont pas aussi puissants que vous ou moi, car ils persistent sur la mauvaise pente. Voilà précisément pourquoi les "malfaisants" sont si pathétiques. Leur existence n'est que du bluff car ils ne sont pas des dieux et ne prient pour aucun dieu malfaisant. Ils ne sont pas des dieux malfaisants par définition. Ces esprits déchus ne sont piégés dans aucune force noire. Il n'existe aucune force noire. Soit vous êtes branchés sur la lumière, soit vous n'êtes pas branchés. Si vous n'êtes pas branché, vous êtes livré à vous-même car les Muses ne peuvent vous aider. Les Muses ne donnent que de bons conseils ou n'en donnent pas, il n'y a donc aucun esprit malin sur un plan supérieur pour aider ces gens. S'ils communiquent avec des esprits malins, ce sont des esprits malins comme eux – de ce niveau-là.

Ce qui ne veut pas dire qu'ils sont inoffensifs. Même à notre niveau, ces esprits sont puissants, bien qu'ils n'aient rien de divin. Ils sont capables de causer des troubles majeurs. Vous-même en êtes capable, bien plus que vous ne le pensez. Mais ce n'est pas la raison de votre présence ici. Si vous voulez évoluer, votre but ici n'est pas de détruire, mais de créer.

Et on en arrive à un autre point important. Pour prouver votre mérite, vous ne renoncez pas à la vie. Ce n'est qu'un signe de faiblesse ou d'inversion des valeurs et nul besoin de ça au niveau suivant. Aucun esprit n'avance s'il est faible. Les esprits se développent en absorbant davantage de lumière. Ils grandissent ainsi et acquièrent de la puissance. En acquérant de plus grands corps de lumière, ils acquièrent plus de force. De sorte qu'à l'inverse du bouddhisme (et à l'inverse du christianisme par certains côtés), vous avancez en vous ouvrant aux belles choses de cette vie. Certains pensent qu'avec la corruption ici-bas, on doit fuir la question spirituelle en gardant les yeux sur la prochaine vie, la prochaine étape ou la prochaine incarnation. Non. D'accord, vous fuyez ou combattez bien la corruption mais une partie de votre test se mesure à l'aide apportée à vos compagnons de route. Ils sont sur la même échelle que vous mais vous ne pouvez avancer en les repoussant ou en les ignorant. En les aidant, vous vous aidez. Parce que pour les aider, vous devez créer ou canaliser davantage de lumière. Cette canalisation n'est pas une perte de lumière pour vous. Vous ne perdez pas ce qu'ils gagnent. En apprenant à canaliser davantage de lumière, vous grandissez en même temps.


J'ai maintenant quelque chose à dire à propos du sommeil, pas seulement parce qu'il est en lien avec le sujet, mais parce que c'est extrêmement plus important qu'on ne le pense. Comme il apparaît d'après ce que j'ai dit plus haut, je crois en la réalité de l'esprit. Je vois (et j'ai découvert moi-même) beaucoup de preuves scientifiques de la réalité de l'esprit, fait de réels photons. Il habite réellement le corps, tout comme l'enseignent les religions. Le corps n'est pas éternel, mais l'esprit l'est. La lumière, comme la matière, ne peut être détruite. Elle peut juste se disperser ou s'étendre. L'esprit va non seulement subsister après la mort, il peut aussi se libérer du corps au moment qui lui convient. En fait, il le fait chaque jour. Ou plutôt chaque nuit. Les scientifiques admettent ne pas comprendre pourquoi nous dormons mais c'est très simple : alors que l'esprit nécessite un corps pour réaliser ce qu'il doit faire, y compris d'être testé, il ne peut demeurer prisonnier du corps très longtemps. Au bout de 16 ou 20 heures, la prison devient intolérable et il doit s'échapper. Il met alors son corps à dormir et part. Où va-t-il ? Je ne sais pas. Peut-être vole-t-il simplement dans l'air pendant des heures, jouissant de sa liberté. Peut-être rejoint-il le champ de charge cosmique et soupire d'aise. Mais je suppose qu'il doit s'occuper de certaines choses et ces choses peuvent être plus importantes qu'on ne le croit. Les Amérindiens pensent que notre vie pendant le sommeil est plus importante que notre vie de veille et je dirais que c'est probablement vrai. Il y a des choses que l'esprit ne peut accomplir qu'avec le corps ; mais pareillement il y a d'autres choses qu'il ne peut accomplir qu'en étant hors du corps.

De même, le corps ne peut endurer l'esprit trop longtemps. Oui, l'esprit anime le corps et le guide mais il brûle trop intensément. Le corps se fatigue. Comme l'esprit, il doit se ressourcer chaque jour. L'exception est l'intellect, constitué de signaux électriques. Il doit rester actif, faire le lien entre le corps et l'esprit absent. L'esprit ne laisse donc que juste assez d'énergie pour garder l'intellect en fonction – ce qui représente, en partie, ce que nous nommons rêve.

Vous allez penser que c'est une situation très précaire et ça l'est d'une certaine façon. Mais rappelez-vous que l'esprit, fait de lumière, est extrêmement rapide. Il peut revenir en une fraction de seconde si vous devez vous réveiller pour une quelconque raison. Pensez simplement à quelle vitesse fonctionne internet. Quand je mets un nouvel article en ligne avec Filezilla, je n'attends pas. Il apparaît en une fraction de seconde, même si mon serveur est à l'autre bout du monde. Un photon se déplace à 300.000 km/s, ce qui veut dire qu'il peut faire 6 fois le tour de la Terre en une seconde. Votre esprit pourrait s'amuser sur la Lune quand quelqu'un vous secoue pour vous réveiller et il serait de retour en une seule seconde. Vous voyez donc le topo.

Mais pourquoi mentionner le sommeil ? Parce que la plupart des gens ne le traitent pas avec le respect qui lui est dû. C'est la première étape de la spiritualité, car c'est la première règle de santé spirituelle. C'est aussi la première règle de santé physique parce qu'un esprit fatigué donne un corps fatigué. Ceux qui souhaitent être en meilleure santé ou vivre plus longtemps devraient considérer d'abord leur sommeil. Bien sûr, l'alimentation est immensément importante, mais le sommeil est encore plus important. Les aliments nourrissent le corps mais le sommeil nourrit l'âme. Si vous ne dormez pas assez longtemps, votre esprit est privé de son moment privilégié ; et si votre esprit est privé, votre corps est privé dans les mêmes proportions. Quand je n'ai pas mon compte de sommeil, j'ai l'impression d'avoir un trou dans mon esprit. C'est comme si une partie de mon esprit était encore à l'extérieur, essayant d'absorber ses dernières gouttes de liberté. Quand je me réveille, j'ai la sensation de revenir d'un long voyage, parce que c'est probablement le cas.

Je ne médite pas parce que je n'en ai pas besoin : j'ai tout mon compte de sommeil. Je ne rejette pas la méditation, comprenez-moi bien. Je suppose qu'elle est bien utile pour ceux qui ne dorment pas assez longtemps ou assez bien. Elle agit comme un substitut partiel. Mais à mon avis, ces gens feraient mieux de se focaliser sur leur sommeil. L'esprit peut s'évader plus loin pendant le sommeil que pendant la méditation.

Si vous restez en mode veille trop longtemps, votre esprit commence peu à peu à se mettre en mode alerte, laissant votre corps sans son aliment énergétique habituel. Le corps compense par une surconsommation d'énergie, ce qui provoque de la fatigue et finalement un vieillissement prématuré. Mais vous ne devez pas en arriver là. Vous ne devez pas paraître décrépit après 50 ou 60 ans. Certains sont en très bonne forme à 60 ans et vous pouvez être l'un d'eux si vous prenez soin de vous-même et avez tout votre compte de sommeil. Mais démarrez de bonne heure et tenez vous-y chaque jour. En fait, ce n'est pas l'une des choses que vous pouvez faire, c'est l'une des choses que vous devez faire. Pour le dire autrement, ce n'est pas une option, c'est une obligation. Ce corps ne vous a pas été confié pour qu'il soit pollué et maltraité. Il vous a été confié pour que vous en preniez soin. Je suis constamment étonné qu'on n'enseigne pas ce savoir fondamental.

Le corps, tout comme la Terre, est un temple et il doit être traité en tant que tel en tout temps. Tout manquement fera rater le test. Au niveau suivant, de tels ratages ne seront pas tolérés. Je sais que ça parait un peu militaire, mais c'est ainsi.

Mais additionner les heures de sommeil ne suffit pas à déterminer si le corps a eu son compte de repos. C'est déterminer la somme de temps que l'esprit passe dans le royaume spirituel, loin de la corruption et dans la perfection du champ de charge pur. Là, l'esprit peut se réordonner. C'est peut-être là qu'il parle le plus directement à ce que je nomme les Muses. Tous les esprits, grands et petits, sillonnent l'éther au cours de leurs divers vagabondages et nous pouvons supposer que l'aide est là si on la sollicite.

Alors ces pauvres petits esprits des Familles qui parlent toujours de vivre éternellement ont selon moi emprunté la mauvaise route. Avant tout, personne ne vit éternellement et le sage ne le souhaite pas. Mais s'il souhaite vieillir moins rapidement ou être en meilleure forme, c'est possible. Mais sans médicament et autres régimes à la mode. Comme d'habitude, la réponse est beaucoup plus simple que celle imaginée par les gens : davantage de sommeil, une nourriture plus saine, beaucoup d'eau, pas de médicaments ni d'alcool. Et enfin éviter la corruption. Plus l'esprit sera pur, plus le visage aura bonne mine. Le mal s'affiche. Vous naissez avec un premier visage, et vous méritez votre second visage. Je veux dire par là que nos mauvaises actions s'impriment sur notre visage et sur notre corps. Si vous êtes un bâtard malfaisant, vous en aurez bientôt l'apparence. L'esprit transparait toujours.

C'est pourquoi regarder ces tristes esprits des Familles parler de repousser le vieillissement est doublement pathétique. Comme c'est de la mauvaise graine à l'intérieur, ils ont des gueules de déterrés à 30 ou 40 ans. Selon les règles du jeu, il faudra plusieurs vies pour réparer les dégâts. On ne nettoie pas l'esprit en modifiant l'ADN du corps, espèce d'idiots ! Le seul moyen est de prendre de meilleures décisions et de s'y tenir dans la prochaine vie.

Un autre problème rencontré, c'est que nombre d'entre nous n'aimons pas le corps qui nous a été donné. Une forte rébellion spirituelle découle de ce seul fait. Dans certains cas, c'est compréhensible : ça fait clairement partie du test et c'est difficile. Mais cela arrive même à des personnes belles et bien portantes, qui semblent ne jamais être satisfaites. Elles refusent délibérément de s'occuper de leur corps pour diverses raisons. Elles échouent encore au test. Votre boulot est de faire au mieux avec ce qui vous a été donné même si certains sont mieux lotis que d'autres.

Dans des cas extrêmes, cet inconfort peut causer une dysphorie du genre. [impression de ne pas appartenir au bon genre] Nous pouvons supposer qu'on n'a pas donné à l'esprit le genre qu'il voulait ou qu'il s'était accoutumé à celui d'une une vie passée. Encore une fois, ça peut se comprendre. En tant qu'esprits, nous sommes tous dysphoriques dans une plus ou moins large mesure. Je suppose qu'être assigné à un sexe n'est pas un hasard et que cela fait partie du test. Et refuser cette assignation est le meilleur moyen de rater le test. Je dis ça parce que je fais confiance aux dieux, je ne pense pas qu'ils agissent juste par cruauté. Comme je l'ai dit plus haut, je ne crois pas à des dieux méchants ou cruels. Je crois que seuls les hommes sont capables de méchanceté ou de cruauté.

Il y a beaucoup de choses que je n'aime pas dans mon corps. Je changerai volontiers un certain nombre de choses immédiatement si cela m'était possible. Mais je considère la possibilité que ces choses sont des manifestations extérieures de mon esprit. Si j'étais un esprit plus beau ou plus parfait, j'aurais un corps plus beau ou plus parfait. Je m'efforce donc de le mériter. En passant au niveau suivant, j'aurais peut-être moins de cheveux en bataille, des dents plus droites, de meilleures jambes, etc.

Qui sait ? Mais ce dont je suis sûr, c'est qu'essayer de changer radicalement mon corps ne marchera pas. Ça ne fera qu'aggraver la situation. C'est évident en regardant des gens comme les vedettes de cinéma, c'est la garantie d'une spirale infernale qui aboutit à une sorte de déchéance. Mon travail est de prendre soin du corps qu'on m'a attribué, pas de le modifier.

Aussi, blâmer les dieux de ce test ne sert à rien. Plutôt que supposer qu'ils sont cruels, je devrais imaginer qu'on m'a donné ce test pour une certaine raison. Je dois supposer que je creuse mon propre trou et qu'ils m'ont donné une pelle suffisamment grande pour m'en sortir si je creuse de la bonne manière.

Mais revenons à l'esprit. S'il garde sa forme avec ou sans le corps, il doit avoir une mémoire propre. Ce qui explique nombre de choses auparavant inexplicables – comme je l'ai dit dans de précédents articles [comme celui sur Chomsky, non traduit] – mais cela suscite néanmoins quelques questions. L'une d'entre elles est pourquoi la mémoire de l'esprit est effacée ou partiellement effacée à la naissance. Ce n'est pas difficile d'y répondre si vous y réfléchissez. Si l'esprit ramenait tous les souvenirs de toutes ses vies dans la vie actuelle, il n'y aurait aucun avancement. Il serait paralysé par la nostalgie, en bien ou en mal. Dans ce bref laps de vie, l'esprit se cramponne déjà aux souvenirs récents et en atteignant la soixantaine, la plupart d'entre nous sommes submergés de bons et de mauvais souvenirs. Le passé menace chaque jour de ne nous accabler de tristesse. Que serait-ce alors si nous avions des milliers de vie dans la tête. On passerait notre temps à verser toutes les larmes de notre corps. Impossible d'apprendre ou d'agir dans ces conditions.

Ce qui explique pourquoi l'esprit a besoin de s'évader du corps et pourquoi il a besoin d'y retourner. Il a besoin de s'évader car, malgré la tristesse, il est défini par son passé et en lien avec lui. L'esprit a besoin de ses souvenirs, pour se rappeler qui il est. Mais il a également besoin du corps pour apporter soulagement et répit aux souvenirs. Il sait qu'effacer les souvenirs est une relative bénédiction. Ce n'est que grâce aux limitations de la vie qu'il peut continuer à progresser.

Vous rétorquerez qu'on fait subir aux humains bien trop de mort, de misère et d'injustice sur cette planète. Les dieux doivent être pervers pour autoriser qu'un tel endroit existe. Mais avec cette déclaration, vous sous-estimez la propension humaine aux erreurs et vous surestimez la responsabilité des dieux. Ce n'est pas à eux de venir résoudre tous vos problèmes. Personne n'apprend ainsi. En tant qu'esprit, vous êtes responsable de vos propres actes et de votre propre niveau d'avancement. Comme je l'ai dit, si vous êtes ici, vous pouvez être sûr de le mériter. Ce qui devrait vous rapprocher au moins de vos compagnons terrestres.

Les dieux sont en fait bien plus gentils qu'on ne le pense, car il est facile d'imaginer un ordre des choses où ils nous laissent sans supervision ni aide d'aucune sorte. Ils doivent s'occuper de leur propre vie après tout. Et ils prennent pourtant le temps d'être des Muses ou des anges gardiens, comme vous souhaitez les appeler. Non, ils ne viennent pas prendre les choses en main, ce qui briserait toute l'échelle et toute la hiérarchie. Vous n'évoluez pas s'ils font tout pour vous. Mais ils sont là pour vous donner un certain nombre de bons conseils, en supposant que vous demandiez et écoutiez. Alors rendre les dieux responsables n'est vraiment pas approprié. Si vous souhaitez passer au niveau suivant, c'est la première chose que vous devez envoyer promener. Je ne sais pas si cela les met en colère car ils ont probablement mieux à faire. Mais c'est, comment dire, la première déconvenue. Je n'imagine pas des dieux nous criant dessus, mais cette stupidité pourrait leur faire lever les yeux au ciel. Je lève les yeux au ciel quand j'entends cet argument et je ne suis qu'un humain stupide.

Certains ne comprendront toujours pas. Pourquoi les petits esprits devraient-ils devenir plus grands ? Pourquoi tous les esprits n'ont-ils pas la même taille depuis le début ? Je ne sais pas. Je ne suis qu'un petit esprit. Demandez à un esprit plus grand mais je pense que vous n'obtiendrez pas de réponse. C'est l'une des choses que vous devez apprendre par vous-même. Mais si j'avais un avis, je dirais que la croissance est plus intéressante que la stagnation et que les dieux aiment conserver un intérêt aux choses.

Certains diront, "Bon, sur ce plan, après un temps assez long, tous les esprits devraient être des dieux gigantesques et aucun ne serait petit. Ce qui est illogique aussi." Une question de nouveau fondamentalement trop complexe pour nous petits humains, mais je dirais ceci : pendant que certains esprits grandissent, d'autres diminuent pour garder suffisamment d'esprits à tous les niveaux.

Et les plus grands dieux sont-ils les créateurs ? Eh bien, nous sommes tous des destructeurs ou créateurs potentiels. Mais oui, les plus grands esprits sont les plus grands créateurs. Je doute qu'ils puissent créer des choses comme les photons, ce qui impliquerait une sorte d'auto-création. Mais il semblerait logique qu'ils puissent créer des choses à partir des photons. Ils sont en ce sens plus des constructeurs que des créateurs.

Si c'est vrai, alors qui a créé les photons ? Je ne sais pas. Et je ne sais pas pourquoi les photons voudraient s'unir. Je soupçonne encore une fois qu'il faudrait demander à un esprit beaucoup plus grand. Ni vous ni moi n'avons besoin de savoir ces choses. Ce qu'il nous faut savoir, c'est COMMENT SONT LES CHOSES et connaître NOTRE PLACE DANS LE MONDE. Dès que nous aurons progressé d'un autre millier d'étapes, nous pourrons reposer cette question avec l'espoir d'une réponse pertinente.


Bien, j'ai donné un aperçu de quelques éléments basiques et à leur lumière nous pouvons réexaminer certaines idées New-age qui ont été popularisées. Comme, disons, la pseudo-religion Star Wars. Bien que George Lucas prétende que la mythologie/religion Star Wars n'est à la base qu'une bande dessinée, elle a acquis une portée plus grande – et j'en conclus que ce n'est pas accidentel. Star Wars n'est pas devenu par hasard un phénomène de dimension culturelle d'une telle ampleur au cours de quatre décennies – grâce à Joseph Campbell [Mythologue américain mort en 1987. Wiki : "son apport principal est sa théorie du monomythe qui postule que les mythes, légendes et contes du monde entier, à de nombreuses époques, sont des expressions d'un schéma narratif unique, lui-même lié aux structures de la psyché humaine."], Bill Moyers [journaliste] et bien d'autres. En tant que création d'Hollywood et des Familles, on doit se demander quel rôle il avait à jouer.

Star Wars est justement très séduisant parce qu'il comporte bon nombre de vérités. Il emprunte massivement aux anciennes religions et les actualise de manière créative. Parmi ces emprunts, il y a la Force, que mes lecteurs peuvent traduire maintenant par Champ de Charge. Une source exploitable d'énergie/d'esprit qui sous-tend toute existence. Les films empruntent aussi une mythologie manichéenne zoroastrienne, selon laquelle ce monde est une bataille entre le bien et le mal. Vous direz que mon spiritualisme est également manichéen, mais au sens strict il ne l'est pas et nous allons voir pourquoi.

Malgré ses clins d’œil à la vérité, Star Wars est à mon avis un autre instrument du projet Théosophie, destiné à remplacer les anciennes religions d'occident, telles le christianisme et le judaïsme. Harry Potter en a été un autre exemple. Et malgré l'absence de satanisme, Star Wars et Harry Potter en rajoutent sur le côté obscur. Je dis qu'ils ne sont pas sataniques, car le côté obscur y est perdant. De vrais satanistes mettraient en avant des mythologies où le côté obscur gagne. Ce que nous y trouvons par contre, ce sont les Familles qui se trouvent des excuses avec ces scénarios d'une moralité pathétique, en faisant paraître le côté obscur bien plus séduisant qu'il ne l'est réellement. Genre, "un démon m'a obligé à le faire". Si c'est un démon, la responsabilité de leurs actes disparaît en grande partie.

Alors qu'en vérité aucun démon ne les a obligé à quoi que ce soit. Aucun côté obscur ne les a séduit. Ils ont simplement failli au test. Ils sont arrivés à un carrefour et ont emprunté la mauvaise route. Et quand leur Muse leur a signalé qu'ils avaient pris la mauvaise direction, ils ont librement choisi de l'ignorer. On peut voir la différence entre les deux. Ils n'ont pas été séduits par le diable, ils ont refusé l'idée d'être séduits par un ange. J'espère que vous saisissez la nuance.

Certains diront, "Ce n'est que ton expérience. Tu n'as pas fait l'expérience de démons. Nous, oui". Peut-être. L'un de mes amis disait, "Tu ne fais pas l'expérience de démons parce que tes Muses sont trop puissantes. Elles prennent soin de toi.". C'est possible. Mais même si c'est vrai en partie, vous me pardonnerez de ne pas l'envisager ainsi. En tant qu'esprit, votre relation aux autres esprits est à double sens. Si mes Muses sont donc présentes, c'est parce que je n'ai pas refusé d'être séduit par elles. Je les ai accueillies et écoutées. Et si les diables ne m'embêtent pas trop, c'est parce qu'ils savent qu'ils ne sont pas les bienvenus. Ils savent que je ne les écouterais pas.

En fait j'ai fait l'expérience de démons. Vous l'avez vu l'année dernière et le voyez en permanence. Ils ne tentent plus de me séduire, car ils savent qu'ils ont peu de chance mais je subis constamment leurs attaques mesquines. C'est par ces attaques que je connais mes ennemis. Je sais qu'ils ne sont pas de puissants démons de haut niveau car ils en porteraient les signes. Pour être franc, je n'aurai aucune chance contre eux. D'après leurs attaques, nous voyons qu'ils sont de minables petits démons de ce monde-ci, qui poursuivent leur chemin vers les abysses. En ce sens, ils ne m'inquiètent pas trop. J'ose dire que si vous remettez vos relations en ordre dans le monde spirituel, ils ne vous embêteront pas plus que moi.

Je suppose que je peux vous avouer maintenant avoir été pisté ces dernières années par un luciférien d'un certain rang, qui a tenté à plusieurs reprises de me recruter – strictement sans aucun succès. La dernière fois que je l'ai vu, j'ai dû le jeter hors de chez moi. Les démons sont donc avertis depuis longtemps de ma présence. S'ils ne m'approchent pas plus souvent, ce n'est pas faute d'avoir mon adresse.

Notez comment ma petite théogonie [doctrine relative à l'origine des dieux] éclaire ce qui était auparavant inexplicable : comment les dieux pourraient-ils autoriser des esprits malfaisants à descendre de niveaux plus élevés et à vous ennuyer directement? Comme je viens de le dire, vous n'auriez aucune chance contre eux. Ce serait un test que vous seriez incapable de réussir. Vous ne pouvez lutter contre des dieux ou des esprits malfaisants de niveau élevé. C'est absurde. C'est pourquoi aucun des films comportant cette idée n'a de sens. C'est pourquoi aucun récit des grandes religions comportant cette idée n'a de sens. Si les dieux autorisaient de telles choses, ils seraient vraiment perverses et injustes. Mais ce n'est pas le cas. Vous avez seulement affaire à des démons de votre propre niveau. Même si ces "démons" portent des robes noires et vous effraient avec leurs menaces, ce sont juste des gens malfaisants. Vous n'êtes jamais surclassés. Vous avez toujours les outils pour gagner mais vous devez employer la bonne méthode. Première étape : ignorer le bluff.

Affronter les tests des démons ne me fait pas peur. Je crains mes propres faiblesses. Je redoute le prochain grand test des dieux, peut-être trop important pour moi. Je viens de dire qu'ils ne nous donnent que des tests surmontables, d'accord, c'est vrai, mais nous pouvons aussi échouer. Nous avons tous raté de nombreux tests sinon nous ne serions pas ici. Nous prenons tous de mauvaises décisions et c'est ce que je fais chaque jour. Si je redoute les petites décisions, en réussirais-je une grande ? Je ne devrais pas en parler comme d'une peur. En fait, je fais bon accueil aux tests. Ils sont fascinants, même en cas de ratage. Mais je dois admettre que mon esprit est exaspéré par la corruption. Il préférerait passer à autre chose.

Dans le premier cas, c'est une bonne chose, car si je n'étais pas si exaspéré par la corruption, je n'y résisterais pas et ne pourrais jamais progresser. Mais vu sous un autre angle, c'est aussi un échec. Échec à pleinement accepter ou adopter la tâche actuelle. Si je n'étais pas destiné à être ici, je n'y serais pas. Il n'est donc pas souhaitable d'être ailleurs.

On pourrait dire que c'est un appel à la résignation, mais je n'aime pas ce terme. Si j'étais une Muse, je ne l'aimerais pas non plus – permettez-moi de le dire ainsi. Pourquoi pas ? Parce que le terme résignation implique d'accepter son destin avec une certaine réticence. Personne ne veut que vous acceptiez quoi que ce soit avec réticence. Ce n'est pas le but. Le but est une joyeuse acceptation de votre assignation ici. Pas un grimaçant 'merci-monsieur-pourrais-je-en-avoir-une-autre'. Non, plutôt consentir avec bienveillance et gratitude à cette incarnation actuelle. Si vous y parvenez, les Muses seront toujours à vos côtés.

Ce qui nous ramène bien entendu à mon problème avec le bouddhisme. Bouddha semble avoir complètement loupé cette joyeuse acceptation de l'assignation. Il a confondu renoncer à la corruption avec renoncer totalement à la Terre. Mais un renoncement total est un échec au test. Cela ne vous fera pas gagner le Nirvana, mais vous garantira à coup sûr une autre vie ici, afin que vous appreniez cette leçon. Je n'en ai pas le souvenir, mais je soupçonne que je le sais par expérience. J'étais probablement moine dans une vie passée. Je sais qu'un tel renoncement ne mène nulle part.

Alors retournons à Star Wars et au manichéisme. Mais d'abord une brève digression. Le manichéisme a été qualifié de gnostique et la plupart des gens pensent que le gnosticisme est anti-chrétien. Mais en vérité, le christianisme est lui-même presque gnostique. Il ne vénère pas un démiurge pas plus qu'il ne pense que Satan ou Lucifer ont créé la matière, mais il emprunte autrement le même dualisme fondamental. Dans le Nouveau Testament, nous constatons que le spirituel est le bien, la matière le mal. (Voyez aussi le problème mental-corps, comme chez Descartes et ailleurs. C'est un récent dérivé de l'ancienne dualité esprit-matière.)

Cette idée est primordiale dans le manichéisme et le gnosticisme. Comme cette notion est plus fondamentale que toutes les autres, je dirais que les similitudes sont plus importantes que les différences. En bâtissant jour après jour une morale sur la manière d'agir et de prendre des décisions, qui a créé la Terre n'a pas vraiment d'importance. Mais si vous croyez que la matière est le mal, cela en a. Si vous croyez que le monde matériel est le mal, vous n'aurez pas trop de mal à dévaster la Terre ou quoi que ce soit d'autre. La Terre est matérielle, alors pourquoi ne pas la piller ? Cette femme est matérielle, alors pourquoi ne pas la violer ? Vous voyez, il devient très difficile de bâtir une morale de vie sur une telle religion. Logiquement, c'est impossible. On ne peut pas enseigner que la matière est le mal puis tenter d'enseigner le respect du corps humain ou de la Terre. Voilà pourquoi j'ai déjà déclaré que toutes les religions sont imparfaites à la base. Elles présentent dès le départ des contradictions grossières et sont donc rationnellement et spirituellement impraticables.

Ma spiritualité n'est donc ni du manichéisme, ni du gnosticisme, ni du judéo-christianisme. Je sais que la matière n'est nullement le mal. La matière est une incarnation de l'esprit et en tant que telle pareillement sanctifiée, sacrée et digne de vénération. En fait, l'esprit a été chargé de s'occuper de la matière et de la gérer, tout comme un mari s'occupe de sa femme et une femme de son mari. Ce n'est pas ce que l'esprit peut faire, mais ce qu'il doit faire. Ceux qui ont suivi mes articles sur la physique comprendront pourquoi c'est ainsi : esprit et matière sont réellement la même chose. L'esprit est fait de photons et la matière de photons en rotation qui ont acquis certains modèles et formes permanents. Alors même si je crois à certains dualismes, je ne crois pas à celui-ci. Il est faux. Esprit et matière ne sont pas deux choses, ils sont deux manifestations d'une seule et même chose. L'un ne peut donc être le bien et l'autre le mal. Mais cette division entre esprit et matière n'est pas seulement fausse, elle est pernicieuse. Je dirais qu'elle figure parmi les idées les plus pernicieuses jamais instaurées car il n'est pas difficile de voir comment elle conduit directement au pillage de la Terre et de toutes ses ressources. J'ai dit que les milliardaires juifs ignorent leurs propres Écritures quand ils pillent le monde, mais en un sens ils ne font que les suivre. Les grandes religions ont tacitement acquiescé à ce pillage en dévalorisant le monde matériel pour n'en faire qu'une marchandise. Ça n'a pas d'importance spirituellement, alors pourquoi ne pas l'acheter et la vendre sans se soucier de son caractère sacré ?

Je pense qu'on ne peut accéder au niveau suivant tout en étant convaincu que la matière est le mal, c'est donc d'une importance primordiale. C'est une des leçons à apprendre ici. Aussi longtemps que vous êtes assujetti à une religion majeure ou mineure, il est douteux que vous l'appreniez. Ce qui n'est probablement pas par hasard non plus. Ceux qui s'enrichissent grâce à vos luttes intérieures ont probablement inventé toutes ces religions – ou les ont infiltrées et empoisonnées ultérieurement avec ces mauvaises idées – pour vous maintenir dans la confusion et sur une voie de garage. Ce n'est pas une coïncidence si toutes les grandes religions se ressemblent tellement à cet égard (et à d'autres égards aussi). Nous avons vu les Gouverneurs jouer sur les deux tableaux, contrôler toute opposition et fabriquer toute l'histoire, il serait donc étrange qu'aucune religion ne mette l'accent sur les points que je viens de développer.

Allez-vous dire que le matérialisme s'incline devant le matériel, mais ce n'est vraiment pas le cas, n'est-ce pas ? Dans le matérialisme (la science moderne, par exemple), la matière n'acquiert aucun caractère sacré. C'est tout le contraire. L'esprit y est rejeté sans que le royaume de la matière ne le remplace. Le royaume matériel perd toute signification et vénération. Dans le matérialisme, tout est mort et donc bon à piller. Alors, bien que physicien, je suis l'opposé d'un matérialiste. Je sais que tout est vivant, même les rochers et les atomes bruts.

C'est pourquoi Nietzsche a réinventé le spiritualisme grec classique, l’apollinien et le dionysien. Il tentait de combler ce vide. Il voulait donner un poids spirituel à l'amour de la matière. À l'amour du corps et de la Terre. Mais il le voulait sans utiliser les anciens termes religieux pollués (comme "spirituel", qu'il n'approuvait pas). Je dirais qu'il n'y a réussi que partiellement, car comme d'habitude il a compliqué exagérément le problème. Mais il a fait mouche avec moi au moins. Il ne parlait pas aux "stupides Allemands" de son époque, il parlait à quelques olibrius du futur, comme moi.

"Ah, tu es nietzschéen, alors !" direz-vous. Ou "Ah, tu crois que les rochers sont vivants, tu es un païen !". Non, je suis un ''milésien''. Ou peut-être un ''muséen''. Je rejette tout autre titre.

Ma morale ou spiritualité diffère aussi de la plupart des autres par sa définition du côté obscur, ou celle des démons, comme nous l'avons vu plus haut avec Star Wars. Le terme Satan est bien trop abusif, qu'il ait été employé dans l'ancien christianisme, par Mani [manichéisme], dans Star Wars, Harry Potter ou autre. Je n'ai aucun problème avec les mots "mal" ou "péché", car ils ne sont que des synonymes de "faire le mal". Et je n'ai pas de problème avec le mot "démon", car il décrit bien le monde réel et pour la plus grande partie y correspond. Mais comme vous l'avez vu plus haut, mes descriptions ne correspondent à aucune des anciennes religions. Les démons ne sont pas des dieux, ils n'ont aucun pouvoir égal à celui des dieux et ils existent surtout comme des faux-semblants. Le côté obscur est fabriqué généralement pour créer de la peur, comme je l'ai montré avec Alistair Crowley, les faux tueurs en série et tout le reste. Mon analyse va beaucoup plus loin. Les démons ne sont que des gens malfaisants : des criminels, des menteurs, des tricheurs, des mystificateurs qui veulent vous faire croire qu'ils sont plus puissants que vous. Qu'ils sont liés à de puissantes forces obscures, mais c'est faux. Ce ne sont que des esprits à notre niveau qui ont oublié comment les choses fonctionnent.

Certains diront, "Si c'est vrai, tu es alors vraiment un gnostique, car c'est un problème d'ignorance et non un péché". Non, encore une fois, je ne l'exprimerais pas ainsi. Je ne suis pas un gnostique, car je ne crois pas à l'ignorance. Je viens de vous dire que chacun naît en sachant ce qui différencie le vrai du faux. La mémoire de l'esprit est partiellement effacée, mais pas la connaissance du bien et du mal. Ceux qui font mal ne peuvent plaider l'ignorance ou qu'un diable les y a obligés. L'esprit est toujours et complètement responsable de lui et de ses propres actes et décisions. Ce qui est bien plus proche de l'idée du "péché". Le péché recèle quelques résidus mineurs dont je souhaite me débarrasser, mais pas besoin d'évoquer ce sujet ici. Je n'ai pas trop de problème avec, car cela signifie briser délibérément des lois spirituelles.

Une autre raison disant que je ne suis pas gnostique est d'avoir conscience que la connaissance de la vérité n'est pas suffisante. Nous avons tous une connaissance innée de la vérité. La connaissance ne vous fera gagner un quelconque salut. Le progrès consiste en courage et action. Ce n'est pas ce que vous savez, c'est ce que vous faites. Si vous faites face à une situation difficile, ce n'est pas ce que vous savez ou pensez qui compte, c'est votre réponse effective. Vous pouvez dire, "Je voulais bien faire", mais c'est dénué de sens. Qu'avez-vous fait réellement ? C'est ce qui détermine votre réussite ou votre échec.

Ça peut vous sembler brutal, mais c'est ainsi. Et souvenez-vous que la "brutalité" est tempérée quelque peu par ceci : il est très important aussi d'apprendre de ses échecs. C'est uniquement en ce sens que la connaissance a un intérêt. Car vous pouvez être assuré que le test se renouvellera. Vous aurez une autre occasion pour répondre de manière correcte et honnête.

Ainsi la gnose ne compte pas. Les esprits malfaisants peuvent avoir une meilleure compréhension (gnose) des lois que les bons esprits, surtout s'ils descendent de niveaux élevés. Mais cela les aide-t-il ? Ils ont encore à prendre les bonnes décisions, les conduisant à des actes justes.Tant qu'ils ne puisent pas à la lumière, cela ne se produira pas.

À suivre

4 commentaires:

  1. Buddhism is indeed popular, and what it teaches is very beautiful up to the point where it starts talking about the spiritual. Giving up corruption in itself is a reward, you dont need to transcend to another level of higher being or see nirvana.

    https://aab-edu.net/

    RépondreSupprimer
  2. Merci à Mr Mathis de partager ses déductions en matière de spiritualité et sa singulière vision du monde. Je partage une bonne part de sa synthèse-in-progress, à ceci près qu'il reste dans la personnification (dieux, muses, démons et même autres planètes peuplées) d'énergie que je conçois comme beaucoup plus éthérées. Je placerais plutôt ces super-héros parmi les élaborations humaines et platement terrestres en vue de fasciner par un "savoir absolu" les masses et ainsi faciliter leur manipulation/exploitation. Il me semble donc que M.M qui désire enlever des couches pour atteindre l'essentiel, glisse encore sur quelques membranes...

    Cela dit, il est normal que chacun/e puise dans son expérience et ses acquis les concepts qui permettent de se figurer ce genre d'abstraction, ce qui se mettait en place avant de consciemment chercher à se forger sa propre spiritualité. Certains dialoguent avec "Dieu", des démons, des muses mais aussi des anges, un animal-totem, un défunt, le cosmos, un objet. Tout discours mental et toute visualisation qu'on puisse se figurer est à la fois sujet et objet d'interprétation et de projections. Au plus on se veut objectif, au plus on se rend compte qu'on est dans la croyance et pas dans le savoir alors que dans sa toute subjectivité, il n'y a pas de limite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes "humains, trop humains", comme dirait Nietzsche...

      Supprimer
  3. M. PANGEOL il y a surement du vrai dans ce que vous écrivez mais hélas c'est assez difficile à déchiffrer comme le signal M. MATHIS !
    Dommage !

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !