Bistro Bar Blog

vendredi 8 novembre 2013

Relation dauphins-hommes, toujours amicale ? (1/2)


Les dauphins partagent-ils un lien spécial avec les humains ?




Existe-t-il une raison de penser que dauphins et humains vivent une relation particulière  ? Sûrement, mais il se peut qu'elle ne soit pas sur le plan de l'amitié.



Aeon Magazine, 5 novembre 2013

Photo de George Karbus Photography/Gallery Stock



Un soir de l'été 2004, je me trouvais dans un bar de l'île Bahamian de Bimini quand une souriante jeune femme m'aborda. J'étais sur l'île en tant que formateur pour le Projet Communication Dauphins, petite association américaine de recherche qui étudie la population côtière des dauphins tachetés de l'Atlantique. La femme souriante était thérapeute et elle voulait mon opinion. Elle avait fait un plan d'installation d'une marina de dauphins dans un lieu confidentiel des Bahamas. L'idée était de capturer des dauphins dans la nature et de le transférer dans des piscines où ils participeraient à des séances de soins. Qu'en pensais-je ? Hé bien, je n'étais pas vraiment chaud pour cette idée. Pourquoi mettre en péril le bien-être d'animaux sauvages en les enlevant de leur élément ? Pourquoi ne pas juste emmener les gens nager avec des dauphins sauvages, comme cela a déjà été fait à Bimini et les laisser communiquer de leur propre gré ? Mais la thérapeute ne voyait pas les choses de cette façon. "Vous ne comprenez pas", dit-elle. "Les dauphins veulent aider les gens – ils voudront être avec nous dans le parc. Ne savez-vous pas que les humains et les dauphins partagent un lien privilégié ?

À l'époque, je n'avais jamais entendu parler d'un lien dauphin-homme. En tant que chercheur néophyte sur la cognition des dauphins, je n'en savais tout simplement pas assez sur le comportement des dauphins pour qualifier son discours de science ou de science-fiction. Dix ans ont maintenant passé depuis cette rencontre avec la thérapeute de Bimini et je me suis suffisamment familiarisé avec la littérature scientifique pour reprendre cette discussion au point où elle en était. Quelle est la nature de la relation dauphin-humain ? Les dauphins ont-ils le désir insolite de rechercher le contact des hommes ? Est-il spécialement amical ?



La science évoque un fait indéniablement clair : les dauphins sauvages de certaines espèces ont été identifiés comme cherchant à rencontrer des humains. Le phénomène des dauphins solitaires sociables – pour lesquels le contact humain semble un substitut à la compagnie de leur propre espèce – est largement documenté dans la littérature scientifique. Parmi les exemples les plus connus, il y a Pita au Belize, Davina en Angleterre, Filippo en Italie, Tiao au Brésil et Jojo des îles Turques et Caïques. Un compte-rendu de 2003 parlait de 29 dauphins solitaires sociables régulièrement observés par des scientifiques et plusieurs articles ont été publiés depuis concernant d'autres dauphins. Il n'y a aucun doute que ces animaux présentent un comportement curieux, ce qui conforte l'idée que les dauphins recherchent bien le contact humain avec une certaine régularité. On pourrait aller jusqu'à dire que cela constitue une preuve irréfutable : les dauphins sauvages peuvent avoir une affinité pour les humains. Mais ce genre de contact social peut-il être considéré comme amical ? À ce sujet, les documents sont plus ambigus.

Sur les 29 dauphins sus-mentionnés qui ont fait l'objet d'études sérieuses, 13 d'entre eux ont montré "un comportement sexuel inapproprié à l'encontre d'humains, de bouées et/ou de bateaux', autrement dit des dauphins mâles ont occasionnellement cherché à s'accoupler avec des nageurs. Il n'est pas toujours possible d'interpréter ce que comportement "sexuel" peut vouloir dire dans ce contexte, mais de toute évidence, c'était un danger pour les humains. Les femmes semblent souvent être victimes de ces rencontres agressives. Des dauphins jaloux auraient chassé de l'eau des hommes pour pouvoir garder leur trophées féminins rien que pour eux. Plusieurs dauphins ont pris l'habitude d'enlever des gens – les entraînant vers la haute mer, les empêchant de retourner sur la plage, les coinçant parfois sur le fond marin. Deux tiers des 29 dauphins ont manifesté un comportement agressif envers les humains, résultant en ruptures de rate, côtes cassées, gens assommés et pire encore. En 1994, le dauphin brésilien Tiao a réussi à envoyer 28 personnes à l'hôpital lors de ses visites avant de tuer finalement un nageur, Joao Paulo Moreira (qui aurait été ivre et essayait peut-être d'entraver Tiao, ou qui tentait peut-être de mettre de force une cigarette dans son évent.)

Ceci, je dois le souligner, est le seul cas de décès humain impliquant un dauphin sauvage que j'ai pu trouver dans la littérature scientifique. Il est clair malgré tout que l'agression est commune même parmi les plus amicaux des dauphins amicaux. En raison des dommages causés à des biens et des nageurs, de nombreux dauphins solitaires sociables sont considérés comme des nuisances. Ont-ils été provoqués ? Plus que probable. Plus de la moitié de ces dauphins ont terminé avec des blessures causées par leur association avec des humains et plusieurs d'entre eux ont été tués – certains volontairement. Mais la provocation et la légitime défense n'annulent pas le fait que ces dauphins amicaux peuvent être extrêmement dangereux.

Nous pourrions peut-être nous intéresser à une autre catégorie de dauphins sauvages connus pour passer du temps au contact d'humains. Les dauphins approvisionnés sont carrément soudoyés avec du poisson pour les faire communiquer avec les humains. À la différence des dauphins solitaires sociables, ils ne semblent s'intéresser à nous que parce qu'ils reçoivent de la nourriture. Des visiteurs rapportent régulièrement des interactions curieuses et amicales avec eux. L'agression reste cependant un problème. Des touristes et des habitants des côtes de Floride, de Louisiane et d'autres régions des US offrent régulièrement (et illégalement) de la nourriture aux dauphins sauvages, avec le résultat prévisible que les humains sont couramment mordus, pendant que les dauphins souffrent d'impacts d'hélices et d'autres blessures (dont un animal tué en 2012 quand quelqu'un de l'Alabama ou de Floride lui a donné un coup de tournevis dans la tête).

Comme il existe un danger pour les deux parties impliquées, le Service National des Pêcheries Maritimes et ses partenaires a démarré une campagne de sensibilisation pour décourager ces rencontres. La Loi pour la Protection des Mammifères Marins de 1972 interdit le nourrissage ou toute autre interaction avec des dauphins sauvages et autres mammifères marins. Monkey Mia, destination touristique à l'ouest de l'Australie, célèbre pour ses dauphins approvisionnés, a introduit une politique pour décourager les gens de nourrir les mâles adultes et les rencontres quotidiennes de nourrissage sont étroitement réglementées par les officiels locaux pour minimiser les risques. Il est clair que la curiosité du dauphin ne se termine pas en rencontres bienveillantes. Mais ensuite, si leur mobile primaire est la faim, pourquoi le seraient-elles ?

Dans plusieurs endroits autour du monde il est possible d'observer ou de nager avec des groupes de dauphins sauvages qui sont devenus familiers avec les nageurs humains, sans qu'ils aient été soudoyés. On peut en trouver (entre autres) aux Bahamas, au Japon, en Égypte, en Nouvelle-Zélande, aux Açores et à Hawaï (où il est techniquement illégal de nager avec des dauphins sauvages). Dans certains lieux, comme à Little Bahama Bank aux Bahamas, il est même possible que ce soient les dauphins qui aient démarré les premiers contacts réguliers avec les plaisanciers ou les nageurs. Dans d'autres endroits, par exemple les Florida Keys, les dauphins locaux ont été systématiquement ciblés pour les habituer à la présence humaine.

Aux Bahamas, où les rencontres dans l'eau sont courantes, on a d'abondantes preuves d'interaction amicale entre espèces. Les dauphins sauvages tachetés (et parfois l'espèce à gros nez) trouvés dans ces régions se comportent indéniablement de manière extrêmement curieuse et amicale envers les chercheurs et les touristes, avec des jeux inter-espèces comme touche pas à mes algues qui peuvent durer des heures. Ce genre de rencontres – largement documentées dans la littérature scientifique – témoigne d'une affinité avec le contact humain. Des industries touristiques entières sont basées sur les interactions amicales avec ces curieux dauphins sauvages. Mais même dans ces circonstances, il arrive qu'un comportement agressif se produise.

L'un des accidents les plus médiatisés fut le cas de LisaCostello, dont l'accrochage en 1992 avec un globicéphale sauvage (techniquement une espèce de dauphin ) fut filmé et qu'on peut facilement trouver sur internet. Dans la vidéo, on peut voir Lisa qui nage près d'un grand globicéphale dans une baie d'Hawaï. Elle caresse gentiment l'animal qui reste en surface. Le moment suivant, il agrippe sa jambe et l'entraîne sous l'eau. Les minutes suivantes, l'animal l'agrippe et la relâche plusieurs fois, plonge à un moment entre 9 et 12 mètres en la tenant fermement dans ses mâchoires. Lisa a survécu de justesse à la rencontre. Était-ce une réelle agression, un léger agacement ou juste une forme de comportement ludique de la part du globicéphale ? On peut en débattre. Il n'existe pas d'autres rapports de globicéphales attaquant des nageurs dans des zones où une interaction dans l'eau est attestée. En fait, mis à part les dauphins solitaires sociables, des attaques de ce genre sur des nageurs humains sont extrêmement rares.

Source
Traduction par le BBB.

À suivre.

8 commentaires:

  1. Si cela pouvait enfin mettre un petit bémol à l’insensée sensiblerie new-âge, ce ne serait pas plus mal. Pourquoi, bon sang de bon sang, les dauphins, ces puissants et très intelligents chasseurs, se seraient-ils subitement mes à vivre gentiment selon le bon plaisir de ces gros vers blancs plus ou moins pervers qu'à leurs yeux pourraient être les humains?

    RépondreSupprimer
  2. Attention Hélios, Eon magazine est aussi une succursale du Club de Rome, comme la Smithsonian. Je n'ai pas le temps de te donner les liens, mais facile à trouver.
    Depuis quelque temps déjà a commencé une campagne d'intoxication concernant les cétacés, pour les faire passer pour des êtres cruels qui jouent à faire mal gratuitement. Quelques "documentaires" de National Geographic, qui fait partie de la même bande, montraient aussi sans aucune preuve, mais avec les mots du commentaire, comment ils étaient dangereux sans être attaqués.
    De là on passe aux dauphins plus spécifiquement, en inversant les rôles, en brouillant les valeurs. Les dauphins seraient dangereux pour l'homme quand ils ne sont pas consentants à se laisser traiter cruellement par l'homme qui prétend en faire des objets de consommation comme les autres.
    Des "dresseurs" de dauphins ont été tués par leur esclave non consentant, qui aurait pu leur apprendre bien plus sur la Vie que ces robots n'ont jamais su. D'autres dresseurs ont pris subitement conscience au contact des dauphins de l'incroyable violence qu'ils leur faisaient subir et se sont mis à militer pour que cesse cette exploitation des cétacés par l'homme.

    Le système de contrôle teste d'abord notre réaction, pour voir jusqu'où il est possible d'aller dans la désinformation. Ensuite si on les laisse faire ils iront plus loin. L'idée est d'intervenir à temps pour nous empêcher de faire la jonction avec les autres règnes, en particulier les mammifères, et en particulier les dauphins, qui sont en effet nos proches parents.

    Si tout ce qui vit sur cette Terre s'unit dans la même conscience, le système de contrôle tombe par terre et ne se relève plus.

    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je veux bien que tu prennes le temps de me trouver le lien. Merci.

      Supprimer
    2. Dans le désordre :

      • “VALUESQUEST” – The search for values that will ... - Club of Rome
      http://www.clubofrome.org/cms/wp-content/uploads/2013/02/VALUESQUEST-The-search-for-values-that-will-make-a-world-of-difference.pdf
      own views on emerging issues of interest to the Club of Rome. They do not necessarily ...... the Evening Standard. She is Senior Editor of Aeon magazine.
      • [PDF]
      Press Release ValuesQuest launches at Hay on Wye - Alliance of ...
      http://www.arcworld.org/downloads/PRESSRELEASE-ValuesQuest-launch.pdf
      14 mai 2013 - ValuesQuest is the brainchild of the Club of Rome, the foundation ... Speakers at the debates include: Marina Benjamin (writer, philosopher and senior editor at Aeon magazine), Phillip Bond (Director of the ResPublica think ...
      • Marina Benjamin: ValuesQuest - Huffington Post
      http://www.huffingtonpost.co.uk/marina-benjamin/valuesquest_b_3463808.html
      19 juin 2013 - I welcome the Club of Rome's ValuesQuest agenda, because it challenges this deficit of ... Senior editor at digital ideas magazine Aeon.
      • Why I gave up living in an off-grid commune ... - Aeon Magazine
      http://www.aeonmagazine.com/living-together/why-i-gave-up-living-in-an-off-grid-commune/
      31 oct. 2013 - ... journalist who writes about conservation and climate change for publications including National Geographic and the Smithsonian magazine.
      • Our Writers – Aeon Magazine
      http://www.aeonmagazine.com/contributors/
      is a writer and founding editor of The Philosophers' Magazine. ..... change for publications including National Geographic and the Smithsonian magazine.
      • Smithsonian Institution Hosts Seminar on Health and Well-Being ...
      http://www.psychologicalscience.org/index.php/publications/observer/1997/july-august-97/smithsonian-institution-hosts-seminar-on-health-and-well-being.html
      Smithsonian Institution Hosts Seminar on Health and Well-Being ... Member in the News - Ziv Carmon; The Meanings of Life - Aeon Magazine - October 4, 2013

      Supprimer
    3. Hélios, bien sûr qu'il y a du vrai dans ce que dit le "chercheur néophyte", le seul problème est qu'il présente les choses en inversant les rôles : si un humain les harcèle, les animaux ont tendance à se défendre, ce qui devrait avoir tendance à rabattre la prétention des robots humanoïdes qui se croient autorisés à les harceler, mais ne devrait pas transférer la faute sur les animaux agressés.
      Regarde la vidéo de l'inconsciente dont le nom est mentionné dans l'article: elle est allée chercher ce qui lui est arrivé, et le cétacé, loin de l'agresser, n'a fait que lui donner une leçon de savoir vivre, et gratuite pour cette fois. Il a intentionnellement préservé sa vie, et elle en a eu conscience.

      Diaboliser ceux qui ne sont pas consentants à se laisser traiter comme des objets (animaux, enfants, femmes, démunis, prisonniers...), c'est une nécessité de base du système de contrôle, sans laquelle l'agenda 21 ne peut être réalisé.
      C'est gagnant des deux côtés: on éloigne l'humain de l'animal qui lui est proche, de la nature, du respect mutuel, et on fait semblant de protéger l'humain de l'animal (pendant qu'on l'empoisonne à tour de bras)!

      L'agenda 21 prévoit des mégalopoles concentrationnaires agrémentées de "parcs de loisirs" remplis de dauphins à regarder derrière des vitres, entre autres esclaves, l'éradication de tout ce qui est naturel (gratuit, sain) et son remplacement par de l'artificiel (vendable, puçable).

      Brigitte

      Supprimer
  3. C'est encore du déphasage humain de s'imaginer qu'il peut aller tripoter les animaux tout en considérant que c'est normal, ben non justement, normal ça ne l'est pas, c'est même un geste très agressif envers un animal quel qu'il soit.

    Qui accepterai ça par n'importe qui et à tout moment dans la rue ou à son travail ?

    Aimer les dauphins, c'est leur foutre la paix et arrêter d'aller les emmerder dans leur espace de vie qui se réduit proportionnellement à notre démographie délirante.
    Ils étaient là bien avant nous et n'ont jamais eu besoin de nos services, ni de nos caresses pour vivre tranquilles.

    RépondreSupprimer
  4. Le loup des mers a besoin de nous...aidons les, faisons entendre nos voix !

    http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/liberez-activistes-sea-sheperd-995.html

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour
    je suis plongeur et je rentre tout juste de Polynésie et pour la première fois de ma vie sur Rangiroa au cours de mes plongées nous sommes restés 2 fois 20 minutes sous l'eau avec une jeune dauphine de 2 ans qui jouait et passaient d'un plongeur à l'autre. C'est très agréable comme sensation, mais comment expliquer ce phénomène. Ce n'est pas une dauphine isolée, le reste du groupe poursuivait son chemin et elle le rejoignait ensuite. Avez vous une explication à ce comportement svp ?
    Bon Week End.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.