mardi 15 octobre 2019

La Bataille de France, selon Miles Mathis (2ème partie)

Suite de la traduction. La première partie est ICI.

(...) Puis nous avons ce qui suit :
Les 13 et 14 mai, les Allemands étaient vulnérables. Une forte attaque des unités blindées françaises à ce stade aurait pu empêcher Guderian d'ouvrir les têtes de pont et aurait changé le résultat de la campagne. Pourtant le commandement français, déjà bien éduqué et rompu aux grandes doctrines d'une guerre méthodologique centrée résolument sur la défense, se trouvait loin en arrière, il leur manqua donc une vue en temps réel et actualisée de la bataille. Les forces françaises sur place étaient également gênées par des rapports du renseignement erronés suggérant que les tanks allemands avaient déjà traversé la Meuse plusieurs heures avant que le premier tank ne l'ait traversée. Quand le renseignement parvint à les filtrer, ce n'était plus d'actualité. Cela allait se prouver fatal, en particulier couplé avec le fait que les généraux français dans leur ensemble s'attendaient à une phase d'assaut initiale considérablement plus prolongée et à un effort d'attaque plus global.
Encore une explication oiseuse pour l'échec des Français à faire ce que toute personne normale aurait fait. Les commandants français étaient postés à l'arrière, ils ne savaient donc pas ce qui passait ? Je suppose qu'ils manquaient de radios. Et de télescopes. Peut-être dépendaient-ils des signaux de fumée avec leur doctrine généralisée de guerre méthodologique. Il y avait du vent et les signaux de fumée ont été déportés. Cela serait aussi crédible que ce charabia sur les rapports périmés du renseignement qu'il fallait "filtrer". Filtrer quoi ? Les commandants français nageaient-ils dans une cuve de brie ? Le style d'écriture seul nous indique qu'on nous a enfumé. Celui qui dit la vérité n'écrit pas ainsi.



Voici votre prochain indice. Le 17 mai, une semaine après le début de la bataille de France, Rommel fait 10.000 prisonniers avec seulement 36 pertes. Bien. Guderian est si excité qu'il ignore l'ordre d'arrêter et continue avec l'idée de conduire ses tanks vers la Manche jusqu'à ce qu'ils tombent en panne sèche. C'est futé. Et appelle bien sûr la question : si les Allemands poussent à toute allure, pourquoi ne sont-ils pas tombés en panne de carburant ? Dans l'histoire officielle, ces gros tanks gardent le rythme, écrasent toujours plus d'armées alliées, ignorent les ordres et filent toujours plus loin. Mais souvenez-vous qu'ils ne pouvaient pas stopper à une station-service belge et ravitailler. Donc de nouveau le récit ne tient pas la route. Les rédacteurs, dans leur hâte à faire s'effondrer la France aussi vite que possible, continuent de bavasser sans se soucier d'écrire une histoire de guerre crédible.

Pour en revenir à l'appel téléphonique de Reynaud à Churchill le 15 mai, c'est un signal d'alarme tellement énorme que c'est le seul indice dont nous ayons besoin pour comprendre que tout a été manipulé et truqué. Bien entendu les gens impliqués dans l'affaire constituent un autre indice important. J'ai déjà parlé de Reynaud dans mon article sur la généalogie d'Obama. Il n'est pas admis qu'il soit juif, bien qu'il le soit manifestement. Son père avait fait fortune dans l'industrie textile, Reynaud est donc issu de familles milliardaires du textile. Après la banque, le textile est par excellence le commerce juif numéro deux. Reynaud a été précédé par deux autres hommes politiques juifs : Édouard Daladier et Léon Blum. Ils admettent au moins que Blum était juif. Ils nous disent que Daladier était le fils d'un boulanger [baker en anglais]. C'est la blague habituelle. Il suffit d'ajouter un "n" et baker devient… banker [banquier]. Blum était un socialiste (dirigeant de la S.F.I.O.), ce qui nous dit tout ce que nous avons besoin de savoir à son sujet. Mais tous ces hommes politiques ont au fond servi de façades. On veut que votre regard soit tourné vers eux et non vers les vrais gouverneurs. Rappelez-vous, le président de la France est resté le même à l'époque de ces hommes politiques : il s'appelait Albert Lebrun. Les faux historiens vous disent que le président était en position de faiblesse pendant cette décennie, mais c'est pour détourner vos yeux de Lebrun. Il n'y a qu'à lire sa page wiki, qui n'est qu'une ébauche comparée à celles des autres acteurs de l'époque. Sa biographie est très sommaire et sa généalogie n'est pas disponible. Mais ce qui est étrange, c'est que même si on nous présente les ministres et le Parlement des années 1930 comme appartenant à la gauche socialiste, le président Lebrun était en fait de la droite. Il avait donc besoin de cette façade socialiste pour duper le peuple en lui faisant penser que la France était d'une certaine manière progressiste. Elle ne l'a jamais été et ne l'est toujours pas plus. Elle était et est dirigée par des banquiers milliardaires.
Lebrun en 1932

(…) Nous pouvons dire qu'Albert Lebrun fut l'instrument de la rapide capitulation de la France face à l'Allemagne en 1940, car c'est lui qui a accepté la démission de Reynaud [qui était Président du Conseil] et a "promulgué" la Loi Constitutionnelle du 11 juillet 1940, instaurant le régime de Vichy et nommant Philippe Pétain comme dictateur de facto. Demandez-vous pourquoi un président ou le Parlement irait voter pour une pareille loi. Comment un président peut-il "nommer" un dictateur ? Est-ce concevable ? Non, cela va à l'encontre des définitions mêmes des mots et des postes. Par définition, les présidents et les parlements ne créent pas de dictateurs. Les lois constitutionnelles françaises de 1875 furent bel et bien détruites, mettant un terme à cette fausse république. On autorisa Pétain à créer une nouvelle constitution. Mais encore une fois, les dictateurs ne peuvent par définition créer des constitutions. Elles sont rédigées comme protection contre les dictateurs, non comme recettes pour eux. Nous sommes supposés croire que Pétain a en fait été nommé par Hitler, je suppose, ou que Lebrun et le parlement étaient aux ordres de l'Allemagne, avec un fusil pointé sur la tempe. Mais ce n'est pas ce que l'histoire nous dit, n'est-ce pas ? On s'attendrait à ce que le gouvernement français occupé se retire et soit remplacé par un quelconque gouvernement allemand. C'est ce qui s'est passé quand l'Allemagne est tombée, vous savez. Les alliés n'ont pas installé de marionnette et n'ont pas laissé le Reichstag passer des lois. Non, le gouvernement Dönitz a été arrêté et le Conseil de Contrôle allié a pris le contrôle. Mais en France, rien ne s'est passé ainsi. Pétain, maréchal de France et héros de WW1 est nommé dictateur par Lebrun et le parlement autorise une nouvelle constitution. Très bizarre. Le dictateur français Pétain semblait parfois une marionnette des nazis et parfois un patriote français faisant de son mieux, mais personne jusqu'à aujourd'hui ne peut vraiment comprendre. S'il avait été une marionnette des nazis, pourquoi n'a-t-il pas été exécuté plus tard pour haute trahison ? Pourquoi n'a-t-il pas perdu son grade ? Pourquoi Truman et l'Angleterre l'ont-ils soutenu ? S'il était un patriote faisant de son mieux, pourquoi les nazis n'ont-ils pas installé l'un des leurs ? Comme tout le reste, rien de tout ceci n'a de sens. Cela n'en a que si nous choisissons la porte numéro trois : la France de Vichy n'était dirigée ni par Pétain ni par les nazis. Elle était gouvernée par les banquiers milliardaires qui menaient un projet ou testaient une théorie. Ils voulaient voir l'effondrement de la France en 1940, et il eut lieu.

Cette histoire de Pétain nommé par Lebrun est l'exacte analogie de l'histoire qu'on nous raconte en Italie, où le roi Victor-Emmanuel III crée Mussolini comme son dictateur, même si bien sûr un roi n'a pas besoin de dictateur à ses côtés. Un roi est déjà un dictateur. Emmanuel était aussi une couverture pour des gens plus puissants de sa famille, cachés derrière lui, nous avons donc une série de couvertures ici. Mais c'étaient les mêmes familles dans l'un ou l'autre cas, car Emmanuel était un Savoie et un Habsbourg.

Nous voyons encore une tromperie sur la page Lebrun, où l'on nous dit que Pétain remplace Lebrun en tant que chef d'état, bien que Lebrun n'ait jamais réellement démissionné. La dissolution de l'Assemblée Nationale ne permettait pas que Lebrun remette sa démission. Alors, le 13 octobre 1944, Lebrun ressurgit d'un coup, disant qu'il est toujours officiellement président et l'a toujours été et il reconnaît de Gaulle en tant que dirigeant. Très étrange, vous l'admettrez. Victor-Emmanuel a fait la même chose en Italie à peu près en même temps, ressurgissant à la chute de Mussolini et "reprenant ses pleins pouvoirs constitutionnels". Drôle, car les rois n'ont pas de pouvoirs constitutionnels. Les constitutions ont été inventées pour limiter le pouvoir des rois, non pour leur donner des pouvoirs.

Selon les listes officielles, il n'y a eu aucun président de la France entre 1940 et 1947, date à laquelle Vincent Auriol accède à cette fonction. Je suggère que Lebrun est resté président tout ce temps, ce qui veut dire qu'il a gouverné de 1932 à 1947. Nous venons de voir Lebrun clamer lui-même qu'il était toujours techniquement président en 1944, alors pourquoi pas en 1947 ? De Gaulle n'a jamais été président de la RF durant cette période, étant chef du gouvernement provisoire. Comme d'habitude, très étrange. Nous reviendrons en détails sur de Gaulle plus tard.

Pourquoi Lebrun aurait-il besoin de reconnaître de Gaulle en tant que dirigeant ? Parce que, comme je vous le montre, c'est encore une arnaque. On nous dit que Lebrun fut capturé par les Allemands en 1943, mais c'était trois ans après qu'il se soit enfui à Vizille. Comme il donnait probablement des ordres depuis ce château (ci-dessous), nous devons reconnaître que c'était sympa de la part des Allemands de le laisser faire.

On nous dit qu'il a séjourné pendant deux mois au château d'Itter en tant que prisonnier de guerre, mais nous n'en avons aucune certitude. Je parie que nous n'avons aucune photo de lui là-bas.

Pétain n'a toujours été qu'une couverture pour Lebrun et c'est facile à voir car même si Pétain a été jugé pour trahison, on l'a autorisé à porter son uniforme de maréchal pendant le procès. Bien que condamné à mort, la sentence a été ignorée et il est parti à l'île d'Yeu, un lieu de villégiature. Comme Lebrun, il n'a pas été dépossédé de son grade ! Il est mort en tant que maréchal de France. Alors, même si nous sommes supposés penser que Pétain était une marionnette aux mains des nazis, il était en fait une marionnette des gens du gouvernement français officiant dans les coulisses, Lebrun compris. Il n'a fait que suivre les ordres dès le départ, c'est clair maintenant. Son procès n'a été qu'un spectacle, un procès de style totalement hollywoodien. Mais l'ensemble de sa carrière l'a été aussi. Comme Hitler, ce n'était qu'un gars en uniforme s'aidant de ses fiches aide-mémoire. Rappelez-vous que Pétain n'a pas signé l'armistice en personne – un autre indice dans la même direction. Huntziger l'a signé pour lui. Huntziger, le général français au nom allemand.

Souvenez-vous aussi que la reine Mary, le duc de Windsor, Truman et Franco insistèrent tous pour que Pétain soit libéré. On a vraiment besoin de se demander si cela colle avec d'autres parties de l'histoire. Je suppose que nous pouvons comprendre pourquoi Franco s'est exprimé pour Pétain, car les dictateurs meurtriers se serrent les coudes. Mais pourquoi Truman, ou la reine Mary plaideraient-ils la cause de Pétain ? Cela ne doit-il pas contredire l'histoire officielle de Pétain ou ternir l'image de Truman et de Mary ? Nous pouvons voir avec le recul ce qu'étaient ces pétitions : elles confirment l'histoire de "l'incarcération" de Pétain. Nous devons croire qu'il a été incarcéré par les Français à l'île d'Yeu, comme s'il était aux arrêts quelque part. Quand à la vérité il marchait sur la plage, prenait le soleil au café ou jouait au golf.

Voici une autre contradiction flagrante, clairement étalée sous nos yeux par Wiki :
Entre 1918 et 1935, la France avait consacré la plus grande part de son PNB à son armée en comparaison des autres grandes puissances et le gouvernement y avait ajouté en 1936 un large effort de réarmement.
Hum… Comment donc la France a-t-elle pu être battue en l'espace de quelques jours ? Pour l'expliquer, la phrase suivante mentionne les années creuses avec une chute de la population française. Mais cela s'est terminé en 1919, vingt ans plus tôt. En 1920, la France était déjà revenue à des niveaux d'avant-guerre, passant de 31 millions en 1919 à 39 millions en 1920. La population française a en fait été très stable entre 1885 et 1950, année où elle a commencé à croître. Les seules années creuses se situent entre 1914 et 1919. Ces étranges statistiques proviennent d'Allemagne dont la population était d'environ 70 millions d'habitants en 1940.

Wiki nous annonce que la France avait à peine la moitié de la population allemande, mais quelqu'un ne sait pas calculer ici. La France avait 57 % de la population germanique, ce qui n'est pas à peine la moitié. Si nous incluons les pays du Bénélux, nous obtenons un bon supplément. Mais ce qui est étrange, c'est que la population de l'Allemagne a à peine chuté pendant WW2. Elle est restée en fait stable entre 1940 et 1944, ne chutant qu'entre 1945 et 1948. Ce n'est pas du tout logique, selon ce qu'on nous raconte. Étant données ces statistiques, on penserait qu'il n'y a eu que très peu de morts pendant la guerre, mais qu'un grand nombre de gens ont émigré après. De même, ces statistiques ne correspondent pas à celles données par Wiki dans ses tables des décès pendant WW2. On répertorie 7 millions de morts en Allemagne, ou environ 10 % de sa population. Mais les statistiques ne montrent pas cela. Aux Pays-Bas, nous trouvons une montée régulière aussi bien pendant la guerre qu'après. Ce qui ne colle pas non plus. En Belgique, nous trouvons une petite baisse entre 1940 et 1941 mais c'est approximatif. La Belgique a subi une baisse totale de seulement 1,9 % entre 1940 et 1944 et cette perte était remplacée en 1946. La France a eu une baisse de 6,8 % durant la même période mais avait déjà perdu de la population avant le début de la guerre. Entre 1938 et 1940, la France a vu un déclin de 7,6 %, qui ne pouvait être dû à la guerre. Ou bien ce n'était pas dû aux décès, mais aux gens fuyant la guerre toute proche. On dirait que certains savaient que la France allait perdre et ne voulaient pas rester dans les parages. Mais encore une fois, il faut se demander comment la France a perdu (en pourcentage) plus de gens avant la guerre que pendant. C'est un autre indice flagrant.

Parlant de choses qui ne collent pas, il est intéressant de visiter la Bibliothèque Juive Virtuelle, qui nous dit que plus de 6 millions de Juifs ont été exterminés par les nazis pendant WW2.

Mais si nous allons sur leurs propres cartes de la population juive européenne en 1933, nous trouvons qu'Hitler aurait pu tuer tous les Juifs d'Allemagne, Pologne, Tchécoslovaquie, Hongrie, France, Belgique, Pays-Bas, Autriche, Italie, Espagne, Portugal et Roumanie, et n'avoir toujours pas tué 6 millions de gens. Aussi, si la population juive totale d'Allemagne n'était que de 8 % du total, pourquoi étaient-ils si obsédés par la question juive ? C'est à peu près la totalité de la population amérindienne aux US, pour comparaison. On peut être préoccupé par des hispaniques ou des Noirs ou mêmes des asiatiques, mais je doute qu'on s'inquiète pour des amérindiens qui vous prennent votre emploi ou vous dépassent en nombre avec leur taux de natalité. La seule vraie frayeur d'Hitler par rapport aux Juifs était qu'on lui prenne son travail de comédien.

Étant donné ce que j'ai découvert ci-dessus, pourquoi n'a-t-on jamais avancé en France la théorie du "coup de poignard dans le dos"? On a l'impression que la France a été vendue en 1940 par les suspects habituels, avec la guerre comme excuse et couverture – tout comme pour l'Allemagne pendant WW1. Comment se fait-il que je sois le premier à le remarquer ? Personne n'a-t-il jusqu'ici trouvé suspect que la France s'écroule en un mois en 1940, uniquement parce que les Allemands ont traversé les Ardennes avec leurs tanks ? Il n'a fallu qu'un mois à l'Allemagne pour occuper Paris et personne n'a trouvé ça un tantinet louche ? Personne ne s'est demandé en France si les généraux et dirigeants n'étaient pas à la solde des barons de la finance ? Personne n'a remis en question la miraculeuse montée en puissance de l'Allemagne ou l'absurde récit de l'ascension d'Hitler ou le rôle de l'Angleterre dans tout ceci ? Quelqu'un a-t-il remis en cause le refus des US d'aider la France, alors que la France avait aidé les US dès ses débuts ? Tout le monde a-t-il oublié la Statue de la Liberté offerte par la France ? Personne n'a-t-il trouvé curieux que Paris ne soit libéré qu'en août 1944 ? Il aura fallu plus de quatre ans d'idioties pour que le monde libère Paris ? Pendant que l'Allemagne se déplaçait vers l'est contre la Russie en 1941, les forces combinées de la France, de l'Angleterre, des US, de la Suède, de la Belgique, de la Hollande, du Canada et de l'Australie n'ont-elles pu accomplir aucun progrès sur le front occidental ? Nous sommes supposés croire que la Suède (et la Suisse) est restée sans rien faire pendant que l'Allemagne occupait le reste de l'Europe, sans se demander si elle n'allait pas être la suivante ? N'était-elle pas concernée ou inquiète de la chute de Paris ?

Je répète que rien n'a de sens ici tant que nous gardons la croyance que ces pays étaient indépendants, gouvernés par des gouvernements élus ou par des monarchies. Les guerres mondiales n'ont de sens qu'en réalisant que tous ces pays sont occupés depuis des siècles par les mêmes personnes et que leurs agents ont dirigé ces pays pour quelques familles internationales. Nous savons déjà que c'est la réalité car ils admettent que tous ces pays sont et ont toujours été gouvernés par de proches cousins. On veut vous faire penser que les guerres sont le résultat des chamailleries de ces cousins en vue du pouvoir mais je vous ai montré que ce n'est pas le cas. Les guerres n'ont pas pour objet un partage du pouvoir, elles sont là pour une consolidation du pouvoir et pour le dissimuler. Les guerres sont une couverture pour la saisie des trésors du monde, les territoires, les minéraux et même l'art. Elles servent à nettoyer les bidonvilles et à rebâtir des cités. Elles servent à tester des armes et des théories de contrôle. Elles servent à cacher des crimes.

Ce qui nous ramène au début de ce papier et à Churchill. Qui a nommé Churchill premier ministre le 10 mai 1940 ? Ce doit être bien sûr le roi George VI, qui est par hasard relié aux lignées royales de Belgique, Pays-Bas, Prusse, Suède, Danemark, Russie, Italie, Espagne et autres pays. Si vous êtes un "Ricain" comme moi, vous pouvez penser que le premier ministre britannique est élu par le Parlement, mais vous avez tort. Vous pouvez penser que le roi ou la reine des Britanniques ne sont aujourd'hui que des figurants, mais vous avez tort. C'est ce qu'on veut vous faire croire mais le premier ministre était et est toujours nommé par le monarque, qui est le chef d'état au Royaume-Uni. Comme je l'ai dit plus haut, ce n'est ni par accident ni par coïncidence que Churchill est nommé premier ministre par le roi le jour même où l'Allemagne démarre son mouvement vers l'ouest. Tout a été coordonné, par-dessus la tête d'Hitler. Hitler n'était qu'un acteur, une façade pour ceux qui géraient l'Allemagne et la guerre. Et qui étaient donc ces gens ? La famille qui gouverne à la fois l'Angleterre, les US, la France, l'Italie, le Danemark, la Belgique, l'Espagne, la Suède, la Russie, etc. En d'autres mots, la famille du roi George VI. George n'était qu'une façade pour sa famille, tout comme Bill Gates ou George Bush : ils mettent leurs rejetons les plus abrutis en scène pour vous mettre sur une fausse piste. Mais le roi George, à la différence d'Hitler, prenait ses ordres d'un parent proche. Un grand-père âgé gouvernait l'ensemble depuis sa tour d'ivoire, mais je ne puis vous dire qui, ni l'emplacement de la tour. Ces choses sont gardées bien secrètes pour des gens comme vous et moi. Tout ce que nous savons, c'est qu'il appartenait aux anciennes lignées Stuart/Levy/Cohen/Komnene/Stanley/Murray, quelle que soit les orthographes de ces noms. Il était en tant que tel un grand-oncle ou un autre parent caché du roi George, de Franklin Roosevelt, de Victor-Emmanuel et de Gustave V, etc. C'était une grosse araignée au centre de cette toile, tissant tous ces événements pour un chaos et un profit maximum – tout comme l'est son successeur.

Ce qui nous ramène à de Gaulle pour terminer ce papier. Qui était-il ?

Notez le nez à la Lennon et les yeux à la McCartney, qui sont un indice flagrant. Effrayant, vraiment, sa ressemblance à Francisco Franco, mais ils étaient bien sûr "cousins".

Franco fait un peu plus turc, dois-je admettre. C'est le sang Marrano, bien sûr.

Bref, le père de de Gaulle était professeur dans un collège jésuite, il fonde plus tard sa propre école (non nommée par Wiki). Sa mère vient d'une famille de riches marchands lillois, du nom de Maillot. Une recherche poussée montre qu'ils étaient des Kolb, ce qui n'est pas un nom français. On les retrouve dans le duché de Bade et ils sont reliés aux Zoller, Kiel, Schofer et Heydt.

Ces Kolb étaient de grands importateurs de tabac. Un frère de de Gaulle [Xavier] a épousé une Gourdon, qui sans doute nous relie aux Gordon, ducs de Gordon. Du côté maternel (Delannoy), de Gaulle est un Mac Cartan [famille d'Irlande], ce qui est étonnant suite à ma plaisanterie sur sa ressemblance avec Paul McCartney. J'ai montré précédemment que McCartney appartient à la noblesse, avec son nom orthographié Macartney. Si vous pensez qu'il n'y a aucun lien entre Mac Cartan et Macartney, je ne sais plus quoi dire. Vous pouvez regarder encore une fois les yeux de de Gaulle :

Rappelez-vous que les Macartney sont reliés aux Gordon. De Gaulle a aussi un Hayez dans ses ancêtres récents, ce qui n'est pas, encore une fois, un nom français. Probablement espagnol/marrano. Et autre chose : sachant qu'Hitler était considéré comme l'un des hommes les plus malfaisants de l'histoire à la fin des années 1940, pourquoi des gens comme de Gaulle, Franco et même des Anglais comme Orwell ont-ils conservé cette horrible petite moustache ? Franco, nous pourrions le comprendre, mais de Gaulle aurait dû souhaiter ressembler à n'importe qui, sauf à Hitler. C'est un autre indice.

À suivre

2 commentaires:

  1. Question pour Apolline :
    Quelle est la signification des mots surlignés en rouge foncés et semble-t-il écrits en bleu ? Renvoient-ils vers un lien dans le texte d'origine en anglais ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont surlignés dans le texte d'origine de Miles, pour attirer l'attention ou faire un rappel et ne renvoient vers aucun lien. Mes commentaires sont comme toujours écrits en bleu entre crochets. Les mots ou phrases qui renvoient vers un lien direct apparaissent écrits en rouge. Voilà.

      Supprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !