dimanche 13 octobre 2019

La Bataille de France, selon Miles Mathis (1ère partie)

Une nouvelle production de Miles qui s'intéresse cette fois à l'Europe et à la "Bataille de France", la période entre mai et juin 1940 qui suit la "Drôle de Guerre"et qui voit l'invasion de la Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg et de la France par l'Allemagne. Elle s'achève par la défaite des armées françaises et la signature de l'armistice par le gouvernement Pétain.

Vous allez lire bien entendu une révision "à la Mathis" et certains passages pourront vous faire grincer des dents, en particulier quand il parle du général de Gaulle (dans la 3ème partie).

C'est comme souvent un très long texte à traduire, je le publie donc en plusieurs parties.

(J'utilise par facilité les abréviations "WW1" et "WW2" pour désigner les deux guerres mondiales.) 

Bonne lecture ! Vos commentaires seront appréciés...

La Bataille de France
 
Rommel et ses hommes à la chasse à la bécasse

Par Miles Mathis (28 septembre 2019)

Traduit par Apolline

La question du jour est : "Comment l'Allemagne a-t-elle pu vaincre la France en cinq jours seulement à l'entrée de la seconde guerre mondiale (WW2) ? Est-ce vraiment crédible ? Non. Tout ce qu'on lit à ce sujet ne tient pas debout. Reynaud, le ministre des Affaires Étrangères, téléphone le cinquième jour à Churchill pour lui annoncer qu'ils sont déjà vaincus, et que décide de faire l'Angleterre ?… quasiment rien. Churchill est premier ministre depuis combien de jours à ce moment-là ? Cinq. Cinq jours. Il a été nommé premier ministre le 10 mai et l'Allemagne attaque la France via la Belgique le 10 mai. C'est dingue comme coïncidence, non ? La France était un pays de 40 millions d'habitants, mais n'a-t-elle plus de troupes à envoyer au front ? Les Alliés ont-ils laissé tomber la France sans poursuivre le combat ?

Souvenez-vous, l'Allemagne a gagné cette "guerre" sans Blitzkrieg [guerre-éclair] aérien sur Paris ou sur d'autres grandes cités françaises. Non, le Blitzkrieg s'est fait en traversant les monts et forêts des Ardennes belges avec des chars. Les "historiens" de Wikipédia nous disent que les Allemands ont gagné si rapidement en
piégeant dans un chaudron le plus gros des forces alliées sur la frontière franco-belge, près de Lille.
Vraiment ? Et vous croyez ça ? Vous pensez que ces chars allemands ont traversé la Belgique, contournant par le nord la ligne Maginot, franchissant collines et rivières et le tout en moins de cinq jours ? Avez-vous déjà vu un char se déplacer ? Ce n'est pas un véhicule génial pour une blitzkrieg car sa vitesse maximum est d'environ 30km/h. Dans les Ardennes, sa vitesse maxi aurait été de 8 km/h, au mieux. En fait, elle devait être proche de… zéro, car les chars ne peuvent tout simplement pas franchir de larges rivières ou des forêts. Il doivent emprunter des ponts, voyez-vous. Les tanks allemands étaient en bon état mais n'étaient pas submersibles ou amphibies. Ils ne peuvent se déplacer en pleine forêt. Oui, un tank peut rouler sur un petit arbre couché, mais n'a pas la puissance pour passer par dessus de gros arbres. Il doit presque tous les contourner. Et aussi, ce passage sur le piégeage des forces alliées dans un chaudron près de Lille ? Pourquoi les forces alliées trainaient-elles dans un périmètre aussi réduit près de Lille ? Devons-nous penser que les cafés y étaient de premier ordre et que tous les officiers allaient y boire de l'absinthe ?



Nous sommes supposés croire que les alliés ont été pris par surprise et qu'ils n'étaient pas préparés. Mais ils ont bien construit Maginot, n'est-ce pas ? Les Allemands devaient la contourner par le nord, ce qui veut dire logiquement que la ligne entre l'Allemagne et la France devait être plus ou moins bien défendue. Sinon, les puissants Allemands l'auraient péniblement franchie grâce à leurs chars magiques, d'accord ? Mais si la France et les alliés avaient les ressources pour créer cette défense efficace, comment n'ont-ils pu avoir les ressources pour défendre plus au nord ? Dès que les tanks allemands quittent l'Allemagne et atteignent le Luxembourg, disons, pourquoi les Français ne tournent-ils pas leurs défenses vers le nord ? Pourquoi les forces aériennes alliées n'attaquent-elles pas l'armée allemande en marche ?

Pour donner une idée de l'absurdité de cette histoire, on a le récit d'un soldat français qui se suicide, mais qui prend le temps d'écrire une carte postale au président français, lui disant qu'il a été courageux et tout et tout, mais qu'il n'a pu repousser les chars avec un fusil. C'est une invention, c'est certain. Pensez-vous qu'un soldat au front a besoin de se suicider ? Non, il n'a juste qu'à se ruer sur le champ de bataille : il sera mort bien assez tôt. Et s'il le fait, il n'écrit pas d'abord une carte postale au président.

L'armée française était-elle à ce point archaïque ? Pourquoi ne pas nous dire que ce soldat n'a qu'un arc et des flèches ? Pensez-vous vraiment que les alliés n'avaient aucun tank ni tout autre armement évolué ? Nous sommes ici à presque  cinq ans de la (fausse) bombe atomique ici [articles traduits sur le BBB en 3 parties: ici, ici et ici] mais nous devons croire que la France en est toujours au moyen-âge, avec des armes chargées par la culasse ou des canons ? On va nous dire ensuite que les Français ont perdu parce que les chevilles en bois de leurs catapultes ont été mangées par les termites.

Je reviens sur l'appel très suspect de Reynaud à Churchill, car le 15 mai, la France n'est pas du tout vaincue. Même en croyant l'histoire officielle, l'Allemagne n'a à ce stade conquis que des places belges, alors pourquoi penser que tout est terminé pour la France ? C'est comme les États-Unis qui capitulent parce que l'Union soviétique a défait le Canada.

Il se peut que vous ayez cette récurrente petite question qu'aucun "vrai" historien ne pose : comme les Allemands avaient attaqué à l'ouest par la Belgique et la Hollande aussi bien pendant la guerre franco-prussienne que celle de 14, pourquoi les Français et les Anglais sont-ils aussi sûrs qu'ils ne feront pas de même en 1940 ? Pourquoi avoir interrompu la ligne Maginot au Luxembourg, laissant les frontières belges et hollandaises ouvertes ?


L'Allemagne est limitrophe de la Belgique et de la Hollande et certaines des plus grandes villes allemandes, Essen, Cologne, Bonn, Düsseldorf, Dortmund, Wiesbaden, Mayence et Francfort se situent non loin de la frontière. Alors pourquoi n'y a-t-il pas de ligne Maginot là ? En fait, la frontière allemande au nord du Luxembourg est deux fois plus longue que celle de Bâle au sud, pourquoi les alliés ont-ils tout fait pour ignorer cette frontière-là ? À cause des Ardennes, nous dit-on. Mais les Ardennes ne bloquaient environ que le quart sud de cette frontière avec l'Allemagne, les Allemands pouvaient donc facilement la contourner. Vous ne devriez pas entendre parler du tout des Ardennes ici et le fait que ce soit mentionné si ostensiblement est simplement la preuve que tout n'est que mensonge.

Si vous posez cette question à Quora.com, vous trouverez ceci en tant que réponse la mieux classée (par Joshua Millins) :
Les trouées se situaient sur le territoire d'une nation neutre alliée (la Belgique), il y avait ensuite la forêt des Ardennes apparemment impraticable par des véhicules blindés. Personne ne leur imaginait une quelconque utilité pour une nouvelle attaque massive par l'est. Mais c'était sans compter sur l'ingéniosité et l'extrême agressivité des Allemands.
Vous voyez comme on détourne maladroitement l'attention. D'abord, ignorer la Hollande. Ensuite, dire que la Belgique est neutre, même si elle a été mise à sac pendant WW1 et savait qu'elle ne pouvait être neutre. Puis mentionner les Ardennes, qui ne bloquaient qu'un quart de cette longue frontière. Enfin faire comme si les alliés ont été choqués par l'ingéniosité du commandement allemand qui a eu l'idée de traverser tranquillement une longue frontière sans protection à quelques kilomètres de leurs grandes cités industrielles.

Dans le premier paragraphe de la page Wikipédia sur la ligne Maginot, nous trouvons ceci :
Construite du côté français de ses frontières avec l'Italie, la Suisse, l'Allemagne et le Luxembourg, la ligne ne s'étendait pas vers la Manche en raison de l'alliance à l'époque avec la Belgique. Malheureusement quand WW2 débuta à l'ouest le 10 mai 1940, la Belgique était devenue une nation neutre, pour tenter, de pair avec les Pays-Bas, d'apaiser Adolphe Hitler et son troisième Reich toujours plus agressif.
Vous voyez pourquoi je rigole ici ? La ligne ne s'étendait pas au nord en raison d'une alliance avec la Belgique ? De quelle alliance parlent-ils ? On dirait presque qu'ils suggèrent une alliance germano-belge, car c'est la seule façon de la rendre plausible. Si ces deux pays étaient alliés, la Belgique n'avait alors aucun besoin d'une ligne de défense, d'accord ? Mais comme la Belgique a été détruite par l'Allemagne pendant WW1 et la guerre franco-prussienne, elle ne peut être alliée à l'Allemagne. En fait, elle était alliée à l'Angleterre et à la France, comme on s'y attendrait. Ce qui veut dire qu'elle devait construire une ligne de défense contre l'Allemagne. Étant donnés les événements du siècle précédent, elle devait être bien plus effrayée que la France par l'Allemagne. La Belgique devait dépenser une large part de son PNB pour construire une grande muraille de Chine le long de sa frontière, avec d'énormes aides de la France et de l'Angleterre. Pareil pour la Hollande. On nous dit à la place que la Belgique n'a presque rien fait, préférant tenir un discours de neutralité avec les Allemands. Encore une fois, cela n'a aucun sens. Ce n'est pas crédible et c'est donc une nouvelle preuve de mensonge. Le fait même que la Belgique, la Hollande, la France et l'Angleterre laissent cette frontière complètement ouverte est une preuve suffisante que tout a été mis en scène dès le départ.

On nous dit que les Allemands ont vaincu si vite la Belgique grâce à leur supériorité aérienne. La Luftwaffe aurait détruit la résistance belge en moins d'une semaine malgré un soutien aérien immédiat des Français et des Britanniques. La question soulevée à ce stade est… si l'Allemagne était si supérieure tant à terre que dans les airs, pourquoi a-t-elle eu besoin de traverser la Belgique ? Pourquoi ne pas survoler la ligne Maginot et attaquer directement Paris? Pourquoi ne pas attaquer directement Londres le 10 mai ? Pourquoi s'embêter avec ces stupides belges ou hollandais ? Encore mieux, pourquoi s'embêter à construire tous ces tanks? Pourquoi ne pas tout miser sur les forces aériennes et attaquer directement Londres et Paris ? Dès l'entrée des Américains dans la guerre, Hitler devait voler aux US et rayer New-York et Washington DC de la carte en les bombardant. Les US sont censés avoir volé jusqu'au Japon juste deux ans plus tard pour réaliser un truc similaire, si donc on peut traverser le Pacifique en vol, ne pensez-vous pas qu'Hitler pouvait survoler un océan Atlantique bien moins large ? Pourquoi ne l'a-t-il pas fait ?

Pareil avec Hirohito qui a traversé le Pacifique mais qui pour une raison quelconque décide d'attaquer la ridiculement petite cible de Pearl Harbor. Pourquoi ne pas attaquer Los Angeles ou San Francisco ? Quand nous avons attaqué le Japon avons-nous visé une petite île au large ? Non, nous avons attaqué Tokyo et des cibles militaires majeures. Mais les Japonais se sont certainement embrouillés. On leur avait peut-être dit qu'Honolulu était la capitale des US.

Mais revenons en Europe. La bataille de Sedan débute le 12 mai, tout juste deux jours après le début de la bataille de France. On nous dit qu'à ce moment-là les Allemands se sont déjà approchés d'Amsterdam et de Rotterdam. Vraiment ? Notez qu'ils ne disent pas que les avions allemands ont atterri près de là. Il disent que l'armée allemande, chars compris, se trouve là. En Belgique, les Allemands étaient déjà près de la rivière Dyle, juste à l'est de Bruxelles. Nous sommes donc supposés croire que d'énormes divisions blindées, avec des tanks, ont parcouru 240 km à travers un territoire ennemi montagneux et boisé en seulement deux jours ?

Souvenez-vous, on nous a dit que les forces d'invasion étaient divisées en deux groupes, A et B, avec B pour faire diversion. Le groupe A est la réelle force d'invasion, faisant route vers le sud par le Luxembourg et les Ardennes (ce qui allonge encore plus le voyage, bien sûr). Par ailleurs, le groupe A comprend de lourds Panzer III et IV, plus lents et moins manœuvrables. À ce titre, ils devaient avoir plus de mal à traverser les forêts et franchir les montagnes et les rivières. Juste pour que vous le sachiez, il y a trente rivières dans les Ardennes belges et très peu de ponts au-dessus capables de supporter le trafic de 1700 très lourds tanks. Croyez-vous toujours que tout ceci s'est fait que deux jours ? Même si la Luftwaffe éconduisait l'attaque des forces aériennes alliées réunies, il est exclu que tous ces tanks puissent traverser cette région en deux jours.

Pour l'expliquer, on nous présente deux versions différentes. Dans la première, les Français estimaient qu'il faudrait deux semaines à l'armée allemande pour traverser les Ardennes jusqu'à la Meuse, et ils ne se trompaient que de 12 jours et demi. Dans la seconde, on nous raconte que le général Prételat avait organisé des manœuvres dans les Ardennes en 1938 avec des brigades de blindés et avait découvert que les Français n'étaient pas préparés à de telles attaques. Selon Evans, le résultat était si désastreux "qu'on s'était demandé s'il était sage de le publier, de peur de casser le moral des troupes". De nouveau, cette histoire semble fabriquée. Impossible à croire. Doit-on croire que les Français savaient que les Ardennes étaient faciles à pénétrer mais qu'ils n'en ont pas fait mention à leurs alliés, n'ont pas publié l'information et n'ont pas prolongé la ligne Maginot vers le nord pour y faire face ? Ils ont juste laissé leur flanc nord ouvert, parce que le fermer aurait "cassé le moral" ? Qui va croire ce truc ?

Rappelez-vous que les Français ou les Belges n'avaient pas besoin de fortifier la totalité des Ardennes. Ils n'avaient qu'à placer une poignée de leurs gens près des ponts d'importance majeure et leur fournir de la dynamite. Ils pouvaient retarder l'avance de l'ensemble de l'armée allemande sans rien faire d'autre. Mais ils ont décidé de ne pas le faire parce que cela serait mauvais pour le moral.

Une armée en route peut réparer les ponts dans la foulée, me direz-vous, ce qui est vrai. Mais ils ne peuvent les réparer instantanément, surtout des ponts qui doivent supporter 1700 pesants tanks. Les habitants n'avaient pas besoin d'attaquer les tanks allemands au fusil. Il leur suffisait de détruire quelques ponts. C'est particulièrement vrai concernant la Meuse. L'armée allemande n'aurait jamais pu traverser la Meuse en deux jours si les habitants du coin avaient fait sauter ses ponts pendant qu'elle crapahutait dans les Ardennes. Pas besoin d'une coordination de l'armée française, mais de quelques locaux seulement. Alors l'idée que les Allemands arrivent d'une traite à la Dyle en deux jours est absurde. C'est écrit pour des lecteurs qui n'y connaissent pas grand-chose… en fait, rien.

On dit que les Allemands utilisaient des pontons flottants, mais encore une fois des pontons flottants ne s'installent pas tout seuls. Il ne suffit pas de tirer un câble et de les voir se déployer. Il faut les installer et si vous les installez en territoire ennemi, vous êtes ouverts au feu des habitants. Par leur nature, ils sont même encore plus faciles à détruire que les vrais ponts. Amusant, Wikipédia a une page sur les pontons flottants, avec des sections sur les ponts américains, britanniques et soviétiques. Quelque chose manque ? Pas de pontons allemands. En bas de la page il y a deux photos de pontons allemands pendant WW2, mais elles montrent les batailles de Kiev et Uman en 1941. Rien en Belgique.

De plus vous pourriez vous souvenir d'une petite chose appelée le plan Schlieffen, grâce auquel les Allemands ont démarré WW1 en attaquant la France par le nord et en traversant la Belgique. Oui, c'était pendant la PREMIÈRE guerre mondiale. Ils avaient fait à peu près la même chose, se servant de la Belgique comme d'un champ de bataille après avoir traversé les Ardennes. Mais sommes-nous supposés croire que quelque 25 ans plus tard, les Allemands se sont faufilés en France et en Belgique en passant par les Ardennes ? Les généraux français pensaient que les Ardennes étaient "impénétrables", alors que les Allemands y avaient bien réussi en 1914 ?

La photo provient de la page Wikipédia [celle en français] sur WW1. Vous voyez toutes les flèches rouges au-dessus des Ardennes ? Ne pensez-vous pas qu'ils vous prennent pour des imbéciles ?

Comme à l'accoutumée, nous n'avons donc aucune continuité dans ces histoires de guerre. Ils ne font qu'inventer au fur et à mesure, sans considération pour une quelconque logique. Voilà ce qu'ils font : ils embauchent des rédacteurs pour gribouiller quelques centaines ou millier de pages puisque personne ne lira de près. Peu importe que ce soit clair. C'est un récit boiteux pour des handicapés de la logique.

Pour une autre preuve, voyez le plan Halder, qui ressemblait bougrement au plan Schlieffen et réactualisé en 1940. Mais on nous dit ceci :
Quand Hitler souleva des objections au plan et préconisa à la place une percée par des blindés comme pour la récente invasion de la Pologne, Halder et Brauchitsch tentèrent de le dissuader, argumentant que même si les tactiques mécanisées rapides étaient parfaites contre une "mauvaise" armée européenne orientale, elles ne fonctionneraient pas contre une excellente armée comme celle de la France.
Voyez-vous une légère contradiction là ? Même les Allemands savaient que l'armée française n'était pas qu'un groupe de péquenots armés de lance-pierres. Le haut commandement allemand tablait sur une durée de deux ans pour entrer en France. Alors comment cela ont-ils pu le faire en cinq jours ? On nous dit aussi que les Français avaient 2500 tanks en ligne ayant servi dans la Drôle de Guerre qui précéda la bataille de France. Mais je suppose que tous ces tanks se sont embourbés à côté de Metz ? Plus loin on nous dit que les blindés français était en fait meilleurs que ceux des Allemands. Mais quand Guderian s'est lancé avec ses Panzers, on oublie cette histoire. Les Français se sont repliés immédiatement.

La question sur des ponts qu'on fait sauter et qui stoppent l'avance allemande est supposée recevoir une réponse par le récit du fort d'Ében-Émael, mais c'est l'un des plus stupides de toute la guerre. Bien que le fort soit le plus moderne de la région et tenu par 1200 soldats belges, il aurait été neutralisé en quelques minutes par 78 Allemands en planeurs :
Le 10 mai 1940, 78 parachutistes de la 7ème division atterrirent, largués par des planeurs DFS 230, sur la forteresse, armés d'explosifs spéciaux pour attaquer la forteresse et son artillerie. Les défenses du fort furent complètement prises au dépourvu. La plus grande partie de l'armement défensif fut détruit en quelques minutes. Les attaquants ne purent pénétrer dans les galeries souterraines mais la garnison ne parvint pas à les déloger à l'extérieur du fort. La forteresse se rendit un jour plus tard, quand les parachutistes eurent le renfort du 151ème régiment d'infanterie allemand. Bien que la présence de 1200 soldats soit prévue en permanence au fort, seuls 650 plus 233 autres six kilomètres plus loin se trouvaient là au moment de l'assaut allemand.
Cela vous semble-t-il cohérent ? Des planeurs ? Pourquoi ne pas venir sur des ailes de poules et balancer des œufs ? On apprend qu'à d'autres endroits les Belges savaient que les Allemands arrivaient. Les alliés faisaient des reconnaissances tout comme les Allemands et ils ont vu les troupes se masser près de la frontière le 9 mai. Et nous sommes ici encore supposés croire que seule la moitié des soldats était présente, dont beaucoup en pique-nique. De plus, les chiffres ne collent pas. Si 233 étaient là à cueillir des fleurs et à manger du gouda, où étaient les 317 autres ? En permission à Anvers en train de s'occuper des prostituées ? Et pourquoi un fort si lourdement armé et habité n'a-t-il pu déloger quelques parachutistes tombés du ciel ? Un seul régiment d'infanterie apparaît et le fort se rend, parce que des planeurs atterrissent sur le toit ? Allons donc ! Et même si cela a eu lieu, comment la totalité de l'armée allemande avec ses tanks a-t-elle pu poursuivre sur Bruxelles et au-delà ? Ce fort est au nord, pas même sur le trajet de la principale division censée traverser le Luxembourg et les Ardennes, sa chute ne répond donc même pas à la question. Ces divisions avaient encore besoin de passer la Meuse et on ne nous dit pas comment ils l'ont fait.

Ensuite, ils admettent que les alliés ont gagné des batailles contre les chars allemands à Hannut et Gembloux, ce qui n'explique toujours pas comment les Allemands ont atteint Bruxelles aussi rapidement. On nous dit que la bataille de Sedan explique tout, mais non. J'ai déjà demandé comment les Allemands sont arrivés à Sedan en seulement deux jours et il n'y a aucune réponse. Une fois à Sedan, l'histoire déraille de plus belle. Nous avons au contraire ce conte de fées :
Les défenses françaises à Sedan étaient faibles et négligées. Les Français ont longtemps pensé que l'armée allemande n'attaquerait pas le secteur de Sedan dans le cadre de leur effort de regroupement et seule la 55ème division d'infanterie, celle de catégorie B du brigadier général Pierre Lafontaine, était affectée à ce secteur. La ligne Maginot s'achevait à 20 km à l'est de Sedan au lieu-dit La Ferté, où le fort n°505 constituait sa position la plus à l'ouest. Sedan faisait partie de la ligne Maginot qui s'étendait au nord, derrière la Meuse. Entre Sedan et La Ferté se trouve la brèche de Stenay, zone non protégée par des obstacles naturels et non couverte par les défenses françaises. Un nombre important de généraux avaient pour cette raison insisté sur le besoin de renforcer ce secteur, tout en ignorant Sedan.
Donc il manque juste 20 km à ces stupides alliés en stoppant là leur ligne Maginot et sans envisager que les Allemands peuvent remarquer ce grand vide. Comme réponse, on nous abreuve de l'étrange récit selon lequel des généraux français en chef, comme Huntziger, n'imaginaient pas une attaque allemande par les Ardennes et sur la Meuse. Vous voulez dire comme ce fut fait pendant WW1 ? Non, ils n'essaieraient pas de nouveau ce vieux truc. Notez de plus le nom de ce général. Personne n'a pensé que c'était un signal d'alarme ? Un général allemand dans l'armée française, eh ? [J'ai fait des recherches, Huntziger serait né en Bretagne mais ce nom de famille est surtout répandu en Alsace, il pourrait donc avoir une origine allemande] Rien à voir là. Mais bien entendu les Belges et les Français ne pouvaient pas ignorer Sedan car c'est là où se trouve le pont. L'histoire que vous font ingurgiter les médias vous égare dans vingt compte-rendus différents mais tous centrés sur ce pont. Il fallait le détruire avant l'arrivée des Allemands et la bataille aurait eu lieu sur le ponton flottant que les Allemands auraient tenté d'ériger. Il aurait été presque impossible à défendre, car un seul avion allié pouvait le détruire.


À suivre...

11 commentaires:

  1. Pont flottant allemand sur la Meuse : https://www.etaletaculture.fr/wp-content/uploads/2019/04/pont-flottant-meuse-mai-1940-allemands-foncent-vers-paris.jpg

    WW1 aussi : https://www.museedelagrandeguerre.eu/fileadmin/user_upload/mediatheque/musee_grande_guerre/Mecenat/cartel_barge.jpg

    WW2 : Mon père a assisté au déploiement d'un pont flottant allemand sur la Loire

    RépondreSupprimer
  2. https://pt.wikipedia.org/wiki/Batalha_de_Sedan_(1940)#/media/Ficheiro:Bundesarchiv_Bild_146-1978-062-24,_Floing,_Pontonbr%C3%BCcke_%C3%BCber_die_Maas.jpg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Paul, je transmets la photo à Miles. On a donc bien laissé passer les Allemands.

      Supprimer
  3. A mon avis, Miles Mathis a soulevé un gros lièvre en ce qui concerne les ponts. Effectivement, ça pose un gros problème par rapport à la guerre éclaire. Si ça doit prendre des plombes pour pouvoir franchir un cours d'eau, ça annule le concept de guerre éclaire. Et sans guerre éclaire, par de victoire des allemands.

    D'une façon générale, les cours d'eau un peu larges sont un vrai problème. Avec les canons, les obusiers et les possibilités de reconnaissance aérienne, il aurait dû être très difficile de construire des ponts flottants. Ils auraient dû être détruits immédiatement. Donc, les fleuves auraient dû arrêter les armées pendant des longues semaines, si ça n'est pas des mois. Le fait que ça n'ait pas été le cas va dans le sens de l'idée que la 2ème guerre mondiale était une mise en scène avec le résultat décidé à l'avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Hexzane ! Mise en scène et fabrication du plan comme pour WW1, comme le décrit le livre de Gerry Docherty et Jim Macgregor.

      https://bistrobarblog.blogspot.com/2017/11/les-origines-secretes-de-la-premiere.html

      Supprimer
  4. On peut penser que c'est à cause de ce problème des ponts qu'Hitler a lancé la stupide opération Luttich (la contre-attaque de Mortain) qui a abouti au désastre de la poche de Falaise.

    Il fallait qu'il y ait ce désastre pour justifier une retraite générale jusqu'à la ligne Siegfried et donc un abandon de la ligne de défense de la Seine.

    Sinon, les allemands auraient dû pouvoir se replier sur la rive nord de la Seine et empêcher les alliés de passer en détruisant les ponts. Et là, ces derniers auraient pu être bloqués pendant des mois. Encore le problème des ponts.

    Mais ça n'est pas ce que voulait l'élite. Ça devait poser un problème de timing. Donc, ils ont fait en sorte qu'Hitler fasse cette énorme "erreur".

    Du coup, c'est pour ça que les alliés ont pu s'enfoncer comme dans du beurre en France et atteindre la Belgique en moins de 15 jours en septembre 1944. C'est qu'il n'y avait plus personne en face.

    Avec cette retraite générale des allemands, il n'y a pas eu à trouver une explication au passage du fleuve par les alliés. Les allemands partis, c'était facile d'installer des ponts flottants.

    Et c'est valable d'ailleurs pour les autres cours d'eau présents dans le nord de la France et en Belgique. Avec l'armée allemande en déroute, il, n'y avait plus de problème vis à vis des ponts.

    On peut penser que c'est en partie pour ça qu'on a eu ces histoires très émotionnelles de massacres de civils (Oradour sur Glane, etc...) et la libération de Paris par les troupes françaises. Il fallait détourner l'attention des gens de cette énorme erreur d'Hitler (et de toutes les erreurs qui avaient précédé durant la période du débarquement). Et pas seulement les gens de l'époque bien sûr, mais aussi les générations futures.

    Comme par hasard, on trouve peu de choses sur cette retraite générale des allemands sur Internet. On nous parle de la libération de Paris, du Havre, des massacres de civils. Mais pour la partie principale, dans les rares fois où on a un document qui en parle, c'est expédié la plupart du temps en 3 ou 4 lignes. Les alliés ont franchi la Seine. Et fin septembre, hop, on ne sait pas comment, ils se sont retrouvés en Belgique.

    PS : bien sûr, les ordres d'Hitler interdisant le moindre recul ont également abouti à des pertes énormes en Normandie. Ça a participé à l'obligation de faire une retraite générale vers la ligne Siegfried.

    RépondreSupprimer
  5. @ Apolline,

    Oui, j'ai parlé brièvement de la 1ère guerre mondiale sur mon blog sur Hitler. Mise en scène bien sûr. Je n'ai pas tellement développé parce que comme je pense que c'était une étape intermédiaire pour installer d'autres éléments du puzzle aboutissant à la 3ème guerre mondiale, c'était moins important que la 2ème guerre mondiale. Mais, on pourrait se pencher aussi sur les incohérences qu'il y a eu.

    RépondreSupprimer
  6. Sinon, dans le genre bataille truquée, on a la plus grande bataille de tank à Koursk en 1943 (la bataille de Prokhorovka). Là, c'est encore mieux, elle n'a jamais eu lieu. C'est ce qu'on peut voir ici (en anglais) :

    http://www.preearth.net/phpBB3/viewtopic.php?f=22&t=1182&sid=35fe41412679a9fc79454db2269edda6

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour apolline. Ma mère m'a raconté que en 1936 les gens devaient déclarer leurs armes à la gendarmerie. Plus tard juste avant la guerre ils sont passés les réquisitionner ou on percé les canons. Ce qui diminuait toute résistance par les armes pensez vous donc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bizarre en Algérie pendant la période GIA dans les années 90 l'armée à réquisitionné les fusils de chasse ce qui à favoriser les massacres dans les villages.

      Supprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !