Bistro Bar Blog

dimanche 2 décembre 2012

Ultraman, 2 décembre 2012


Ultraman continue son exploration de la vidéo de la téléconférence publiée par TEPCO qui a enregistré ce qui s'est passé les premiers jours après l'accident. Il poste sur cet article une vidéo d'une heure trente que je vous épargne, tout le monde parle japonais (normal!), il n'y a aucun sous-titrage anglais.

Vidéo de la téléconférence de TEPCO entre le 16 mars et le 6 avril 2011, qui montre l'incompétence de TEPCO, avec ingérence du gouvernement (1)




On entend le responsable de la centrale de Fukushima, Yoshida, disant avec colère à un responsable du siège social de TEPCO :
''S'il [le réacteur3] explose, nous allons tous mourir. Vous comprenez ? Prenez ça au sérieux et inventez une procédure !''
Il parlait de l'opération du largage d'eau par un hélicoptère des forces d'auto-défense à la demande de l'administration Kan, qui s'est finalement réalisée le 17 mars.
Le 30 novembre 2012, TEPCO a publié 336 heures de sa vidéo de la téléconférence entre le 16 et le 23 mars et entre le 30 mars et 6 avril 2011. TEPCO n'a rendu public que deux heures de vidéo (sur internet). Le reste de la vidéo n'est disponible qu'au siège social de TEPCO et uniquement par une presse qualifiée (membres du club de presse japonais).

Une de ces presses qualifiées, le Sankei Shinbun, a visionné une partie de la vidéo et a écrit une série d'articles sur ce qu'ils ont découvert.

Les extraits du Sankei Shinbun (1er décembre 2012) à propos de la pulvérisation d'eau par les forces d'auto-défense sur la piscine de refroidissement du réacteur 3 dépeignent la scène de confusion et de colère.

Mise en garde : le Sankei a fortement critiqué les administrations du parti démocrate japonais (PDJ) et ils ont fait tout leur possible pour souligner l'ingérence maladroite des hommes politiques du PDJ.
[Le 16 mars 2011, le responsable de la centrale Yoshida s'adresse sévèrement à un responsable du siège social de TEPCO. Quand le responsable du siège social suggère que Yoshida devrait planifier l'urgence, Yoshida se fâche et arrête d'employer les formules de politesse du japonais et se lâche, ce que je ne peux rendre complètement en anglais, mais j'ai essayé de mon mieux.]
Le responsable de la centrale Masao Yoshida :''Comment vont-ils injecter l'eau ? J'aimerai bien que vous nous indiquiez un peu plus clairement quoi faire. Ce n'est pas un mode d'emploi qui va remplacer un manuel de procédure.''

Le responsable du siège social : ''Il est important d'établir une procédure, mais je pense aussi nécessaire de vous préparer à une retraite rapide d'urgence.''

Yoshida : ''Oui, mais je veux que le quartier général crée un manuel de procédure. Vous n'en avez pas, de manuel ? Vous pensiez qu'en versant simplement de l'eau, ça allait le faire, c'est ça ? Nous sommes tous à regarder autour [du réacteur]. Et vous savez quoi, s'il explose, nous allons tous mourir, vous comprenez ? Bon, allez-y, je comprends qu'il faut y aller maintenant. Alors soyez sérieux et inventez une procédure, s'il vous plaît !''

-----------------
(17 mars 2011 à 9h48, le premier hélicoptère est arrivé et on montre à la TV le largage d'eau sur le réacteur 3)
Un ouvrier de la centrale : ''C'est ça ? Où est l'eau ?''
Un autre ouvrier : ''Ah bon. (l'eau) n'a pas atteint le réacteur 3. C'est quoi ce truc ?''
Le 1er ouvrier : ''Oh bon...c'est juste une pulvérisation.''

Vaporiser de l'eau par voie des airs et le filmer en vidéo et publier la vidéo dans le monde entier était une idée de l'administration Kan pour montrer au monde que l'administration contrôlait l'accident. Après visionnage de la vidéo, selon l'ancien responsable du département d'état Kevin Maher, les responsables du gouvernement américain ont appelé l'ambassadeur du Japon et lui ont dit,
''Écoutez, vous devez vous occuper de ça sérieusement. Nous ne savons pas ce qui va arriver.''
Maher racontait dans son interview de janvier cette année que le gouvernement US était terrifié rien que d'y repenser. Il a publié l'année dernière un livre sur l'accident et la réponse du gouvernement (le Japon qui ne peut se décider), mais personne au Japon ne semble y avoir prêté attention, car il contredit l'histoire officielle du Japon et des US qui n'étaient que louanges pour ces opérations osées en face d'une caméra.
En parlant d'hélicoptère, Maher a dit aussi l'année dernière que l'un des objets offert gratuitement par le gouvernement américain au gouvernement japonais juste après l'accident nucléaire était un hélicoptère télécommandé. Après tergiversations, avec le gouvernement japonais qui posait des question techniques pour des détails insignifiants sur l'hélicoptère et son fonctionnement, la grande question est finalement sortie du gouvernement japonais :''Dans l'éventualité que l'hélicoptère soit contaminé par les radiations, comment ça va se passer pour les dédommagements?''

Les officiels US ont dû penser qu'ils parlaient avec des extraterrestres.


Vidéo de la téléconférence de TEPCO du 16 mars 2011 : ''Au menu du déjeuner, des biscuits et du poisson en conserve''


À environ 50 minutes de la vidéo, le 16 mars on entend l'annonce suivante :
Ici le comité d'entraide. Le déjeuner est distribué à... au menu, biscuits et poisson en conserve. Apportez s'il vous plaît votre cuillère. Si vous n'en avez pas...
Je n'oublierai jamais l'officiel de la NISA disant en mars l'année dernière qu'il n'y avait personne au gouvernement qui ait pris la responsabilité de fournir aux ouvriers de la centrale une nourriture décente. Il disait, ''Oui, nous sommes conscients de la situation, mais c'est fondamentalement le problème de TEPCO. Non, nous n'allons rien faire à ce sujet.''
Les ouvriers n'avaient pas non plus assez de couvertures au début.

Comme presque personne au Japon n'a prêté attention aux détails de certains événements et pourquoi c'est arrivé, ils se répéteront au prochain accident.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.