Bistro Bar Blog

mardi 18 décembre 2012

Ultraman, 18 décembre 2012

Il y en a qui se frottent les mains avec les résultats des élections japonaises...


L'Australie célèbre la victoire du PDL au Japon, montée en flèche du cours des mines d'uranium


Les sociétés minières d'uranium australiennes sont optimistes sur la remise en service des réacteurs japonais sous l'administration du PDL, car elles sont certaines que 100 millions de dollars dépensés quotidiennement au Japon pour des importations de charbon, pétrole et gaz sont simplement intenables. L'Australie est là pour aider, disent-elles.

Le Sydney Morning Herald rapporte que le cours de la société Paladin (extraction d'uranium) a grimpé de plus de 8 % lundi au lendemain du résultat des élections au Japon.

D'après leur article (18 décembre, c'est moi qui souligne) :
Les producteurs confiants en une demande japonaise
Par Paddy Manning

La demande mondiale d'uranium est prévue de rebondir avec un redémarrage graduel des réacteurs nucléaires japonais par le nouveau gouvernement du PDL, élu ce week-end.

Greg Hall, le directeur de Toro Energy, a dit que le Japon dépense 100 millions de dollars supplémentaires par jour pour importer du charbon, du pétrole et du gaz, ce qui représente un ''coût très très élevé''.

Après les élections du week-end, il a dit que le pays avait la volonté politique de redémarrer ses réacteurs. Une nouvelle autorité indépendante de sécurité serait mise en place en avril et la capacité nucléaire du Japon serait restaurée d'ici 2013-2015.

Les cours de l'uranium de sociétés comme Paladin Energy et Rio Tinto Energy Resources Australia ont grimpé lundi – de 8 et 5 % respectivement – ainsi que celui de l'oxyde d'uranium.

Le directeur de Paladin Energy, John Borshoff a prédit que l'Allemagne, également, finirait par revenir au nucléaire. ''L'Allemagne ne peut survivre sur une base non-nucléaire avec tous les pays environnants qui lui envoient de l'électricité. Comment le Japon pourrait-il survivre en tant que pays insulaire ?

M. Borshoff a dit qu'il était impossible au Japon de continuer sans sa capacité de fabriquer 27 % de son électricité. ''Nous travaillons sur une base de programmes nucléaires qui finiront sous une forme modifiée. L'Allemagne a ouvert un chemin sans retour mais je pense que dans 8-10 ans ils reverront leur orientation.''

L'analyste d'UBS ressources a fait bon accueil aux nouvelles du Japon en disant qu'il y avait eu 18 mois ''torrides'' pour les marchés de l'uranium depuis la fermeture des réacteurs de Fukushima Daiichi.

Le Japon a fermé sa flotte de 54 réacteurs, entraînant des coupures de courant et l'augmentation des prix du charbon, du pétrole et du gaz.

(...)
Un autre analyste, Tom Price, a dit que les réacteurs de Fukushima Daiichi étaient parmi les plus vieux et condamnés à une fermeture d'ici deux ans. ''Fukushima a été une vraie tragédie mais le nucléaire est une réelle alternative aux centrales électriques basées sur le charbon et relativement bon marché, une fois construites.''

(...)
'M. Bershoff a dit qu'il était impossible au Japon de continuer sans sa capacité de fabrication de 27 % de son électricité'' ??
M. Borshoff n'est manifestement pas au courant (ou choisit de ne pas l'être) que le Japon a tenu sans ses soi-disant 27 % de capacité de fabrication d'électricité depuis le 11 mars 2011 et il n'a souffert que de coupures de courant grâce à Yukio Edano et à la NISA.

Tom Price...''''Fukushima a été une vraie tragédie mais le nucléaire est une réelle alternative aux centrales électriques basées sur le charbon et relativement bon marché, une fois construites.''
Les centrales nucléaires ont besoin de l'électricité provenant d'autres sources de courant pour fonctionner, et pour lui, dire que le nucléaire est bon marché une fois la centrale construite, je pense qu'il suppose qu'un accident n'arrivera jamais.

Le PDL a gagné les deux tiers des sièges en recueillant les votes de seulement 25 % des votants éligibles. C'est tout juste un mandat, mais c'est la politique qui n'en a rien à faire qu'une majorité de citoyens veuille autre chose.

M. Hall dit une chose qui me stresse beaucoup : une nouvelle autorité indépendante de sécurité sera en place en avril. Soit il ne sait pas qu'existe déjà l'Autorité de Régulation Nucléaire, soit l'actuelle ARN va être abandonnée, ce que je crains depuis longtemps.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.