Bistro Bar Blog

samedi 15 décembre 2012

Ultraman, 15 décembre 2012


Suite de l'enquête sur la présence de failles actives sous les centrales nucléaires et conduite vertueuse d'un homme politique.

Autorité de régulation nucléaire : La centrale Higashidori en Aomori pourrait se trouver sur des failles actives, redémarrage douteux


Pendant que la nation est absorbée par l'élection à venir du 16 décembre, la très maligne ARN sort et fait les contrôles de sites les uns après les autres. Elle vient de déclarer les zones de fracture sous le réacteur de la centrale de Tsuruga comme ''failles actives'', ce qui indique qu'il n'y aura même pas d'inspection de sécurité pour un redémarrage.

Aujourd'hui, après avoir passé deux jours à la centrale d'Higashidori en Aomori, le même groupe de chercheurs avec à leur tête le Dr Shimazaki, président de l'ARN, dit qu'il est probable que les failles qui traversent l'enceinte de la centrale soient actives et qu'elles se seraient déplacées il y a moins de 100.000 ans. Comme pour la centrale de Tsuruga, les 5 experts étaient tous d'accord.

Allez-y, géologues et sismologues de l'ARN, avant que le parti démocrate libéral ne vous vire.

D'après Kahoku Shinpo (15 décembre) :

Investigation de l'ARN sur de ''Possibles failles actives'', un redémarrage peut s'avérer difficile

Le 14 décembre, l'équipe de contrôle des sites de l'ARN a terminé son enquête de deux jours sur les failles de l'enceinte de la centrale d'Higashidori exploitée par Tohoku Electric Power Company. Le chef de l'équipe le Dr Shimazaki, président de l'ARN, a dit que certaines failles ''peuvent avoir été actives il y a quelque 100.000 ans.'' Les 5 membres de l'équipe ont souligné la possibilité de failles actives.
Les résultats en seront discutés lors d'une réunion à Tokyo le 20 décembre. Tohoku Electric pourrait être obligé de revoir son évaluation sismique des réacteurs nucléaires et le redémarrage de la centrale pourrait s'avérer difficile.

Pour les deux failles, ''F-3'' et ''F-9'' qui courent du nord au sud à l'ouest des réacteurs, les enquêteurs sont allés dans le fossé pour examiner de près les caractéristiques géologiques autour des failles. Les chercheurs ont également étudié les documents soumis par Tohoku Electric, y compris l'application permettant d'installer un réacteur nucléaire.

Selon les normes sismiques mises en place par le gouvernement national, une faille active à l'intérieur de l'enceinte qui a moins de 120.000 à 130.000 ans d'âge doit être prise en compte. Le président Shimazaki a soulevé la possibilité que les failles F-3 et F-9 se sont déplacées il y a moins de 100.000 ans et il a dit, ''Si nous envisageons cette possibilité, cela explique le changement dans les strates des petites failles proches ''s-14'' et ''s-19''.
En parlant de la réunion du 20 décembre, le Dr Shimazaki a dit, ''Le point de discussion fondamental sera si nous pouvons dire que ce sont ''des failles actives ou non.''

Le vice-président de Tohoku Electric, Takeo Umeda a dit, ''Les experts peuvent avoir leur propre opinion, mais nous avons les nôtres et nous en parlerons à la réunion du 20 décembre.'' Il a souligné de nouveau la vision de la compagnie qu'il n'y aurait pas de faille active qui nécessiterait de réviser la conception sismique.

Merci au Dr Shimazaki, je comprends maintenant totalement la position de Tohoku Electric, ou de n'importe quel exploitant de centrale. Tohoku Electric ne voit aucune faille active parce que ce n'est pas ce qu'il cherche. Il cherche une confirmation qu'il n'y a pas de faille active et tant qu'il n'y a pas cette confirmation il peut continuer à chercher. Continuer à chercher est aussi valable que l'absence de faille.


C'est ce que disait le Dr Shimazaki le 10 décembre à la conférence de presse quand il a annoncé les failles actives de la centrale de Tsuruga :

Après tout, l'exploitant est dans une position très délicate, surtout ceux qui font réellement une investigation peuvent se retrouver dans une très délicate situation, ce que je soupçonne. Fondamentalement, l'exploitant continue l'investigation pour prouver que ce n'est pas une faille active et tant qu'il ne peut le prouver il doit continuer l'investigation, si je puis dire. C'est une position totalement différente de la nôtre.

La préfecture d'Aomori est conservatrice. Je n'en sais pas grand-chose, mais depuis que des installations nucléaires ont été commencées dans la préfecture – la centrale de retraitement de Rokkasho, la centrale de Higashidori, la centrale de Ooma – la préfecture dépend fortement des subventions spéciales du gouvernement et des impôts spéciaux qu'elle peut demander à ces exploitants nucléaires. Les exploitants de centrale donnent aussi de généreux ''cadeaux'' aux municipalités où se situent les centrales. Elle va voter pour le parti démocrate libéral à la prochaine élection, selon les compte-rendus de presse, peut-être même ses 4 districts.



Le leader du PDL Shinzo ''Du riz au curry avec une côtelette de porc au-dessus''* Abe rouspète après un vieil homme qui lui a reproché de s'emparer de son siège dans le train, lui glapit dessus puis fait semblant de dormir

* Surnom de Shinzo Abe


Le riche enfant gâté du troisième âge de la politique et ancien premier ministre affecté d'un problème chronique à l'estomac, se trouvait dans la préfecture de Shizuoka, à faire un discours électoral, quand il a été apostrophé par un citoyen âgé en colère...


Comme l'a rapporté l'Asahi Shinbun, 14 décembre :

15h30, le président du PDL Abe a été apostrophé par un citoyen âgé quand il était dans le train régulier de la ligne de Tokaido en allant en déplacement dans la préfecture de Shizuoka pour son discours électoral. C'est parce que le siège a été réservé par le personnel du train et M. Abe a pris le siège bien qu'il soit monté dans le train après le citoyen âgé. Debout près de M. Abe, le citoyen a continué de se plaindre. M. Abe l'a écouté pendant un moment, mais il s'est fâché et a explosé, ''J'ai dit que je m'excusais, n'est-ce pas ?'' Puis il a gardé sa place, en gardant les yeux fermés. Le citoyen est resté debout à côté de M. Abe.

Le président du PDL qui prêche la vertu nationale et la morale et qui pousse à l'énergie nucléaire avait fait réserver un siège dans le train pour lui, il a pris le siège, volant sa place au citoyen âgé et s'est fâché quand le citoyen s'est plaint. De la vertu.


Je me demande s'il a payé son voyage en train.

Son parti est néanmoins, selon l'Asahi et tous les médias majeurs japonais, parti pour gagner au moins 280 sièges, un grand bond par rapport aux actuels 119.

Trompe-moi une fois, honte à toi. Trompe-moi deux fois, honte à moi.

Dans le cas du Japon, trompe-moi une fois, honte à toi. Trompe-moi deux fois, honte à toi. Trompe-moi trois fois, honte au Japon. Trompe-moi quatre fois, honte à toi. Trompe-moi cinq fois, honte à toi. Trompe-moi six fois, honte à toi. Et comme ça ad infinitum (à l'infini).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.