Bistro Bar Blog

lundi 10 décembre 2012

Ultraman, 10 décembre 2012

Cause de l'augmentation de pression dans le réacteur 1 de la centrale Daini toujours inconnue

TEPCO n'a pas grand-chose à dire à propos de l'augmentation de pression dans le bâtiment du réacteur 1 de Fukushima Daini après le séisme de 7,3 du 7 décembre.

Oui, ils ont pompé l'air, vidé le tuyau de dégazage, mais non, ils ne savent pas pourquoi il y a eu une pression positive. Juste comme tout le reste, ils n'en connaissent pas la raison, mais s'activent immédiatement dans le désordre de sorte que la situation indésirable disparaît, pour un certain temps au moins.

De toutes façons, on ne prête presque plus attention aux centrales I et II ni aux ouvriers. Les gens s'amusent avec les histoires d'élection et de nombreux internautes pensent juste d'encourager les candidats et les partis qui professent une tendance anti-nucléaire (ou au-delà du nucléaire, ou s'éloigner progressivement du nucléaire, peu importe).

Voici un article de la presse anglaise concernant TEPCO, le non-curieux, en date du 8 décembre, sur Fukushima II (Daini) :


À environ 17h18 le 7 décembre, un séisme de 7,3 s'est produit au large de Sanriku. Après contrôle, aucun problème provenant du séisme ne s'est révélé.
Comme la pression dans le bâtiment de réacteur de l'unité 1 est devenue positive (bien que la pression soit gardée négative de l'air extérieur), le système de traitement du gaz en standby a été redémarré selon le jugement de l'exploitant. La pression dans le bâtiment de réacteur a augmenté de 0,05 kPa juste après que le système ait redémarré et ensuite elle est devenue négative et stable. Dans le but d'enquêter sur la cause de l'inversion de pression, le système de traitement du gaz avait été stoppé et le système d'air conditionné a repris le 8 décembre. La pression s'est maintenue négative après la remise en service. On continue d'enquêter sur la cause de l'incident.
Au fait, vous rappelez-vous de la fluctuation de l'eau injectée dans la cuve du réacteur à Fuku I en août dernier ? Elle était supposée provenir de fragments de débris venant d'un tuyau bouché au niveau de vannes et après avoir nettoyé les débris dans le réservoir et lavé les tuyaux, tout était supposé être OK. Mais non, l'eau continue de fluctuer à ce jour et tout ce que fait TEPCO est d'ajuster la quantité d'eau.

La curiosité est un vilain défaut, mais j'espère que TEPCO le non-curieux ne nous tuera pas.

Élections au Japon : un candidat de 94 ans de Saitama dit, ''un homme doit faire ce qu'il a à faire''


M. Ryokichi Kawashima a été appelé sous les drapeaux et a combattu pendant la seconde guerre mondiale pendant 7 ans. Il est très en colère après les prédateurs du Parti démocrate libéral et du parti pour la restauration du Japon et très contrarié par la direction que prend le pays. Donc, ce grand-père de 94 ans a décidé de se présenter dans le 12ème district de Saitama, en utilisant l'argent économisé sur sa retraite (qui ne lui sera pas rendu, comme pour tous les candidats, s'il n'obtient pas un certain nombre de voix aux élections).

Il dit, ''Un homme doit faire ce qu'il a à faire''.

photo
D'après Sports Hochi (8 décembre) :
Un homme de 94 ans utilise l'argent prévu pour ses funérailles pour se présenter aux élections en tant qu'indépendant dans le 12ème district de Saitama,

M. Ryokichi Kawashima, nouveau candidat indépendant dans le 12ème district de Saitama, est âgé de 94 ans. Le grand-père, le candidat le plus âgé de ces élections, parle d'un ton grave de sa décision. ''J'ai utilisé mes économies de retraite prévu pour mes funérailles pour financer ma campagne électorale.'' En passant, le candidat le plus jeune est M. Kazuya Aoki du parti démocrate japonais dans le 4ème district de Gunma, qui aura 25 ans le 13 décembre.

Bien qu'âgé de 94 ans, M. Kawashima a toujours une vue perçante. Il est contrarié par la direction que prend ce pays et nous dit pourquoi il se présente. ''J'ai senti que c'était le moment.'' Il a prélevé l'argent de son compte, 3 millions de yens (28.250 €), économisé pour ses funérailles. Il est animé d'une détermination indomptable. C'est sa première candidature.

Il n'avait jamais voulu faire de la politique, mais en écoutant les hommes politiques son ardeur combative s'est réveillée. ''Qu'est-il arrivé au Japon, je suis très contrarié.'' Il a de petits problèmes d'audition, mais son arme est son parler rapide, style mitraillette, qui ne s'arrête plus une fois commencé.

Il est né en 1918, l'année de la fin de la première guerre mondiale. Il a été appelé en 1939 pour combattre. Il a combattu en Chine pendant 7 ans, plusieurs de ses camarades sont morts. ''J'ai survécu à la guerre, j'ai bien vécu. Si je ne fais rien maintenant, je ne sais pas comment je pourrai me justifier auprès des soldats qui sont morts.'' Il a rassemblé les membres de sa famille chez lui le 30 novembre et leur a déclaré qu'il se présenterait. Au début sa famille était contre, mais il a gagné. ''Je pensais demander à mes amis de m'aider, mais ils sont tous morts.''

M. Kawashima a travaillé dans l'industrie. Il vit maintenant tout seul dans sa maison de la préfecture de Saitama. Il se tient bien droit, il descend les escaliers en sautant. Il cuisine, fait sa lessive, le ménage et conduit, tout cela tout seul. Selon le ministère, il est le plus âgé parmi les 1504 candidats à se présenter.

La compétition sera rude dans le 12ème district de Saitama. ''Pour être honnête, je ne pense pas gagner. Mais je veux faire entendre ma voix.'' Sa campagne plaide pour l'adhésion à l'article 9 de la Constitution, une opposition aux centrales nucléaires et voir l'empereur comme ''chef d'état'' plutôt que ''symbole''. Sa campagne a démarré tardivement car il n'a décidé de se présenter que juste avant l'annonce officielle des élections. Le 7 décembre, il s'est finalement décidé à faire ses affiches. Il prévoit de faire des discours dans la rue.
''Un homme doit faire ce qu'il a à faire.''
On pourrait presque entendre le bruit des bottes au Japon ces temps-ci, non pas à cause des discours belliqueux des candidats, mais hier, 9 décembre, la police de la préfecture d'Osaka a arrêté un professeur de l'université d'Hannan qui aurait fait un discours sans permission pour manifester contre l'incinération des débris à Osaka. Son crime a été d'avoir marché sur 250 mètres dans une station de métro d'Osaka, en distribuant en octobre des pamphlets.
Ce qui m'effraie, ce n'est pas qu'il ait été arrêté mais la réaction des gens que je lis sur Twitter après cette arrestation, qui approuvent l'action de la police et la disent ''légitime''.

Partout dans le monde soi-disant développé, que ce soit à gauche ou à droite, les gouvernements exercent de plus en plus un pouvoir arbitraire sur les citoyens et les citoyens sont très pressés de trouver des raisons qui justifient ce qui se passe autour d'eux.

Le monsieur Kawashima de 94 ans doit très bien le savoir.

2 commentaires:

  1. Les chapelets de séismes qui viennent d'avoir lieu sont peut-être annonciateurs d'un séisme encore plus puissant que celui du 11.3, certains spécialistes japonais parlent d'un M10 de 10 mn aboutissant ( toujours "peut-être"... ) à un effondrement du plateau continental japonais.
    En langage clair, la disparition pure et simple de la moitié du territoire !
    Comme le signale Iori, il y a eu des chapelets puis plus rien... puis le 11.3.
    Souhaitons qu'il ne soit que oiseau de mauvais augure !
    https://www.youtube.com/watch?v=8cEDrOYDnx8
    Courage, fuyons !
    Où ça ? Où ça ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ose même pas y penser, ni même l'imaginer...

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.