Bistro Bar Blog

jeudi 4 octobre 2012

Ultraman, 4 octobre 2012

Hier Ultraman ne parlait pas spécifiquement du Japon, aujourd'hui il reparle de la centrale.


Centrale de Fukushima : TEPCO a réussi à insérer un nouveau thermocouple de surveillance du RPV du réacteur 2


Il ne restait qu'un seul thermocouple au fond du RPV du réacteur 2. Il y en a maintenant deux, améliorant grandement la capacité de TEPCO à surveiller '' l'état d'arrêt à froid''.

Les ouvriers de TEPCO et une société affiliée (Toshiba le plus probablement, qui est responsable des sondes des enceintes de confinement des réacteurs 2 et 3) ont finalement réussi à insérer un thermocouple de remplacement en pénétrant de 5 cm les enceintes de confinement du réacteur 2 dans la paroi du RPV.

Sur les 6 thermocouples qui surveillent la température au fond du RPV, 5 étaient tombés en panne depuis le début de l'accident.

D'après les photos de TEPCO (3 octobre) :




Il s'est écoulé du temps depuis la dernière annonce de TEPCO concernant des détails sur les ouvriers – leur nombre, le nombre d'équipes, à quelle société ils appartiennent, et à quelle dose de radiations ils ont été exposés en réalisant leur travail. Ce travail particulier a pris 2 heures et demi, selon le communiqué de presse de TEPCO du même jour.



Le président du Keidanren japonais : ''redémarrer la centrale nucléaire d'Hamaoka jouera un rôle modèle pour le monde''




L'hilarité (décadence, tête dans le sable, surdité/aveuglement sélectifs, au choix) continue au Japon. Le Keidanren (ou fédération des organisations économiques en anglais), le puissant lobby du big business, est resté imperturbablement pro-nucléaire, comme si Fukushima n'était jamais arrivé. Comme pour Hiroshima, Nagasaki, Three Mile Island et Tchernobyl.

Ce qu'il faut savoir avant de lire l'article du Yomiuri ci-dessous, c'est que cette centrale particulière est construite pratiquement sur des dunes de sable (quelqu'un a-t-il entendu parler de liquéfaction?), avec les bâtiments de réacteurs protégeant les bâtiments de turbine proches de l'océan. La centrale a été en proie à des problèmes même après l'arrêt à froid de mai l'année dernière sur ordre du premier ministre d'alors Naoto Kan, comme la rupture du tuyau du condenseur.

Mais le pire de tout est son emplacement – près de l'épicentre du séisme prévu de Tokai.


Mais M. Yonekura, qui possède une maîtrise en administration des affaires depuis 1965 par l'université Duke, se réjouit de la future sécurité de la centrale d'Hamaoka.

D'après le Yomiuri Shinbun (4 octobre) :


Si elle est redémarrée, Hamaoka sera un modèle pour le monde, dit le président Yonekura

Le président du Keidanren, Hiromasa Yonekura , a visité la centrale nucléaire d'Hamaoka exploitée par Chubu Electric (dans la préfecture de Shizuoka) le 3 octobre. La centrale a été stoppée en mai l'année dernière à la requête du gouvernement national. M. Yonekura a été mis au courant par Chubu Electric des contremesures de sécurité vis à vis des séismes et tsunamis.

C'est la première fois que le président Yonekura visite une centrale nucléaire. On lui a expliqué que la centrale d'Hamaoka devrait redémarrer sur confirmation d'une sécurité.



Le président Yonekura et les membres du groupe Keidanren ont fait le tour de la centrale, visité le site de la digue (18 mètres au-dessus du niveau de la mer) en cours de construction pour empêcher un tsunami de franchir l'enceinte et l'installation de portes renforcées à l'extérieur des bâtiments de réacteurs. Chubu Electric a élaboré des projets de construction anti-tsunami programmés d'être achevés en décembre l'année prochaine.

Lors de la conférence de presse après sa visite, le président Yonekura a dit, ''J'ai senti que la sécurité se renforçait régulièrement et j'en ai été soulagé. Si nous pouvons gagner la confiance des résidents et redémarrer la centrale, elle serait un modèle pour le monde.''


Oh oui, la centrale est sûre. Il y a même un laboratoire spécialisé en recherche de sûreté nucléaire sur le site.
La centrale a mis en place des mesures pour empêcher l'hydrogène de s'accumuler dans les réacteurs. Quelles sont ces mesures ? Des perceuses et des cutters au sommet du toit du bâtiment pour que 5 ouvriers puissent grimper sur le toit et se servir des outils pour découper un trou dans le cas de l'urgence d'une fonte de cœur qui pourrait survenir après l'arrêt de refroidissement du réacteur pour une quelconque raison (séisme, tsunami, coupure de courant, etc.)

J'ai toujours en mémoire la scène du film ''Godzilla'' où le monstre détruit une centrale nucléaire construite sur le modèle d'Hamaoka. J'espère pouvoir retrouver la vidéo.



2 commentaires:

  1. Directeur de l'Autorité de Sûreté Nucléaire, P.A. Lacoste a déclaré devant la commission parlementaire en 2011 que personne ne pouvait garantir qu'un accident nucléaire ne pouvait arriver en France...
    Mieux, un autre responsable a déclaré, lui, chiffres à l'appui qu'une étude statistique donnait 90% de chances à un accident majeur ( de type Tchernobyl ou Fukushima ) d'arriver en France...
    Les États-Unis ont de tous temps utilisé la politique de guerre pour maintenir son économie et les grandes entreprises occidentales qui investissent dans la reconstruction de l'Irak, bientôt de la Syrie ou de l'Iran savent très bien qu'un désastre naturel ou provoqué est une source de profit inégalée.
    Les technocrates du nucléaire ne font pas plus de sentiment que l'armée US ( ou française... ), jamais le nucléaire n'a répondu à une quelconque forme d'éthique et si le cynisme est poussé à son extrême en toute logique les japonais comme les français savent bien qu'en respectant des normes de sécurité les bénéfices seront divisés par X tant les investissements sont énormes, donc non assumés.
    Courir le risque d'un accident est une aubaine, le nucléaire se casse la figure, est totalement non rentable et cependant nous avons des centrales et des sites de toutes natures ( "scientifiques" ou militaires, non, ne cherchez pas ce sont les mêmes ! ) dont nous ne savons même pas comment nous en débarrasser en moins d'un siècle !!!
    La loi du profit n'a ni limite ni morale et dans ce monde là tous les coups sont permis, c'est ce qu'ils nomment "politique du risque" par opposition au principe de précaution...

    RépondreSupprimer
  2. bonsoir helios,
    juste pour te donner ce lien :
    c'est un nouveau concept de brocante,
    en fait tout le monde apporte ce dont il n'a plus besoin,
    il n'y a pas besoin d'argent,
    ce jour là , on prend ce qui nous va , nous plait,
    tout est gratuit, le surplus le soir ira aux associations caritatives

    http://www.charentelibre.fr/2012/10/05/angouleme-une-gratiferia-est-organisee-dimanche-place-des-halles-dimanche,1117785.php

    à copier dans d'autres villes de France ... et cette idée vient d'argentine, comme quoi :-)))

    bises, catherine

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.