Bistro Bar Blog

mardi 2 octobre 2012

Ultraman, 2 octobre 2012

Avant la traduction du jour, je signale une série de séismes cette nuit au large de la côte est japonaise, dont un 6.3. Sur les 5 séismes de la nuit, trois se sont produits au nord de la centrale, un au sud et un près de Fukushima. Japan Meteorological Agency :

10:13 JST 02 Oct 201210:10 JST 02 Oct 2012Ibaraki-ken OkiM4.3
07:26 JST 02 Oct 201207:22 JST 02 Oct 2012Sanriku OkiM6.3
06:30 JST 02 Oct 201206:27 JST 02 Oct 2012Ibaraki-ken OkiM4.4
03:44 JST 02 Oct 201203:40 JST 02 Oct 2012Fukushima-ken OkiM5.2
01:15 JST 02 Oct 201201:12 JST 02 Oct 2012Yamagata-ken Okitama-chihoM4.1


-->

Nikkei : ''L'administration Obama a exprimé une vive inquiétude à propos de la politique du ''pas de nucléaire dans les années 2030'', le Japon l'a consciencieusement passé à la trappe'' (et le Nikkei a passé l'article à la trappe 5 jours plus tard)

Où l'on comprend mieux l'abandon du zéro nucléaire au Japon...


Les médias japonais ont dit pendant quelque temps que c'était le gouvernement US qui faisait pression sur l'administration Noda pour laisser tomber le ''zéro nucléaire en 2030'' (qui s'est transformé en ''zéro nucléaire quelque part dans les années 2030) depuis sa nouvelle décision politique environnementale. Le Tokyo Shinbun en a parlé il y a un moment et aujourd'hui le Nikkei Shinbun vient d'en parler avec plus de détails. Aucune information sur le sujet aux US.

La différence est que le Nikkei donne des noms : le président Obama et la secrétaire d'état Hillary Clinton.

Il m'est difficile de croire que ce président a du temps pour des sujets triviaux comme gouverner les affaires à l'intérieur et à l'extérieur des US une année d'élection (il doit être très occupé en ce moment à se préparer pour le grand ''débat''), mais c'est ce que le Nikkei veut nous faire croire. L'article mentionne aussi que la secrétaire d'état Clinton a fait pression sur les officiels de l'administration Noda en soulignant fortement que c'était le souhait du président Obama et du congrès américain pour que le Japon abandonne cette stupide politique d'énergie nucléaire.

Et ensuite, autre rebondissement : l'article du Nikkei a disparu.

Il avait été publié le 25 septembre. Le Nikkei est l'un des meilleurs pour conserver les liens vers les articles, mais pas dans ce cas présent. Il était toujours sur le site du Nikkei hier, je l'ai mis en marque-page pour le commenter plus tard. Quand j'ai cliqué sur le lien ce matin, il avait disparu.

Pourtant, grâce à un blogger, l'article a été préservé, exactement sous la forme où je l'ai lu hier.

Donc, voici l'article du Nikkei qui a disparu (25 septembre, c'est moi qui souligne) :
La requête américaine pour une poursuite des centrales nucléaires est ''l'idée du président''

25/09/12 0h12

Il a été révélé que le gouvernement des États-Unis poussait fortement [le gouvernement japonais] à reconsidérer sa politique du ''zéro nucléaire dans les années 2030'' qui faisait partie de la stratégie environnementale de l'administration Noda, car ''le président Obama le souhaite''. [L'objection des US] était basée sur la peur que le cadre de la coopération Japon-US pour la non-prolifération et l'usage non militaire de l'énergie nucléaire puisse s'effondrer [avec la nouvelle politique]. [L'administration Noda] a finalement mis en suspens la décision du cabinet, mais cette résolution ambiguë pourrait causer des soucis dans l'avenir.

Selon de multiples sources du gouvernement, alors que l'administration Noda se dirigeait en août vers une inscription claire du ''zéro nucléaire'' dans un document officiel, les US ont fait une forte demande pour que le Japon reconsidère cette politique, disant que la requête était ''le résultat de discussions au plus haut niveau du gouvernement'', indiquant que c'était une opinion de l'administration Obama, émanant en droite ligne du président.
Le 8 septembre, le premier ministre Noda a rencontré la secrétaire d'état Clinton pendant la réunion de Vladivostok en Russie. De nouveau là-bas, en tant que représentante du président américain, la secrétaire Clinton a exprimé son inquiétude. Tout en évitant une critique ouverte sur la politique de l'administration Noda, elle a plus tard fait pression sur le Japon en insistant sur l'inquiétude du président Obama et du congrès américain.

L'administration Noda a envoyé ses officiels, y compris le conseiller spécial du premier ministre Akihisa Nagashima, vers les US en mission urgente pour discuter directement de la question avec des officiels de haut rang de la Maison Blanche qui étaient frustrés par la réponse japonaise. En faisant passer la nouvelle stratégie uniquement comme un document 'pour information', l'administration Noda a évité une confrontation avec les US grâce à cette décision ''équivoque'' (selon une source du gouvernement japonais) qui a permis aux US d'interpréter l'action des japonais comme l'abandon d'une politique zéro nucléaire.

(Selon l'ancien secrétaire à l'énergie Martin), le gouvernement américain pense que ''La stratégie énergétique américaine souffrirait plus de dommage direct'' à cause du changement de politique japonais vers une énergie avec zéro nucléaire. C'est parce que la politique nucléaire japonaise est étroitement liée aussi à une non-prolifération nucléaire et à des politiques environnementales visant à empêcher un réchauffement climatique mondial sous l'administration Obama.

Lors de l'Accord sur l'Énergie Atomique entré en vigueur en 1988, le Japon et les US se sont mis d'accord sur le principe général que tant qu'il y a la centrale de retraitement de Rokkasho, le retraitement du combustible nucléaire est autorisé sans le consentement préalable des US. Le rôle le plus important du Japon [dans l'accord] est de rendre sûr un usage pacifique du plutonium sans possession d'armes nucléaires.

L'accord actuel Japon-US va expirer en 2018, et le gouvernement devra démarrer des discussions préliminaires officieuses [avec les US] dès le début de l'année prochaine. Il y a encore du temps avant l'expiration de l'accord, mais si le Japon laisse sa politique nucléaire sous des termes vagues les US peuvent objecter au renouvellement de la permission du retraitement du combustible nucléaire. Certains (au gouvernement japonais) disent ''Nous ne sommes plus sûrs de ce qui va arriver avec le renouvellement de l'accord.''

Peu importe que la centrale de retraitement Rokkasho, après 19 ans de construction, soit toujours non terminée, et que son fonctionnement reste une ''période d'essai''.

L'élection du président US est le 6 novembre. Pourquoi l'administration Noda était-elle si pressée d'avoir sa politique nucléaire à long terme rejetée par l'administration américaine qui pourra ou non se trouver là dans un mois ? Ma conclusion personnelle est que le premier ministre Noda voulait abandonner cette politique mais qu'il avait besoin du prétexte d'une pression extérieure.

Et pourquoi le Nikkei a-t-il retiré l'article ?

Sur des nouvelles séparées, la Commission de l'Énergie Atomique japonaise vient de dire qu'elle abandonnera ses efforts pour élaborer les Principes généraux sur l'énergie nucléaire. Par l'établissement d'une nouvelle stratégie énergétique et environnementale du gouvernement qui a réalisé la politique du ''zéro nucléaire'', les Principes seront décidés, à partir de maintenant, par les ministres responsables d'une administration donnée.


Des hommes politiques japonais qui décident de Principes. (un plus bel oxymore [deux termes qui se contredisent mutuellement] est-il possible?)
À suivre... un autre article d'Ultraman et ensuite le résultat des stress tests pour les réacteurs de l'Union Européenne, on est mal barrés...


Le nouveau leader du Parti démocrate Shinzo Abe mange super vite du riz au curry avec une côte de porc, ses supporters disent que cela prouve qu'il convient maintenant pour diriger le Japon


Avec l'humour d'Ultraman...
 
Le nouveau cabinet du premier ministre Noda est déjà une farce et une plaisanterie selon de nombreux japonais, du style ''liquidation des stocks'' du parti démocrate japonais.


En parlant de plaisanterie, le parti libéral n'est sûrement pas bien loin derrière. Son ''nouveau'' leader Shinzo Abe, ancien premier ministre qui a démissionné ostensiblement de son poste un an après à cause de sa maladie chronique de l'estomac (rectocolite hémorragique), était si pressé de prouver au public qu'il convenait pour diriger de nouveau le Japon qu'il a mangé une énorme assiettée de riz au curry avec une côte de porc devant une caméra et fait diffuser l'événement une heure avant l'élection du dirigeant, selon le Shukan Post Seven.

J'ai cherché la vidéo mais n'ai pu la trouver. (je n'aurai jamais imaginé qu'une assiette de riz au curry avec une côte de porc puisse coûter si cher, 45 $ = 35 €)

Abe était deuxième au premier tour de vote, mais a gagné le second et dernier tour. Le Shukan Post Seven dit dans un autre article que cela est dû grâce à ses supporters internautes avertis, réussissant à balancer les opposants en inondant les bureaux des représentants du parti démocrate qui soutenaient les opposants par téléphone, fax et messages du style ''Pourquoi soutenez-vous untel ou untel, au lieu de M. Abe ?'' Ses supporters ont révélé sur internet les noms, adresses et contact d'information des membres du parti qui ont appuyé le rival de Abe, pressant les citoyens à les inonder de protestations.

Bon, il semble bien qu'un ou deux de ces supporters soient même venus l'autre jour sur mon blog pour défendre leur héros à l'estomac fragile.

Ses supporters ont apparemment grouillé sur le net (médias sociaux comme Twitter surtout), attaquant les gens et les médias qui se moquaient de sa performance d'ingestion d'un riz au curry à 45 $, les accusant de préjugés contre Abe.

Donc, dans l'élection générale à venir, le choix sera : Le parti libéral avec M. Shinzo ''Je peux manger toute une assiette de porc au curry maintenant'' Abe, ou le parti démocrate avec M. Yoshihiko ''Fukushima a réalisé la condition d'arrêt à froid, et oh, en passant j'ai abandonné la politique du zéro nucléaire pour Obama'' Noda, ou quelque soit le parti du garçon prodige d'Osaka City, celui qui a lancé la police sur des citoyens qui lui demandaient de reconsidérer l'incinération des débris à Osaka.
Une nouvelle chute pour le Japon si c'est encore possible, mais mon pari pour l'élection est le troisième, par pur dégoût des deux autres, à moins que les petits partis puissent former une coalition (ce dont je doute beaucoup) pour combattre ces partis dominants.

Il y a une personne sur qui je garde un œil dans le nouveau cabinet de Noda, Seiji Maehara.
Son portefeuille ministériel est la stratégie nationale, l'économie et la finance et l'administration de la politique nucléaire. (Maintenant, qui a besoin d'un premier ministre s'il y a M. Maehara?) Il pourrait causer des ravages et donner une entrée au garçon prodige sur la scène nationale. Il est assez sûr que le prodige est déjà en train de brailler, disant qu'il compte fortement sur Maehara et qu'il pensait que le Japon changerait pour un mieux si seules les politiques de Maehara étaient mises en œuvre.




5 commentaires:

  1. Il n'existe aucune sorte d'utilisation "pacifique" du Plutonium !
    Merci pour vos traductions, c'est du boulot, mais je trouve que ça pose un problème que vous n'ayez pas l'esprit critique, les infos sont parfois tronquées, et parfois mensongères ou manipulées.
    L'explication la plus simple qui m'apparaisse est que les Étasunis ont renoncé à l'exploitation du nucléaire dit "civil" depuis l'accident de Three Mile Island et qu'ils font assurer la production de produits de fission comme le Pu destiné à la fabrication d'engins de guerre, par des pays comme le Japon qu'ils tiennent par les... bourses ( $$$$ ) depuis 1945, ainsi ils délèguent les risques mortels d'accidents et se blanchissent !
    Obama est la pire calamité que les Étasunis aient connu, un des pires Blancs qui se cache sous son masque Noir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lionel,

      Je suis flattée d'avoir sur mon blog un lecteur qualifié sur les choses du nucléaire, ce qui n'est pas mon cas. Je ne me permettrai pas de juger de ces choses, quitte à "manquer d'esprit critique".

      Je ne fais que humblement traduire Ultraman tous les jours pour donner des infos les moins manipulées possibles. Je ne pense pas que cet américain soit pro-nucléaire et qu'il cherche à diffuser des infos mensongères.

      D'autre part, son article ne visait qu'à faire comprendre le revirement du ministre Noda pour la politique nucléaire du Japon et non à entrer dans le débat du plutonium.



      Supprimer
    2. Oui, je comprends, je ne fais que mettre l'accent sur des questions très insidieuses qui laissent entendre mine de rien qu'il serait possible d'exploiter un nucléaire civil sans militaire, ce qui est une insinuation grave !
      Autrement, rassure toi, mes compétences ont leurs limites...

      Supprimer
  2. 7 séismes supérieurs à 4 au large du Japon depuis le 1er octobre à 0 h.
    Ça commence à faire beaucoup tout d'un coup...

    RépondreSupprimer
  3. Si je puis me permettre en espérant qu’il me pardonnera.

    ♫♪♪ Dans le porc d’Ultraman y’a d’la gouaille aigre douce dans le dire qui le hante…
    Sans toutefois évoquer tristement les berges mornes et ceux qui mangent sur des nappes trop blanches les poissons ruisselants de Sv.

    Avec toute ma compassion et mon amitié pour cette population en souffrance de moins en moins silencieuse, espérant que les temps qui viennent n’apportent pas d’autres tourments.

    Avec ma sympathie pour celles et ceux qui font œuvre d’information aussi rude et dérangeante soit-elle.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.