Bistro Bar Blog

mardi 7 août 2012

Japon, 7 août 2012


Ultraman nous parle d'un incendie dans la plus grande raffinerie de Californie (Chevron) qui s'est déclaré hier soir. Cause inconnue.

31.000 Bq/kg de césium radioactif dans des champignons sauvage à Nikko City, préfecture de Tochigi, mesure ''officielle'' record

Comme l'un des lecteurs l'a noté sur un autre billet, la contamination radioactive des préfectures de Tochigi et Gunma (au nord de Kanto) a été peu soulignée.

La mesure officielle la plus élevée pour des champignons sauvages a été faite l'année dernière, quand on y a trouvé 28.000 Bq/kg de césium radioactif dans la préfecture de Fukushima.

La raison des apostrophes pour le mot ''officielle'' dans le titre du billet est qu'il y avait eu des mesures officieuses, avec des chiffres beaucoup plus élevés, faites l'année dernière par des entités privées. L'une d'entre elles a été faite par NHK quand l'équipe, avec le Dr Shinzo Kimura, est allée à Fukushima peu après l'accident et a commencé à faire des mesures de niveaux de radiations et à avertir les résidents qui continuaient à vivre dans des zones à forte radioactivité. Ils ont trouvé, le 28 mars 2011, 420.000 becquerels/kg de césium dans des champignons ramassés dans le district Akougi de Namie-machi.

Si vous pensez qu'aujourd'hui, 17 mois après l'accident et après un an révolu, une fois connu que certains aliments étaient plus contaminés que d'autres (les champignons sont au sommet de la liste), que les gens ne récoltent pas, sans parler de manger des champignons sauvages ou autres, vous vous trompez.
Dans un article à part des nouvelles de l'Asahi Shinbun dans la rubrique du médical, un test au comptage du corps entier (Whole Body Counter) a révélé qu'un homme de 70 ans de la préfecture de Fukushima avait en juillet de cette année 20.000 becquerels dans le corps. Il s'avère que lui et sa femme avaient mangé des champignons, des légumes (y compris des légumes sauvages de la montagne) et des fruits tous les jours qu'eux-mêmes ou des voisins cultivaient ou récoltaient dans la nature. Ils ne pensaient même pas qu'ils étaient contaminés, et ces produits n'avaient jamais été testés. Le médecin qui a écrit l'article, le Dr Masaharu Tsubokura, dit que c'est le test le plus élevé qu'il ait fait depuis qu'il a commencé à aider les habitants de Fukushima après l'accident nucléaire, et que c'est un niveau souvent vu en Biélorussie.

Quant aux champignons fortement radioactifs de Nikko City, leur commerce est réglementé (c'est à dire interdit) mais personne ne l'applique. Par ailleurs, ce que font les gouvernements préfectoraux est de dire seulement aux producteurs de ne pas envoyer hors de la préfecture. Ils ne font rien (ou ne veulent pas le faire) pour empêcher la consommation de ces produits alimentaires ou leur distribution dans la préfecture.

Nikko est encerclé en rouge sur la carte du MEXT, d'après une carte revue le 30 août 2011. La contamination du sol la plus élevée, selon le MEXT, est entre 100.000 et 300.000 Bq/ m² pour les césium (134+137) :


En passant, Nikko est une destination populaire pour les classes d'été des écoles primaires et des collèges de la région de Kanto, comme depuis des décennies.

**********************************************
Le blog de Fukushima 

L'étendue des dommages de la catastrophe de Fukushima selon le rapport de la commission d’enquête

« Des mesures doivent être prises en priorité pour la santé publique. Malheureusement, nous voyons peu de signes en ce sens. » 
Décidément, cette commission indépendante est très critique mais aussi très réaliste. Non seulement elle dénonce des ordres d’évacuation chaotiques et un manque criant de préparation au désastre nucléaire, mais elle met aussi en évidence l’absence de formation du public sur les effets de la radioactivité sur la santé. « Ce que le gouvernement doit faire, c'est offrir une information détaillée aux habitants et leur fournir des éléments pour une prise de décision informée. »
 
Oui, 16 mois après la catastrophe, il est grand temps que la population sache ce qu’elle risque en vivant dans des territoires contaminés. Sans doute en réaction à ce rapport, une mesure a été prise pour la prochaine rentrée : les enseignants et les écoliers recevront une formation sur la radioactivité. Est-ce que ce sera suffisant ? Probablement pas, car la matière est très complexe et il faudra de nombreuses années avant que la population n’acquière une culture de l’atome. En France, pays aux 58 réacteurs nucléaires, la situation est identique : la radioactivité est un sujet tabou qui n’est au programme ni de l’école, ni du collège. La société française fait exactement comme la société japonaise avant Fukushima, elle est dans le déni du danger nucléaire et dans un état incroyable d’impréparation au désastre.
 
Mais revenons au Japon avec la traduction de la quatrième partie du résumé des conclusions de la commission d’enquête, correspondant aux pages 37 à 41 du rapport de 88 pages édité en anglais.
Lire la suite ICI.

2 commentaires:

  1. en parlant de champignons :
    http://www.charentelibre.fr/2012/08/07/le-coeur-de-sorciere-devoile-ses-secrets-a-villiers-le-roux,1108761.php

    n'en croyez rien , ce champignon pousse dans le bassin méditerranéen, et là il se trouve en champagne limousine coté charente, département 16,
    s'il n'y pas réchauffement ou modification climatique, certaines espèces , elles migrent vraiment , mais pourquoi donc alors ?
    Bises, cAt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette, on va bientôt avoir des cigales en Bretagne ?

      La nature nous donne des signes qui ne trompent pas.
      Bises à toi.

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.