Bistro Bar Blog

samedi 4 août 2012

Japon, 4 août 2012 + AJOUT MÉDUSES

Kna a traduit un extrait d'entretien avec le Dr Caldicott et Arnie Gundersen concernant Fukushima :



- Une rupture du confinement primaire de l'unité 2 a permis à des particules de combustible nucléaire de s'échapper par une brêche entre la cuve du réacteur et la chambre torique de suppression, emportées par l'eau injectée en grande quantité pour tenter de refroidir le corium, le combustible en fusion.
Ces particules reposent sur le sol de béton, dans l'enceinte qui abrite le tore, dégageant une radioactivité des dizaines de fois supérieure au seuil mortel pour l'homme, rendant la décontamination et le démantèlement de la structure impossible avant des dizaines voire des centaines d'années.

- Du fait que les quatre réacteurs (ou la piscine pour le 4) contiennent du combustible ayant été irradié, chacun recèle (recélait..) environ 1 TONNE de plutonium 239, en plus des 30 assemblages de MOX présents dans le réacteur 3.

- La contamination radioactive de l'air continue, principalement par les unités 2 & 3, bien que beaucoup plus faibles que les niveaux des premières semaines et mois. 


**************************************************


Le réacteur 4 de la centrale de Ooi a vu se déclencher son alarme 137 fois en 10 jours, mais ''ce n'est pas un problème'', dit KEPCO

KEPCO semble être bien plus dur à cuire que TEPCO si c'est possible.

KEPCO dit que l'alarme de l'un des thermocouples à l'intérieur de la cuve du réacteur 4 s'est déclenchée 137 fois depuis la remise en pleine opération le 25 juillet, mais ce n'est pas un problème, les choses rentreront bientôt dans l'ordre toute seules.

D'après le Mainichi Shinbun, version locale Fukui (3 août) :

KEPCO a annoncé le 2 août qu'une alarme avait sonné 137 fois ce jour-là à 15 h indiquant une augmentation de la température de l'eau du refroidisseur primaire à l'intérieur de la cuve du réacteur 4 (1,18 millions de kilowatts). Une alarme avait déjà sonné en début de matinée le 25 juillet, au moment de la mise en fonctionnement à plein régime. La température du refroidissement autour de l'un des assemblages de combustible nucléaire (193 au total) est monté à un niveau qui a déclenché l'alarme.
Selon TEPCO, l'assemblage de combustible avait déjà été utilisé une fois auparavant et avait déjà dégagé une importante combustion. La société dit qu'un changement dans le volume d'eau circulant a temporairement augmenté la température du refroidisseur. KEPCO ne pense pas qu'il y ait un problème avec l'agencement de l'assemblage en tenant compte de la combustion du combustible et dit que la température va se stabiliser au milieu du mois.
Le 30 juillet, la production de courant a diminué de 1,8 % en raison d'une réduction de l'arrivée d'eau dans les réacteurs 3 et 4 au niveau de la prise d'eau à cause de la présence de méduses.
(donc les méduses manifestent toujours...)
Le communiqué de presse de KEPCO du 2 août inclut leur explication de la raison du déclenchement de l'alarme et pourquoi ce n'est pas un problème, dans des termes très techniques (de nouveau, ils surpassent TEPCO).

D'après ce que j'imagine, le thermocouple de cet assemblage particulier a enregistré une température plus importante que la norme (entre 305 et 336°C), mais c'est parce que cet assemblage possède une forte combustion ayant déjà servi une fois, et avec le temps la production relative de l'assemblage va descendre et la température aussi. Le cycle actuel est le cycle n°15 et KEPCO utilise davantage d'assemblages qu'utilisé dans les deux précédents cycles, donc il faut s'attendre à une température plus élevée. Tant que la température est en-dessous de la température de saturation (345,3°C), il n'y a pas de problème de refroidissement.

(Je mets les légendes en anglais. Les communiqués de presse de KEPCO en anglais parlent presque tous des résultats financiers pour les investisseurs.)





Les deux réacteurs de Ooi sont à eau pressurisée fabriqués par Mitsubichi Heavy Industries.
La température du refroidisseur à l'intérieur d'un réacteur à eau pressurisée, selon Wiki, est de 275°C lorsque l'eau pénètre en bas de la cuve du réacteur et de 315°C en remontant vers le cœur du réacteur.



Les ''nouvelles'' de Russia Today ont donné naissance à une foule de commentaires et de tweets disant que ''la pêche est interdite en Californie'' à cause du thon rouge fortement radioactif
Super. Vraiment super. 17 mois après l'accident, non seulement nous ne devenons pas plus avisés, mais nous devenons plus bêtes de jour en jour, si ce n'est d'heure en heure.

Et il n'y a pas que les japonais en cause.

J'ai déjà parlé des ''nouvelles'' de Russia Today le 2 août que les japonais avaient pris comme une interdiction de la pêche en Californie à cause des poissons contaminés par l'accident de Fukushima. J'ai tweeté en japonais que ce n'est pas vrai du tout. Je continue à être la seule voix à le dire et de plus en plus de gens tweetent ces ''nouvelles'' de RT.

Encore maintenant, une personne avec plus de 60.000 suiveurs a tweeté la nouvelle, citant un blog japonais qui cite un autre blog japonais avec un lien vers un site anglais. J'ai donc jeté un œil sur le site en question appelé ''La vérité derrière les apparences'' et c'est ce que j'ai vu sur leur billet du 21 juillet :

Si le lecteur regarde la vidéo de RT incrustée dans le billet, il/elle verra tout de suite que cette photo est fabriquée. Le bref billet du site ne dit rien concernant une interdiction de pêche en Californie. Quelles que soient les intentions de ce site, les deux blogs japonais qui donnent le lien vers lui disent ''Les thons bleus des eaux de Fukushima contaminent l'océan et c'est vraiment un sérieux problème !'' et ''la radioactivité de l'océan au large de la Californie augmente rapidement !'', et ils attribuent leurs remarques à la ''nouvelle'' de RT en la voyant sur ce site anglais.
L'un de mes suiveurs japonais vient de m'envoyer un tweet disant, ''Mais ça ne peut pas être faux, parce que Russia Today en a parlé !''
J'abandonne.

Centrale nucléaire de Ooi : 200m3 de méduses sur le filtre de la prise d'eau


Avec l'humour d'Ultraman en prime...


J'ai parlé des 137 alarmes au réacteur 4 de Ooi et des méduses qui manifestent de nouveau contre le redémarrage. Le Yomiuri nous donne cette fois l'étendue de l'attaque des méduses

200 m3 de méduses ont obligé la centrale à réduire de 30 % l'admission d'eau.

Bon boulot, les méduses.

D'après le Yomiuri Shinbun (3 août 2012) :

KEPCO a dévoilé le 2 août que la production avait diminué aux réacteurs 3 et 4 de la centrale de Ooi, dans la préfecture de Fukui, pendant 17 heures fin juillet, à cause d'une masse de méduses près de l'arrivée d'eau qui a réduit la quantité d'eau de refroidissement.
La réduction de courant du réacteur 3 a été de 1,8 % maximum et de 1,3 % maximum dans le réacteur 4. C'est la deuxième fois depuis le 8 juillet après le processus de redémarrage que le courant est réduit à cause des méduses.

Selon KEPCO, le nombre de méduses a commencé à augmenter dans l'après-midi du 30 juillet, quand les deux réacteurs fonctionnaient à plein. Le réacteur 3 a commencé à réduire la production à 15h30, le réacteur 4 à 16h. Les méduses ont commencé à décroître en nombre le matin du 31 juillet et la production était restaurée à 8h30.

Les méduses étaient collées sur le filtre de l'arrivée d'eau qui a été installé pour enlever les débris flottants et la capacité de l'arrivée d'eau a baissé de plus de 30 %, selon KEPCO. Le volume de méduses enlevé est d'environ 200 m3. KEPCO envisage des mesures pour gérer les méduses.

Facile. Laissez le vice-ministre Makino gronder les méduses :''De vulgaires méduses ne devraient jamais bloquer une centrale nucléaire moderne ! Disparaissez !''
Autrement, je pense que la meilleure contre-attaque pour les méduses est d'arrêter les réacteurs pour que la centrale ne rejette pas d'eau chaude dans l'océan.

1 commentaire:

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.