Bistro Bar Blog

vendredi 24 août 2012

Japon, 24 août 2012


Centrale de Fukushima : un ouvrier âgé de 57 ans venant d'une société affiliée meurt d'une crise cardiaque. Sans rapport avec une exposition aux radiations, dit TEPCO



TEPCO dit que le cœur de l'ouvrier s'est arrêté, mais ils savent que ce n'est pas dû à une exposition aux radiations en travaillant à la centrale depuis un an, à 25 millisieverts.

Rappelez-vous, à moins d'une maladie des radiations aiguë, ça ne vient pas des radiations.

Souvenez-vous aussi que les ouvriers (aussi bien de TEPCO que des sociétés affiliées) bidouillent les taux d'exposition par diverses méthodes, qu'ils le fassent d'eux-mêmes ou qu'on leur dise de le faire, pendant que TEPCO au niveau corporatif persiste dans un démenti plausible en faisant semblant de ne rien remarquer.

D'après le Mainichi Shinbun :

22 août
Un homme a commencé à travailler avec 5 autres à 9h le 22 août pour installer des réservoirs de stockage pour l'eau contaminée, avec un masque intégral et une combinaison de protection. À environ 9h50 il se reposait dans l'aire de repos comme précaution contre les crises cardiaques, mais il s'est plaint de se sentir mal. À environ 10h35, un autre ouvrier l'a découvert gisant inconscient sur le sol.

Il avait commencé à travailler à la centrale en août l'année dernière. Le 22 août était son premier jour de reprise après une semaine de vacances. Son taux d'exposition le 22 août était de 0,03 millisievert et son exposition cumulée de 25,24 millisieverts (provisoire)

23 août

TEPCO a annoncé le 22 août qu'un homme travaillant à la centrale souffrait d'une crise cardiopulmonaire et avait été emmené dans un hôpital d'Iwaki en ambulance. Selon la préfecture de police de Fukushima, l'homme âgé de 57 ans est décédé dans l'après-midi du 22 août. TEPCO dit, ''Nous ne savons pas de quoi (ou comment) il est mort, mais ce n'est pas par les radiations, à en juger par son taux d'exposition aux radiations.''

TEPCO a annoncé le 23 août que l'ouvrier de 57 ans qui est mort après son travail à la centrale a fait un infarctus du myocarde aigu.



(Et personne ne meurt à l'intérieur de l'enceinte de la centrale...)

2 commentaires:

  1. Les travailleurs - intérimaires ou non - engagés par les compagnies nucléaires et les prestataires de service sont, statistiquement, des travailleurs en bienmeilleur santé que l'ensemble de la population.

    Ils bénéficient, tout au long de leur vie professionnelle, d'un suivi constant (c'est d'abord l'intérêt bien compris des donneurs d'ordre)et sont donc moins susceptibles que tous autres d'être sujets à ce type de défaillance dramatique.

    Cependant, rien n'est parfait (cf. rares décès brutaux de sportifs de compétition)

    Delphin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Delphin, de ton commentaire. Je pense de mon côté que les crises cardiaques des ouvriers sont plus en rapport avec le stress du type de travail qu'ils font que directement par les radiations, car on sait que sauf dose énorme, il faut du temps pour qu'une pathologie se développe.

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.