Bistro Bar Blog

vendredi 10 août 2012

Japon, 10 août 2012


Une manif du vendredi en cours à la résidence officielle du premier ministre, malgré le nombre en diminution de manifestants

La manifestation du ''seul enjeu plus un'' organisée par la coalition métropolitaine antinucléaire est de nouveau d'actualité ce vendredi à Tokyo, après une participation plutôt décevante le 3 août où une source policière parle de 4000 personnes et les organisateurs de 70.000.
[Suivent les informations pour ceux qui veulent assister d'après la page web des organisateurs]

Les organisateurs continuent d'insister pour qu'il n'y ait aucune affiche, bannière, drapeau n'ayant rien à voir avec les messages antinucléaires. M. Yasuo Tanaka (leader du Nouveau Parti nippon) distribuera de nouveau des ballons blancs (qui selon moi n'ont toujours rien à faire dans une manifestation antinucléaire).
Les organisateurs qui ont été actifs sur Twitter en écartant quiconque ne chante pas leurs louanges semblent s'être débrouillés pour éloigner de nombreux internautes, qui ont pris les moqueries de ces membres à la lettre (''Si vous pensez que vous pouvez le faire, allez-y et faites le tout seul'') et et organisent des événements à part sur des questions qu'ils pensent plus pressantes et/ou plus importantes (ACTA, la hausse des impôts,etc.).

Pour moi personnellement, toute manif qui ne s'intéresse pas à la contamination radioactive dans la nourriture et les sols, à l'élimination des débris de la catastrophe dans de larges zones et à l'absence de ''renouveau'' à Tohoku est suspecte.

Entretemps, la réunion entre les organisateurs et le premier ministre a été reportée (probablement pour de bon, en espèrent certains) en raison de la ''nature pressante de la scène politique'' comme le dépeignent les médias. Le vote de non-confiance contre l'administration Noda a été repoussé grâce au LDP et aux membres Komei de la Chambre Basse qui n'ont pas assisté à la session. L'ex-premier ministre Hatoyama, le nouveau chouchou de nombreux antinucléaires n'y a pas assisté non plus.

Hatoyama semble avoir besoin de plus de temps pour gagner en popularité parmi les votants, et la prochaine élection de la Chambre Basse n'est pas dans son intérêt non plus.

Quoi qu'il en soit...si quelqu'un parmi vous y va, qu'il nous fasse savoir comment cela se passe.


Centrale de Fukushima : le tuyau en kanaflex de SARRY enfin remplacé par un tube d'acier

Le SARRY de Toshiba est un système avec de grandes tours en métal remplies de différentes sortes de zéolite pour absorber le césium radioactif de l'eau contaminée après son injection dans la cuve des réacteurs 1, 2 et 3. Il a remplacé en bien mieux le système Kurion, qui fonctionne sur le même principe de base, mais sujet aux ennuis. Comme le système de décontamination d'AREVA a également été arrêté depuis septembre l'année dernière (lorsqu'on a découvert qu'il augmentait la radioactivité), SARRY fait donc toute la décontamination de l'eau avant le processus de désalinisation.
TEPCO a publié les photos de l'amélioration du système logé dans le bâtiment qui sert aux traitements divers. Il y a eu plusieurs fuites dans différentes parties du système depuis le début de l'année. Une en mars par exemple provenant d'une mauvaise soudure, une autre en février quand ils ont trouvé 3 sieverts/h de radiations dans de la boue d'un tuyau.

J'ai été consterné et triste en regardant les photos. C'est quoi tout ce désordre ? On dirait un bâtiment à moitié abandonné, non entretenu par des ouvriers depuis longtemps. Regardez le support en bois brut autour du kanaflex avant remplacement...

Puis je me suis souvenu du tweet d'un ouvrier ; personne n'envisageait un quelconque système (pas juste le SARRY) qui devait durer plus d'un an. SARRY est intervenu en août l'année dernière.

D'après les photos publiées par TEPCO (9 août), amélioration pour la fiabilité du deuxième appareillage d'absorption du césium :

De nombreux lecteurs disent que TEPCO est vraiment incompétent, à juste titre. Mais que pourriez-vous faire quand vous n'avez pas d'argent ( pour la centrale, j'entends, il y en a plein pour l'équipe de management et le personnel du siège) et un nombre d'ouvriers en baisse ayant atteint leur quota de radiations ?
Il y a eu des gens dans le passé qui disaient vouloir venir travailler à la centrale. L'ancien premier ministre Kan en est un. Et ces ingénieurs à la retraite qui ont créé une organisation pour presser le gouvernement et TEPCO de les accepter à la centrale comme bénévoles.

Bon, ils pouvaient s'inscrire auprès d'un sous-traitant de sous-traitant de sous-traitant de TEPCO pour 8000 yens par jour. L'âge et l'expérience ne sont pas demandé pendant les entretiens d'embauche, que je sache.

Réacteur 4 de la centrale de Fukushima : le couvercle de la cuve du réacteur enlevé du niveau opératoire

D'après la caméra en direct de Fuku I, 10 août, entre 11h et 12h, accéléré trois fois :



Le couvercle jaune avait déjà été enlevé de la cuve du réacteur 4 quand le séisme et le tsunami avaient frappé, car le réacteur 4 était en milieu de maintenance prolongée (pour remplacer l'enveloppe du cœur). Il se trouvait dans le coin opposé du niveau opératoire de la piscine de refroidissement, comme on peut le voir sur cette photo ci-dessous de mai 2011. (la piscine est aujourd'hui couverte de plaques de métal et la plupart des ( ? ''trusses'', coucou, Delphin, poutrelles ?) sont parti(e)s.




(Merci au lecteur Patrick Nowlen)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.