15 mars 2012

Fonctionnaires macho en 1925

Un texte savoureux déniché par Dany, la copie d'un courrier datant de décembre 1925 concernant l'attribution de postes de "chefs" aux femmes, qui pourraient faire ombrage à ces messieurs les ronds de cuir. Les femmes de 1925, sous une très ancienne coulpe machiste, mais qui avaient quand même bien participé aux efforts de la 1ère guerre, se voient désignées comme des êtres n'ayant pas fini leur évolution...
(Note : très difficile la mise en page pour copier la présentation d'un courrier tapé à la machine)



DIRECTION DU CONTRÔLE CENTRAL ET DES CONTRIBUTIONS



                                                            Paris, le 21 décembre 1925


2ème bureau
Constatation et Surveillance
des Recettes du Département
et de la ville de Paris.                                                                                                                                                  
                   
Désignation des emplois de chefs et de sous-chefs de bureau pouvant être confiés  à  des femmes                                                                                                                   
                                                                                                                
Avis du 2ème  bureau


           Parmi les nombreuses mesures néfastes, prises en matière de personnel, soit par le Conseil municipal soit par l'Administration préfectorale elle-même, l'une des plus regrettables est assurément celle qui a donné accès aux femmes dans le cadre supérieur. Des inconvénients multiples en découlent, d'autant plus graves qu'avec le grade de Sous-Chef et de Chef, la femme aurait à exercer une autorité sur des collaborateurs, parfois plus âgés, ayant fait la guerre ou tout au moins des périodes de service militaire et qu'humilierait profondément une telle subordination. Ces mêmes inconvénients se présenteraient également, quoique moins aigus, si la femme était appelée à diriger d'autres femmes ; la mentalité féminine est de telle nature que les questions de sentiments primeraient certainement sur celles où n'entrerait que la seule appréciation des qualités professionnelles ou des défauts d'un personnel exclusivement féminin, ou mixte à diriger. De cette antinomie, résulteraient des heurts, des froissements, des résistances, préjudiciables à la marche du service et motivant des demandes fréquentes de changement d'affectation.


           D'autre part, la femme, être nerveux et impulsif par tempérament, serait elle bien qualifiée pour prendre une décision administrative dans la mesure où celle-ci est laissée à l'initiative du Chef de bureau ?


           Le caractère féminin, au cours de ses tentatives récentes d'émancipation, a t-il déjà montré dans l'administration, l'industrie, la médecine ou le barreau qu'on pouvait faire confiance à la rectitude de son jugement ? Il est permis d'en douter si l'on interroge ceux qui ont quelque expérience à ce sujet : la notion de simple justice, de la froide raison, du sens juridique, de la franchise sans restriction mentale et de la responsabilité échappe encore à l'heure actuelle, à la plupart des femmes, mêmes sélectionnées. Il est hors de doute que de longues années de perfectionnement et d'adaptation sont nécessaire à la femme intellectuelle pour lui permettre  d'achever son évolution et de devenir l'égal de l'homme au point de vue social et économique.


           Indépendamment de ces causes générales de désorganisation qui s'étendrait à tous les bureaux de la Préfecture de la Seine si les femmes accédaient au grade de Chef ou de Sous-Chef de bureau, il existe plusieurs objectifs à ce que l'une d'entre elles soit désignée pour cet emploi au 2ème bureau du Contrôle central. Ainsi que je l'ai expliqué, chaque fois qu'il s'est agi d'une nomination de rédacteur ou de commis dans mon service, les attributions qui lui sont dévolues s'opposent, sous peine de n'être ni complètes ni efficaces, à ce qu'elles soient exercées par une femme. Les rédacteurs sont en effet appelés fréquemment à effectuer des démarches ou des vérifications dans les ministères, à la Préfecture de Police, ainsi que dans les bureaux des deux comptables : pour mener à bien l'accomplissement de leur tâche, ils doivent en de nombreuses circonstances faire preuve d'initiative et d'assurance, qualités qui n'appartiennent généralement pas à la femme. Il semblerait donc paradoxal que celle-ci fut désignée pour diriger un bureau dans lequel elle devrait montrer, comme ses collaborateurs immédiats, les mêmes qualités lorsqu'il s'agira pour elle de faire des démarches et des vérifications analogues ou de résister aux sollicitations pressantes et injustifiées de débiteurs départementaux réclamant l'obtention de délais de paiement ou un sursis de poursuites.


           Tels sont les motifs d'ordre divers pour lesquels j'estime nuisible au fonctionnement du 2ème bureau, la désignation qui pourrait y être faite dans l'avenir d'un chef ou d'un sous-chef de bureau femme.


                                     Le Chef du 2ème bureau du Contrôle Central.

                                                                    du Bourblanc

9 commentaires:

  1. Warf, j'eusse aimé avoir sa signature à ce "brave" pour l'étudier un peu en graphologie ! J'espère qu'il se tourne et retourne dans sa tombe de voir ce que nous sommes devenues, et surtout qu'il s’emmêle les os dans les asticots ! ....WARF ;-) (°_°) ♥

    RépondreSupprimer
  2. il naitra femme dans une prochaine vie, ce brave monsieur !

    RépondreSupprimer
  3. ça c'est bien vrai... (a propos du texte) :P




    (Humour...)

    RépondreSupprimer
  4. Il a peut être une descendante féminine ou même plusieurs qui sont devenues chefs rien que pour montrer qu'il s'est trompé...!

    RépondreSupprimer
  5. il parait que l'homme descend du singe....

    apparement celui là avait du tomber de l'arbre !

    Si j'étais singe j'aurais honte d'avoir pareil descendance !....
    ;)

    RépondreSupprimer
  6. il y a un petit livre écrit et édité dans les années soixante afin de guider les femmes dans leur rôle d'épouse et de maîtresse de maison et qui n'est pas bien loin du texte ci-dessus - malheureusement je ne me rappelle plus du titre pour celles ou ceux qui aimeraient se cultiver !!
    Elisa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voici le lien :
      http://www.leblogdukitsch.com/2011/02/20/le-manuel-scolaire-catholique-pour-les-femmes-de-1960-illustre/

      Supprimer