18 octobre 2011

Le bandit manchot...


5 commentaires:

  1. Extra et adorable, merci monsieur !

    RépondreSupprimer
  2. Si les humains pouvaient se limiter à ce genre de choses.... Le monde animal est un exemple d'équilibre.
    Alors oui, on va dire, qu'un chat est cruel en jouant avec une souris... etc etc... seulement, ce monde animal respecte l'équilibre planétaire sans AUCUN DOUTE et l'humain, lui, pourtant supérieur (conscience), continue ses enfantillages.

    Ses petits son pourtant sages mais c'est leur formatage qui les rends moins sages ou tout au moins qui tente de les couper de la sagesse.
    L'enfant est pur, pourquoi arrive-t-on à cette socièté méchante et malsaine ?

    Le monde animal ne crée JAMAIS de déséquilibre, même s'il parait des fois cruel.
    Le monde humain n'a plus rien à prouver en matière de cruauté. Ni en matière de bienveillance et de beauté.... Nous sommes vraiment des bestioles divisée autant extérieurement qu'intérieurement, capable du pire comme du meilleur.... incomparable avec le monde animal qui reste connecté avec la Terre et ses congénères.
    L'humain est définitivement classé à part.....
    Sur l'échelle du mal qu'il produit, autant dire que cette échelle est réversible et qu'il peut produire le bien proportionnellement au mal qu'il a produit. C'est certain !

    Autant dire qu'il est capable de choses d'une incroyable beauté et d'un amour infini.... tant sa cruauté a été également infinie.

    RépondreSupprimer
  3. ....Et oui l'humain c'est le négatif et le positif !!!
    Il incombe à chacun de nous de faire le choix le plus juste et SURTOUT penser au long terme et aux conséquences de nos actes.
    Je ne sais pas s'il est encore temps de faire marche arrière vu tout le mal et le sadisme dont nous faisons preuve !!!
    J'ai rêvé...!!!!

    RépondreSupprimer
  4. Manchot voleur de cailloux…
    Normal avec une redingote de banquier !

    Ceci me faisant penser à une blague de Pierre Dac rubrique petites annonces Antarctique :
    « Manchot vend voiture à bras ».

    Et vive l’Empereur.

    RépondreSupprimer